Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ?





télécharger 140.68 Kb.
titreQu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ?
page1/2
date de publication08.01.2017
taille140.68 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2

Chapitre 1

Des cartes pour comprendre le monde

Thème 1

Des clés pour comprendre le monde



Introduction
Questionnement autour de la carte : Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ?
Une carte est une représentation du globe terrestre schématisé sur une surface plane. C’est une projection qui déforme le tracé, la dimension comme la position des continents.

Elle permet de localiser, de nommer les grands repères du monde comme les réalisations humaines (Etats, villes…).

Elle permet aussi d’analyser des phénomènes géographiques divers et variés (ex : pauvreté dans le monde, flux, déforestation…). En ce sens, elle est un outil pour comprendre le monde et l’interpréter.

Enfin, la carte est une construction intellectuelle qui procède d’un choix. En ce sens, elle ne donne qu’un point de vue et peut être critiquée (projection choisie, pertinence des informations représentées…)
Comment lire le monde aujourd’hui ? Quels enjeux incontournables montrent la complexité du monde actuel ?


Ces lectures différentes du monde sont complémentaires pour envisager sa compréhension dans toute sa complexité.


image1

Légende

Pôles de la puissance Espaces marginalisés

et périphéries intégrées à l’espace mondial

Nouveaux pôles de puissance du Sud Limite Nord/Sud

Les Brics, locomotives de la croissance

coeur-Le prochain sommet des Brics à New Delhi, les 28 et 29 mars prochain, promet d'être suivi de très près par le reste du monde. Sécurité alimentaire, énergie, développement, crise financière internationale, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud ont un menu chargé. Et dès hier, le ministre des Affaires étrangères chinois a rencontré son homologue indien pour s'y préparer.

Avec un produit intérieur brut (PIB) de près de 14 milliards de dollars, ce groupe de pays, qui compte pour 18% du PIB de la planète, s'affirme de plus en plus comme le moteur de la croissance mondiale. L'an dernier, le seul commerce interne aux Brics a atteint 230 milliards de dollars, soit 8% du commerce de la planète tout entière.

«D'ici à 2016, ils compteront pour 37% de la croissance» du globe, prédit le dernier rapport économique de Grant Thornton. Le groupe international d'audit et de conseil, qui a interrogé 350 chefs d'entreprise dans les pays concernés, exception faite de l'Afrique du Sud, estime que les hommes d'affaire y sont «beaucoup plus optimistes» que dans le reste du monde. Ainsi 72% d'entre eux prévoient une hausse de leur activité dans les douze mois à venir, contre 37% pour les pays du G7. De même, 45% d'entre eux se préparent à embaucher et ils sont 47% à envisager d'augmenter leurs investissements, contre 17% dans les États du G7.

Bien sûr, ils vont connaître inévitablement des problèmes : exportations de pétrole pour la Russie, monnaie trop forte pour le Brésil, bulle immobilière pour la Chine et corruption pour l'Inde. Mais, globalement, ils pèseront de plus en plus lourd, insiste Grant Thornton.

À Mexico, fin février, en marge du sommet des ministres de Finances, les Brics ont discuté de la création d'une banque multilatérale pour financer leurs grands projets. Ils en reparleront à New Delhi. Tout comme ils vont remettre sur la table le rôle qu'ils entendent tenir dans la crise de la zone euro. Le ministre brésilien des Finances ne laisse guère de place au doute. Les pays émergents «apporteront plus de ressources au FMI une fois que les Européens auront renforcé leur propre pare-feu», a-t-il affirmé.

Ces pays émergents ne se privent pas non plus, alors que le mandat de l'Américain Robert Zoellick à la tête de la Banque mondiale va prendre fin en juin, de rejeter publiquement le principe selon lequel la présidence de cet organisme doive revenir de facto aux États-Unis.

Mais s'ils songent à présenter leur propre candidature, force est de reconnaître qu'ils n'ont pas de candidat. Ils le savent. C'est pourquoi, faute de pouvoir briguer la tête de la banque, les Brics sont plus que jamais décidés à profiter de ce renouvellement pour réclamer haut et fort un vrai pouvoir élargi dans les grandes instances internationales.

Le Figaro, Arnaud Rodier, publié le 01/03/2012

PIB et IDH dans le monde en 2011

Questions

Carte : PIB et IDH dans le monde en 2011

Présentez le document (type de carte, thème et date). Analysez la légende : définissez PIB par Etat et IDH. Que permet de mesurer chacun de ces indicateurs ?  Quels espaces dominent ?  Quel continent cumule les difficultés ? Justifiez votre réponse à l’aide d’un exemple.

Texte : Les Brics, locomotive de la croissance

Qu’appelle-t-on Brics ? Quel poids représentent-ils dans l’économie mondiale aujourd’hui ? Quel sera leur poids en 2016 ? Comment cela se traduit-il au niveau des entreprises ? Quelle décision montre que les Brics entendent devenir des puissances avec lesquelles les pôles dominants devront composer ?

Croquis : montrez que l’organisation géoéconomique du monde est multipolaire et hiérarchisée. Trouvez le figuré adéquat pour représenter chaque élément de la légende.
Grille de lecture géoéconomique : un monde inégal.


Russie

UE




Corée du Sud

JAPON

EUA




Chine

Taiwan




Pma d’Afrique

subsaharienne




Singapour

Inde

Brésil


Afrique du Sud

Australie


1.Grille de lecture géoéconomique : un monde inégal
Etude carte PIB et IDH dans le monde en 2011

La carte en anamorphose (carte dans laquelle la surface du territoire est proportionnelle au phénomène représenté) montre les grands contrastes de richesse et de développement dans le monde en 2011que l’on peut lire à partir de deux indicateurs : le PIB par Etat (les formes géométriques) et l’IDH (les couleurs).

PIB par Etat (Produit intérieur brut) est un indicateur qui mesure la totalité de la richesse produite dans un pays. Il correspond à la valeur de l'ensemble des biens et des services produits sur un territoire au cours d'une année.

L’IDH (Indice de développement humain) est un indicateur qui mesure le niveau de développement (accroissement des richesses associé à l’amélioration des conditions de vie d’une population) des pays en faisant la synthèse de trois données : l'espérance de vie à la naissance (qui donne une idée de l'état sanitaire de la population du pays), le niveau d'instruction (durée moyenne de scolarisation et le taux d'alphabétisation), le PIB par habitant, calculé en parité de pouvoir (qui donne une indication sur le niveau de vie moyen du pays). L’échelle de cet indicateur va de 0 à 1. Plus l'indice est proche de 1, plus le développement est avancé.

Le poids des Etats du Nord est important : les EUA, les pays de l’Union Européenne et le Japon s’affirment comme des pôles de puissance qui dominent l’espace mondial et un certain nombre de périphéries (espaces intégrés à l’espace mondialisé) telles que la Corée du Sud, Taïwan, Singapour, l’Australie. Il est à remarquer la place relativement modeste de la Russie au sein de ce premier ensemble ainsi que celle grandissante de la Chine, de l’Inde, du Brésil qui représentent les nouveaux pôles de puissance au Sud. Le poids de l’Asie du Sud et de l’Est se distingue par sa puissance des autres aires continentales du Sud : l’Amérique latine et de l’Afrique.

Enfin, l’Afrique est le continent qui cumule les difficultés en termes de richesse (le PIB africain serait équivalent à celui d’un pays, l’Inde) et de développement (les IDH du continent vont de moyen à faible)

Etude du texte : Les BRICS, locomotives de la croissance

BRICS est un acronyme qui désigne le noyau pilote des principaux pays émergents à savoir le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud.

Ces pays représentent à eux seuls 18% du PIB planétaire (soit 14 milliards de dollars) et 8% du commerce international (soit 230 milliards de dollars) : en ce sens, ils peuvent être considérés comme des « moteurs de la croissance mondiale ».

Leur poids dans l’économie mondiale va s’accroître puisqu’en 2016, les experts prévoient qu’ils représenteront 37% de la croissance. Globalement, les entreprises de ces pays diversifient leurs activités, augmentent leurs investissements et embauchent de façon significative.

En février 2012, les Brics se sont réunis à Mexico afin d’envisager la création d’une banque qui financerait « leurs grands projets ». Cet organisme, s’il voit le jour, pourrait concurrencer la Banque Mondiale, organisme international chargé de financer les projets de développement des pays du Sud. Cette action montre que les Brics entendent jouer un rôle décisionnel plus important dans les administrations internationales chargées d’arbitrer les difficultés économiques à l’échelle de la planète.


Schéma de synthèse (voir fiche)


Les conflits armés dans le monde (2009)

http://cartographie.sciences-po.fr/sites/default/files/d01c_conflits_2009.jpg?1326104277

La possession de l’arme nucléaire fait-elle encore sens ? 1

(…) Le monde post-11-septembre a connu des bouleversements importants, et rapides, qui autorisent aujourd’hui à se questionner quant à l’intérêt stratégique de posséder l’arme nucléaire. (…) François Hollande associe fortement l’idée de l’arme nucléaire à celle du respect du pays la possédant. (…) Il laisse entendre que la possession de l’arme nucléaire a pour fonction principale d’empêcher la guerre. Ces deux arguments sont pour le moins discutables, plusieurs faits remettant en cause leur pertinence.

Pensée sous de Gaulle pour assurer l’indépendance stratégique de la France, l’arme nucléaire n’est clairement plus aujourd’hui un moyen de pression de la part de la France pour affirmer ses positions. On l’imagine mal menacer un pays, aussi dangereux soit-il, d’une attaque nucléaire, tant les conséquences d’une telle entreprise seraient disproportionnées et que les victimes civiles se compteraient par milliers.

Soulignons au passage que la distinction entre le représentant d’un État et la population de ce dernier ne doit pas être oubliée, et ce d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un régime autoritaire. Qui plus est, les récents conflits où la France a été impliquée (Libye, Afghanistan…) n’ont jamais fait au préalable l’objet d’une menace d’une attaque nucléaire.

En outre, l’arme nucléaire française n’a pas empêché l’émergence de nouveaux conflits, voire même l’intervention de la France. Les probabilités que la France soit attaquée sur son sol sont pour le moins faibles. En revanche, en intervenant sur de nombreux théâtres d’opération, en Afrique et en Afghanistan par exemple, elle prend des risques mais ne peut se prémunir du danger par la menace nucléaire. Les Talibans sont responsables de la mort de nombreux soldats; une réplique nucléaire est-elle envisageable ? Sûrement pas.

Les nouvelles dimensions de la guerre : (…) si l’on s’intéresse aux menaces qui pèsent sur les Etats, très peu sont d’ordre interétatique. Par contre, le terrorisme transnational reprend des forces et sévit particulièrement en Afrique du Nord, où les intérêts occidentaux (français surtout) sont fragilisés. Les nombreux enlèvements et assassinats d’otages témoignent d’une nouvelle dimension de la guerre. La piraterie maritime s’inscrit également dans cette logique d’actions à faible coût pour les concepteurs mais aux conséquences lourdes pour ceux qui les subissent. Enfin, la cyber-guerre est un champ d’études en plein essor qui suscite l’intérêt de nombreux gouvernements, conscients que le cyberespace n’est pas un espace neutre et qu’il peut être l’objet d’affrontements.

L’accroissement et la diversité des menaces devraient inciter à une profonde réflexion sur les meilleurs moyens d’action et de pacification (…).On assiste aujourd’hui davantage à une guerre de l’information qu’à un risque de conflit nucléaire. Dans le cas de l’Iran, outre le fait que l’on manque cruellement d’informations concernant l’avancée du programme nucléaire, l’objectif du pays est de procéder à un rééquilibrage des puissances dans la région, Israël étant la seule détentrice de l’arme nucléaire. Dans le même esprit, la Corée du Nord se sert de l’arme atomique pour son chantage avec les puissances internationales afin d’obtenir l’aide humanitaire, le régime pouvant encore plus être fragilisé en cas de famine aggravée. A l’exception de ces deux problèmes, où le nucléaire a une dimension importante mais non exclusive dans la compréhension de leur spécificité, il semble bien que l’arme atomique et la dissuasion qu’elle implique soient d’un autre temps. La catastrophe de Fukushima a rappelé au monde que le nucléaire, civil ou militaire, n’est pas une réalité anodine et que les choix qui s’y réfèrent engagent l’humanité sur plusieurs générations. Posséder une arme nucléaire et croire en sa capacité à perpétuer un semblant de puissance peut être un bon moyen pour occulter les autres vecteurs d’influence, tels que l’action politique, les stratégies économiques et la valorisation culturelle d’un Etat.

Le nouvel Observateur, Maxime Pinard (Chercheur à l'IRIS), 25/12/2011

1 Avertissement : il ne s’agit pas d’un article de journal mais d’une contribution, une réflexion émise par un chercheur de l’Iris (Institut de Relations Internationales et Stratégiques) qui y défend une thèse : il s’agit donc d’un point de vue exprimé après le positionnement de François Hollande durant la campagne présidentielle sur l’arme nucléaire française.

nucl%c3%a9aire-logo
Grille de lecture géopolitique : un monde conflictuel.


Questions

Carte : Les conflits armés dans le monde (2009)

Présentez le document (source, thème et date).

Analysez la légende : combien de types de conflits définit-elle ? Illustrez chaque type de conflit par un exemple précis (recherché dans la presse ou sur internet à partir de la carte)

Quelles sont les régions les plus concernées par les conflits ? Quel est leur point commun ?

Texte : la possession de l’arme nucléaire fait-elle encore sens ?

Présentez le document (source, date, auteur, idée générale)

Quelle est la position de l’actuel président français sur l’arme nucléaire ?

Quelle est celle de l’auteur de la contribution ? Justifiez votre réponse

Quels sont les nouveaux types de conflits auxquels le monde va être de plus en plus confronté selon l’auteur ?

Quels sont les deux pays cités dans le texte qui utilisent la menace nucléaire comme une arme diplomatique ? Quel est l’objectif visé par chacun d’eux ?

Plus que le nucléaire, quelles influences peuvent montrer la puissance d’un Etat sur la scène internationale ?

Organigramme : Complétez le schéma à l’aide des documents et de vos connaissances (programme de première). Vous devrez montrer que le monde en ce début de XXIème siècle est un monde instable et conflictuel. Votre production analysera les causes majeures des conflits (pourquoi s’affronte-t-on ?), les modalités (comment ?) ainsi que les conséquences (sur qui, sur quoi ?). Vous devrez également faire apparaître dans votre travail l’idée qu’il existe des moyens plus ou moins efficaces pour tenter de réguler cette instabilité.




nucl%c3%a9aire-logo
2.Grille de lecture géopolitique : un monde conflictuel.
Carte : Les conflits armés dans le monde (2009)
La carte proposée émane de la cartothèque Science Po et rend compte des principales conflictualités (zones d’insécurité) dans le monde pour l’année 2009. Elle en définit les principales causes.

La carte définit trois types de conflits :
  1   2

similaire:

Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ? iconI la constitution : la Vème République est incompatible avec le régime des partis
«c’est un esprit, des institutions, une pratique». Son objectif est clair : «Assurer aux pouvoirs publics l’efficacité, la stabilité...

Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ? iconCarte 4 Le permafrost Pour le géologue, le critère est le sol qui...

Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ? iconRapport d’un sous-ensemble à son ensemble ramené à 100. Un est une...
«le taux est de x%», «la part est de X on doit faire une phrase significative afin de donner le sens de ce pourcentage

Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ? iconBiovision est un projet Lyonnais aux ambitions larges. Outre les...

Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ? iconDocument 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005,...
A priori, IL est toujours plus rentable d’utiliser son épargne pour dépenser que d’effectuer un emprunt, car cela permet d’éviter...

Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ? iconBibliographie 24 carte annexe 25 Document annexe 28 Du mariage traditionnel...
«vraies réponses» qui sont autant de prises de position potentiellement partisanes, IL est toujours plus utile de s’interroger, de...

Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ? iconFrançoise Bollengier, Maryse Lopez L’argumentation n’est pas soluble dans la séquence… 23
«argumenter», c’est pouvoir exprimer une opinion, la défendre, c’est devenir un citoyen responsable et libre de penser, de développer...

Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ? iconLa durée de l’épreuve est de 4 heures (portée à 5 heures pour les...
«L’objectif est d’évaluer la maîtrise des connaissances notamment les notions et les mécanismes de base du programme». Le candidat...

Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ? iconCe document est une proposition de planification proposé par Didier...

Qu’est-ce qu’une carte ? Quelle est son utilité ? Est-ce un document objectif ? iconOrigine et objectif de la fiche
«bloc» qui décrit l’ensemble des éléments nécessaires à la construction d’une question et de son traitement, c’est-à-dire le résultat...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com