Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction





télécharger 50.99 Kb.
titreConcepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction
date de publication08.12.2019
taille50.99 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos



Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol



Le libre-échange est-il efficace ?


Introduction



Récemment, la fin de la sixième conférence ministérielle de l’OMC à Hong Kong a laissé un goût amer pour les pays en développement en général, notamment les pays africains, qui avaient parié sur l'adoption de mesures prenant en compte leurs préoccupations pour un commerce équitable. L’OMC, depuis 1995, est l’organisation qui représente le commerce international et qui tente de faire du libre-échange global un win-win (gagnant-gagnant). Mais ses vertus proclamées se fracassent sur les égoïsmes nationaux et les inégalités internationales. En attendant, il faut noter que le commerce international croit (+ 9 % en 2004), privilégiant les rapports de force au détriment d'une réelle régulation.

Le LE peut se définir comme une doctrine politique et commerciale se traduisant par la réduction puis l’élimination des obstacles aux échanges internationaux : les transactions commerciales ne sont dc pas soumises à des restrictions institutionnelles volontaires. Symétriquement, le protectionnisme est l’ensemble des mesures d’origine étatique qui consistent à limiter, interdire, contrôler ou influencer les échanges internationaux (contrainte publique). On peut aussi le qualifier de « nationalisme réglementaire ». Ces deux processus s’appliquent non seulement aux biens mais aussi aux facteurs de production.

La théorie du LE applique en fait les thèses libérales aux échanges internationaux et préconise la spécialisation internationale et la suppression de toute entrave aux échanges. Au « laisser faire » du libéralisme concurrentiel correspond ainsi le « laisser passer » du LE.

Dans quelle mesure le LE peut-il favoriser la croissance et les développement des pays qui y ont recours ? Quelles peuvent cependant être ses limites ?

Le LE sera jugé efficace s’il atteint son but (cse, dvlpt), quels que soient les moyens utilisés pour y parvenir. En revanche, peut-être peut-il juste aspirer à être efficient. Dans ce cas, le résultat doit être obtenu avec une économie de moyens, donc sur la base d’un calcul d’optimisation visant à minimiser les coûts.


  1. Le LE est efficace dans la mesure où il est source de croissance et de développement




    1. Le libre-échange est nécessaire et avantage ses participants


Le commerce extérieur commence à faire l’objet d’une théorisation parallèlement à l’émergence des Etats Nations au 15e s

Contre le mercantilisme, qui préconisait le strict contrôle du CI par l’Etat, les 1ères théories du LE sont formulées par le courant physiocrate et les disciples de F. Quesnay.

Selon eux, la libre circulation des marchandises va de pair avec le ppe de la liberté naturelle


      • En terme de différence de productivité


- Influence sur Smith (théorie classique) : Le ppe des avantages absolus
Smith est le 1er à réellement théoriser la croissance éco portée par les échanges internationaux. Chacun doit gagner au CI.

Il prolonge ainsi, au niv international, ses analyses sur la DT, montrant que chaque pays, ayant « un penchant naturel à l’échange », doit se spécialiser dans le domaine dans lequel il est le meilleur. Il se spécialise en effet dans les P pour lesquelles il dispose d’un avantage absolu, càd dont les coûts de P sont < à ceux de ts les autres pays.


  • Chq pays se spécialisant ainsi, la P mondiale est optimale (partt réalisée au coût le + bas) et chq pays, en important de ceux qui produisent au plus bas prix, complète à son avantage son propre P


MS : cmt un pays aux coûts > pr ts les pdts équilibrerait-il ses échanges, psq’il n’aurait rien à vendre ? La théorie de Smith repose sur l’hypothèse que chq pays a au moins 1 avantage absolu, ce qui est faux, d’où l’adaptation de sa théorie par D. Ricardo.
- Le ppe des avantages comparatifs, à la base des théories du LE
Ds Des ppes de l’éco pol et de l’impôt en 1817, Ricardo craint que l’éco, à LT, tende vers 1 Etat stationnaire (croissance 0).

Le LE est pour lui néc ms bénéfique, même dans le cas où un pays est meilleur qu’un autre pour toutes les P. Chq pays se spécialise donc ds les pdts pr lesquels il dispose d’un avantage relatif, soit un avantage comparatif le + gd ou un désavantage comparatif le plus faible

  • ts les participants au commerce mondial y gagnent




Ex du Portugal et de l’Angleterre

Port a des coûts en tvl < à l’Angleterre aussi bien dans le drap que ds le vin (avantages absolus). Bien qu’avantagé partout, le Port a 1 avantage + gd ds le vin (avantage relatif : comparaison interne au Portugal) et aura dc intérêt à se spécialiser ds le vin et à importer du drap d’Angleterre. Cette dernière, ayant 1 avantage + important ds le drap que ds le vin, aura intérêt à se spécialiser ds le drap et à importer du vin.
 pq ce paradoxe d’un Port qd même gagnant dans l’échange ?

Pcq désormais, ses tvleurs du drap, reconvertis, pourront produire en vin de quoi obtenir par échange externe, si le prix international du vin reste ds certaines limites, plus de drap qu’ils n’en produisaient auparavant en autarcie.



Spécialisation et échange => gain mutuel en quantité

Chq pays profitera du fait de se spécialiser ds la P et l’X des biens qu’il peut produire à 1 coût relativement faible. A l’inverse, chq pays profitera du fait d’importer des biens qu’il produit à un coût relativement élevé.

Il y a dc éco de main-d’œuvre, accroissemt de la P pr chq pays et échange, ce qui entraîne la croissance éco.
N.B : théorie expliquant l’ancienne DIT où les pays industrialisés se spécialisent ds des biens intensifs en K (manufacturés, capitalistiques)
Chacun des échangistes accepte de faire l’échange, als qu’il serait libre de ne pas le faire. C’est bien la preuve que l’échange apporte à chacun un gain que nous ne pouvons pas mesurer mais dont l’existence est certaine.


      • En terme de différence de dotation en facteur de P

La théorie moderne du LE (approche NC)

Se concentre sur la base de l’échange et sur les différences en termes d’avantage comparé
théorème d’HOS (Heckscher, Ohlin, Samuelson) ou « loi de proportion des facteurs »

Prise en cpte d’autres facteurs que le tvl, en l’occurrence le K


  • Heckscher et Ohlin

1 pays aura intérêt à se spécialiser ds 1 P nécessitant 1 facteur de P abondant, dc relativement – cher. Il en viendra ainsi à Xter ses pdts intensifs en facteur de P abondant (ex : Chine exportant des jouets vers l’Europe) et à Mter des pdts intensifs en facteurs de P rares (ex : Chine important des médicaments)


  • Samuelson (contribut° suppl)

Le LE conduit à 1 égalisat° internat des prix de facteurs de P
Ex : pays richement dotés en tvl : prix du tvl (tx de salaire) aura tendance à augmenter qd le pays se spécialisera ds la P de biens intensifs en tvl (D de tvl > O de tvl et le prix du K, - demandé, va diminuer)

Même raisonnemt ac les pays qui possèdent du K en abondance.

  • à la fin du processus, au niv internat, les prix des facteurs tvl et K vont se rapprocher puis s’égaliser


N.B. : cette théorie sert tjrs de réf à la banque mondiale et au FMI pr légitimer l’ouverture de tous les pays (y compris les PED) et le gain mutuel de l’échange psq les nivx de vie devraient s’égaliser


    1. Il permet des gains à la fois économiques et sociaux




  • Economiques




    • LE pallie les écarts de coûts de P

éco d’échelle favorisent l’X (coûts d’autant moins élevés que sa P augmente)

échanges intra-sectoriels

ex de spécialisation intra-sectorielle : Dell assemble des éléments produits par d’autres entreprises dispersées ds le monde entier. Ces dernières sont choisies en fonction de leurs prix et de la fiabilité de leur P


  • baisse des prix des biens d’où aug° du salaire réel des tvleurs :

/t à une sit° sans CI, les tvleurs de chq pays peuvent obtenir une + gde qté de biens de C en contrepartie de la même qté de tvl lsq’ils se spécialisent ds les domaines où ils ont 1 avantage comparatif et échangent leur P contre les biens pr lesquels ils ont un désavantage comparatif.

cf analyse graphique (FPP) (ex p 299 Samuelson&Nordhaus)


  • Accroissement du R national :

Le pays ouvert aux échanges pourra consommer une + gde qté de ts les biens et services que cela ne serait possible si les frontières étaient fermées


  • facteur d’innov° pr les ent afin de faire face à la concurrence

  • ouverture des marchés aux pdts des PED : transfert de techno, apport de capitx, échange de pdts manufacturés en retour (J.S. Mill et l’amélioration des TdE)




  • Sociaux




    • il permet de profiter de la diversité des ressources naturelles des pays

    • il favorise l’augmentation du P.A. des Cteurs

    • il satisfait des préférences différentes / O diversifiée

ex : Suède et Norvège produisent à peu près la même qté de viande

ms Suédois préfèrent la viande ; Norvégiens le poisson

  • échange mutuellement profitable entre la viande de Norvège et le poisson de Suède

  • aug° du bien-être global

Nous avons donc vu en quoi la libéralisation des échanges est bénéfique pour les pays et la croissance éco. Les théories libérales, mentionnées ds cette 1ère partie, ns enseignent qu’il faut respecter le libre fct du marché à l’intérieur d’1 espace ms aussi à l’extérieur. Le LE semble ainsi efficace : il oblige les Etats à participer à la concurrence, à accroître leur cppté, il favorise la C grâce à l’aug° du PA et les X.

Cpdt, la théorie classique, fondée sur une économie concurrentielle fonctionnant sans heurts, ne semble pas être tjrs valable, nt en période de crise. On accuse ds ce cas les M de créer du chôm et la course aux X d’exiger tp de sacrifices en termes de salaire et d’emplois. Le protectionnisme peut alors parfois pallier aux limites du LE.



  1. Parfois, le LE doit être limité, régulé, car il peut être à l’origine d’effets négatifs




    1. Les hypothèses NC connaissent des limites notables…




      • Limites des hypo des avantages comparatifs




  • K et tvl supposés immobiles d’un pays à l’autre, ce qui revient à nier les migrations de tvleurs et l’I internat

  • Mobilité interne des facteurs càd, ds l’ex de Ricardo, tvleurs du textile et de la viticulture interchangeables => coût soc et éco non négligeable

  • Rendements constants et non décroissants : la P augmente ds la même proportion que les inputs




  • échange inégal

Si le LE accroît l’O de biens produits par certains facteurs de P ou ds certaines régions, il se peut que ces facteurs ou régions aient pour finir un R + faible que ds une sit° où les échanges sont soumis à des restrictions

On appelle détérioration des termes de l’échange (TdE) une sit° ds laquelle le rapport des indices de prix des X sur celui des M est inférieur à 1.

Ex : pr 1 PED spécialisé ds 1 monoP (viande bovine en Uruguay), la baisse du prix du pdt sur le marché mondial contribue à diminuer la valeur de ses X et dc à détériorer ses TdE.
danger de la spécialisation des PED

Spécialisation ds des P à faible VA – et faible techno - (D progresse peu) => double cercle vicieux

  • pas de redistribution des R pr alimenter la D intérieure

  • pas de Txi suffisants pr encourager l’E et l’I

cf. thèses marxistes : exploitation des PED par les PD, ces derniers profitant de matières 1ères à bas prix et échangeant en contrepartie des pdts manufacturés + chers.
Empiriquement, on a nt démontré que les inégalités se st accrues entre les les pays les + riches et les + pauvres ac le LE.

En 1820, le rapport était de 1 à 4 et en 1989 de 1 à 39
Ms, attention ! Certaines mesures protectionnistes des PI peuvent avoir des effets pervers sur l’éco des PED. Les subventions incitent les PI à proposer des pdts agri sur le marché mondial, concurrençant les pdts des PED (cas de l’Europe e.g.)


  • Des hypothèses du théorème d’HOS très strictes




  • CPP : envisage des échanges internat à partir d’ent de petite taille et qui sont « price taker ».

En réalité, hypo d’atomicité non respectée : les échanges internat sont plutôt dominés par de gdes entreprises.
TdE : Robert Torrens (entre 1833 et 1844) : 1er argt moderne contre le LE

Lsq’un pays peut agir sur les termes de l’échange (pcq’il est « gros » ou détient un monopole e.g.), il peut als choisir un niveau de dt de douane optimal, qui maximise les termes de l’échange en sa faveur

En adoptant unilatéralement le LE, un pays s’expose à la « capture » d’une partie des gains à l’échange par ses partenaires.

    • politique la + souhaitable : réciprocité commerciale




  • rendemt constants à nv

  • absence de coût de transport et de droits de douanes




  • hypo statique envisage les dotations en facteurs de P sans s’interroger sur l’origine de la DIT

  • c’est la raison pr laquelle le protectionnisme cherche des argts ds 1 vision dynamique des économies pr justifier la protection des économies naissantes.




    1. d’où la nécessité de parfois recourir à des mesures protectionnistes




  • Les ppales mesures protectionnistes




  • le droit de douane ou tarif douanier : impôt spécifique sur les biens importés

 augmente le prix intérieur d’un bien et se traduit par une diminution des qtés échangées (pdts étrangers freinés)


  • le contingent ou quota : mesure d’ordre quantitatif consistant à limiter à l’avance la quantité d’un bien dont l’importation est autorisée pdt 1 période donnée (cf. quota sur le textile chinois en Fce)

 diminution des échanges et aug° du prix du bien ainsi protégé


  • les mesures administratives soumettant les M à des autorisations préalables (licences d’M), interdisant certaines M (pdts dangereux e.g.) ou exigeant les respect de certaines normes (technique, de sécurité, de santé…).

Ex : en 1983, M. Rocard bloque les magnétoscopes asiatiques à Poitiers sous prétexte d’une norme technique non respectée


  • Les nouvelles formes de protectionnisme


- Le protectionnisme éducateur de F. List

Selon lui, ds 1 période de dvlpt éco, les industries naissantes doivent ê protégées afin de réaliser des éco d’échelle, de former une m-o qlfiée, de bénéficier d’effets d’apprentissage et de s’adapter ou de donner de nouvelles habitudes aux Cteurs du pays.
N.B. Cet argt n’est pas contre le LE ; il faut juste que ce dernier soit régulé. Le protectionnisme éducateur est provisoire.
Ex : Le protectionnisme des industries phares d’un pays, comme l’automobile grâce aux subventions de l’Etat en Fce, a servis à absorber nos concurrents : Renault a racheté Nissan
Ms le protectionnisme des industries vieillissantes n’est généralement pas bénéfique (cf. secteur sidérurgique en Fce)

- Nouvelle théorie du CI :

Les échanges sont, ds une large mesure, tirés par les économies d’échelle plutôt que par les avantages comparatifs et que les marchés internationaux sont normalement en situation de concurrence impfte.
Ex des zones d’intégration éco régionale, telles que le Marché commun européen => entrave au LE
Le protectionnisme stratégique de Paul Krugman

A l’échelle internationale, ce st des oligopoles qui quadrillent les marchés les + rentables, les + compétitifs

Ex : Exxon, Total Fina Elf, Vodafone…
Le protectionnisme stratégique de Krugman a été élaboré à partir des PI qui vont se positionner sur les secteurs à + forte VA, dc à + hte techno, afin de creuser l’écart ac les autres pays concurrents. Ds le secteur des htes techno, les subventions publiq permettent de compenser les coûts de R/D qui serait sinon tp élevés et éloigneraient des perspectives de croissance éco

On parle d’avantages comparatifs construits car le pays ne se contente pas, comme chez Ricardo, de développer une P pr laquelle il a le désavantage le – gd ms l’Etat décide de se positionner sur 1 secteur concurrentiel particulier qui sera 1 psst moteur de l’éco.

  • choix volontariste de l’Etat (construit et non naturel comme chez Ricardo)


Ms inconvénients :

  • risque de conflits commerciaux

Ex : en 2000, G. Bush a posé des dts de douane et des quotas sur l’acier ce qui a suscité une vive réaction de l’UE et de la Russie (cette dernière ayant interdit le poulet am)


  • pb de choix : les ressources / subventions consacrées au secteur stratégique feront mécaniquement défaut à d’autres secteurs




  • coûts de dt de douane supportés par certains secteurs du pays où ils st en vigueur

ex : le secteur auto devra payer l’acier importé + cher, ce qui se répercutera sur les prix des autos (risque de perte de cppté des autos américaines /t aux autres)


Cls° : Ac l’approfondissement de la mond°, le L-E ne semble plus pouvoir être remis en cause dans son existence même. Il semble efficace tant au niveau des pays que des agents économiques. Les analyses théoriques classiques et NC tendent à justifier le L-E qui présenterait moins d’inconvénients que le protectionnisme.

Néanmoins, une analyse plus empirique montre que le L-E n’est pas parfaitement applicable et qu’il est source de désagréments. En ce sens il ne serait donc pas efficace au sens parétien psq’il favoriserait certains pays au détriment d’autres.

Peut-être pouvons-nous finalement suivre Paul Bairoch qui déclare que, dans l’histoire éco, « le protectionnisme est la règle, le L-E l’exception ». Les EU sont d’ailleurs les premiers à s’être développés sur les bases de solides barrières protectionnistes. Ainsi, en général, les PD sont les ppx acteurs du L-E mais ne peuvent totalement supprimer leurs traditions protectionnistes dans certains domaines.

similaire:

Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction iconConcepts fondamentaux de l’analyse economique I conférence de methode d’economie approfondie
«galop de galop» destiné à préparer les étudiants au galop d’essai de mi-semestre comme à la partie «littéraire» de l’épreuve de...

Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction iconL’activité économique est l’échange de biens et services entre individus....

Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction iconSection I – Une spécialisation traditionnelle fortement marquée par...
«la zone de libre-échange sera réalisée à travers les nouveaux accords euro-méditerranéens et les accords de libre-échange entre...

Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction iconPartie 1 : introduction a l’analyse economique
«La civilisation est la création indéfini des besoins dont on a besoin». M. Twain

Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction iconLe raisonnement économique : quels sont les principes et les outils fondamentaux ?
«Les grandes questions que se posent les économistes» donnera l’occasion d’aborder quelques points fondamentaux de la démarche de...

Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction iconThème I introduction à l’analyse économique

Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction iconRésumé : Avec l’amélioration des ressources financières des retraités,...
«droit au temps libre» (2). Cette nouvelle façon d’appréhender la retraite comme un droit au temps libre bouscule la conception économique...

Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction iconBloquer les projets d’ape (accords de «partenariat économique») à tous les niveaux
«le libre échange et les importations européennes vont mettre en danger les productions existantes en Afrique et interdire l’émergence...

Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction iconLibre-échange et protectionnisme au xixe siècle
«parties contractantes» aux droits et devoirs variant selon le degré d’adhésion

Concepts fondamentaux de l’analyse économique Cécilia Pol Le libre-échange est-il efficace ? Introduction iconAnalyse de la croissance économique par la demande, on parle alors...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com