Introduction générale





télécharger 160.93 Kb.
titreIntroduction générale
page1/5
date de publication08.01.2017
taille160.93 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5
Sommaire

Introduction générale 2

Je tiens tout d’abord à remercier les personnes suivantes :

  • Emmanuel THIMONIER, tuteur universitaire, pour sa disponibilité, sa compréhension, ses conseils et l’intérêt qu’il a porté à mon travail ;



  • Catherine GRANDIN-MAURIN, architecte et directrice du CAUE du Rhône, pour m’avoir accueillie au sein de l’association, pour la confiance qu’elle m’a manifestée ;



  • Maël MERALLI-BALLOU, maître de stage, pour son soutien, son implication, pour la confiance qu’il m’a manifesté



  • L’ensemble des personnes qui ont bien voulu être mes interlocuteurs le temps de quelques heures, pour l’importance de leurs idées, l’intérêt de leurs propos et la confiance qu’ils m’ont accordée en me rencontrant ;



  • Toute l’équipe de l’association, souriante et attentionnée.


Introduction générale


Ce mémoire est issu d’un travail effectué lors de mon stage de Master 1, réalisé au sein du CAUE du Rhône. Dans le cadre de sa mission de sensibilisation, d’information et de médiation, le CAUE édite un blog sur le thème de la Métropole : « Echos de Métropole. » Ce blog, dont le développement constitue la mission principale de mon stage, se veut être un moyen de communication moderne, pour construire une réflexion sur ce sujet à la fois ambigu et porteur. Il est, en effet, très aisé de constater qu’il existe un décalage entre le discours des techniciens et des politiques et la conscience citoyenne du phénomène de métropolisation. Mettre la « Métropole » à la portée de tous, par la transmission d’un message porteur d’explications est l’une des motivations principales de ce blog.

C’est donc en toute logique que la problématique développée au travers de ce mémoire s’attachera à répondre à une question concernant la Métropole, et plus précisément la Métropole lyonnaise, qui est également l’objet d’étude principal du blog. Ce sujet est l’une des préoccupations actuelles majeures du CAUE du Rhône ; cette thématique est également étudiée par mon maître de stage au travers de sa thèse : les apports du présent mémoire sont donc doubles.

Lyon est souvent considérée comme étant la seconde agglomération française. Son poids démographique et économique n’est plus à prouver, elle affiche désormais des prétentions européennes, voire internationales. Il s’agit donc d’un cas d’étude tout à fait intéressant. C’est une métropole dynamique qui a su mettre en place des stratégies de développement innovantes. Son « ambition métropolitaine » n’est d’ailleurs pas toute récente. Elle est le fruit d’une construction de longue date, basée sur une certaine continuité qui a permis de maintenir les projets et de construire l’agglomération. Aujourd’hui, Lyon est devenue une métropole de tout premier plan, creuset de compétences scientifiques, techniques, économiques, culturelles et artistiques. La solidité de sa tradition d’expérimentation et de savoir-faire alliée à une vie intellectuelle dynamique lui donnent toutes les ressources pour s’affirmer comme un laboratoire d’innovation et de créativité.

Dans ce contexte, il était nécessaire de répondre à une problématique originale, alliant deux thématiques : une réflexion conceptuelle sur la Métropole dans un premier temps, pour les raisons explicitées ci-dessus, et sa prise en compte par et dans les medias dans un second temps. Ce deuxième choix s’explique principalement par l’objet de ma mission, résidant dans le développement et la gestion du blog. Impossible, aujourd’hui, de passer outre ce nouveau phénomène de prolifération des blogs. Un blog est un site Web constitué par la réunion de billets agglomérés au fil du temps et souvent classés par ordre chronologique.

Chaque billet (appelé aussi « note » ou « article ») est, à l'image d'un journal de bord ou d'un journal intime, un ajout au blog ; la blogueuse/le blogueur (personne s'occupant du blog) y délivre un contenu souvent textuel, enrichi d'hyperliens et d'éléments multimédias, sur lequel chaque lecteur peut généralement apporter des commentaires.

Ils sont en effet considérés comme un nouveau type de média, et entrent ainsi en concurrence directe avec les autres médias traditionnels. Cette apparition massive des blogs marque un changement majeur dans la diffusion de l’information, et la perception de cette dernière par les individus. Ce système de blog offre une alternative relativement moderne et innovante aux medias plus classiques que sont les chaines de télévision, les ondes de radio ou les pages des journaux. Enfin, au-delà du fait qu’ils deviennent sources d’informations, les blogs sont devenus des plateformes d’échanges, et permettent aux auteurs et lecteurs de débattre et de commenter les articles et les publications.

En reliant ces deux sujets, il semble intéressant de s’interroger sur le rôle des médias dans la Métropole lyonnaise et plus particulièrement dans la construction de cette dernière, partant du principe que la Métropole n’est pas quelque chose de figé mais de dynamique. Les médias sont-ils acteurs de la construction métropolitaine ? Le cas échéant, comment participent-ils à sa construction ? Cette problématique reste très intéressante, de par son originalité : c’est, en effet, une entrée qui n’a, a priori, pas ou peu été traitée.

Le stage dont ce mémoire fait l’objet a été réalisé du 29 Avril 2010 au 18 juin 2010. En plus d’un apport personnel très enrichissant, il a été l’occasion, pour moi, de me familiariser avec cette thématique forte, porteuse et originale qu’est la fabrication métropolitaine. Et ce, notamment grâce à la rédaction des billets pour le blog, qui entraîne, bien évidemment, une recherche théorique en amont, ainsi que la lecture de nombreuses publications. Les quelques entretiens que j’ai pu réaliser auprès d’acteurs du territoire lyonnais, ont, de plus, été sources de débat, d’échanges de points de vue, d’émergence d’idées et, surtout, de rencontres originales, intéressantes, parfois surprenantes.

Le sujet m’a beaucoup intéressé dans le sens où il n’est pas cloisonné. Tous les aspects du territoire, conjugués à l’urbanisme et aux préoccupations humaines, sont intégrés à la réflexion et permettent d’étudier des aspects variés sans craindre la monotonie.

Le mémoire est articulé en deux grandes parties. Un premier temps théorique dans lequel nous nous risquons à une définition de la Métropole, pour se recentrer ensuite sur le cas lyonnais, en explicitant son histoire de métropole planificatrice, et en analysant la variation de ses différents périmètres au fil du temps. Nous revenons alors sur le concept de « métropolisation », ce qui nous conduit à nous interroger sur la notion de « marketing territorial », indéniablement liée à celles de territoire, d’identité et d’image, notions traitées elles aussi…La deuxième partie du mémoire s’attache à décrire les différents médias en présence, tout en explicitant leur rôle dans la construction de cette la Métropole lyonnaise.

Préambule : Présentation du CAUE du Rhône

Issus de la loi sur l’architecture du 3 janvier 1977, les Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement sont des associations aux missions de services publics. Ils sont financés par la taxe départementale sur les permis de construire, la TDCAUE, votée par le Conseil général, par des subventions de la Région, du Département, des communes ou d’autres collectivités publiques, par les cotisations des adhérents et par les contributions liées à des conventions d’objectifs conclues avec les collectivités ou les partenaires publics ou privés. Les CAUE sont présents dans 90 départements, en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer. Depuis leur création, ils ont constitué des réseaux afin d’établir des liens, d’échanger des informations, de dialoguer au-delà de leur département et de capitaliser leurs savoir-faire.

Le CAUE du Rhône est membre de la Fédération nationale des CAUE, association loi 1901 créée le 9 mai 1980. Elle regroupe les CAUE représentés par leur président. C’est un lieu d’échanges, de valorisation des expériences départementales et de mutualisation pour les CAUE. Elle organise, pour le réseau et ses partenaires, des rencontres, des congrès, des colloques qui leur permettent de participer aux débats nationaux sur l’architecture, l’urbanisme, l’environnement. Il est également membre, initiateur, et animateur de l’Union Régionale des CAUE Rhône-Alpes. (Il regroupe 7 CAUE : Ain, Ardèche, Drôme, Isère, Rhône, Savoie, Haute-Savoie.) Cette union régionale permet, notamment, de coordonner l’action des CAUE dans leurs relations et dans leurs demandes auprès des instances régionales.

Le CAUE a pour mission de développer l'information, la sensibilisation et la participation du plus grand nombre d’acteurs dans les domaines de l'architecture, de l'urbanisme, de l'environnement et des paysages. Il est conseiller et formateur des maîtres d'ouvrages publics et privés, des élus locaux dans leur projet d'aménagement et de construction, et des professionnels (Grand Lyon, Ville de Lyon, Ville de Villeurbanne, SERL etc.). Il conseille les particuliers et intervient en milieu scolaire à la demande des enseignants. Il s'adresse au grand public par des expositions, des débats, ou encore des visites.

L'association se compose des membres adhérents et d'un Conseil d'administration de
23 membres défini pas la loi sur l'architecture :

  • 4 représentants de l'État,

  • 6 représentants des collectivités locales choisi par le Conseil général,

  • 4 représentants des professions concernés,

  • 2 personnes qualifiées,

  • 6 membres élus par l'AG,

  • 1 représentant élu du personnel.

Le CAUE du Rhône est installé à Lyon, au 6 bis, quai St-Vincent, le long du site prestigieux des quais de Saône inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cet ancien pas de tir des arquebusiers de la ville, dont les fondations remontent à 1664, a fait l’objet d’une restauration contemporaine par les architectes Reichardt et Ferreux. Il prend place aux côtés de plusieurs bâtiments restaurés sur ce site : Les Greniers d’Abondance (DRAC Rhône-Alpes), l’Ecole Vétérinaire (Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse), les Subsistances (Centre Culturel de Lyon, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts), le Fort Saint-Jean (Ecole Nationale du Trésor Public ).

Une trentaine de professionnels sont engagés au CAUE pour développer les actions de sensibilisation et de conseil : architectes, paysagistes, urbanistes, historien, documentalistes, assistants techniques et administratifs travaillent en équipe pluridisciplinaire au CAUE et sur l'ensemble du territoire du Rhône.


  1. Métropole et Métropolisation



    1. Qu’est-ce qu’une métropole ?

Cette première partie introductive vise à bien définir ce qu’est la « Métropole » qui constitue la notion principale sur laquelle le présent mémoire s’appuie. Notons qu’actuellement cette notion reste controversée, définie et entendue de manière très diverse et parfois contradictoire : il est donc assez difficile d’en retenir une définition précise. Si, comme le veut le proverbe, « l’abondance de bien ne nuit pas », l’abondance de termes peut, dans un domaine scientifique donné, devenir nuisible. « Métropole régionale », « France métropolitaine », « métropole économique », et les 8 420 000 résultats (en version francophone) que présente Google lorsque l’on recherche « métropole », sont autant d’exemples illustrant cette sur-utilisation du terme, trop souvent employé de façon abusive.

      1. La Métropole fonctionnelle

Etymologiquement parlant, la Métropole - du grec mêtêr, mère, et polis, ville - est la ville principale d'une région géographique ou d'un pays. C’est un lieu de concentration de population, de pouvoirs et de services, un théâtre d'enjeux qui lui permettent d’exercer un pouvoir d'attraction sur l'ensemble de la région environnante qu'elle domine. Elle anime ainsi un système urbain plus ou moins complexe, grâce à ses différentes « fonctions métropolitaines ». J.-F. TROIN 1 définit ces dernières comme étant l’ensemble des fonctions de commandement, de décision et de production économique à forte valeur ajoutée (sièges sociaux, places financières, centres de recherche, etc.). La présence de fonctions de direction, inévitable dans toute ville-capitale, n’est cependant pas ou plus suffisante pour caractériser la Métropole.

      1. Une position centrale

Sa position de carrefour, de pôle d’échange (la Ville est née du commerce) est également, aujourd’hui, un facteur déterminant. Pour C. LACOUR 2, la Métropole n’est autre qu’un nœud de communication et d’information. Son intégration aux différents réseaux régionaux, nationaux ou internationaux, donne naissance à une certaine offre de mobilité pour les biens, les personnes et les services, une offre qui se veut indispensable pour l’obtention de « l’appellation » Métropole. La qualité de cette offre se répercute sur l’attractivité de la Ville et bien évidemment sur son rayonnement et son influence. Petite parenthèse ici pour évoquer la notion de « cadre de vie », indéniablement liée à celle « d’attractivité ». Le cadre de vie regroupe les différents espaces publics, l’offre de loisirs, l’offre de commerces, l’offre culturelle, etc..

La recherche de qualité pour ce cadre de vie est un élément très important pour la course à l’attractivité, dans la mesure où il est question du bien-être de la population. « Dans une économie tertiaire, le prestige et le facteur du « bien-être » deviennent des atouts de plus en plus important. » 3 L’image d’une ville (cf. supra) intervient donc de manière très importante dans son processus de « métropolisation ». La sur-utilisation du terme « Métropole » provient, en partie, de cette nécessité de valoriser la Ville.

      1. Une influence certaine sur son territoire

La Métropole est influente, elle agit sur le territoire, elle provoque des changements physiques, économiques, sociologiques, etc., et la présence du pouvoir politique est l’une des illustrations de son influence. Enfin, outre un rayonnement politique et économique, c’est un rayonnement dans des domaines tels que les loisirs, le sport, la culture, ou l’enseignement qui sont, ici, mis en avant : autant de domaines qui participent directement ou indirectement à l’emprise de la Métropole sur son territoire. Ces trois caractères - attractivité, influence et rayonnement - sont les caractéristiques principales d’une métropole, bien plus que son contenu fonctionnel.

      1. De Ville en Métropole

Cependant, toutes les villes, petites ou grandes, sont, par définition, des centres où se concentrent services, fonctions et pouvoirs qui desservent un territoire. Plus la Ville est grande, plus leur concentration et leur diversité sont importantes, et plus le territoire qu'elle dessert est étendu. À quel moment peut-on considérer qu'une de ces grandes villes devient une métropole? À partir de quels critères ? C’est globalement ce qui pose problème pour la définition de cette notion n’ayant, pour l’heure, aucune vocation institutionnelle ; le cadre n’est pas clairement défini. Nous optons donc pour une série de critères assez restrictifs pour qualifier la Métropole, en privilégiant la diversité des fonctions et le caractère "complet" de la ville. Critères ainsi définis par J.-F. TROIN 4.

  1   2   3   4   5

similaire:

Introduction générale iconIntroduction generale

Introduction générale iconEconomie et finances publiques introduction generale définition générale des finances publiques

Introduction générale iconIntroduction generale a l’economie

Introduction générale iconIntroduction à la comptabilité générale

Introduction générale iconIntroduction generale sur le droit des entreprises

Introduction générale iconPlan général : I° partie : introduction générale au texte du dialogue

Introduction générale iconI- introduction generale
...

Introduction générale iconA introduction generale b les moteurs adaptés aux voitures
«biocarburants» a été encouragée par les Etats-Unis et d’autres pays, dont le Brésil

Introduction générale iconIntroduction generale
«la classe productive» tandis que l’industrie ne crée rien, elle transforme les matières premières produites par l’agriculture et...

Introduction générale iconIntroduction générale : Pourquoi s’intéresser aux hauts revenus ?
«naturelle» des inégalités de revenus dans une économie de marché ? Telles sont les questions de fond auxquelles ce livre tente de...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com