Zone euro / Sommet / Grèce





télécharger 7.66 Kb.
titreZone euro / Sommet / Grèce
date de publication06.02.2020
taille7.66 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Zone euro / Sommet / Grèce

Sommet de Bruxelles : Un outil renforcé pour préserver la zone euro
(MFI / 26.07.11) Les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro réunis ce 21 juillet à Bruxelles ont, dans l'urgence, apporté une solution à la crise grecque. Mais en renforçant les pouvoirs du Fonds européen de stabilité financière, ils en font du même coup une arme permanente de défense contre les attaques spéculatives contre les pays de la zone jugés plus faible.
Le sommet de la zone euro a voulu faire du Fonds européen de stabilité financière (FESF) une véritable force d'interposition entre les marchés financiers et les pays auxquels ces marchés s'attaquent, l'un après l'autre, parce qu'ils les considèrent comme les plus faibles. Après la Grèce, il y a eu le Portugal et l'Irlande et, plus récemment, l'Espagne et l'Italie.

Les dirigeants européens veulent aussi faire du FESF un dispositif permanent qui serait maintenu à partir de 2013 avec l'entrée en vigueur du Mécanisme européen de stabilité, qui doit succéder à l'actuel fonds de secours. Ce sera donc un outil destiné à préserver, dans son ensemble, la zone euro des difficultés rencontrées par un ou plusieurs des pays de la zone.  
 
Euro-obligations à l’horizon
 
Le fonds créé en mai 2010 a vite fait la preuve qu'il était insuffisant pour enrayer la crise. Il aura désormais la possibilité de racheter aux banques, en se substituant aux Etats, des parts de leur dette, c'est-à-dire des obligations dites « souveraines ». Cela aura pour effet de soustraire ces obligations à la spéculation ou à l'incapacité de rembourser. Le fonds pourra aussi prêter de l'argent à un « prix d'ami », avec des taux d'intérêt plus bas et une durée plus longue que dans les conditions actuelles, et cela de manière préventive, sans attendre que la crise éclate dans un pays-membre.
C'est donc un premier pas vers l'émission d'euro-obligations qui seraient, elles, le point d'aboutissement d'une véritable solidarité entre tous les pays de la zone euro. Les obligations émises par une structure européenne comme le Fonds de stabilité financière permettaient de faire profiter les pays les plus faibles des taux d'intérêt bas accordés par les marchés aux pays les plus forts.
 Pour lever des financements sur les marchés financiers, le fonds de stabilité européen est crédité par les agences de notation de la meilleure note, le fameux « 3 A ». Obtenir des fonds pour les prêter de nouveau aux pays en difficultés lui revient beaucoup moins cher qu'à ces pays eux-mêmes.
 
Vers un Fonds monétaire européen ?
 
Ce renforcement de la solidarité entre pays de la zone euro, c'est ce que Nicolas Sarkozy appelle un embryon de Fonds monétaire européen. Il s'agit d'aller vers une mutualisation des risques : les pays les mieux notés constituent une sorte de rempart pour protéger les autres, et c'est un taux d'intérêt moyen qui leur serait appliqué à tous. Un premier pas donc, mais c'est un premier pas seulement. Car pour aller vers une vraie institution financière européenne de type « fédéral », il faudra en accomplir bien d'autres. Tout d'abord, les pouvoirs du Fonds européen de stabilité économique ont été renforcés mais pas ses moyens financiers. Le fonds dispose de 440 milliards d'euros mis à disposition par les membres de la zone euro. Pour l'instant, il n'est pas question de lui en donner davantage. Et la zone euro n’est pas une fédération : chaque pays conserve son budget et ses impôts. Les politiques économiques ne sont pas harmonisées, tout au plus vérifie-t-on qu'elles ne sont pas totalement contradictoires.
D'où l'idée d'améliorer la gouvernance de la zone euro. Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont estimé que la crise grecque était l'occasion à saisir pour faire un saut qualitatif dans le sens d'une meilleure intégration européenne. La France et l'Allemagne vont donc faire des propositions communes, fin août ou début septembre prochains, pour mieux cordonner les politiques économiques et financières. Ces propositions sont annoncées comme « ambitieuses et volontaristes ». L’une des premières mesures pourrait être la création d'une agence de notation européenne afin de s'affranchir quelque peu de l'omnipotence des trois agences qui font actuellement la pluie et le beau temps sur les marchés financiers internationaux. 
Francine Quentin

similaire:

Zone euro / Sommet / Grèce iconGrèce / Zone euro

Zone euro / Sommet / Grèce iconZone euro / Economie / bce
«plus proche que jamais» de ce que souhaitait le gouvernement britannique, a déclaré David Cameron, dont le pays n’est pas membre...

Zone euro / Sommet / Grèce iconAfter Market La Chine a la rescousse ? After us
«les rumeurs» concernant l'éventualité d'une faillite de la Grèce ou de sa sortie de la zone euro n’ont pas suffit à permettre un...

Zone euro / Sommet / Grèce iconPréparation du Sommet de Londres Rencontre entre la France et les représentants de la Zone franc

Zone euro / Sommet / Grèce iconLa situation economique dans la zone euro

Zone euro / Sommet / Grèce iconProgramme testés : Economie
«Système Européen des Banques Centrales» (sebc), qui couvre les 25 Etats membres. Toutefois, 12 de ces pays seulement ont adopté...

Zone euro / Sommet / Grèce iconPlan synthétique du sujet : la zone euro est-elle une

Zone euro / Sommet / Grèce iconL'intégralité du texte adopté par les dirigeants de la zone euro

Zone euro / Sommet / Grèce iconZone franc / Euro
«gens souhaitent que le cfa flotte librement»… mais que le sujet n'est pas véritablement à l'ordre du jour

Zone euro / Sommet / Grèce iconRésumé : On introduit d’abord, concrètement, la problématique de...
«de base»; chaque itération (passage d’un sommet à un sommet voisin le long d’une arête du polyèdre) se traduit alors par l’échange...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com