Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ?





télécharger 119.05 Kb.
titreQuelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ?
page1/3
date de publication10.02.2017
taille119.05 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3
THÈME n°1

ÉCONOMIE ET DÉMOGRAPHIE
CHAPITRE 1

COMMENT LA DYNAMIQUE DÉMOGRAPHIQUE INFLUE-T-ELLE SUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ?
Section 1

Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ?
I. LES GRANDES EVOLUTIONS DEMOGRAPHIQUES SECULAIRES
INTRODUCTION : questions de vocabulaire
1) Qu’est-ce que la démographie ?
Le mot démographie apparaît pour la première fois dans l’ouvrage du naturaliste et démographe A. GUILLARD (1799-1876) paru en 1855. La démographie est la science qui a pour objet l’étude des…………………………………., ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. D’après cette définition, on voit que les démographes font une différence entre les études en termes de structure et les études en termes de mouvement ou d’évolution.

Les études en terme de structure regroupent les études portant sur : …………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………….. Il s’agit d’étudier des STOCKS / FLUX.

Les études en termes de mouvements portent sur ……………………….……………………………………………………

…………………………………………………………......…………………….. On parle alors de STOCKS / FLUX
2) Qu’est-ce que la dynamique démographique ?

La dynamique démographique désigne ………………………………………………..……………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………………………………………..
La population totale se modifie par le mouvement naturel.

………………………………………………………………………………………………………………………………………….………………………………………………………………………………………………………………………………………….………………………………………………………………………………………………………………………………………….
Taux de natalité = (Nombre de naissance vivantes en t / population totale moyenne en t) x 1000

Taux de mortalité = (Nombre de décès en t / population totale moyenne en t) x 1000

Taux d'accroissement naturel de la population = taux de natalité - taux de mortalité

Le taux de mortalité dépend de l’espérance de vie : moyennes des durées de vie d’une génération imaginaire qui serait soumise toute sa vie au taux de mortalité par âge de l’année d’observation.

Le taux de natalité dépend notamment du taux de fécondité : nombre d’enfants nés vivants / par le nombre de femmes en âge de procréer 15-49 ans.

La population totale se modifie également par le mouvement migratoire.

……………………………………………………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………..
Il faut distinguer immigrant / émigrant et immigré / émigré. Dans le premier cas, l’approche est en termes de flux et dans le second cas en termes de stocks.

Plus précisément et par exemple :

  • Un immigrant est un étranger qui, pour la première fois, reçoit un titre de séjour d’une durée égale ou supérieure à un an.

  • Un immigré est un individu résidant sur le territoire français (quelle que soit sa nationalité) qui est né à l’étranger avec une nationalité étrangère et qui a émigré en France


La dynamique démographique dépend donc ………………………………..……………………………………………..

………………………………………………………………………………………..…………………………………………..

A. Une population mondiale et européenne plus nombreuse au fil des siècles
1) Une première analyse à l’échelle mondiale
a) L’accroissement démographique à l’échelle mondiale
On observe que la population mondiale a commencé à augmenter significativement à partir du …………… siècle Depuis lors, la hausse est ………………………………….. Toutefois, l’ONU prévoit que la population mondiale sera d’environ ……. milliards en 2050 et qu’à partir de cette date celle-ci pourrait se ……………………………..

C’est la transition démographique qui est au cœur de l’accroissement de la population mondiale

Phase 1 : une augmentation / diminution rapide de la mortalité, la ………………………. reste stable et élevée, pendant 1 à 2 générations. Le taux d'accroissement naturel de la population progresse / diminue alors rapidement.

Phase 2 : la natalité se met à augmenter / baisser, le taux d'accroissement naturel augmente / diminue.

On passe d'un régime démographique ancien ou prè-transitionnel (taux de natalité et mortalité forts / faibles, accroissement naturel fort / faible), à un régime moderne ou post-transitionnel (taux de natalité et de mortalité et taux d’accroissement naturel plus forts / faibles) : C’est la transition démographique !
b) La transition démographique dans le monde

La transition démographique : LA REALITE



2) Une deuxième analyse à l’échelle européenne : L’Europe et la transition démographique au XIXème siècle ….

Le XIXe siècle est donc marqué par la forte / faible progression de la population européenne, sous l'effet de la transition démographique. Le phénomène se produit en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle et se propage ensuite aux autres pays européens. Seul pays européen à proposer un modèle très différent au XIXe, la …………………………………… connaît une transition démographique caractérisée par une augmentation / diminution presque simultanée de la natalité et de la mortalité. Le taux d'accroissement naturel reste donc fort / faible.

Par ailleurs ce mouvement naturel positif s'accompagne d’importants mouvements migratoires : l’Angleterre, l’Irlande, l’Italie, l’Allemagne ont connu une ………………………………………………………………………….
3) …. la démographie européenne de la seconde moitié du XXème siècle
a) Une dynamique contrastée pour l’ensemble de l’Europe (à compléter à l’aide du document n°3 de la plaquette documentaire)
Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, la population européenne dans son ensemble a achevé sa transition démographique. Dans les années 1950, le taux d’accroissement annuel de la population de l’Europe oscillait entre ………… ‰ et …………… ‰ La hausse de la population totale est tirée par un accroissement naturel / migratoire très fort de l’ordre de …………… millions de personnes par an ; dans le même temps le solde naturel / migratoire est négatif en effet cette période est marquée par davantage / moins d’émigration que d’immigration. Durant la décennie 60, la population européenne continue d’augmenter mais de plus en plus / moins en moins vite puisque le taux brut d’accroissement passe de ………. ‰ à ………….. ‰ soit un taux divisé par …………….. Cette baisse du taux d’accroissement est due au ralentissement de l’accroissement naturel / migratoire qui passe de …….. millions à …….. millions. Le tout début des années 70 marque une rupture avec la tendance baissière et ce grâce à un solde naturel / migratoire qui devient positif. Puis, durant la décennie 70 et jusqu’au début des années 80, la population européenne continue de croître mais là encore et à nouveau de plus en plus / de moins en moins vite, toutefois le taux brut d’accroissement connaît une baisse plus / moins marquée. A partir du milieu des années 80 et pour compenser un accroissement naturel de plus en plus fort / faible le solde migratoire augmente / diminue significativement. Durant la décennie 90, la population européenne stagne et on observe un mouvement naturel positif / négatif à savoir que le nombre de décès l’emporte sur le nombre de naissances. Mais la migration est devenue de plus en plus / moins en moins importante et, à partir du milieu des années 1990, elle compense une grande partie des pertes de population liées à l’excédent des décès sur les naissances. Entre 1997 et 2001 la population de l’Europe a diminué de 2,08 millions d’habitants, mais sans l’apport migratoire la diminution aurait été plus de deux fois supérieure (4,86 millions). Depuis les années 2000, la population de l’Europe retrouve une légère croissance (2,5 ‰ en 2007 et 2008), complètement assurée par la …………………..

b) De même qu’au niveau des Etats (texte complété en cours)

Pour l’ensemble de la population européenne sur la période 1980-2010 l’excédent naturel s’élève à 2,3 % et le bilan des naissances et des décès est positif dans 32 pays européens.

Toutefois, la situation démographique en Europe est très contrastée : l'Europe de l'Ouest et du Nord continue de voir sa population progresser avec des pays très dynamiques comme ……………………………………..……………………………….

…………………………………………….…………………………………………… tandis que l'Europe centrale et de l'Est connaît plutôt une tendance à la stagnation (…………………………………………………………………………………………..

…………………….), voire à la baisse de la population (pays baltes, ………………………………………………….).
L’Europe est progressivement devenue une zone où se mêlent une croissance / décroissance naturelle assez forte / faible dans 15 pays (55 % de la population européenne), et un accroissement naturel très fort / modéré dans 19 pays qui abritent un tiers de sa population. Au fil du temps, l’intensité de la décroissance s’amplifie/ diminue et celle de l’accroissement s’amplifie / s’affaiblit.

Ces disparités dans le mouvement naturel des Etats ont pour principale origine des différences de taux natalité. La natalité qui désigne le niveau des naissances dans une population est dépendante de deux facteurs, l’un plutôt de type individuel la fécondité / la structure, mais sous influence culturelle et sociale, l’autre collectif la fécondité / la structure (plus il y a de jeunes adultes et plus il y a de naissances quels que soient les niveaux de fécondité) ;
Plusieurs indicateurs sont disponibles pour mesurer la fécondité et notamment :
L’indicateur conjoncturel de fécondité qui mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés l'année considérée à chaque âge demeuraient inchangés.
Il est calculé en faisant la …………………………………………………………………………………………

……………………………………………… observés une année donnée.
Dans les pays ou l’indicateur conjoncturel de fécondité est peu élevé toutes choses égales par ailleurs le mouvement naturel sera plus fort / faible que dans un pays où celui-ci est élevé.
A ce niveau on constate des disparités très marquées entre les pays. Certains pays ont des taux de fécondité élevé parmi lesquels ………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………… tandis que d’autres ont des taux particulièrement faibles ……………………………………………………………………………………………………………………… Pour qu’une population se renouvelle il faut que ce taux ne descende pas en dessous de ……………… enfants par femme.
Le mouvement naturel dépend aussi de la mortalité. L’espérance de vie est l’indicateur le plus fidèle de la mortalité. Dans un pays meurt-on relativement jeune ou au contraire relativement vieux ?
On observe que dans l’ensemble des pays l’espérance de vie des hommes comme des femmes a progressé de manière significative. Par exemple en Europe du Nord de 1960 à 2010, pour les hommes comme pour les femmes le gain est presque de ……….. ans. C’est dans l’Europe centrale et de l’Est que la progression est la plus / moins forte.
En ce qui concerne le mouvement migratoire on observe que pendant les trois dernières décennies, la migration a fait augmenter / baisser la population européenne de 26,5 millions, soit 3,8 % entre 1980 et 2009, mais ce bilan positif dissimule une grande diversité de situations. L’accroissement migratoire a été positif dans 24 pays, et en particulier en Espagne et en Suisse (15 %), en Grèce (13 %), en Allemagne, en Norvège, en Suisse et en Autriche (8 % à 9 %). En revanche, en Europe de l’Est et du Centre, la migration a réduit la population en moyenne de près de 11 % dans 16 pays anciennement socialistes ; seules la Russie, la Hongrie, la République tchèque et la Slovénie ont été épargnées. Le flux migratoire le plus important a touché les pays les plus pauvres : l’Albanie a perdu 30 % de sa population, la Moldavie 24 %, la Bosnie-Herzégovine 21 %, la Macédoine 16 %, le Monténégro 14 %. Ainsi, là où le solde migratoire est négatif, la croissance démographique l’est aussi, à l’exception de la Pologne et de la Slovaquie dont la population s’est accrue grâce à l’excédent naturel.
4) La France une dynamique spécifique ? (à compléter à l’aide du document 4)

En comparaison des autres pays européens, la France se caractérise, dans la seconde moitié du XXe siècle, par une vitalité démographique supérieure / inférieure à la moyenne. Le Baby-boom, visible également dans les pays composant le quart nord-ouest de l'Europe, a été particulièrement important / faible, tandis que la "dénatalité" a été plus / moins marquée qu'en Allemagne, en Italie ou en Espagne. La croissance démographique française est donc tirée par le solde naturel / solde migratoire plutôt que par le solde naturel / solde migratoire, situation rare en Europe.

Le niveau élevé du solde naturel en France par rapport aux autres pays de l’Union européenne s’explique en partie par la forme de la pyramide des âges. Marquées par un baby-boom particulièrement important et durable (1946-1974), les classes d’âges sont plus nombreuses aux âges de forte fécondité qu’aux âges où les décès sont plus fréquents. Le nombre de naissances a très fortement augmenté en France de la fin des années 1940 au début des années 1970. Durant ce baby-boom, le nombre de naissances annuelles s’est situé entre ………… et ………….. Par la suite, le nombre de naissances a légèrement diminué pour fluctuer entre …….. et ………... par an ce qui reste un nombre élevé.
5) Quelle dynamique démographique en Europe pour demain ?
Dans la plupart des scénarios la population européenne devrait au mieux stagner et plus certainement diminuer.

D’ailleurs le taux de natalité de l’UE est tombé à 1,48 en 2003, se situant très nettement en dessous du niveau requis pour assurer le remplacement de la population à savoir 2,1 enfants par femme.

B. Un vieillissement de la population en Europe et en France
Le vieillissement est un processus démographique caractérisé par une augmentation / baisse du nombre de personnes âgées qui s'accompagne d'une augmentation / diminution du nombre d'enfants et, dans un second temps, de l’augmentation / de la diminution de la proportion de personnes d'âge actif. Il aboutit à une déformation de la structure par âge de la population en faveur des plus âgés.
1) L’analyse des faits en Europe
Quel que soit le scénario retenu on observe que du fait du ralentissement de la natalité et de la montée de l’espérance de vie, la population européenne est amenée à rajeunir / vieillir entre 2010 et 2050. Puisque la part que représente les plus de 65 ans dans la population totale devrait passer de …….% à soit ……% et au pire ……..%. Toutefois, l’immigration, notamment en provenance des pays non membres de l’UE, pourrait fournir un sursis (provisoire) au vieillissement de la population, puisque la plupart des personnes émigrent principalement lorsqu’elles sont de jeunes adultes (25-34 ans).

2) L’analyse des faits en France
En ce qui concerne la France le vieillissement de la population française s’est accéléré depuis 2000, conséquence de l’arrivée à 60 ans des baby-boomers et de l’allongement de la durée de vie. Toutefois, en Europe, et notamment par rapport à l’Allemagne la France fait donc là encore figure d’exception : sa natalité élevée est le principal moteur de sa croissance (elle devient une puissance démographique à la différence de l’Allemagne), son solde migratoire est inférieur à ses voisins (1.2‰) et elle évite le vieillissement par le haut / bas (forte / faible fécondité) mais le subit par le haut / bas (hausse / baisse de l’espérance de vie).
  1   2   3

similaire:

Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ? iconSujets de spécialité économie approfondie sessions 2013, 2014, 2015
On présentera les grandes évolutions démographiques séculaires et on montrera, notamment à l’aide de comparaisons européennes, les...

Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ? iconSujets de spécialité économie approfondie sessions 2013, 2014, 2015, 2016
On présentera les grandes évolutions démographiques séculaires et on montrera, notamment à l’aide de comparaisons européennes, les...

Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ? iconBibliographie Thèse
«Observer et comprendre les évolutions démographiques» in Chenu A. et Lesnard L. (dir.), La France dans les comparaisons internationales-Guide...

Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ? iconRésumé : Vieillissement de la population et changements de modes...
«seniors» dans ces évolutions de comportements, nous présentons certains résultats d’un rapport réalisé pour le Conseil National...

Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ? iconL’heritage colonial et l’independance : permanences et evolutions...
«Le Brésil, c’est l’enfer pour le noirs (esclavage), le purgatoire pour le blanc (= colons pauvres, bannis), le paradis pour le mulâtre...

Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ? iconL’économie de la connaissance dans la crise : quelles évolutions ?

Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ? iconLa diversite des organisations et la notion de valeur (quels partenaires,...

Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ? iconTendances démographiques en Afrique subsaharienne

Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ? icon2 Pacs / Mariage : quelles différences ?
...

Quelles grandes évolutions démographiques séculaires ? et Quelles différences des dynamiques démographiques nationales en Europe ? iconPartie 1 : a quelles conditions un marche peut-il fonctionner ? Partie...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com