Programme Matinée





télécharger 82.56 Kb.
titreProgramme Matinée
page1/3
date de publication08.02.2017
taille82.56 Kb.
typeProgramme
e.20-bal.com > économie > Programme
  1   2   3

logo-nanterre-endossement-eos



Journée de l’école doctorale « Economie, Organisations, Sociétés »

Mardi 10 mars 2015

MINES ParisTech

60 boulevard Saint-Michel, 75006 Paris

Programme

Matinée

Après-midi

8h30 – 9h Accueil

9h – 10h Michel Aglietta

Limites de la financiarisation de l'économie, menace de stagnation séculaire et conditions d'un régime de croissance inclusive et soutenable

10h – 10h15 Pause

10h15 – 11h30 Globalisation

Présidente : Laurence Scialom, EconomiX, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

  • Damien Dussaux, CERNA, MINES ParisTech

  • Raphaël Hekimian, EconomiX, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

  • Imane El Ouadghiri, EconomiX, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

11h30 – 11h45 Pause

11h45 – 13H Les transformations du social

Président : Philippe Rygiel, IDHES, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

  • Julien Merlin, CSI MINES ParisTech

  • Margot Verdier, Sophiapol, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

  • Mathieu Arbogast, Cresppa, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

13h – 14h Buffet


14h – 15h30 Les parties prenantes du management

Président : Stéphane Le Bouler, économiste, conseiller auprès du Ministère de la santé et du Ministère de l’enseignement supérieur

  • Louis-Etienne Dubois, CGS, MINES ParisTech

  • Pascal Benoit, IDHES, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

  • Nino Tandilashvili, CEROS, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

15h30 – 15h45 Pause

15h45 – 17h La fabrique du consommateur

Président : Alexandre Mallard, CSI, MINES ParisTech

  • Sarah Medjek, CEROS, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

  • Olivier Londeix, IDHES, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

  • Ikpidi Badji, EconomiX, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

17h – 17h15 Pause

17h15 – 18h Figures du travail et de l’emploi

Présidente : Dominique Meurs, EconomiX, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

  • Benjamin David, EconomiX, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

  • Florence Ihaddahene, IDHES, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

18h – 19h : Bernard Pras

Accountability (TBA)

Cocktail

Résumés des présentations

1. ARBOGAST Mathieu

Cresppa-GTM EHESS/IMM-CEMS/Université Paris Ouest

L'interaction du genre et des mécanismes télévisuels à travers l'exemple des personnages de policières dans les séries

À quoi sont exposé.e.s les spectateurs et spectatrices ? Les programmes télévisés répondent-ils à des normes, et en particulier des normes de genre ? Les séries policières sont un objet privilégié pour travailler ces questions. Ce type de programme n'est pas nouveau, les titres se renouvellent constamment mais durent souvent plusieurs « saisons », et depuis la fin des années 1990, les séries « à héros collectifs » tiennent le haut du pavé, multipliant ainsi les occurrences à observer.

Il existe plusieurs personnages de policières, depuis des années. Leur présence est en soi motif d'étonnement : alors que la police est vecteur de valeurs « virilistes » il ne va pas de soi que les « forces » de « l'ordre » puissent avoir pour incarnation reconnue des femmes. Quid du rapport des femmes à la violence ? Quid des valeurs policières, peuvent-elles être incarnées par des flics de sexe féminin ?

Ces séries travaillent le genre, les normes de genre, et le font principalement aux heures de grande écoute où elles dominent la grille (un quart des cases de programme en 2010 sur les 4 chaînes les plus vues).

Je me situe dans une sociologie des œuvres qui cousine avec les cultural studies, en essayant de dépasser la dichotomie entre mondes fictionnels et réalité sociale, et une exploration méthodologique autour des personnages de séries dans le sillage ouvert par Sabine Chalvon-Demersay autour du HST (héros de série télévisée).

Je poursuis trois objectifs qui ont en commun de tenir les séries policières pour un objet pivot :

  1. Etudier les mécanismes à l'œuvre dans les séries, afin de savoir notamment comment s'articulent les logiques industrielles du « prime time » et les rapports de genre.

  2. Contribuer à poser les bases d'une étude démographique des personnages, partant du quantitatif et développant ensuite en entonnoir une partie qualitative (Brugeilles ; Cromer & Cromer).

  3. Observer à travers le milieu policier traditionnellement viril, voire « viriliste », les recompositions des rôles de genre et des identités de genre traditionnelles.

J’analyse un corpus de programmes diffusés en France, dont la moitié environ sont des productions étrangères.

J'applique d'abord une grille statistique à l'ensemble des HST, en particulier par âge, sexe et grade hiérarchique. J'entamerai ensuite une description plus fine d'une sélection d'épisodes, elle aussi passée au crible statistique afin de tirer le maximum des « jeux d'échelle » (Revel ; Lepetit) entre le macro, le méso et le micro, entre le quantitatif et le qualitatif.

Mes premiers résultats mettent en évidence des inégalités d’âge entre interprètes des deux sexes, en lien avec des inégalités de leurs rôles respectifs. Ces analyses, à dominante statistique, font l’objet d’un article accepté et à paraître.

2. BADJI Ikpidi

EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest

Directeur : Pr. Lionel Ragot

L'impact du vieillissement démographique sur la structure de l’économie : vers une nouvelle économie de service?

La population Française est engagée dans un processus de vieillissement qui va se poursuivre et s’accélérer (la part des 60 ans et plus atteindra 1/3 de la population totale à l’horizon 2050 contre 23% aujourd’hui). Ce changement dans la structure par âge de la population française devrait entrainer des modifications de la structure de l’économie. Le principal objectif de la thèse consiste à quantifier l’impact dynamique de la transition sectorielle du vieillissement démographique provenant de la modification probable de la composition de la demande de consommation engendrée par la hausse de la part des seniors.

Avant de répondre à cette question centrale, nous avons porté une attention particulière à l’analyse de l’évolution de la structure de consommation selon l’âge en France au cours des 30 dernières années (1979-2010). Cette analyse longitudinale sur une période de 30 ans nous renseigne sur l’existence ou non d’une rupture de la composition de la consommation selon l’âge dans le temps et selon les générations, notamment celles du baby-boom. Ce chapitre contribue également à la littérature en fournissant l’estimation des échelles d’équivalence spécifique à plusieurs postes de consommation de 1979 à 2010. Il est à noter qu’une échelle d’équivalence indique le lien entre la consommation d’un ménage et le nombre d’adultes et d’enfants qui le composent pour un niveau de vie fixé, et permet d’obtenir le niveau de consommation corrigé de la taille et de la composition d’un ménage. Elle appréhende aussi les économies d’échelles que réalise un ménage de plusieurs personnes, grâce au partage des biens d’usage collectif. Ainsi la variation de l’économie d’échelle selon les types de biens (les économies d’échelles sont élevées pour les biens collectifs et faibles pour les biens individuels) rend nécessaire le calcul des échelles d’équivalence spécifique aux différents biens de consommation.

Ensuite nous avons évalué l’impact de la modification de la structure par âge (vieillissement) sur la consommation agrégée des ménages en France. Les estimations sur données microéconomiques en coupe transversale, montrent que la dépense de consommation totale décroit fortement avec l’âge (en 2005, la consommation des 80-84 ans représenterait environ 72% des 40- 44 ans, toutes choses égales par ailleurs), laissant penser qu’une hausse de la part des seniors dans la population totale conduirait à une baisse de la consommation agrégée des ménages. Nous montrons que, lorsqu’on suit une cohorte de ménage au fur et à mesure de son vieillissement afin de dissocier l’effet âge de l’effet génération et de la période, la dépense de consommation totale atteint son maximum vers 60 ans puis décroit continument (la consommation des 80-84 ans représente 94% de celle des 40-44 ans). La projection à l’horizon 2030, permettant de déduire l’effet mécanique de la modification de la structure démographique sur le niveau de consommation agrégé des ménages, indique une stabilité des dépenses de consommation à l’horizon 2020 puis une légère baisse d’environ 1 % en 2030. En ce qui concerne les différents postes de consommation, on observe une hausse de la demande des services aux personnes, assurances, énergie etc. et une baisse des dépenses liées au travail (Transport, Habillement).

Dans la suite de nos travaux nous serons amenées à quantifier à partir d’un modèle d’équilibre général sectoriel, l’effet sectoriel de la modification de la structure démographique en France. L’idée est de mettre en évidence les secteurs d’activités qui pourraient bénéficier au cours des 30 prochaines années du changement de la composition de la demande de biens et services des ménages consécutif au processus de vieillissement.

3. BENOIT Pascal

IDHES, Université Paris Ouest

Directrice de thèse : Pr. Sabine Effosse

La Société Générale à l’épreuve de la libéralisation de l’économie (1983-1999)

L'industrie bancaire connait, durant la période étudiée, des mutations considérables s’inscrivant dans un processus général de transformation des systèmes financiers qui se libéralisent et s’internationalisent. D’une logique d’endettement administré, le système financier français bascule vers une logique beaucoup plus orientée vers les marchés financiers libéralisés.

Durant cette période, les banques françaises « redécouvrent » les marchés de capitaux qui constituent un espace de diversification de leurs activités, un espace d’apports supplémentaires de capitaux mais un également une « contrainte ». Elles soumettent en effet leur résultat financier au jugement de divers acteurs des marchés tels les agences de notation, les analystes financiers ou les investisseurs institutionnels. Ainsi, la volonté de rentabiliser au maximum l’investissement de l’actionnaire (ROE) semble justifier les mutations d’ordre stratégique, organisationnel, comptable ou structurel entreprises par certaines banques françaises comme la Société Générale. L’analyse des relations entre cette dernière et trois parties prenantes (les actionnaires, la clientèle et le personnel) a pour objectif de démontrer cela.

D’une part, la Société Générale remodèle progressivement son portefeuille d’activités stratégiques. Elle opère une sélectivité afin d’obtenir un résultat financier conforme aux attentes des actionnaires institutionnels étrangers qui détiennent une part croissante du capital de l’établissement bancaire.

D’autre part, la banque réforme en profondeur sa relation avec la clientèle afin de réduire le risque de contrepartie et d’accroître tant ses parts de marché que son Produit Net Bancaire. Outre le renforcement de l’armature commerciale, l’établissement bancaire multiplie les actions visant à accroître la qualité de ses services et de ses produits.

Enfin, la Société Générale participe activement à la renégociation de certains dispositifs comme la convention collective ou le système des retraites et définit une nouvelle politique du personnel. L’objectif est de réduire les frais de personnel, de contenir le poids des rémunérations et, in fine, contribuer à l’augmentation du Return On Equity (ROE). Outre les aspects quantitatifs, la Société Générale déploie un ample mouvement de formation afin d’accroître les compétences de ses salariés et de favoriser la mobilité.

Ainsi, l’influence des acteurs des marchés a une incidence certaine sur les réformes entreprises par les établissements bancaires. Néanmoins, peut-on parler de « contrainte exogène » ? Cette dernière a en effet été clairement amplifiée par l’établissement bancaire afin de faciliter l’acceptation de certaines réformes, notamment en matière de gestion du personnel. Globalement, la Société Générale semble tout à fait disposée à satisfaire les exigences des acteurs des marchés car, au final, ces réformes lui permettent de se légitimer en tant qu’ « entreprise » et de s’affranchir de l’Etat et de la fonction publique après des décennies de nationalisation.

4. DAVID Benjamin

EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest

Impact des TIC sur l'emploi et la productivité

Directeur : Pr. Valérie Mignon

Ma thèse porte sur les conséquences économiques de l’introduction des Technologies de l’Information et de la communication (TIC) dans l’activité économique. On entend par TIC un ensemble d’outils et de techniques ayant émergé dans la seconde moitié du XXème siècle, dont l’objet est la manipulation de l’information (stockage, transmission et transformation), et qui repose sur une certaine unité technique et théorique par l’utilisation du langage binaire. Concrètement, des objets comme des ordinateurs, des logiciels ou Internet s’inscrivent dans cet ensemble.

Cette évolution est potentiellement déstabilisatrice du fait que la manipulation de l’information est une tâche fondamentale qui concerne n’importe quel phénomène économique. Parmi les effets possibles de cette avancée technologique, j’ai choisi de me concentrer sur les conséquences sur les modalités de production, en m’intéressant particulièrement à l’impact sur la productivité et sur le travail humain mobilisé par les entreprises.

Ainsi, cette thèse comportera une première partie consacrée à l’évolution de la productivité sous l’influence des TIC. L’ambition est de montrer que l’introduction des TIC nécessite une réorganisation profonde des économies, ce qui doit produire un impact positif mais retardé. Dans un second temps, il s’agit d’étudier les conséquences de l’informatisation sur la structure du marché de l’emploi, et d’analyser si cette dynamique ne favorise pas les travailleurs les plus et les moins qualifiés au détriment de ceux ayant des formations intermédiaires contribuant ainsi à une polarisation du marché du travail.

Enfin, la dernière partie traite d’une problématique économique récurrente, à savoir de la question du chômage technologique en l’actualisant par la prise en compte de ces nouvelles technologies.

D’un point de vue méthodologique, cette thèse constitue un travail d’économie appliquée au sens où il s’agit de tenter d’apporter des éléments de « réponse » à ces problématiques économiques sur une base économétrique.
  1   2   3

similaire:

Programme Matinée iconNota : cette retranscription des interventions est limitée à la matinée...
Spécialiste des sapeurs-pompiers et de l’urgence en général, j’ai l’immense honneur d’animer ce colloque pendant deux jours

Programme Matinée iconAteliers à partir de 9h30 : chaque groupe suit deux modules au cours...
«scolaire» (formation continue, enseignement agricole, école de la deuxième chance, Recherche), une confrontation des démarches pédagogiques...

Programme Matinée iconProgramme 795
«Security Market programme», programme de la Banque centrale européenne d’achat sur le marché secondaire de titres des Etats membres...

Programme Matinée iconProgramme(s) Programme actuel
«la sécurité et les risques majeurs», de celle proposée par le programme de géographie, «des inégalités devant les risques», car...

Programme Matinée iconUn programme dans la continuité
«sciences de gestion» et leur donne tout leur sens. Ce programme comporte à la fois des éléments de continuité par rapport au programme...

Programme Matinée iconProgramme n° pro-inno 08 (à supprimer si non concerné :) et du programme «Précarité énergétique»

Programme Matinée iconA / Partie 1 : mobilisation de connaissances. (6 points)
«sur un contenu figurant explicitement dans les indications complémentaires du programme et son énoncé utilise les notions des titres...

Programme Matinée iconI / presentation de l’Épreuve et des attentes
«sur un contenu figurant explicitement dans les indications complémentaires du programme et son énoncé utilise les notions des titres...

Programme Matinée iconProgramme : Vendredi 14 mai
«Sésame Syrie», programme de formation au management, développé par le club d’entrepreneurs franco-syrien et l’Ecole supérieure des...

Programme Matinée iconProgramme 177 «Prévention de l’exclusion et insertion des personnes vulnérables»
«Jeunesse et vie associative», en raison du transfert vers ce programme des subventions fonjep qui relevaient jusque-là du programme...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com