Ch 1 : la psychologie sociale : approche et theories





télécharger 144.18 Kb.
titreCh 1 : la psychologie sociale : approche et theories
page1/4
date de publication08.01.2017
taille144.18 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4
LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA PSYCHOLOGIE SOCIALE
Gustave-Nicolas Fisher
Dunod


AVANT-PROPOS
La psychologie sociale est aujourd’hui un domaine d’études qui propose des concepts, des théories et des méthodes , c’est-à-dire un cadre scientifique pour analyser différents phénomènes et aspects relationnels de la vie sociale.
Ce livre présente les principaux concepts de base de cette discipline . Il se veut un manuel d’enseignement qui comporte des exposés didactiques sur les divers concepts et processus abordés. Il est conçu dans le but de présenter les acquis théoriques les plus connus, de dégager des types de questionnement et des modèles d’analyse à partir des expériences et des recherches les plus marquantes. Le travail effectué par l’auteur est essentiellement pédagogique : fournir des instruments d’analyse, se familiariser avec les principaux domaines de la psychologie sociale, amener à s’interroger sur le fonctionnement social.
Structure :

- Chapitre introductif sur la psychologie sociale pour situer le cadre général de cette discipline.

- 5 chapitres qui portent sur un concept important : la relation sociale, l’influence sociale, la représentation sociale, la cognition sociale, l’identité sociale.
Chaque concept est présenté à partir de trois éclairages distincts : les principaux aspects du concept, ses modalités d’expression et les théories qui l’expliquent. Chaque chapitre se termine par une conclusion qui reprend les points clés abordés dans le chapitre et présente une définition des principales notions utilisées.
Cet ouvrage s’adresse aux étudiants des DEUG de sciences humaines et sociales et à tous ceux qui se forment ou sont concernés par un aspect de la psychologie sociale et désirent mieux comprendre certains mécanismes de la vie sociale.
CH 1 : LA PSYCHOLOGIE SOCIALE : APPROCHE ET THEORIES
Ce chapitre introductif présente l’évolution historique et le champ de la psychologie sociale.


  1. APERCU HISTORIQUE


Cette discipline est née au début du vingtième siècle (Mac Dougall et Ross aux USA ; Marx et Durkeim en Europe).

La psychologie sociale, comme les autres sciences humaines , s’inscrit dans un effort pour organiser une connaissance de l’homme qui, durant des siècles, est restée essentiellement philosophique.


      1. LES CONCEPTIONS DE L’HOMME


La vision cartésienne, qui s’est imposée à partir du 17ème siècle va définir l’homme comme un être de raison et le guide de la raison, c’est la conscience. Cette connaissance philosophique de l’homme est relayée par des considérations plus concrètes dans les œuvres des moralistes comme La Rochefoucauld ou La Bruyère, qui se démarquent d’une vision abstraite et développent une forme de psychologie empirique d’après laquelle les comportements n’apparaissent pas comme des données naturelles.


      1. L’HOMME COMME ETRE BIOLOGIQUE


Une 2ème conception de l’homme s’inspire des sciences anatomiques développées à partir du 18ème siècle. Ces investigations ont cherché à dégager une définition de l’homme à travers ses caractéristiques anatomiques. On va considérer les différentes parties du corps non seulement sur le registre de leurs fonctions biologiques, mais aussi comme un certain nombre de signes permettant de mettre en évidence et de pronostiquer le caractère d’un individu.


      1. L’HOMME COMME ETRE PSYCHOLOGIQUE


Cette 3ème conception est issue , vers la fin du 19ème et au début du 20ème siècle , de la philosophie empiriste et de la psychophysique.

L’accent est mis sur les stimulations extérieures : l’homme est appréhendé à partir du monde qui l’entoure.

La psychophysique, née en Allemagne, cherche à déterminer les types de relations existant entre des phénomènes physiques causés par diverses excitations et la sensation qui en résulte.


    1. L’EMERGENCE DE LA PSYCHOLOGIE SOCIALE (les principaux auteurs)


1.2.1 COMTE

(1798-1857) : son but est de fonder une connaissance de l’homme sur sa manière d’être en société.


      1. TARDE

Il observe que les individus ont tendance à imiter les comportements de ceux qui, dans la foule, leur servent de modèle.


      1. LE BON

Il élabore une théorie psychologique des foules. Le seul fait d’être dans une foule modifie l’individu ( il devient automate, et son rassemblement avec d’autres conduit à la formation d’un être nouveau « l’âme collective »). Il explique ceci par le fait que les émotions et les opinions se communiquent, et par là se multiplient et se renforcent.


      1. DURKEIM

Il cherche à comprendre le fonctionnement de la société à travers une science nouvelle, la sociologie qui a pour objet propre le fait social. Il le définit comme des manières d’agir, de penser extérieures à l’individu et qui sont douées d’un pouvoir de coercition en vertu duquel elles s’imposent à lui (1895).


      1. FREUD

Dans la vie de chacun, intervient l’autre : en effet, selon lui, autrui joue toujours dans la vie de l’individu le rôle d’un modèle, d’un objet, d’un associé ou d’un adversaire.


  1. L’APPROCHE PSYCHOSOCIALE




    1. PROBLEMATIQUE DE LA PSYCHOLOGIE SOCIALE


La psychologie sociale affirme que l’homme est par nature un être social. Elle développe une conception spécifique de l’homme dans la société. Elle considère la situation de l’homme à travers deux aspects qui structurent sa vie et ses activités : l’individuel et le collectif. La tâche de la psychologie sociale est de les prendre en compte dans l’étude des phénomènes sociaux qui résultent de leur relation.

Comprendre le fonctionnement social comme un système d’influences permet de saisir la nature dynamique du social à travers deux aspects complémentaires : la malléabilité de l’individu pris dans le tissu social et sous la pression des normes, d’un côté, et le poids des déterminations ainsi que du contrôle social, dont l’individu n’a pas forcément conscience. L’influence sociale doit être considérée à travers le système de relations qui la sous-tend. On ne peut pas étudier les phénomènes sociaux sans considérer les types d’influence qui s’y exercent.

La démarche de la psychologie sociale est une étude scientifique qui s’est développée selon une double perspective :

- comme une psychologie sociale appliquée, ayant pour visée une analyse de certains problèmes ou phénomènes sociaux, en vue de promouvoir un changement des comportements de la situation.

- comme une psychologie sociale expérimentale, qui construit des dispositifs de production des connaissances à travers la mise en place d’expérimentations .
Le statut de la psychologie sociale s’est constitué à travers l’apport de concepts relevant d’autres domaines : le courant psychologique qui a mis l’accent sur l’importance du comportement comme élément explicatif de la vie sociale et le courant sociologique qui considère l’influence exercée par la société sur les comportements individuels.


    1. DEFINITIONS ET CARACTERISTIQUES


Allport (1924) : « La psychologie sociale a pour objet l’étude des relations réelles ou imaginées de personne à personne dans un contexte social donné, en tant qu’elles affectent les personnes impliquées dans cette situation ».

Plusieurs éléments peuvent être dégagés de cette définition :

  • la relation y est essentiellement entendue comme relation interpersonnelle.

  • L’approche d’Allport met l’accent sur la fonction du contexte dans lequel un échange se produit.

  • La psychologie sociale est présentée comme une étude des relations basées sur la représentation sociale.

L’auteur propose la définition suivante : « La psychologie sociale est un domaine de la psychologie qui étudie les relations et les processus de la vie sociale inscrits dans les formes organisées de la société ( groupes, institutions…), d’une part, et pensés et vécus par les individus, d’autre part ; l’approche du social comme ensemble de processus relationnels met en lumière la nature dynamique des conduites et des phénomènes sociaux, qui se traduit par l’importance des influences sociales et la valeur des représentations en œuvre dans un contexte déterminé.


  1. LES PRINCIPALES ORIENTATIONS THEORIQUES




    1. QU’EST-CE QU’UNE THEORIE ?


C’est la formulation d’énoncés généraux , organisés et reliés logiquement entre eux. Ils ont pour but de décrire un domaine d’observation et de fournir à son sujet un système explicatif général, c’est-à-dire de dégager des lois propres qui peuvent servir à comprendre des phénomènes identiques.


    1. LES THEORIES EN PSYCHOLOGIE SOCIALE




      1. LES THEORIES BEHAVIORISTES


Elles considèrent l’individu, situé dans un contexte, qui adopte un comportement donné en réaction à des stimuli.

Ces théories ont été largement appliquées en psychologie sociale pour étudier le comportement social.


      1. LES THEORIES COGNITIVES

Elles sont basées sur l’étude des processus mentaux en œuvre dans les interactions sociales. Il s’agit d’analyser l’effet des connaissances (pensée) et de leurs significations (interprétation) sur l’activité sociale. Elles visent à décrire et à expliquer le rôle des processus intérieurs sur l’attitude d’une personne.

Plusieurs orientations peuvent être regroupées sous les théories cognitives :

-La théorie du champ de Lewin (1951). L’idée de champ repose sur le principe d’interdépendance existant entre la personne et son environnement psychologique (perçu). Cette théorie attire l’attention sur le fait que ce qui détermine d’abord le comportement , c’est la façon dont l’individu se représente le monde environnant.

- L’approche phénoménologique. Il s’agit d’une approche systématique pour observer et décrire les caractéristiques essentielles des évènements tels qu’ils se présentent à nous.

- Une 3ème orientation, plus récente, repose sur l’idée que les processus cognitifs constituent des mécanismes de traitement de l’information .


      1. LES THEORIES DE L’INTERACTION SYMBOLIQUE

Elles ont retenu l’idée qu’une situation donnée en relation avec la personnalité des individus concernés exerçait une influence sur les comportements sociaux adoptés. Elles peuvent être définies comme une étude de la dynamique des systèmes culturels. Elles montrent comment, à travers les normes, les traditions et les valeurs, ces systèmes sont utilisés ou interviennent comme facteurs d’influence des comportements.

CH 2 LA RELATION SOCIALE


  1. ASPECTS PSYCHOSOCIAUX DE LA RELATION




    1. PRECISIONS CONCEPTUELLES


1.1.1 LA RELATION COMME EXPRESSION DU LIEN SOCIAL

Tout individu se trouve relié d’une quelconque manière à autrui, parents, frères, institutions, groupes…Il est donc enserré dans un tissu social complexe qui l’enserre, oriente son action et définit sa sociabilité.
1.1.2 L’AFFILIATION

L’affiliation est une forme de la sociabilité de l’être humain qui s’exprime par un besoin fondamental de pouvoir compter sur les autres en s’appuyant sur eux.


      1. L’ATTRACTION

La notion d’attraction définit, à l’intérieur d’une relation, la dimension affective à l’égard des autres qui se caractérise par l’expression d’attitudes positives (la sympathie) et peut se traduire par le désir de se rapprocher d’eux.



    1. LES CARACTERISTIQUES DE LA RELATION


On peut distinguer deux types de relations sociales :

  • Les relations conventionnelles prescrites plus ou moins fortement par des normes sociales et hiérarchiques (ex : relations professionnelles)

  • Les relations non conventionnelles qui font intervenir une dimension plus personnelle.

Les relations sociales se manifestent concrètement à travers des interactions. La relation définit une dimension de l’homme comme être social à travers l’existence de liens qui l’insèrent dans un tissu social, et l’interaction désigne le cadre et les processus à l’intérieur desquels s’expriment les relations.

Les relations sociales sont marquées par le contexte social dans lequel on se trouve. Le contexte ne se réduit pas à un lieu physique, il désigne l’idée de champ social, c’est-à-dire l’ensemble des systèmes symboliques qui jouent dans la relation. On peut distinguer à cet égard le cadre, qui englobe les éléments de l’environnement physique, et la situation qui désigne les aspects psychosociaux intervenant dans la relation.


    1. LA FORMATION DES RELATIONS SOCIALES


Les relations qui se construisent, se développent et se défont au cours de l’expérience humaine sont fortement marquées par la période de l’enfance. Plusieurs éléments permettent de rendre compte de la formation de ces relations :


      1. L’ATTACHEMENT

L’attachement peut être défini comme une relation affective qui unit deux individus, à travers la valorisation et l’importance qu’ils ont l’un pour l’autre. Les théories de l’attachement se divisent en deux tendances : l’une qui le considère comme une relation sociale instinctuelle et l’autre qui le définit comme une relation acquise, en réponse aux soins apportés à l’enfant.

L’attachement se constitue comme une relation qui s’établit à partir de la combinaison de deux éléments : les soins physiques et la sécurité affective. De nombreuses recherches ont souligné son importance vitale chez l’enfant pour le développement de ses relations sociales ultérieures.


      1. LA SOCIALISATION

La socialisation peut être décrite comme le processus d’apprentissage des attitudes, des normes et des valeurs propres à un groupe, à travers lequel s’opère l’intégration sociale.

Simmel (1917) la définissait comme une « entrée dans la relation sociale » .
Schutz (1960) avait montré que la socialisation dépendait de la sociabilité de l’être humain qui s’exprimait autour de trois besoins fondamentaux : le besoin d’inclusion (tendance à rechercher la communication et le contact), le besoin de contrôle (interactions entre le besoin de sécurité et celui d’avoir une prise sur autrui), et le besoin d’affection (lien d’attachement à autrui).

La socialisation construit l’enfant, à travers les relations qu’il établit avec les autres, avec son entourage, en même temps qu’il se découvre progressivement lui-même et qu’il affirme son propre Moi.

La socialisation montre la nature dialectique de la formation du lien social : l’enfant entre dans la relation sociale à partir de ses interactions avec ses parents. Celles-ci permettront de faire l’expérience de nouvelles interactions, qui l’intégreront progressivement dans l’univers social où l’affirmation de son Moi s’effectuera comme processus relationnel.


    1. LES FACTEURS PSYCHOSOCIAUX DE LA RELATION


Dans la vie sociale, trois principaux facteurs déterminent les relations entre individus.

      1. LA PROXIMITE

Girars (1974) a montré qu’en dépit de la mobilité croissante de la population, les mariages étaient encore contractés entre personnes ayant les mêmes origines géographiques.

La proximité physique apparaît comme un des éléments incitateurs dans l’établissement des liens avec autrui, car elle permet aux individus de les établir sur la base d’un principe d’économie de leur énergie relationnelle.


      1. LA SIMILITUDE-COMPLEMENTARITE

Les individus ont tendance à chercher auprès d’autrui ceux qui leur ressemblent. (ex : corrélation entre similitude d’opinions et expression des préférences).
La similitude peut augmenter l’estime de soi, dans la mesure où l’on se rend compte que ses opinions sont partagées par d’autres.
Pour d’autres chercheurs, comme Winch (1958), c’est la complémentarité qui constitue un facteur de relation. Elle met l’accent sur le fait que l’attirance est déterminée, pour un individu par le complément que les traits personnels de l’autre apportent aux siens (ex : le mariage – relation domination/soumission ) .

La similitude et la complémentarité interviennent chacune pour une part dans toute relation ; leur importance dépend d’un ensemble de conditions qui font que les individus recherchent tantôt ce qui les différencie, tantôt ce qui les fait se ressembler.


      1. L’APPARENCE PHYSIQUE

Des recherches ont mis en évidence  le fait que l’apparence physique influence l’évaluation d’autrui et indique ainsi le rôle déterminant de notre perception d’autrui comme individus attractifs sur bon nombre de jugements que nous portons sur eux.

La beauté physique devient en soi un élément d’évaluation d’autrui ; cela démontre la part d’irrationnel qui intervient dans toutes nos relations.


  1   2   3   4

similaire:

Ch 1 : la psychologie sociale : approche et theories iconCette approche analytique, structurelle et matérielle, n’a donc pas de valeur formative perenne
«qualité». L’approche systémique est désormais utilisée comme outil de prévision dans les domaines les plus variés: psychologie sociale,...

Ch 1 : la psychologie sociale : approche et theories icon2) La sociologie est une discipline ayant un contact étroit avec...

Ch 1 : la psychologie sociale : approche et theories iconJ. P. Leyens et J. L. Beauvoir (1997) L’ère de la cognition. Grenoble. Pug
«cognitive». C’est tout un courant en psychologie qui dépasse les sous disciplines. La psychologie sociale a toujours intégrée une...

Ch 1 : la psychologie sociale : approche et theories iconManuel de psychologie sociale Intervenir en cas d'urgence
«sociologie de la sexualité» Nathan Université – 2002 Peut-on parler de révolution sexuelle ?

Ch 1 : la psychologie sociale : approche et theories iconRésumé Dans cette communication, deux cadres théoriques sont mobilisés...

Ch 1 : la psychologie sociale : approche et theories iconPierre Janet et la «psychologie industrielle»
«psychologie industrielle» et du management en France. Nous tenterons d’expliquer aussi quel en fut le contexte et les raisons. Dans...

Ch 1 : la psychologie sociale : approche et theories iconInsertion et risques psycho-sociaux approche psycho-sociale et contexte économique

Ch 1 : la psychologie sociale : approche et theories iconEconomie sociale et solidaire : approche sectorielle dans le numérique
«Le numérique comme levier d’insertion : quelle perspective sur nos territoires ?»

Ch 1 : la psychologie sociale : approche et theories iconRésumé IL y a un paradoxe du design. IL a conquis sa légitimité sociale...
«Le Design. Essais sur des théories et des pratiques». Institut Français de la Mode. Editions du Regard Paris

Ch 1 : la psychologie sociale : approche et theories iconAtelier «Dimensions symboliques de la construction des causes.» Table...
«Où en sont les théories de l’action collective ?», Iep-lyon / Université Lumière Lyon 2, 14-16 septembre 2005






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com