L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée





télécharger 20.96 Kb.
titreL’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée
date de publication08.02.2017
taille20.96 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos

FRANCE MOBILITE ELECTRIQUE

L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée


par Anthony Buttriss , Avril 2013


L’agglomération lyonnaise fait figure de pionnière en matière d’autopartage. Dans une dynamique de soutien à l’économie sociale et solidaire, ses services ont soutenu l’association « La voiture autrement » dès le début des années 2000. Repris en 2008 par LYON PARC AUTO, le service est devenu Autolib.fr et totalise aujourd’hui 1600 clients et une centaine de véhicules thermiques fonctionnant « en boucle » et qui se partagent 34 stations dont 22 en parking sous terrain. Forte du succès du Vélo’V qui est venu renforcer cette dynamique, l’agglomération a expérimenté le service CAR2GO de février à juin 2012 avant de souhaiter transformer l’essai avec un service résolument innovant. Alors que la ville de Lyon annonce cette semaine l’acquisition de 10 Renault Zoé, Gilles Vesco, Vice-Président du Grand Lyon en charge des Nouvelles Mobilités Urbaines, nous en dit davantage sur le partenariat inédit entre l’agglomération, le groupe Bolloré et la CNR qui unissent leurs forces pour rendre la mobilité encore plus durable.

Après avoir consulté l’ensemble des opérateurs et étudié leurs offres, le Grand Lyon a donc souhaité opter pour l’offre de « One Way » avec stations du groupe Bolloré et affiche de belles ambitions. Pour Gilles Vesco, l’objectif est clair : « réimporter Autolib à Lyon, là où le concept est né, et tâcher de faire encore mieux qu’à Paris ! »

Le choix du constructeur de la Bluecar n’est donc pas le fruit du hasard : « Bolloré est 100% français et son dispositif ne coûtera rien au contribuable car ce n’est pas une DSP [1] ni un marché public. Bolloré devra simplement s’acquitter d’une redevance d’occupation du domaine public pour l’utilisation des stations, convention appréciée par les deux parties par sa souplesse » nous précise le Vice-Président de l’agglomération.



Gilles Vesco aux côtés de la Bluecar de Bolloré au siège d’Autolib’, à Vaucresson
Le lancement du service devrait être effectif dès le mois de septembre prochain et bénéficiera de l’expérience du programme « Move in pure », expérimentation menée en partenariat avec la CNR, le régional de l’étape et 1er producteur français d’énergies renouvelables. Depuis début 2013, l’agglomération et le producteur gèrent en effet un service d’autopartage de véhicules électriques réservé aux agents du Grand Lyon.

Ce démonstrateur comprend 8 Citroën C-Zéro et 1 Kangoo Z.E. qui se rechargent à des bornes de la CNR. Le producteur gère l’ensemble de ce Smart Grid en pilotant à distance et en temps réel l’alimentation des véhicules avec sa production (hydraulique bien sûr, mais aussi éolien et photovoltaïque), ce qui permet de palier l’intermittence de ces énergies en rechargeant les véhicules aux horaires les plus adaptés à sa production. Pour Gilles Vesco, « l’efficacité de ce dispositif expérimental permet incontestablement de crédibiliser l’offre verte grand public Autolib ». Le Grand Lyon fait en effet d’« une pierre quatre coups » en misant à la fois sur l’électromobilité, l’autopartage, le covoiturage et les énergies renouvelables.

Vidéo de présentation du programme « Move in Pure » de la CNR © LyonEnFrance
Cette initiative vient s’inscrire dans la politique de rééquilibrage de l’espace public, de transition énergétique et écologique, de prévention de la santé publique et de réduction de la part du nucléaire en France. Le Grand Lyon agit ainsi « local et global » et s’inscrit en parfaite cohérence avec les objectif français en matière de réduction de la part du nucléaire de 75 à 50% d’ici 2025. Pour Gilles Vesco, « le développement de l’électro-mobilité nécessite la mise en œuvre de moyens de production d’énergies renouvelables : plus les véhicules électriques rouleront aux énergies renouvelables, plus celles-ci se développeront. »

La transition énergétique et sociétale prendra plus que jamais son sens en plein cœur de l’agglomération lyonnaise. En plus de rouler à l’électricité « verte », le Grand Lyon souhaite également proposer à ses citoyens de donner encore plus de sens au partage de l’automobile. Bolloré permettra bien sûr de circuler en profitant du silence des Bluecar à l’intérieur et à l’extérieur du véhicule, en associant le plaisir d’une conduite apaisée à un geste éco-responsable car c’est bien l’eau du Rhône qui traverse la ville qui produira l’électricité. Un atout de taille qui renforce l’attractivité du service qui, rappelons-le, remplace entre 7 et 8 voitures pour chaque voiture partagée.

Le Vice-Président insiste également sur le fait que le Grand Lyon souhaite ajouter encore plus de souplesse par rapport au service Autolib en Ile-de-France qui est simplement « one way avec stations » : « nous souhaitons offrir aux lyonnais la possibilité de se garer en dehors des stations pendant des “arrêts intermédiaires”, étapes pendant la durée de la location qui ne sera facturée qu’à demi-tarif. Nous souhaitons remettre un peu de « free flow » dans notre service. »

Lyon proposera donc en plus de Paris de l’électricité verte, une souplesse du service accrue ainsi qu’ une offre bi-modèle en proposant également de louer des Renault Twizy, véhicule électrique bi-places particulièrement apprécié par les jeunes pour sa maniabilité et ses facilités de stationnement.



Twizy Way : l’offre autopartage par Renault
La mise en place du dispositif devrait se faire en trois étapes successives :

  • Phase 1 : ouverture du service en septembre et montée en puissance jusqu’à décembre 2013 pour atteindre la masse critique initiale permettant d’amorcer le système dans Lyon intramuros ;

  • Phase 2 : 50 stations supplémentaires + 120 véhicules supplémentaires (80 stations à Lyon et 20 stations à Villeurbanne) pour arriver à un total de 100 stations et 250 VE en 2014 ;

  • Phase 3 : en cas de succès, le Grand Lyon souhaite atteindre l’objectif d’une flotte de 300 véhicules. « Nous n’avons pas de limite territoriale à l’intérieur du Grand Lyon pour la mise en place du service » précise Gilles Vesco.

Après le succès du Vélo’V, nous pourrions donc voir dans quelques mois naitre le service « Autolo’V », mais le Vice-Président en charge des Nouvelles Mobilités Urbaines du Grand Lyon précise que les services communication du Grand Lyon et du groupe Bolloré travaillent actuellement à définir un nom pour ce nouveau service lyonnais de Bolloré qui sera une première européenne et une véritable vitrine de la mobilité durable. Dernier point et non des moindres, le service devrait être moins cher qu’à Paris !

L’agglomération du Grand Lyon ne s’arrêtera pas là puisqu’elle collabore déjà avec le NEDO (ADEME japonaise) à la transformation du quartier Lyon Confluence en véritable éco-quartier d’ici à 2020. Le quartier sera équipé de son propre service d’autopartage opéré par Proxiway et baptisé « Sunmove » : « 30 véhicules électriques (I-MIEV, C-Zéro et Ion) seront répartis en 6 stations et rechargés à l’énergie solaire produite in situ grâce à un système de recharge intelligent » conclue Gilles Vesco.



Le futur éco-quartier de Lyon Confluence
Tous les regards semblent donc se tourner vers le Grand Lyon lorsqu’il s’agit d’associer véhicules électriques et énergies renouvelables. Nous vous proposerons de suivre l’avancement de ces initiatives dans les prochains numéros de nos newsletters.

À lire également :

Partenariat électrique entre la NEDO et l’Agglomération du Grand Lyon

Navia, la navette électrique du futur

Move in Pure : la recharge 100% écologique pour voiture électrique

Illustration principale : © lyonmag

Propos recueillis par Anthony Buttriss pour la Newsletter du véhicule électrique - avril 2013 © Planète-Verte - Avere-France

similaire:

L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée iconRapport de fat
...

L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée icon1Atelier mobilité : favoriser la mobilité durable et pour tous 8

L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée iconLa bourgeoisie aujourd’hui : entre mobilité et ancrage
«de passage» fait face à cette mobilité géographique ? Quelles sont les conséquences de cette mobilité sur son identité ? Sur les...

L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée iconConseil du grand lyon 10. 12. 15
«Connecthings» avec les étiquettes intelligentes nfc apposées sur 400 abris bus et 100 stations Vélo’v

L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée iconLe programme régional feder actuel appuie la mise en œuvre de projets...
«emploi» soutenu par le fse vise des démarches de requalification et de reclassement des salariés

L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée iconDiscours défendant les avantages du Grand Evreux Agglomération

L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée iconMini-memoire
«Chaire Anthropolis : Vers une mobilité durable centrée sur les usages» et de D. Caroux : «Réflexions sociologiques : quelle innovation...

L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée iconVertus et limites de la Taxe Professionnelle Unique pour la conduite...

L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée iconDossier de candidature au label «Lyon, Ville Equitable et Durable»

L’agglomération du Grand Lyon mise sur la mobilité durable et partagée iconDossier de candidature au label «Lyon, Ville Equitable et Durable»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com