Calendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril





télécharger 1.06 Mb.
titreCalendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril
page21/32
date de publication13.12.2016
taille1.06 Mb.
typeCalendrier
e.20-bal.com > économie > Calendrier
1   ...   17   18   19   20   21   22   23   24   ...   32

3.3 Des MAE qui restent marginales dans l’ensemble des soutiens à la filière banane



Les MAE, initiées par l’Union Européenne dans le cadre du second pilier de la PAC, sont des mesures incitatives visant à encourager les agriculteurs à adopter des pratiques plus respectueuses de l’environnement par la compensation des coûts du changement de pratiques. Leur impact semble toutefois assez limité. Si le dispositif MAE innove en matière d’action publique et vise à modifier les pratiques des planteurs pour une meilleure prise en compte des externalités de l’agriculture sur l’environnement, il voit sa finalité environnementale compromise par la faiblesse des moyens engagés comparés aux aides à la production.
L’enveloppe totale des MAE en Guadeloupe pour 2009 s’évalue à 3,6 millions d’euros, dont 2,3 millions, plus de deux tiers, sont consacrés à la filière banane. Lorsqu’on compare cette somme au montant de l’aide annuelle à la production du POSEI34 qui est d’environ 30 millions d’euros, l’aide MAE paraît dérisoire et peu significative pour les planteurs de banane (Cathelin et al., 2011). Leur caractère incitatif est relativement peu effectif puisqu’au vu des dispositions légales du dispositif, les agriculteurs ne peuvent se voir dédommager que du coût engagé pour la réalisation de ces MAE. Dans les entretiens, on observe ainsi un faible enthousiasme de la part des planteurs pour qui les MAE ne semblent être qu’un complément d’aide. La rentabilité et des motivations d’ordre économique priment sur les préoccupations environnementales du fait de la vision financière des planteurs du dispositif et de l’absence de contradiction des MAE avec les impératifs de productivité bananière. Les MAE n’ont donc pas conduit à une prise de conscience écologique globale chez les planteurs, mais permettent d’encourager à la marge certaines pratiques comme la jachère.

Conclusion



Les MAE constituent un instrument de politique publique intéressant du point de vue des interactions agriculture/environnement et qui pourrait inciter à la mise en place de pratiques respectueuses de l’environnement en production bananière. L’instrument de politique publique véhicule aussi des représentations de la réalité sur laquelle il intervient. A travers les MAE, ce sont aussi des références sur les liens agriculture-environnement qui diffusent, références qui peuvent être reformatées en fonction de référents préexistants et des compromis établis entre acteurs aux visions parfois divergentes (Lascoumes, 1993 ; Lascoumes et Le Galès, 2005). Les MAE en Guadeloupe ont mobilisé des résultats d’une recherche agronomique ancienne, bien présente en Guadeloupe et habituée à des interactions avec la profession bananière et l’administration agricole. Beaucoup d’ingrédients semblent réunis pour l’application réelle de pratiques agricoles nouvelles assurant à la fois production agricole et protection de l’environnement. Pourtant, nous avons exprimé des doutes et réserves sur les processus en cours risquant de compromettre ce potentiel pour de nouvelles pratiques agro-écologiques. L’intégration de « nouvelles » technologies comme les vitroplants et la connaissance des pratiques, contraintes et opportunités dans les exploitations agricoles est encore insuffisante.
Face à toutes ces limites, nous proposons quelques pistes d’amélioration. Beaucoup ne sont pas nouvelles, mais ne sont toujours pas appliquées.

  • Une approche globale de l’exploitation. L’exemple de l’association vitroplants/jachère illustre la nécessité d’une approche globale de l’exploitation agricole qui intègre les différentes activités de l’exploitation (autres cultures et rotation), élevage et pâturage sur jachère, et non plus la seule production bananière qui a été prise en compte dans l’élaboration des référentiels techniques et des cahiers des charges actuels.




  • Une approche compréhensive de la diversité des situations. Il apparait nécessaire de savoir bien articuler des techniques nouvelles (les vitroplants ont un intérêt agronomique, mais dans des conditions bien précises) avec une connaissance, une compréhension et un respect des rationalités et pratiques des agriculteurs, de façon à anticiper la faisabilité et la profitabilité des pratiques proposées.




  • Ces deux premières pistes ne peuvent être suivies sans un décloisonnement disciplinaire. L’exemple de l’association vitroplants/jachère montre également la nécessité d’associer sciences biotechniques et sciences sociales : le transfert direct de résultats des recherches biotechniques dans les exploitations agricoles présente des limites ; les sciences sociales ont besoin de bien intégrer les questions biotechniques pour appréhender les pratiques agricoles dans les exploitations agricoles. Les sciences biotechniques ont besoin de mieux intégrer la compréhension des rationalités des agriculteurs en fonction de la diversité de stratégies productives et des représentations des agriculteurs, en les rapportant aux caractéristiques politiques, sociales, culturelles du territoire sur lequel elles s’appliquent.



1   ...   17   18   19   20   21   22   23   24   ...   32

similaire:

Calendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril iconL’évolution des rythmes de travail entre 1995 et 2001
«Entreprise». Le second s’intéresse à l’impact de la réduction du temps de travail sur les conditions de travail des salariés, dès...

Calendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril iconLa lettre du ccah #42 mars/avril 2015 Editorial

Calendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril iconCalendrier Lancement de l’appel à projet : avril 2011

Calendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril icon“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001

Calendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril iconCalendrier des dcs session 2014
«admis en dispense du dcg» tels que prévus aux articles n° 49 et 54 du décret n° 2012-432 du 30 mars 2012

Calendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril iconDocument 1 : L’autorégulation du marché (Bréal, 2005)
«Les motifs de l'intervention publique», Cahiers français n° 313, mars-avril 2003

Calendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril iconCalendrier Les calendriers hp 2006 sont disponibles dès aujourd'hui...

Calendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril iconParoles de gueux et «prose de la vie»
Йcrit du 5 fйvrier au 29 mars 1866 et achevй le 15 avril, le drame en quatre actes, en prose

Calendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril iconCalendrier et groupes de travail

Calendrier Le travail des relecteurs revient entre 15 mars et 5 avril iconJeudi 17 avril : Déplacement à Bordeaux Discours de clôture des rencontres...
«Y’a de l’éco», diffusée sur Public Sénat, présentée par Gilles Leclerc et Françoise Fressoz. Première diffusion Mardi 15 Avril à...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com