Cours géographie économique plus de cours sur





télécharger 76.96 Kb.
titreCours géographie économique plus de cours sur
page1/3
date de publication07.01.2017
taille76.96 Kb.
typeCours
e.20-bal.com > économie > Cours
  1   2   3

Cours géographie économique (plus de cours sur http://eco.um1.free.fr)




Section 2 : La théorie des places centrales 

Dans cette section on va étudier la notion de centralité et on va étudier la manière dont les entreprises et les autres agents économiques vont se localiser dans l’espace par rapport au centre. Dans le cadre des travaux de Hotelling sur la concurrence spatiale, il n’y a pas de réflexion spécifique sur le centre. Ce que l’on va faire dans cette section, c’est l’hypothèse que les villes et les places de marché sont localisées, et on va se poser la question de la structuration optimale des villes.

Les 2 plus célèbres contributions concernant cette théorie des places centrales :

  • Walter Christaller (1933)

  • Auguste Löshe (1940)

Ces économistes ont développé 2 concepts :

    • D’une part la notion d’aire de marché

    • D’autre part la notion de hiérarchie urbaine

C’est Christaller (1933) qui propose la théorie des places centrales à partir d’un travail empirique et inductif sur l’organisation spatiale en Bavière. De son côté, Auguste Lösch s’intéresse à un paysage économique complet c.-à-d. concernant et impliquant l’ensemble des branches d’activités, et il va introduire dans son schéma d’analyse les facteurs réels, des éléments politiques, des éléments économiques, des éléments naturels, mais également des éléments humains. Il nous dit que la raison principale qui pousse les individus dispersés sur un territoire à s’agglomérer, à se regrouper, est de pouvoir accéder à des services en minimisant les couts de transport.

Les 2 auteurs ont travaillé séparément et ont aboutis à des résultats complémentaires, et on dit souvent que les travaux proposés par Lösch généralisent les travaux de Christaller.

La question posée est : « Quelle est la structuration optimale de l’espace autour de places centrales, de places de marché qui sont centralisées ? ». il y a deux dimensions dans cette question initiale :

  • Pourquoi existe-t-il une concentration des activités économiques au centre ?

  • Question de la taille optimale de l’espace couvert par un centre, quelle est la zone d’influence optimale de ce centre ?


  1. L’importance de la centralité :

Le centre est un lieu ou un espace privilégié pour les échanges et les interactions économiques. Autrement dit, c’est la nécessité de l’échange et des interactions qui impliquent le regroupement même ponctuel de ces populations en un lieu privilégié du point de vue des distances à parcourir. On parle de distance, par ce que c’est le centre qui permet de minimiser le cout de transport des marchandises. Donc finalement le choix du centre obéit à une raison très simple : C’est d’accéder à un ensemble d’activités et de services tout en minimisant les couts de déplacement. Les consommateurs doivent payer le prix du bien, plus le cout du transport. Donc au fur et a mesure qu’on s’éloigne du point i, les cout de déplacement augmentent et donc le prix augmente.



Exemple : Supposons quatre points Z1, Z2, Z3 et Z4, situés à l’intérieure de l’aire de marché d’une ville i. Supposons que les aires de marché soient des cercles.


Carré de longueur 10km. La longueur de la diagonale Z1  Z3 (au carré, Pythagore) = 10² + 10² = racine de 200 = 10 * racine de 2= 14,14. Donc de manière générale, si mon carré est de longueur a, sa diagonale est égale à a*racine de 2.

Si je fais l’hypothèse qu’il y a un consommateur à chaque sommet du carré. Alors, on peut calculer le nombre de kilomètres à parcourir pour atteindre un point quelconque du carré. L’idée c’est de dire que si j’ai un consommateur à chaque sommet et mon centre en i, quel est le cout pour que ces consommateurs se rendent sur le marché. Evidemment la distance, si i est au centre, c’est 4 fois 7,07, et donc ça fait 28,28km.

Maintenant si on fait l’hypothèse que ce lieu de marché se trouve sur un des sommets, par exemple en Z4. Les 4 autres consommateurs on les localise en Z1 Z2 Z3 et i. La distance cumulée pour l’ensemble des consommateurs va changer. La distance agrégée pour se rendre en Z4 = 10km + 10km + 7,07km + 14,14km = 41,21km.

Donc on voit qu’a partir du moment où on met le lieu d’échange en un autre endroit que le centre du carré, on augmente la distance, agrégée pour se rendre sur e lieu de marché, et par conséquent on ne maximise pas les échanges ou les interactions possibles.

On vient de montrer que le centre c’est le lieu privilégié de localisation des différents marchés par ce que ça permet de minimiser les distances entre les différents agents économiques, et par conséquent c’est a cette localisation la que les échanges et interactions seront maximales.

Deuxième temps de l’analyse : Quelle est la forme de ces aires de marché et comment est-ce qu’elles vont s’organiser entre elles ?


  1. La forme des aires de marché

Christaller avait remarqué que l’organisation spatiale n’était pas faite au hasard, mais était rigoureuse et ordonnée. Cette organisation donne naissance à des réseaux de ville, des réseaux urbains qui sont hiérarchisés. Ca veut dire que toutes les places de marché, toutes les villes n’ont pas la même importance ou la même taille et n’offrent pas le même type de services. Et c’est précisément ça que Christaller cherche à expliquer, il cherche à expliquer la taille, le nombre, et surtout la distribution des villes. Pour ce faire, il part de la constatation qu’un bien est offert à partir d’un lieu central et que la zone de desserte de ce lieu représente donc un cercle qui correspond à sa zone de chalandise (clientèle).

Plus précisément, s’il y a un seul lieu de marché dans l’espace, et s’il n’y a pas de contraintes alors la place centrale peut atteindre sa taille optimale et sa forme optimale est le cercle. Pour bien comprendre cela il faut distinguer 2 situations :

  • C’est une situation dans laquelle il n’y a pas de contraintes (pas d’obstacle, plaine homogène etc…). Et il y a un seul vendeur. On cherche à déterminer sa zone de chalandise. Dans ce cas, c’est un cercle.




Dans ce cas, le modèle de Von Thünen est parfaitement adapté, et Christaller retrouve les conclusions principales du modèle de Von Thünen.

  • Situation dans laquelle il y a une contrainte sur l’espace, et il y a plusieurs vendeurs (ou plusieurs entreprises ou plusieurs places centrales). Dans ce cas, la représentation circulaire n’est plus adaptée, par ce qu’il y a au moins 2 situations différentes :

Première situation :



Si sur les deux places il y a des produits ou prix différents, le consommateur qui se trouve sur la droite du milieu, il peut choisir l’un ou l’autre. Il est indifférent entre A et B. Par contre, l’individu situé à la droite de la droite rouge, il est plus près de B et par conséquent il va jamais aller en A. Donc les zones se confondent un peu, on supprime les parties du cercle qui se croisent.

Tout individu situé sur la droite rouge a un cout de déplacement identique, qu’il se rende sur la place centrale A ou B. On voit bien dans ce cas là, que si l’espace est rare, les zones de chalandise circulaire vont avoir des points communs, ce qui va en modifier leur forme

Deuxième situation :



Ca devient ça :



La représentation circulaire de l’aire de marché n’est plus appropriée. Le modèle de Von Thünen est inadapté car il laisse des zones interstitielles (zone hachurée en rouge) qui ne sont pas desservies par les différents centres. Afin de déterminer l’organisation spatiale dans ce cas (ou il y a plusieurs vendeurs, plusieurs places centrales), il faut supposer que le consommateur se dirige vers l’offre la plus proche. Dans ce cas, les zones de chalandise des places centrales sont alors déterminées par des segments de droite situés à égale distance des deux points d’offre concurrents. Dans ce cas également, l’organisation spatiale la plus efficace est fondée sur des hexagones de façon à éviter les zones non couvertes (interstitielles). Par conséquent, les aires de marché des places centrales sont des polygones ou des hexagones.

Ces polygones se dessinent en utilisant la méthode de Thiessen, qui est une technique d’interpolation qui s’effectue en 4 étapes.

  • Première étape : On localise les points de vente ou de service sur une carte.



  • Deuxième étape : On relit chaque point entre eux. (noir)

  • On trace la médiatrice de chaque segment (rouge)

  • On prolonge les sommets

Jusqu’à avoir une première couronne et ainsi de suite. Donc le polygone qui contient la place centrale considérée est le lieu géométrique des points situés plus près de cette place centrale que toutes les autres. C’est ce qui permet de définir la zone de chalandise du lieu central (le polygone central c’est la zone de chalandise du lieu central).

Cette méthode néglige malheureusement toute différence d’attractivité ou d’importance entre les différentes places centrales. On a pas considéré les différences d’attractivité, les différences dans les produits, et on a pas tenu compte de la plus ou moins grande facilité que l’on a pour se rendre d’un point à un autre.

Si je généralise ça, l’espace dans son intégralité est couvert d’hexagone. Maintenant je peux représenter ça d’une autre façon :





  1. Modification des conditions de production et taille optimale :

On suppose dans ce paragraphe que les vendeurs sont localisés en un point (A, B ou C), et qu’ils ne peuvent pas modifier cette localisation. A présent, on fait l’hypothèse que les entreprises peuvent modifier leur aire de marché en modifiant les techniques de production (c.-à-d. en augmentant leur productivité) ou en modifiant les moyens de transport. Cette modification des moyens de production ou des moyens de transport, ça modifie les aires de marché. Comment ?

  • Supposons d’abord que les couts de transport baissent pour l’ensemble des entreprises : Les pentes des droites seront moindre donc les droites vont pivoter vers le bas. Si elles baissent dans les mêmes proportions pour tout le monde, le lieu d’intersection reste identique (sur l’abscisse), et donc les aires de marché des différents lieux centraux ne sont pas modifiées.

Donc si les couts de transport baissent pour chaque firme dans les mêmes proportions et comme dans cet exemple les productivités des firmes ne sont pas modifiées, alors les intersections se feront toujours au même point ce qui signifie que les marchés de chaque firme ne changent pas de taille. Autrement dit, aucune entreprise ne perd ou ne gagne de consommateurs.


  • Supposons que j’améliore la productivité des entreprises : Les couts sont moins importants, donc ça va abaisser la droite de prix du produit. Les couts de transport étant inchangé, tout baisse (pente inchangée). Ça ne change pas les aires de marché.

  • En revanche, si les couts de transport baissent de manière différenciée pour chaque firme, cela peut entrainer des variations dans la taille des marchés et cela peut même conduire à la disparition de certaines entreprises.

    • L’entreprise A améliore ses temps de parcours, donc ça revient pour l’entreprise à abaisser son cout de transport. On voit que ça agrandi son aire de marché.




    • Si une entreprise améliore sa productivité alors que celle des autres reste inchangée : Ca agrandit l’aire de marché aussi.


Donc une amélioration des couts de transport c’est équivalent à une amélioration de la productivité. Si on combine les deux, ça augmente l’aire de marché encore plus. Ca peut se traduire par un certain pouvoir de marché par ce que si je suis particulièrement innovant, je peux faire sortir du marché les producteurs en B et en C.


  1. La hiérarchie des places centrales.

Une fois qu’on a expliqué que les individus se regroupent autour d’une place centrale dans des espaces optimaux, il faut alors expliquer l’organisation de l’espace total d’un pays, et en particulier il faut savoir si chaque place centrale va offrir les mêmes types de biens et services ou encore si toutes les places centrales vont avoir des aires de marché de même surface.

Intuitivement on comprend que non. Il va se produire une spécialisation qui dépend du nombre d’individus (ou de consommateurs) et plus il y a de consommateur plus la place centrale aura une aire de marché importante.

C’est exactement ce que montre Christaller, c.-à-d. qu’il existe une spécialisation et une hiérarchisation des places centrales.

  • La hiérarchisation a essentiellement 2 raisons d’être :

    • Les biens et services produits ou offerts par les places centrales sont différents et par conséquent les couts de production de ces biens sont différents.

    • Tous les biens et services n’ont pas la même importance et il est ainsi possible de distinguer des biens et services de rang supérieurs et de rang inférieurs (pas comme la micro). L’idée ici c’est de montrer que la production à tendance à se regrouper et les échanges dans des lieux centraux, et on veut montrer que les lieux centraux ne produisent pas les mêmes biens et services, et dans un pays y a une espèce de hiérarchisation, la capitale a plus d’importance que les autres villes, et donc il y a une relation entre le rang de la ville et sa taille.

Les biens et services supérieurs se caractérisent par 5 propriétés :

  • Des économies d’échelle importantes : Les rendements sont croissants et donc la production optimale est forcément centralisée. J’ai intérêt a avoir une grosse usine plutôt que plusieurs petites.

  • Ils font l’objet d’une consommation peu fréquente, et donc généralement ce sont des biens pour lesquels le prix est élevé par rapport au revenu du consommateur.

  • Des couts de transport faibles : (relatif) Comme le prix d’acquisition est élevé, le cout de transport est proportionnellement plus faible que le prix.

  • Il y a la volonté du consommateur de se déplacer sur des grandes distances pour se procurer le bien. Je suis prêt à faire 100 km pour acheter une voiture, pour éventuellement avoir une meilleure offre, ou la marque que je cherche.

  • Le consommateur est nécessairement disposé à se déplacer sur de grandes distances pour obtenir un bien par ce que la fréquence d’achat est faible.

Les biens et services inférieurs ont des caractéristiques inversées.

A partir de ces hypothèses, on va pouvoir expliquer comment se structure et s’organise l’espace. Les activités analogues qu’on qualifiera de même rang vont se regrouper entre elles et donner naissance à des réseaux de petites places centrales.



Place A rang > B rang > C.

Les villes de rang supérieur offrent des services de niveau élevé. Les biens et services de niveau élevé ont une portée limite ou une aire d’influence élevée, et donc sont peu nombreux et vont se localiser dans un nombre réduit de centre. La zone d’influence de A c’est l’ensemble du grand hexagone.

Ces services d’ordre supérieur s’installent dans les centres existants en raison des économies d’agglomération et des économies d’échelle. A l’opposé, les biens et services inférieurs ont une aire de chalandise faible. Par conséquent, ils sont produits dans de nombreuses places centrales.

Chaque place centrale d’un rang donné offre tous les biens et services des places centrales de niveau inférieur + tous les biens et services qui sont propres à son rang. L’aire d’influence des centres de rang inférieur s’insère dans celle des centres de niveau supérieurs et l’aire de marché de la ville qui occupe le rang A englobe l’aire de marché des autres places centrales du système. Et cette ville de rang A est la seule à offrir les services les plus spécialisés.

  1   2   3

similaire:

Cours géographie économique plus de cours sur iconCours géographie économique plus de cours sur

Cours géographie économique plus de cours sur iconCours géographie économique plus de cours sur
«un monde merveilleux sans dimension». L’analyse a été, pendant longtemps, «ponctiforme»; on fait l’hypothèse que toutes les activités...

Cours géographie économique plus de cours sur iconCours de geographie

Cours géographie économique plus de cours sur iconCe cours a trois objectifs
«latinos». Le cours sera globalement chronologique, mais certaines séances anticiperont, dans certains cas, sur l’histoire, afin...

Cours géographie économique plus de cours sur iconCours de geographie / developpement / urbanisme
«La géographie dans les sciences humaines et les sciences sociales» est de discuter des origines de la pensée géographique en utilisant...

Cours géographie économique plus de cours sur iconCours d’histoire-geographie en c. A. P. Theme 1

Cours géographie économique plus de cours sur iconChapitre 1 : Les relations monétaires internationales
«double cours» pour sa monnaie. Le double cours correspond à un taux de change pour le commerce et un taux de change pour les transferts...

Cours géographie économique plus de cours sur iconChapitre 1 : Les relations monétaires internationales
«double cours» pour sa monnaie. Le double cours correspond à un taux de change pour le commerce et un taux de change pour les transferts...

Cours géographie économique plus de cours sur iconLe développement durable en géographie Anne jegou maître de Conférences...
«Géographie» de la semaine 2 du mooc «Environnement et développement durable». Ce n’est donc pas un cours écrit au sens propre du...

Cours géographie économique plus de cours sur iconRéflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s)
«Géodynamique continentale» n’est pas «géographie du continent européen», terme que l’on aurait pu trouver dans les programme IL...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com