Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique





télécharger 131.62 Kb.
titrePremière partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique
page1/4
date de publication04.02.2020
taille131.62 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4

 /

:

Croissance, développement, changement social.
Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique
Premier thème : Croissance, capital et progrès technique
Chap 1 : Source, limites de la croissance économique
TACHES ET ORGANISATION DU COURS.

I) Introduire le dossier.

1) Présentation des thèmes.

Lire CQFR pages 48 / 49 
2) Lire les deux sujets d’oraux( annexe 7 ) et page 55


II) Développer l’argumentation.

1) Deux siècle de croissance et de développement.


  1. La mesure de la croissance et du développement




    1. Définir la croissance

- Doc 1 ( 30 ) : question 3.
2) Mesurer la croissance

a) Les indicateurs de croissance

- Doc 2 ( 31).

b) Les résultats

- Doc 5 ( 24 )

c) Les limites des indicateurs

- Doc 4 (32 )
3) Définir le développement et le développement durable.

- Doc 1 ( 30 ) / 5 ( 32 ) et annexe 1
4) Mesurer le développement

a) L’IDH

- Doc 6 ( 33 ) : question 2

b) Les résultats

- Doc 8 ( 34 ) : questions 3 et 4

c) Les limites

- Doc : annexe 2 .
B) Les phases de la croissance et du développement et les inégalités de développement

1) Une réalité

a) Les pays développés

- Doc 13 ( 37 ) et 4 ( 23 )

b) Le Tiers Monde

-Doc 10 ( 35 ) / 8 ( 26 ) et 6 ( 25 )

2) Des analyses

- Doc 12 ( 36 ) et annexes 3 et 4.


2) Croissance et développement : des causes multiples.
A) Croissance et facteurs de production

- Doc 15 ( 38 ) et 17 ( 39 ) : question 3

  1. Croissance et gains de productivité

- Schéma du document 19 ( 40 ) et Doc 20 ( 41 )

C) Le rôle de la demande, des profits et de l’environnement socioculturel

- Doc 22 ( 42 ) / 26 ( 44 ) et 27 ( 45 )

D) Les facteurs endogènes de la croissance

- DOC 29 ( 46 ) / 31 ( 47 ) et 32 ( 47 )

Conclusion : de multiples théories ( annexe 5 )

  1. CONCLURE .


1) Relire CQFR pages 48 / 49, résumer.

2) Vocabulaire : page 28, être capable de faire une phrase .

3) Lire la synthèse : annexe 6.

4) Reprendre les sujets d’oraux ( annexe 7 et page 55 ).

5) repérer les sujets d’écrit dans la « liste » et ceux du manuel ( 52 à 54 )


TES D1 : annexe 1.
La notion de développement durable

I) Historique du concept de développement durable 
A) Une réalité

Les 20% d'habitants vivant dans les pays les plus riches consomment:
45% des protéines animales du monde
58% de l'énergie (et émettent 53% du CO2 rejeté dans l'atmosphère)
84% du papier
disposent de 88% des véhicules.
Si la consommation par habitant enregistre une progression de 6,1% par an en Asie de l'Est et de 2% en Asie du Sud, celle d'un ménage africain moyen a régressé de 20% en 25 ans.

2,6 milliards d'individus sont privés d'infrastructures sanitaires, 2 milliards vivent sans électricité, 1,3 milliard de personnes sont privées d'accès à l'eau potable, 1 milliard n'ont pas de logement correct, 880 millions de personnes sont sans accès aux services de santé et 840 millions souffrent de malnutrition. 22% des enfants en âge scolaire ne sont pas scolarisés (109 millions), 885 millions de personnes de 15 ans et plus sont analphabètes.

Les 3 personnes les plus riches du monde ont une fortune supérieure au PIB des 48 pays les plus pauvres; les 32 les plus riches, au PIB de toute l'Asie du Sud, et les 84 les plus riches, de la Chine entière (1,2 milliard d'habitants).
 
   
Le monde dépense par an 780 milliards de $ pour la défense, 400 milliards en stupéfiants, 50 milliards représentent le coût des cigarettes fumées par an en Europe, et 435 milliards les dépenses annuelles de publicité. On estime qu'un Américain moyen aura vu dans sa vie 150'000 spots publicitaires à la TV.
Néanmoins, entre 1960 et 1995, l'espérance de vie dans les pays en développement a passé de 46 ans à 62 ans, le taux de mortalité infantile a diminué de 50%, le taux de malnutrition infantile de 25%. Le taux d'alphabétisation a passé de 48% à 70%, entre 1970 et 1995. En 30 ans, les pays en développement ont progressé davantage qu'en un siècle les pays industrialisés. Reste à apprendre une saine gestion des ressources naturelles, sans lesquelles il n'y a pas de développement.
B) Une constatation.
Or, entre 1950 et 1995, la consommation d'énergies fossiles s'est multipliée par cinq, et les émissions de CO2 par quatre. Celles-ci sont très inégalement réparties: 20,5 tonnes par an et par habitant pour les États-Unis, 10,3 pour l'Allemagne, 3,9 pour le Mexique, 2,7 pour la Chine, 1,6 pour le Brésil...

Depuis 1970, la proportion de zones boisées est passée de 11,4 km2 pour 1000 habitants à 7,3 km2. La déforestation touche surtout les pays en développement, et la perte de la forêt tropicale est pratiquement irréversible.

Quelque 12% des espèces de mammifères et 11% des espèces d'oiseaux sont menacées.

Par suite de surpâturage ou d'autres pratiques inadéquates, 9 millions d'hectares de sols sont fortement dégradés, et 2 milliards d'hectares, soit un sixième des terres émergées sont moyennement dégradées.

Depuis 1950, les prélèvements d'eau ont triplé, alors que le volume d'eau disponible par habitant a passé de 16'800 m3 par an à 7'300. 20 pays, dans lesquels vivent 132 millions d'habitants, disposent de moins de 1000 m3 d'eau par an et par personne.

Les prises en mer ont quadruplé entre 1950 et 1996, et des pénuries de poisson sont annoncées.

Cependant, les taux de recyclage sont en progression, et le taux de croissance annuel de la demande de métaux a  passé de 6% dans les années 60 à 2% actuellement. L'utilisation par habitant d'acier, de bois et de cuivre est en recul dans les pays industrialisés.
CONCLUSION
On le voit: un développement est indispensable - mais le mode de développement que nous connaissons n'est pas généralisable. Sortir de ce dilemme est l'objectif du Développement durable. 
 
II) Développement durable

Définitions

Selon la Commission Brundtland (1987) :

Mme Brundtland directrice générale de l'OMS :

«Le développement soutenable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion: le concept de [besoins], et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d'accorder la plus grande priorité, et l'idée des limitations que l'état de nos techniques et de notre organisation sociale imposent sur la capacité de l'environnement à répondre aux besoins actuels et à venir».

Autrement dit, il s'agit d'affirmer une double solidarité:

  • dans l'espace: chaque habitant de cette terre a le même droit humain aux ressources de la terre;

  • dans le temps: nous avons le droit d'utiliser les ressources de la terre mais le devoir d'en assurer la pérennité pour les générations à venir.  


Le développement durable est avant tout une échelle de valeurs, un cadre éthique comportant des références comme celles-ci:

Justice sociale;
Prudence écologique;
Efficacité économique;
Diversité culturelle;
Solidarité intergénérationelle;
Aménagement équilibré de l'espace;
Citoyenneté et la concertation. 

Exemples de quelques conditions environnementales favorisant un développement durable

  • Le rythme d'utilisation des ressources naturelles renouvelables n'excède pas celui de leur régénération.

Exemple
Un arbre peut mettre plusieurs années avant d'atteindre une taille acceptable pour être abattu et utilisé comme matériel de construction par exemple. Il faut s'assurer de ne pas couper une quantité plus grande que ce qui repousse.

  • Le rythme d'épuisement des ressources non renouvelables ne dépasse pas le rythme de substituts renouvelables.

Exemple
La quantité de pétrole baisse à tous les jours. Donc, un substitut devrait remplacer cette perte tel l'énergie solaire et électrique pour faire avancer nos voitures.

  • Le type et l'ampleur de la pollution et des matières résiduelles ne dépassent pas ce que l'environnement peut dégrader.

Exemple
Avec des systèmes de production et de consommation inefficaces, il y a augmentation de matières résiduelles. Les milieux naturels ne peuvent en dégrader qu'une certaine quantité. Il faut donc trouver des moyens pour diminuer les matières résiduelles. En plus de l'utilisation des technologies propres de production et de la prévention de la pollution, l'application du principe des 3R (réduction à la source de la consommation, le réemploi des ressources à la fabrication et à l'usage ainsi que le recyclage par les systèmes de production et les consommateurs) devrait être mis davantage en pratique.

TES D1 : annexe 2
  1   2   3   4

similaire:

Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique iconPremière partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique
«le taux de croissance de la frustration excède largement celui de la production» ( Illich )

Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique iconTheme n croissance, fluctuations et crises
«fondamentales» de l'offre : productivité des facteurs, accumulation de capital, disponibilité des facteurs de production, et en...

Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique iconChapitre I : theorie de la valeur, accumulation du capital et croissance chez adam smith

Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique iconLes facteurs travail et capital sont-ils les seules sources de la croissance économique ?

Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique iconAccumulation de capital K, niveau de revenu et inflation

Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique iconVoici les éléments qui peuvent être abordés par un candidat au dcg....
«croissance extensive» la croissance obtenue par l'augmentation des facteurs de production utilisés (travail, capital )

Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique iconProgramme Première partie du travail

Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique iconPremiere partie. Science économique

Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique iconPremiere partie. Science economique

Première partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique iconPremiere partie. Science economique






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com