Les alliances et la «course aux armements»





télécharger 24.54 Kb.
titreLes alliances et la «course aux armements»
date de publication07.12.2019
taille24.54 Kb.
typeCours
e.20-bal.com > économie > Cours
La Première Guerre mondiale

I- Aux origines

  • Les rivalités européennes :

    • Rivalités économiques : le Royaume-Uni craint la concurrence de l’Allemagne sur les marchés extérieurs ;

    • Rivalités coloniales : les territoires à coloniser sont devenus rares les puissances européennes se les disputent : 1904-1911, France et Allemagne évitent deux fois une guerre à propos du Maroc ;

    • Problèmes liés au tracé des frontières : la France n’a jamais renoncé à l’Alsace-Lorraine que l’Allemagne a reconquis en 1871 et veut prendre sa revanche. L’Italie revendique les territoires peuplés d’italiens situés dans l’Empire austro-hongrois.




  • Les alliances et la « course aux armements » :

    • Craignant un affrontement, les Etats européens cherchent à se protéger par des alliances défensives. Deux systèmes d’alliance opposés sont peu à peu mis en place :

      • La Triple-Alliance unit les empires allemands, austro-hongrois et l’Italie.

      • La France constitue la Triple-Entente avec la Russie et le Royaume-Uni.

    • Les Etats se livrent à une « course aux armements ». La quantité des armes augmente, armes de plus en plus meurtrières en raison des progrès techniques. Chaque pays semble se préparer à la guerre : en 1913, en France, le service militaire passe de 2 à 3 ans.




  • 1914 : le déclenchement de la guerre :

    • Depuis le début du siècle, les Balkans sont un grand foyer de tension en Europe : la Serbie ne cache pas sa volonté de créer une Yougoslavie regroupant les Serbes et les autres Slaves sous domination autrichienne (Croates, Bosniaques…).

    • Accompagné de son épouse, l’archiduchesse morganatique Sophie de Hohenberg, l’archiduc François-Ferdinand, l’héritier de l’empire d’Autriche, inspecte les troupes de Bosnie-Herzégovine. Pour les extrémistes serbes, il s’agit d’une provocation : la société secrète nationaliste la Main noire projette d’assassiner l’archiduc le 28 juin à Sarajevo. Le service d’ordre, mal organisé, facilite la tâche des conjurés :

      • Une bombe éclate près du cortège mais fait peu de victimes ;

      • Juste après la réception à l’hôtel de ville, un étudiant serbe, Gavrilo Princip, abat le couple princier à coups de revolver. Lors de son procès, à l’interrogatoire, il déclare d’ailleurs : « je suis un nationaliste yougoslave, j’aspire à l’union de tous les Yougoslaves, sous quelque forme politique que ce soit, et à leur délivrance de l’Autriche ».

      • L’Autriche a un prétexte pour écraser son voisin : le 23 juillet, Vienne envoie à Belgrade, à propos de l’enquête sur l’attentat, un ultimatum en 6 points très durs. Mais la Serbie accepte les 5 premiers, et émet des réserves sur le 6ème, véritable ingérence autrichienne dans les affaires intérieures du petit royaume.

→ Vienne rejette la réponse Serbe et déclare la guerre à la Serbie, le 28 juillet. Guillaume II, après un instant d’inquiétude, soutient son allié.

    • C’est ensuite l’engrenage des alliances :

      • La Russie puis la France et le Royaume-Uni se rangent au côté des Serbes, l’Allemagne au côté de l’Autriche-Hongrie. En août, dans chaque pays, on mobilise les troupes et les partis politiques s’unissent dans des gouvernements d’union sacrée.(1er août l’Allemagne déclare la guerre à la Russie puis le 3 à la France, la Grande-Bretagne déclare la guerre à l’Allemagne après la violation du territoire belge, 12 août France et Angleterre déclarent la guerre à l’Autriche-Hongrie, le Japon déclare la guerre à l’Allemagne).

      • Jusqu’au, l’espoir d’une médiation des pays neutres subsiste, mais les opinions sont moralement prêtes pour une guerre que tous imaginent très court. La mobilisation s’effectue avec discipline : 2% de réfractaires alors que l’état-major en attendait 13%. Les civils forment des cortèges patriotiques, fleurissent les monuments de la guerre de 1870.



II- Quatre ans de guerre

  • L’échec de la guerre de mouvement :

    • 1914, le plan allemand, appelé plan Schlieffen a pour objectif d’éviter le combat sur deux fronts (écraser la France, en passant par le Belgique neutre, puis se retourner contre la Russie).

→ Août : les Allemands pénètrent en Belgique le 2 août, provoquant l’exode des civils. Ils se dirigent ensuite sur la France et, au début du mois de septembre, arrivent près de Paris. L’offensive allemande est stoppée par la contre-offensive française lancée par le général Joffre, chef d’état-major sur la Marne, le 6 septembre. Depuis la capitale, un million d’hommes est transporté en hâte sur le front en empruntant parfois des taxis réquisitionnés (les fameux « taxis de la Marne »). Dans les semaines suivantes, les armées tentent de se déborder et s’engagent dans une « course à la mer ». Fin 1914, le front se stabilise le long d’une ligne qui va de la mer du Nord à la Suisse.

    • A l’Est de l’Europe, les armées russes pénètrent en Prusse orientale. Elles sont battues à Tannenberg (17 août) et commencent à reculer.

  • Une longue guerre de position :

    • Sur le front occidental, la guerre de position succède à la guerre de mouvement :

      • Les troupes face à face s’enterrent dans les tranchées, séparées d’un espace d’un ou deux kilomètres sur lequel se livrent tous les engagements ; l’armement s’adapte, avec les mortiers et les grenades au tir courbe, les lance-flamme et les gaz asphyxiants ; on s’observe avec des ballons et des avions qui finissent par bombarder les tranchées et par se battre dans les airs.

      • 1915-1917 : toutes les offensives pour percer le front sont un échec Ex. : offensive des Allemands à Verdun de février à juin 1916 durant lequel les Français commandés par le général Pétain tiennent bon (plus de 300 000 morts de chaque côté).

    • La guerre se prolongeant, les camps se cherchent de nouveaux alliés.

→ Ouverture de nouveaux fronts dans le Nord de l’Italie, dans les Balkans et au Moyen-Orient.

  • Le tournant de 1917 et la fin de la guerre :

    • Les difficultés militaires se multipliant, la lassitude s’empare des deux camps : défaites russes, échec sanglant de l’offensive française lancée par le général Nivelle au Chemin des Dames, désastre italien à Caporetto…

      • A l’arrière, les grèves se multiplient.

      • Toutes les armées sont frappées par des mouvements d’indiscipline. En France, au printemps 1917 éclatent des mutineries. Les mutins, minoritaires, sont jugés et exécutés pour l’exemple. Pétain calme le mouvement en améliorant la vie quotidienne des soldats et renonçant aux attaques inutiles.

      • En Russie, une révolution éclate et le nouveau pouvoir engage des négociations avec l’Allemagne qui aboutissent à la paix séparée de Brest-Litovsk (mars 1918).

    • En riposte au blocus économique dont elle fait l’objet, l’Allemagne mène une guerre sous-marine à outrance qui provoque l’entrée en guerre des Américains (2 avril 1917) au nom de la « liberté des mers » et de la sauvegarde de leurs intérêts financiers. Même si les Américains mettent à disposition des Alliés la puissance de leur économie, les conséquences de l’intervention américaine sont modestes pour 1917.

    • Mars 1918 : les Allemands lancent une grande offensive sur le front occidental qui les mène jusqu’à la Marne. Les Alliés, sous le commandement du maréchal Foch, bénéficient du renfort de près de 2 millions de soldats américains et d’un flot de matériel de guerre. Bulgarie, Turquie, Autriche-Hongrie s’effondrent.

L’Allemagne signe l’armistice à Rethondes le 11 novembre 1918, après l’abdication de l’empereur Guillaume II et l’avènement de la République.

III- Une guerre totale

  • L’économie tournée vers la guerre

    • Pour répondre à la demande des Etats, les industriels reconvertissent leurs usines vers la production de matériel de guerre ou construisent de nouvelles usines d’armement. Pour qu’elles ne tombent pas aux mains de l’ennemi, celles-ci sont implantées loin des fronts (Lyon, Paris, Bordeaux ou Toulouse en France). Ainsi, la production en voiture des usines Renault passe de 1484 unités en 1914 à 553 unités en 1918. Par contre, alors que les usines Renault ne produisaient pas de char d’assaut en 1914, elles en produisent 750 en 1918.

    • Les dépenses des Etats augmentent (achat d’armes, entretien des troupes …) : les impôts augmentent donc, les Etats recourent à l’emprunt ou impriment de nouveaux billets (dépréciation de la monnaie donc hausse des prix).

  • L’effort de guerre des civils

    • Les pays belligérants manquent de bras : dans les usines, les champs, les femmes remplacent les hommes et obtiennent des responsabilités nouvelles. Ainsi, dans les usines Renault, alors que les femmes ne constituaient que 3,8% des travailleurs en 1914, elles passent à 31,6% en 1918. Les industriels font aussi venir des travailleurs des colonies.

    • La population souffre de pénurie de vivres et de produits de première nécessité (charbon…) causée par la désorganisation de l’économie (manque de main d’œuvre, reconversion des usines civiles, occupation étrangère…). La situation est dramatique dans les empires centraux à cause du blocus naval, qui rend impossible les importations par mer.

    • Dans les régions occupées de Belgique et de France, les habitants doivent payer de lourdes indemnités de guerre, supporter les réquisitions et les travaux forcés. Les auteurs d’actes de résistance sont fusillés.




  • Des libertés sous contrôle

    • Pour que l’arrière garde le moral, les Etats font de la propagande, du « bourrage de crâne ». Le courrier en provenance du front et la presse, qui pourraient faire passer de mauvaises nouvelles, sont censurés. Les communiqués militaires sont toujours enthousiastes.

    • En 1917, certains socialistes s’opposent à la guerre : c’est la fin de l’Union sacrée. Les gouvernements dirigés par des hommes énergiques cherchent à maintenir l’unité nationale en réprimant violemment les grèves et les manifestations. C’est le cas de Georges Clémenceau en France, surnommé « le Tigre ». Républicain radical, Clémenceau est appelé à la tête du gouvernement pour résoudre la crise grave que traverse le pays en novembre 1917. Il réprime les manifestations, rétablit l’ordre et impose son autorité aux chefs militaires. Il obtient des Alliés le commandement en chef des troupes alliées pour le général français Foch.

IV- La nouvelle Europe

  • L’Europe redessinée par les traités

    • La Conférence de la paix siège à Paris de janvier 1919 à août 1920. Le texte servant de base aux discussions est le message en 14 points du Président des Etats-Unis Wilson, qui défend le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et propose la création d’une association de nations pour garantir la paix.

5 traités sont signés entre Alliés et vaincus :

      • Le traité de Versailles signé avec l’Allemagne en 1919, déclare celle-ci responsable de la guerre et la condamne à payer des réparations aux vainqueurs ; elle perd une partie de son territoire et de ses colonies ; son armée est réduite et privée d’armes lourdes, la région du Rhin est démilitarisée et en partie occupée.

      • Les traités signés avec l’Autriche, la Hongrie et la Turquie démembrent les empires et dessinent les frontières de nouveaux Etats, alors que celui signé avec la Bulgarie réduit son territoire.

      • Tous les traités sont précédés d’un préambule créant la Société des Nations (SDN) chère à Wilson.

    • De nombreux Etats ne se satisfont pas de leurs nouvelles frontières. Ce n’est qu’en 1923, après plusieurs conflits locaux, qu’elles se fixent.




  • L’Europe affaiblie par la guerre

    • Le bilan humain est catastrophique.

      • 1914-1919 : plus de 11 millions de morts.

      • Accusés de traîtrise par les Turcs qui viennent de subir une défaite face aux Russes, les Arméniens subissent à partir d’avril 1915 un exode forcé. Massivement exterminée en 1916, la population arménienne connaît le premier génocide du XXème siècle, qui fait plus d’un million de victimes

      • A partir de 1918, une terrible épidémie de grippe s’abat sur les populations affaiblies.

      • Déficit des naissances pendant la guerre (créations de classes d’âge creuses). La population de l’Europe est désormais vieillissante.

      • Des millions de mutilés, de malades et de névrosés vivent dans le souvenir d’une guerre traumatisante ;

    • Désastre matériel et financier :

      • les régions situées sur le front sont en partie ruinées ;

      • les Etats sont endettés et doivent financer la reconstruction des régions dévastées, aider les veuves, les orphelins, les mutilés…

      • La hausse des prix est rapide, liée à la création artificielle de monnaie et à la forte demande de marchandises alors que la production reste faible.

    • L’Europe ne domine plus le monde :

      • Les Etats-Unis ont développé leur commerce en Amérique latine, accru leur production, grâce aux achats alliés et sont les créanciers de l’Europe.

      • Dans colonies européennes, des mouvements nationalistes commencent à réclamer davantage de liberté.

similaire:

Les alliances et la «course aux armements» iconL’espagne sur tous les tableaux
Qu’il a choisi les usa au détriment de l’Union européenne Le renversement des alliances traditionnelles, manifeste depuis la guerre...

Les alliances et la «course aux armements» iconRapports entre mouvements islamistes, nationalistes et de gauche au Moyen-Orient arabe
«l’idéologie implicite 3» nationalitaire à caractère tiers-mondiste. Dans un article synthétique consacré aux alliances entre militants...

Les alliances et la «course aux armements» iconLes stratégies d’alliances : intérêts et limites
«Globalisation» de l’économie. Elle revêt un caractère général et se produit dans toutes les activités. Les progrès effectués dans...

Les alliances et la «course aux armements» iconManant Matthieu 23/01/1976 France Télécom Paris
«Émergence de stratégies collectives et formation d’alliances». Responsable : J. L. Dessalles

Les alliances et la «course aux armements» iconDes développements constants : des lancements de nouvelles manifestations,...

Les alliances et la «course aux armements» iconRésumé L’objet de cette étude est d’analyser l’exercice du contrôle...
«affective» sur leurs fournisseurs. Cette influence est fondée sur la confiance et les normes relationnelles

Les alliances et la «course aux armements» iconProgramme Erasmus Mundus
«bonnes places» aux plus fortunés et les «zones délaissées, souvent les plus exposées aux dangers divers, aux pauvres

Les alliances et la «course aux armements» iconBep metiers de la relation aux clients et aux usagers
«Métiers de la relation aux clients et aux usagers» participe à la réalisation d’activités spécifiques dans les domaines professionnels...

Les alliances et la «course aux armements» iconCommuniqué relatif aux décrets d’application de la loi sur l’économie...
Les commissaires aux apports sont choisis par les associations participant à l'opération parmi les commissaires aux comptes inscrits...

Les alliances et la «course aux armements» iconDiscours de Paul Henry Spaak
«Un jour viendra où IL n’y aura plus d’autres champs de batailles que les marchés s’ouvrent aux commerces et les esprits s’ouvrant...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com