2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire





télécharger 0.63 Mb.
titre2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire
page1/10
date de publication13.12.2016
taille0.63 Mb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10
PROGRAMMATION SCIENTIFIQUE

2011

lvmt

LABORATOIRE

VILLE MOBILITé TRANSPORT

umr t 9403 LABORATOIRE COMMUN

  • INRETS

  • éCOLE DES PONTS PARIStECH

  • UPEMLV

SOMMAIRE

1.1 Présentation des priorités scientifiques p3

Les activités du LVMT par AXE et domaine ’INRETS (2010-2013) p5

1.2 Bilan d’activité 2010 p6

Equipe 1 p6

Equipe 2 p7

Equipe 3 p10

Actions transversales p 12

1.3 Priorités 2011 p13

Equipe 1 p13

Equipe 2 p14

Equipe 3 p15

Travaux transversaux p16

1.4 PFI et actions spécifiques (demandes DS) p18

PFI2 territoires locaux p18

AS carte aéroportuaire, offre low cost, recomposition territoriale p20

AS déplacements professionnels p21

Activités Europe et international (demandes DAEI) p22

Participation à des réseaux internationaux p22

Montage ou pérennisation de groupes de travail et réseaux p23

Communication, événements 2010 et 2011 p23

Livrables 2010 et 2011 p24

Livrables 2010 p24

Equipe 1 p 24

Equipe 2 p 30

Equipe 3 p 33

Livrables prévus en 2011 p 38

Equipe 1 p 38

Equipe 2 p 40

Equipe 3 p 41

Bilan recettes dépenses 2010 p43

Bilan recettes dépenses 2011 p44

Fiches d’intention de publier (collections de l’INRETS) p50

1.1 Présentation des priorités scientifiques

L’année 2010 se présente, dans la vie du LVMT comme une année record pour les soutenances de thèse : entre 8 et 10 membres du laboratoire sont, ou vont devenir Docteurs. S’y ajoute une HDR soutenue en septembre par Anne Aguiléra.
Rappelons que depuis fin 2007, l’UMR LVMT structure ses travaux autour de trois équipes :

  • Equipe 1 : mobilité et métropolisation.

  • Equipe 2 : agencements des espaces et politiques de mobilité.

  • Equipe 3 : économie des réseaux et modélisation offre / demande.

En 2011, chaque équipe continuera de développer ses démarches et ses compétences propres : l’équipe 1, se référant au double paradigme de la mobilité résultante et de la mobilité organisatrice, privilégiera une approche socio-économique des dynamiques métropolitaines, en s’appuyant notamment sur une analyse fine de l’évolution des pratiques de mobilité, en lien avec celle des modes de vie, des technologies, ou encore de l’organisation de la production. L’équipe 2 s’intéresse quant à elle aux problématiques de gestion et de régulation des mobilités, du point de vue des interactions spatiales entre organisation des réseaux et agencement des espaces d’une part, de l’analyse de l’action publique et de l’évolution de son cadre institutionnel en Europe d’autre part. L’équipe 3 poursuit ses travaux dans le champ de l’ingénierie des transports qu’elle maîtrise parfaitement, autour de concepts innovants comme l’introduction de la notion de confort dans les modèles de prévision de trafic (le mot « trafic » étant ici entendu au sens générique de l’ensemble des déplacements) ; parallèlement, elle approfondit un investissement théorique sur l’analyse des coûts, et aussi pour mieux intégrer à l’économie des transports, sur les interactions à différents horizons temporels entre infrastructures et occupation des sols.

Parallèlement, le laboratoire s’attache à développer les complémentarités et les synergies entre ces équipes. Cinq projets transversaux qui portent sur toute la « chaîne de production » des recherches ont été identifiés :

  • production et exploitation de données liées aux trafics (animateur : V.Aguilera) : ce projet concerne à la fois les données « classiques » (liées aux enquêtes) et les données liées aux comptages ou aux « traces électroniques » des déplacements ;

  • étude des corrélations entre accessibilité et valeurs foncières (animateur : O.Bonin) : ce projet consiste notamment dans la mise en place d’un réseau européen visant à l’exploitation pour les analyses d’accessibilité des données immobilières. En outre, ce projet (comme le précédent) est articulé avec le projet de « Grand équipement bases de données » de Marne-la-Vallée ;

  • accessibilité et compétitivité des territoires (animateur : L.Terral) : ce projet s’appuie sur plusieurs programmes internationaux, dont le projet franco-québecois TADEL ;

  • l’urbanisme «orienté vers le rail » (animateur : V.Stansky), en lien avec Bahn-Ville et plusieurs recherche-actions orientées autour d’une conception urbaine plus favorable à l’utilisation des Transports collectifs ;

  • prospective de la mobilité et durabilité des formes urbaines (animatrice : A.Aguilera), projet développé notamment au sein du programme R2DS financé par la Région Ile de France en partenariat avec les laboratoires « Géographie – Cités » de Paris 1 et le CIRED (laboratoire d’économie du développement CNRS – EHESS).

L’année 2011 permettra de faire un premier bilan de ces actions. L’organisation d’un séminaire résidentiel interne au laboratoire est prévue en juin 2011. Il constituera un moment privilégié pour le lancement de la réflexion sur le projet qui sera formulé en vue de la prochaine évaluation AERES (document à remettre en septembre 2012.

Le laboratoire prépare en outre un colloque international (mars 2011) à Marne la Vallée, qui vise notamment à valoriser les travaux de l’action franco-allemande Bahn-Ville.

Pour ce qui est des postes demandés à l’INRETS, le laboratoire, tout en mesurant bien l’importance de l’aide apportée par l’INRETS, souhaite rappeler que depuis sa création en 2003, le nombre de poste INRETS en son sein est resté stable (1 départ et 1 recrutement), et cela malgré un classement très favorable de l’AERES.
La démarche adoptée en matière de recrutement par le laboratoire vise à maintenir la diversité des disciplines, autour d’un équilibre cible qu’on peut représenter de la manière suivante : 30% socio-économie, 30% économie spatiale et aménagement, 30% ingénierie, 10% sciences politiques). Ce cadre étant précisé, pour 2011, les priorités sont les suivantes :

  • le rattachement définitif d’Olivier Bonin au campus de la Cité Descartes, comme chef du projet « grand équipement bases de données » (projet présenté comme Equipex dans le cadre de l’AAP « Grand Emprunt ») ;

  • un poste de CR, destiné à un chercheur en sciences sociales maîtrisant la thématique de la conception et de l’émergence des systèmes innovants de transport. Ce poste correspond à un besoin du laboratoire, transversal aux 3 équipes, besoin qui est devenu plus pressant avec la montée en puissance des recherches sur le véhicule électrique, et plus généralement le thème de l’éco-conception. Marianne Thébert (qui a conduit les travaux concernant le microbus, et se trouve aujourd’hui très impliquée dans les actions « véhicule électrique ») a acquis une expérience lui permettant de se porter candidate sur ce poste. Son recrutement permettrait d’assurer la titularisation d’une chercheuse de grande qualité, qui s’est très bien intégrée dans le laboratoire ;

  • un poste d’IE ; celui-ci est pleinement justifié par l’importance des bases de données à gérer. Actuellement, ce poste est occupé par un ingénieur d’étude en CDD FG (depuis mi septembre 2009) qui nous donne pleine satisfaction. Nous souhaiterions pouvoir le stabiliser dans son emploi ;

Pour ce qui est de l’université, deux postes de maîtres de conférences ont été demandés : le premier se situe dans le champ de l’économie spatiale et de la simulation des interactions transport/aménagement, thème sur lequel il y a à la fois de gros enjeux de recherche et de formation. Le second concerne la thématique « mobilité, modes de vie » pour pallier à l’indisponibilité de Francis Godard, devenu Président de l’université de Marne-la-Vallée, et à celle de Frédéric de Coninck, qui est à la fois directeur de l’école doctorale VTT et en charge du projet LABEX déposé par le PRES Université Paris-Est sur la thématique de la Ville durable. Le premier de ces 2 postes pourrait faire l’objet d’une chaire d’excellence Université Organisme.

Pour ce qui est de l’École des Ponts ParisTech, rappelons que 2 postes ont été affectés au LVMT au cours de l’année 2010-2011 à 2 jeunes IPC qui ont fait leur thèse au laboratoire et sont actuellement en train de terminer leur post doctorat à l’étranger.


NB. Dans le cadre de la contractualisation de l’INRETS, les activités du LVMT relèvent de l’AXE 1 «  Mobilité, énergie, environnement » et à un degré moindre, de l’AXE 2 «  Qualité, sécurité, optimisation des systèmes de transports » (nomenclature INRETS, propositions pour le contrat quadriennal 2010/2013).

S’agissant de l’AXE 1, le laboratoire est très présent sur le Domaine 1.1 « Mobilités et territoires » ; il contribue aux sous domaines « enquêtes, estimation, méthodologie, bases de données » (toutes les équipes), « écomobilité, étalement, multimodalité, mobilité et métropolisation » (équipes 1 et 2) et « équité, évolutions, perceptions et représentations » (équipe 1). Les équipes 2 et 3 travaillent également sur le domaine 1.2 relatif à « l’organisation des transports, les politiques publiques et l’évaluation » dans les sous domaines « participation au débat public et évaluation des politiques de transport » (équipe 2), « économie des réseaux, modélisation offre demande » (équipe 3) et « politique de sécurité et mobilité » (équipe 2). Enfin, les 3 équipes du LVMT s’intéressent, toujours dans le domaine 1.2, aux « interactions entre infrastructures de transport et aménagement de l’espace », ainsi qu’au domaine 1.3 consacré à « l’énergie et aux impacts environnementaux », principalement à travers l’analyse des liens entre les formes urbaines et la consommation d’énergie (qui constitue un des cinq projets transversaux formulé au sein du laboratoire).

Quant à l’AXE 2, l’équipe 3 du LVMT travaille à la fois sur le domaine 2.2, plus particulièrement sur la qualité de service et les choix de déplacement (participation des usagers) et sur le domaine 2.3 . Les travaux sur l’optimisation et la régulation des flux et des trafics concernent à la fois le mode routier et les transports collectifs urbains (convention avec le STIF). Ils incluent - même si c’est de manière minoritaire – les transports de marchandises.

1.2 Bilan d’activité 2010

Equipe 1

L’objet de recherche de l’axe Mobilités et métropolisation est défini par les mobilités des personnes résidant dans les métropoles. Son programme de recherche est articulé autour de l’analyse des arbitrages, des capacités et compétences, des ménages et des prescripteurs d’emplois pour se déplacer et se localiser dans l’espace métropolitain. Il met au cœur de son analyse les conditions faites à la mobilité dans ses dimensions stratégiques de vitesse, de coût, de prix, de flexibilité d’usage, dans le temps et l’espace, pour expliquer l’évolution de l’agencement urbain et l’évolution de la mobilité des citadins et de son rôle dans les modes de vie urbains.

Fin 2010, elle compte à son effectif 22 personnes, dont : 9 enseignants-chercheurs, un chercheur associé, trois post-doctorants, huit doctorants, et un ingénieur de recherche contractuel. Elle atteint aujourd’hui une taille suffisante pour permettre à la fois l’émulation entre les chercheurs et la mise en synergie de l’ensemble des travaux nécessitée l’origine multidisciplinaire de ces derniers. Cette équipe devra cependant réajuster ses thématiques si rien n’est engagé au cours de l’année 2011 pour pallier l’absence d’enseignants chercheurs séniors en sociologie de l’action et des modes de vie. Outre le départ de Francis Godard pour la présidence de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, la nomination de Frédéric de Coninck à la tête de l’Ecole doctorale, qui l’a amené à construire le LABEX en réponse à l’appel d’offre du grand emprunt, affaiblit l’équipe. La responsable d’équipe actuelle n’étant pas sociologue de formation, le travail d’animation et d’encadrement dans cette discipline est de fait mal assuré et la multidisciplinarité affichée est en cause.

Pour 2011 les demandes de recrutement sont au nombre de deux : un sociologue et un ingénieur d’études.
En 2010, les faits marquants de l’activité de l’équipe

Quatre thèses ont été soutenues en 2010, dont une habilitation à diriger des recherches, 12 articles dans des revues à comité de lecture dont 9 de rang A, 34 communications dans des colloques dont 18 à l’international, 25 chapitres d’ouvrage et 6 rapports de contrats. De plus, deux travaux de valorisation de grande ampleur ont été conduits par l’équipe :

  • organisation du colloque du Pôle Ville de l’Université Paris-Est en janvier 2010 à la Cité Descartes : elle y a mise en évidence les synergies sur les deux volets enseignement et recherche et pour expliciter ses méthodes, ses thématiques et ses résultats les plus récents.

  • rédaction et publication d’un ouvrage collectif sur les mobilités et les modes de vie en métropole, permettant de situer les méthodes et résultats de l’équipe dans la communauté scientifique (350 pages, Ed. L’œil d’or, Paris). L’ouvrage devrait être valorisé en anglais en 2011.

Par ailleurs cette équipe a reçu deux distinctions cette année

  • Prix de la meilleure thèse 2010 du PRES Université Paris-Est au titre de l’école doctorale ville transports, territoires : Padeiro M. :

  • Prix APERAU 2010 du meilleur article Aguiléra A., Mignot D. & al. in  RTS

  • Parmi les travaux d’analyse des pratiques de mobilité en métropole, certains ont été finalisés cette année

  • Les pratiques touristiques en région francilienne : lieux fréquentés, modes de transport, et recours à une assistance, sont les trois entrées mobilisées pour faire apparaître la diversité des pratiques au regard de logiques d’action « standardisée » et « rationalisée ».

  • Les mobilités des actifs et le rapport au temps individuel dans la conduite de vie. Partant des contraintes (privées et professionnelles) dans lesquelles les actifs sont insérés d’une part, et des outils techniques (agendas, papier et électronique) et sociaux (personnes et institutions) qu’ils mobilisent, il est établi que tous les individus ne sont pas confrontés de la même façon à une complexité dans la gestion des temps. Ceux qui sont les plus contraints montrent un rapport au temps « réflexif » dans la gestion de leur quotidien.

  • La réalité et la production de rythmes collectifs socialisants ont été mises en évidence par une analyse des usages et l’aménagement urbain temporaire lors de grands événements métropolitains.

  • Les mobilités dans le cadre du travail et les NTIC : une typologie des entreprises a été produite selon la nature des proximités (spatiale et non spatiale), qui lient chacune d’entre elles à leur partenaire principal et les vecteurs de communication qu’elles utilisent (en face à face ou via les T.I.C).

  • L’analyse et la quantification du marché potentiel des petits véhicules électriques, au regard des mobilités franciliennes quotidiennes, s’est terminée en 2010.

  • L’analyse des relations entre aménagement urbain et conditions de mobilité a été dominée en termes de résultats par la thématique de la localisation résidentielle des ménages.

    • Le temps que mettent les actifs et les ménages pour accéder au travail, et la façon dont ils planifient leur programme d’activités en conséquence, a été mis au centre de l’analyse de la localisation résidentielle métropolitaine en Île-de-France d’une part et dans les métropoles lilloise et lyonnaise d’autre part.

    • La mobilité résidentielle des ménages a été mise en cause dans le processus ségrégatif socio spatial francilien.

    • Dans le cadre du projet tadel, nos travaux portent sur les liens entre accessibilité et développement économique des métropoles. Cette année a été consacrée du côté français à une intégration dans notre système d’information géographique de toutes les données franciliennes et notamment des graphes d’accessibilité intra métropolitaine. Nous avons par ailleurs finalisé un balayage bibliographique et méthodologique sur l’accessibilité et les localisations des entreprises. Avec l’aide de nos partenaires canadiens, et partant de leur modèle nord américain qu’il s’est agi d’adapter, nous avons réalisé les graphes territoriaux pour définir et modéliser les accessibilités des métropoles et villes françaises. Par ailleurs les structures spatiales de l’emploi par secteur d’activité ont été mises au format 1999 pour tous les recensements depuis 1982. Les premières analyses ont été réalisées et la phase de modélisation débute (programme R2DS soutenu financièrement par la Région Île-de-France).

Equipe 2

L’équipe 2 du LVMT regroupe depuis 2008 des chercheurs qui se réunissent autour de l’analyse des interactions entre les réseaux de transports et les territoires, abordées sous l’angle de l’éclairage et de l’analyse des politiques de mobilités (des biens ou des personnes) et de sécurité.
Bilan des recherches 2010 pour l’équipe 2

En 2010, les travaux de l’équipe 2 ont été développés selon quatre thématiques principales.

Des villes qui tirent parti de l’agencement des réseaux

Il s'agit de poser la question de l'agencement des espaces, en particulier des espaces urbains, en lien avec le développement des réseaux de transports ; un accent particulier est mis sur les transports publics et l'intermodalité.

Le projet franco-allemand Bahn.Ville 2 portant sur un urbanisme orienté vers le rail dans les régions de Saint-Etienne et de la Taunus Bahn près de Francfort s’est clôt début juillet 2010 à Francfort dans un séminaire groupant chercheurs et opérationnels des deux pays. Deux points forts se dégagent de la mise en commun des principaux résultats des deux projets parallèles et de leurs enseignements :

  • la marche à pied apparaît comme un mode de déplacement crucial pour la réussite du mode rail dans la ville. Opérateurs et chercheurs ont convergé pour insister sur la nécessité d’améliorer la quantité et qualité des cheminements piétons des villes vers les gares et des gares vers les principaux points d’intérêt en ville.

  • Par ailleurs, le manque d’outils permettant une gestion optimisée du foncier autour des gares a été souligné.

Le projet PREDIT intitulé « Port-Vert » a complété l’approche de Bahn.Ville en traitant l’intermodalité en particulier à vélo vers les réseaux lourds de transport en commun. La recherche a débouché sur la mise au point d’une carte interactive destinée aux cyclistes (meilleur choix d’itinéraire en fonction du niveau du cycliste, de l’état de la chaussée, de la déclivité….), sur une synthèse des bonnes pratiques de l’intermodalité rail-vélo à proximité des pôles d’échange et, enfin, sur deux études de cas, à Rouen et à Marne-la-Vallée, permettant de considérer, sur la base d’enquêtes, les différentes approches de rabattement aux abords des gares.

La mise en réseau des métropoles à l’aide des systèmes de transport ferroviaire et aérien est abordée dans le projet européen FOCI dans le cadre d’ESPON, en exploitant la mesure de la contactabilité entre métropoles européennes. Ce projet se termine fin 2010 sera valorisé en 2011.
Les territoires des politiques de mobilité : jeux d’échelles, articulations sectorielles

Plusieurs recherches questionnent la manière dont les acteurs territoriaux s’approprient les problématiques relatives à l’articulation entre politiques de déplacement et politiques d’aménagement et mettent en œuvre des stratégies d’action adaptées.

La recherche « Habiter la ville, accéder aux territoires. Articulations habitat-déplacement-développement économique dans les politiques intercommunales », financée par le PUCA (MEEDDT) arrive à son terme fin octobre 2010. A partir de l’étude de deux communautés d’agglomération franciliennes, ce travail analyse les formes, les logiques et les moyens d’intervention des structures communautaires dans l’élaboration et la mise en œuvre d’opérations d’aménagement concrètes. Une attention particulière a été portée à la question de l’articulation entre plusieurs secteurs d’action (habitat, déplacements, développement économique), afin d’évaluer les capacités de ces institutions intermédiaires  à agir conjointement sur la localisation du logement, des activités et l’organisation des déplacements quotidiens.

La recherche sur les Régions (PREDIT 3 /2005-2007) et celle sur les départements (dans le cadre du PUCA ci-dessus) nous ont conduit à soumettre au PREDIT 4 (2008-2012) une nouvelle recherche sur la territorialisation des politiques publiques en n’entrant pas par une institution particulière. L’idée directrice de la recherche intitulée « Les territoires des politiques de transport : Action publique, Intermodalité et Mobilité Durable » est d’analyser finement les ressorts de la territorialisation à travers trois études de cas empiriques différenciées de ce point de vue : la tarification et la billettique multimodale des transports publics de personnes, l’intermodalité portuaire, et l’éco-redevance sur les poids-lourds. Spatialement, les deux terrains d’analyse retenus sont les régions Rhône-Alpes et Alsace. Elle associe SPLOTT, Pacte (IEP de Grenoble) et le Cepel (Montpellier) et fait l’objet de présentations en séminaires de suivi du PREDIT. 2010 a été consacrée aux enquêtes de terrain.

La gestion et la production des espaces publics sont interrogées au travers d’une recherche portant sur « L’adaptation des stratégies des collectivités territoriales au changement climatique » (programme ANR MISEEVA).
Sécurité des réseaux, des infrastructures et des voyageurs

La sécurité fait l’objet de deux projets de recherche.

Le premier projet, intitulé « MOCA » (Modélisation psychologique et prédiction des comportements individuels et collectifs dans les catastrophes urbaines, ANR dont le terme est prévu en 2012) est coordonné par le LVMT et réunit le laboratoire de psychologie de l’université d’Angers et l’INRETS/DEST autour de la problématique de la gestion de crise. Il vise à développer des outils de prévision des comportements des individus et des institutions en cas de catastrophe, notamment dans le cas d’attaque terroriste contre des réseaux de transport et des infrastructures critiques.

Le second projet, intitulé « PETRIS » (Perception des risques dans les transports en France et en Norvège), financé par la Direction de la recherche et de l’innovation du MEEDDT, propose une approche comparative des risques associés aux moyens de transports (individuels et collectifs) dans les deux pays. Le LVMT est coordinateur pour la partie française. Le projet se termine en 2011 et sera valorisé dans les années suivantes.
L’innovation dans les systèmes de mobilité

Cette quatrième thématique croise les deux perspectives majeures des travaux de l’équipe (aménagement et politiques publiques) en interrogeant la capacité des innovations technologiques à s'insérer dans les territoires et à mobiliser les acteurs publics et privés. L'innovation technique implique l'innovation organisationnelle, dans le processus de sa genèse comme dans celui de son appropriation durable. Il s'agit d'étudier les conditions et les temporalités de cette évolution globale du système de mobilité dans ses dimensions politique et territoriale, au travers des modalités de l'action collective (stratégies d'acteurs, outils, représentations, normes, institutions...) et des modalités d'insertion dans l'espace aménagé à différentes échelles.

La recherche « Sociologie des Acteurs Locaux de la Mobilité Electrique » (SALOME), financée par Renault et conduite avec l'équipe 3 du LVMT, s'inscrit dans cette perspective : l'ensemble des acteurs potentiellement concernés par le déploiement du véhicule électrique sont identifiés et interrogés, afin de déterminer comment une action collective, impliquant plusieurs échelles et composants de l'espace urbain, peut aboutir à la mise en place d'un système de mobilité électrique.
Valorisation

Le projet Bahn.Ville 2 a fait l'objet d'un chapitre d'ouvrage collectif édité dans le cadre de la plate-forme intégratrice interdisciplinaire de l'Inrets portant sur les transports guidés, ainsi que d'une présentation à la WCTR 2010.

La recherche « Où en sont les Régions en matière de politique régionale et durable des transports ? » (financée par l’Ademe / PREDIT 3 / 2004-2007) continue de faire l’objet de communications (séminaire IPRAUS-Predit) et d’articles dans des revues à comité de lecture (Politiques et société, Transport Policy).

L’analyse comparative des conceptions et des pratiques de la coordination entre transport et urbanisme dans quatre agglomérations suisses et françaises, réalisée dans le cadre d’un co-financement du CNRS et de l’Ademe, achevée fin 2008, a fait l’objet de plusieurs présentations dans des séminaires (IPRAUS-Predit), colloques internationaux (WCTR Lisbonne, EURA Darmstadt) et d’un article. Un ouvrage collectif a été publié dans les collections Rapport de recherche de l’INRETS.

Relations internationales

Le LVMT souhaite pérenniser la coopération Franco-Allemande autour de la question : « Re-building the city on rails ? » en prolongement du projet « Bahn Ville » qui bénéficie d'une labellisation Deufrako et dont la présentation des résultats est intervenue en juillet 2010 à Francfort (Allemagne).

L’équipe 2 accueillera dès la fin de l’année 2010 un professeur Mexicain qui passera son année sabbatique au LVMT (2011) et au-delà en Europe sur les questions d’intermodalité avec une perspective fort intéressante sur les pratiques sud américaines.

Equipe 3

L’équipe Economie, Réseaux, Modélisation Offre Demande (ERMOD) développe des modèles d’économie spatiale et d’économie du transport, depuis l’expression théorique jusqu’à la programmation d’un logiciel de simulation applicable en bureau d’étude partenaire. Les modèles concernent un système (de transport ou d’établissement) composé d’une offre et d’une demande, parfois aussi d’un régulateur. Les objectifs de recherche sont d’expliciter et mieux comprendre : la pression des flux sur les conditions d’usage ; en transport, la qualité de service pour les usagers, leurs choix de déplacement (itinéraire, mode, horaire) et leurs choix de mobilité (destination, génération) ; en occupation du sol, la qualité d’établissement en un lieu, les choix de localisation résidentielle et l’influence de l’accessibilité, les capacités spatiales.

Faits marquants de l’équipe 3 en 2010

En 2010, l’équipe Economie, Réseaux, Modélisation Offre-Demande (Ermod) a poursuivi son développement. En fin d’année elle comprend six chercheurs permanents, un post doc, un chercheur associé et une dizaine de doctorants et autres ingénieurs de recherche contractuels.

Sept thèses de doctorat ont été soutenues entre décembre 2009 et janvier 2011. L’invitation des jurys et les soutenances ont permis de valoriser à l’extérieur une « marque de fabrique » : l’analyse de système, sensible aux aspects techniques, économiques, sociaux et environnementaux, qui précède la modélisation à caractère mathématique et informatique.

Ce principe est décliné pour les thèmes suivants :

  • La dynamique du trafic routier : choix d’itinéraire et d’horaire de départ, information dynamique, consommation d’énergie et émissions de polluants.

  • En transports collectifs, les phénomènes de capacité concernant le trafic des véhicules et le trafic des voyageurs, en interaction avec les choix d’itinéraire des voyageurs.

  • La mobilité urbaine liée aux achats des ménages : modélisation désagrégée des choix de destination et de moyen de transport.

  • La modélisation offre-demande du stationnement.

  • La prospection du développement de la mobilité électrique (contrat Renault) : enjeux et politiques publiques, positions et capacités d’adaptation des acteurs concernés.

  • L’analyse offre-demande du logement dans une agglomération, en interaction avec les conditions de déplacement.

A ce dernier sujet, plusieurs « modèles monocentriques de ville », au croisement de l’économie urbaine et de l’économie du transport, ont été développés : pour expliquer l’influence du réseau de transports collectifs sur les prix immobiliers ; pour analyser la sensibilité des marchés immobilier et foncier au développement d’un réseau structurant ;: pour discerner l’effet de la dispersion de l’emploi sur la localisation des ménages et la forme urbaine.

Les travaux ont été activement présentés dans des conférences internationales : 7 communications au TRB, 4 à la WCTR, 3 à l’ETC, 2 dans un colloque à l’Université de Lille en l’honneur de Masahisa Fujita. Une dizaine d’articles ont été soumis à des revues scientifiques de rang A.

Une grande part de l’activité s’insère dans deux Chaires de Recherche et Formation :

  • La Chaire Eco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures associe l’Ecole des Ponts ParisTech à MINES ParisTech et AgroParisTech. Le Lvmt a organisé la 2ème conférence anniversaire, « Décision territoriale et indicateurs de développement durable », le 4 novembre 2010 à Marne la Vallée. Les trois écoles étudient en commun le Cluster Descartes, grande opération d’aménagement qui combine la construction et la rénovation de bâtiments, l’éco-gestion d’espaces verts, la localisation d’activités et la planification multimodale du transport.

  • La Chaire Socio-économie des transports de voyageurs en milieu urbain, en partenariat avec le Stif, soutient les activités de l’équipe sur les transports collectifs. Sa 1ère journée anniversaire aura lieu en janvier 2011 à l’Ecole des Ponts sur le thème des contraintes de capacité et des phénomènes de congestion dans les transports collectifs urbains. Sur ces sujets l’équipe s’est engagée dans un réseau européen COST, fondé en 2010.

L’équipe continue de co-organiser la formule bimestrielle du séminaire international de l’Université Paris-Est consacré à la « Modélisation des Réseaux de Transport ». Une journée spéciale de ce séminaire se déroulera le 25 novembre 2010 dans les locaux de l’École des Ponts ParisTech.

Activités transversales et projets optimisation et GEBD
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire iconLvmt – Laboratoire ville mobilité transport Articles parus dans des...
«Multipolarisation des emplois et deplacements domicile-travail : une comparaison de trois aires urbaines françaises», Revue Canadienne...

2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire iconLe Laboratoire d’Economie de Dijon (ledi, umr 6307 cnrs) de l’université...

2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire iconIntroduction le Québec, «laboratoire» culturel et politique
«Quel renouvellement depuis la Révolution tranquille ?», IL s’agissait d’analyser en quoi et selon quelles perspectives le Québec...

2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire iconActivités de recherche au Laboratoire lem umr cnrs 9221
«Comptes rendus de thèses soutenues», Revue Française de Socio-Économie, 2013/1 n° 11, p. 259-266. Issn 1966-6608. Revue classée...

2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire iconBilan scientifique
«Laboratoire Productique Logistique» se crée à l’ecp à la demande du Directeur de l’Ecole Centrale Paris

2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire icon07 68 05 75 39 Permis b mail: 147 Boulevard de Charonne 75011 Formations
«Stratégie d’autoconsommation et impacts sur les tarifications réseaux» au sein du laboratoire gael (Laboratoire d’Economie Appliquée...

2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire iconFls, compétence scolaire et lecture-écriture Robert Bouchard Université...
«outil de l’intellect» (Goody 2007). On y apprend du même coup à vivre dans une société où la culture écrite est dominante et où...

2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire iconLaboratoire de psychopathologie psychanalytique des Atteintes Somatiques et Identitaires

2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire iconLes zones périphériques industrielles et commerciales : de nouvelles...
«ville automobile» a succédé à la ville pédestre et du transport collectif. L’agglomération est devenue “aire urbaine“ et les espaces...

2011 lvmt laboratoire ville mobilité transport umr t 9403 laboratoire commun inrets école des ponts paristech upemlv sommaire iconLaboratoire regards ea 6292






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com