Synthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014





télécharger 11.86 Kb.
titreSynthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014
date de publication05.02.2020
taille11.86 Kb.
typeThèse
e.20-bal.com > économie > Thèse
Synthèse du colloque : « Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale » prononcée par le général Christian PERALDI, le 16 avril 2014

Monsieur le Préfet de la région Rhône-Alpes, préfet du Rhône,

Monsieur le général de division chef de la division Emploi, représentant l’état-major des armées,

Madame la coordonnatrice de la mission pour la stabilisation, représentant le ministère des affaires étrangères,

Monsieur Alain MERRIEUX administrateur de BIO MERIEUX, PLASTIC OMNIUM, TRANSGENE, représentant le monde économique,

il me revient, notamment au profit des autorités qui nous ont rejoint, avant de vous laisser la parole pour conclure ce colloque, de synthétiser la richesse des sujets abordés cet après-midi.

Pourquoi ce colloque ? Parce que la France qui figure parmi les pays les plus prompts et les plus engagés pour rétablir le droit et la paix partout où ils sont menacés, peine à glaner, sur un plan économique, les fruits de ses interventions !

Pourquoi à Lyon ? Parce que la présence, dans cette ville, du Centre Interarmées des Actions sur l’Environnement, la coopération fructueuse entre les entreprises et la Défense notamment au travers des accords locaux signés avec le MEDEF Lyon-Rhône et la CGPME Rhône-Alpes et les bonnes relations entretenues avec la chambre de commerce et d’industrie de Lyon, qui nous accueille, ont tout naturellement poussé, tous ceux qui, dans cette région, ont envie de voir une France qui gagne, y compris sur le plan économique, à apporter leur contribution à la réflexion visant à définir la stratégie globale et les moyens de sa mise en œuvre : pour aider nos entreprises à remporter les marchés de reconstruction dans les pays victimes d’un conflit armé.

Nous sommes partis d’un constat :

Certes, les bonnes volontés existent, les initiatives locales, reposant sur l’énergie et le travail des acteurs de terrain, quelle que soit leur nature, militaires, diplomates, entrepreneurs, permettent d’identifier des potentialités réelles de conquête des marchés.

Cependant, l’absence de stratégie nationale et interministérielle clairement définie, de procédures convergentes et cohérentes, de référentiel partagé, ajouté aux pesanteurs administratives interdisant un accès efficace aux financements internationaux, l’insécurité plus ou moins grande dans des pays instables où l’état est souvent absent, tuent dans l’œuf bon nombre de ces projets qui, faute d’être repris au niveau national par une structure ad hoc, ne parviennent que très rarement jusqu’à nos entreprises, notamment les PME.

Confronté à cette situation, quels sont les besoins des différents acteurs :

Les militaires, présents dès le début sur les théâtres, au contact des populations, sont les premiers témoins capables d’identifier ce qu’il serait utile de faire pour contribuer au retour à un fonctionnement normal des pays en crise. Or, ce rôle sort du cadre de leur mission et souvent ils ne sont pas détenteurs des compétences techniques pour mieux cibler les marchés.

Les entreprises doivent pouvoir, sur place, bénéficier d’un appui logistique, de la part des forces armées, cohérent avec le niveau d’insécurité. Le personnel de ces sociétés, doit disposer d’un statut juridique adapté aux zones de conflits. Au niveau national, et dans les pays en crise, elles doivent pouvoir être informées utilement sur les potentialités, les risques et les pièges à éviter. Disposer de fonds immédiatement mobilisables, remboursables ultérieurement à l’arrivée des financements internationaux.

Pour ce qui concerne le diplomate, une véritable révolution culturelle doit s’opérer, relayée jusqu’au plus haut niveau par son ministère de tutelle qui doit intégrer l’économie dans sa stratégie d’influence.

Quelles sont alors les principales pistes de solutions :

Les forces d’intervention doivent être, au plus tôt, complétées par le déploiement de capacités civiles spécialisées, avec un statut de réserviste adapté, à partir d’un vivier d’experts identifiés.

Ce déploiement doit être étroitement coordonné avec l’action militaire qui crée les conditions de sécurité minimales pour assurer les bases d’une stabilisation durable et permettre au personnel civil de conduire son action.

Les modalités de la mise en œuvre de cette approche globale dans la gestion des crises doivent être anticipées et planifiées au plus tôt, si possible, en amont de toute intervention. La définition préalable des stratégies post-crise et la mobilisation des ressources humaines et matérielles correspondantes demandent une coordination rigoureuse aux niveaux interministériel et multilatéral, qui doit pouvoir s’appuyer sur une organisation et des procédures éprouvées, des structures ad hoc, légères et réactives, capables de monter très rapidement en puissance.

Au niveau stratégique, les priorités en matière de prévention et de gestion civilo-militaire des crises devront être clairement déterminées et validées sur un plan politique.

Au niveau opérationnel, une action coordonnée des différents acteurs, facilitée par une délégation et un partage clair des responsabilités, s’appuyant sur une diplomatie d’influence et une diplomatie économique devra pouvoir se prolonger sur le moyen et le long terme.

L’Union européenne disposant de la légitimité politique, des institutions et des moyens lui permettant d’intervenir sur tout le spectre des crises, il convient d’investir les postes clefs dans le cadre de ses missions relatives à la politique de sécurité et de défense commune.

Les entreprises, notamment les PME doivent se regrouper dans des structures leur permettant, de « chasser en meute », d’être éligibles aux financements de projets de taille moyenne, être référencées, et pouvoir accéder à des bases de données fiables et partagées, de disposer d’un cadre juridiques plus souple leur permettant de répondre plus facilement aux marchés initiés par l’UE ou l’ONU.

Loin d’être exhaustive ces pistes d’action et de réflexion ne donnent qu’un pâle aperçu de la richesse des idées échangées cet après-midi.

Nous voilà donc presque arrivés à la fin de ce colloque. Pour que notre initiative locale, ne soit pas un nième coup d’épée dans l’eau et que notre contribution à la démarche initiée par le livre blanc de 2008, renforcée par celui de 2013 puisse se prolonger au niveau local et national j’ai envie de dire « and so what » ?

Comment allons-nous ensemble pouvoir transformer l’essai en passant la balle au niveau des instances nationales.

C’est peut-être un des points, que les autorités civiles et militaires à qui vont maintenant intervenir, aborderons dans leur propos.

Sans plus attendre, je cède la parole à Monsieur Alain MERIEUX.


similaire:

Synthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014 iconÉpreuve composée
«Instruments et acteurs. Normes, écotaxes, marchés de permis : quelle combinaison optimale ?», L’économie verte, Cahiers français,...

Synthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014 icon10 avril 2014 Programme d’Intérêt Général

Synthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014 iconPrincipaux thèmes de recherches et espaces d’étude
«Une lecture géopolitique des relations entre la Corse et la Toscane», Etudes corses, à paraître, Actes du colloque Corse-Toscane,...

Synthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014 iconLe formulaire dc1 est un modèle de lettre de candidature, qui peut...
«marché public» recouvre également les accords-cadres s’exécutant par la conclusion de marchés subséquents ou par l’émission de bons...

Synthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014 iconLe formulaire dc1 est un modèle de lettre de candidature, qui peut...
«marché public» recouvre également les accords-cadres s’exécutant par la conclusion de marchés subséquents ou par l’émission de bons...

Synthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014 iconLe formulaire dc1 est un modèle de lettre de candidature, qui peut...
«marché public» recouvre également les accords-cadres s’exécutant par la conclusion de marchés subséquents ou par l’émission de bons...

Synthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014 iconLe formulaire dc2 est un modèle de déclaration qui peut être utilisé...
«marché public» recouvre également les accords-cadres s’exécutant par la conclusion de marchés subséquents ou par l’émission de bons...

Synthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014 iconLe formulaire dc2 est un modèle de déclaration qui peut être utilisé...
«marché public» recouvre également les accords-cadres s’exécutant par la conclusion de marchés subséquents ou par l’émission de bons...

Synthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014 iconLe formulaire dc1 est un modèle de lettre de candidature, qui peut...
«marché public» recouvre également les accords-cadres s’exécutant par la conclusion de marchés subséquents ou par l’émission de bons...

Synthèse du colloque : «Marchés de reconstruction : quelle stratégie globale» prononcée par le général Christian peraldi, le 16 avril 2014 iconO. C. I. pour la Reconstruction de la ivème Internationale
«Les marxistes se doivent, en toute circonstance, de ne pas contourner le bilan de leurs propres analyses et chercher, à la lumière...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com