Théorie de la croissance endogène





télécharger 11.43 Kb.
titreThéorie de la croissance endogène
date de publication10.02.2017
taille11.43 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Théorie de la croissance endogène.

Un nouvel éclairage sur l’origine et le rôle du progrès technique dans la croissance, différent du modèle de Solow.

Le modèle de croissance endogène permet d’échapper à la loi des rendements décroissants grâce aux externalités positives du progrès techniques.

I) Eléments théoriques du modèle de croissance endogène.
A) Caractéristiques générales.
La production nationale est une fonction du stock de capital, de la population employée et du niveau technologique. Le niveau technologique doit être considéré comme un stock, celui des connaissances, objet d’un processus d’accumulation comme l’est le stock de capital.

L’objectif des théories de la croissance endogène est d’expliquer comment se fait l’accumulation du facteur technologique.
B) L’accumulation du facteur technologique :
1) Le rôle de l’expérience acquise « learning by doing »
Le modèle de Romer suppose que « produire développe un savoir faire qui permettra de produire plus efficacement par la suite ». Mais les agents ne maîtrisent pas ce processus, qui développe de forts effets externes, puisque le stock de connaissances créées par les agents est à la disposition de tous. Ces effets externes sont contrôlés par l’Etat.
2) Accumulation du capital humain.
Modèle de Lucas, qui identifie le stock de connaissances au capital humain.

L’Etat est encouragé à intervenir pour encourager un effort d’éducation qui risque de rester insuffisant si chaque agent ne prend en compte que son intérêt individuel. L’Etat doit aussi éviter les possibles problèmes de transferts intergénérationnels liés à l’éducation.
3) Recherche-développement et éducation.
Dans une troisième approche, le « progrès technique » est conçu comme le nombre d’innovations que l’économie est capable de mettre en œuvre par an.

La rentabilité de la R D est donc ici le principal déterminant du taux de croissance à long terme.
Les connaissances économiques étant des biens publics, le système de marché ne peut assurer une production de tels biens sans une intervention de l’Etat (système de brevets) afin d’assurer la rentabilité de la recherche. Le monde de la recherche est conçu comme un monde de concurrence continue pour la constitution de monopoles temporaires. C’est le monde « parfait » de la destruction créatrice, où une innovation, au lieu de s’ajouter au stock existant, rend non rentable les innovations plus anciennes.
C) Les déterminants de la croissance dans un modèle de croissance endogène.
Dans un modèle de croissance endogène, trois déterminants sont essentiels :

  • La propension à épargner, qui permet de financer l’effort de recherche. Ceci s’oppose directement au modèle de Solow, selon lequel il devient de moins en moins intéressant d’épargner au fur et à mesure que le pays se développe et accumule du capital, puisque la productivité du capital est décroissante.

  • L’importance de la composante « technologique » de la production nationale

  • Les structures de marchés (cf. brevets et contrôle des rentes associées à l’innovation).



II) Le modèle de croissance endogène suppose une revalorisation du rôle de l’Etat et des politiques publiques.
Un des aspects essentiels des théories de la croissance endogène est l’existence d’effets externes forts non pris en compte par les agents. L’un des rôles essentiels de l’Etat est d’assurer un équilibre entre la consommation présente et l’investissement, garantie d’une croissance future.
A) Impact des politiques budgétaires et des politiques publiques sur la croissance endogènes.
Mise en œuvre de politiques de formation, de soutien à la recherche, d’infrastructures publiques, ou encore de soutien à l’épargne.

Les conclusions sur l’utilisation de la dette publique divergent selon que l’on considère que celle-ci peut favoriser l’investissement ou, au contraire, qu’il existe un équilibre néo ricardien.
B) Choix de l’ouverture au commerce international.
Le commerce international favorise la communication des informations techniques. Il s’ensuit une accumulation plus rapide des connaissances, une réduction des coûts de développement des produits, et finalement un taux de croissance de long terme plus élevé.

L’ouverture peut aussi supprimé la redondance des dépenses de R D sur les mêmes sujets.

L’un des aspects ambigus de l’ouverture internationale est que la spécialisation peut impliquer que relativement moins de ressources soient dédiées à l’activité d’innovation et relativement plus à la production de biens, alors même que la situation de départ est déjà caractérisée par une insuffisance de l’innovation.

similaire:

Théorie de la croissance endogène iconFiche concept : Croissance endogène
...

Théorie de la croissance endogène iconQu'est-ce que la croissance endogène ?

Théorie de la croissance endogène iconFiche concept : croissance endogène
«Du nouveau sur…» de Sylvain Allemand in Sciences Humaines hs 22, septembre-octobre 1998

Théorie de la croissance endogène iconRésumé Nous développons un modèle de croissance endogène basée sur...

Théorie de la croissance endogène iconChapitre I : theorie de la valeur, accumulation du capital et croissance chez adam smith

Théorie de la croissance endogène iconRésumé : Cet article se propose de mettre en perspective les théories...

Théorie de la croissance endogène iconRésumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la...

Théorie de la croissance endogène iconL’industrie endogène à Sfax

Théorie de la croissance endogène iconProgrès technique et croissance depuis la première révolution industrielle
«nouvelle économie» triomphante, alors que le paradoxe de Solow avait trouvé sa résolution dans la vigoureuse croissance à partir...

Théorie de la croissance endogène iconSO00DM24 – Approches socio-économiques de la croissance
...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com