Chapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales





télécharger 50.31 Kb.
titreChapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales
date de publication06.12.2019
taille50.31 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Economie d'Entreprise - BTS 1°année
Chapitre 3 : la diversité des entreprises -- les PME -- les firmes multinationales.


Quels sont les différents types d'entreprises ? Les critères de classification des entreprises sont aussi bien juridiques qu'économiques. D'un point de vue juridique on distinguera, bien entendu et sommairement les entreprises privées des entreprises publiques. D'un point de vue économique les entreprises pourront se classer selon la nature de leur activité ou encore selon leur dimension. Nous nous attacherons donc dans un premier temps à décrire ces différents critères. Nous décrirons ensuite les atouts et les faiblesses des PME-PMI en insistant sur leur impact économique. Nous nous attarderons enfin sur l'accélération, depuis une vingtaine d'années, de l'internationalisation des grandes entreprises en présentant les différentes étapes de la multinationalisation des firmes et en insistant sur les éléments propres à caractériser le rôle fondamental des firmes multinationales dans le commerce mondial.
I -- Classification juridique des entreprises.
Cette question est largement détaillée dans le cours de droit. Nous nous bornerons donc ici à une présentation sommaire de la question.
(Voir le plan du cours de droit première année et consulter les chapitres relatifs à l'entreprise individuelle, aux sociétés commerciales et aux critères de choix d'une structure juridique d'entreprise).
Schéma simplifié:

II -- Classification économique des entreprises.
Économiquement, les entreprises peuvent être classées selon la nature de leur activité ou encore selon leur dimension.
-- Classification selon la dimension des entreprises.
*Le critère le plus fréquemment retenu est celui du nombre de salariés -- en effet, les entreprises n'ayant aucun salarié sont qualifiées de micro-entreprises (il s'agit ici des petits commerçants ou artisans) -- les entreprises de 1 à 9 salariés sont qualifiées de très petites entreprises -- les entreprises de 10 à 499 salariés sont les PME-PMI -- Seules les entreprises de plus de 500 salariés entrent donc dans la catégorie des grandes entreprises.
Dans le langage courant, on qualifie de PME-PMI toutes les entreprises de 0 à 499 salariés.
*Le critère du chiffre d'affaires est un peu moins utilisé pour procéder à une classification pertinente. L'importance du chiffre d'affaires ne préjuge pas de la bonne santé d'une entreprise. Toutefois, ce critère permet de procéder à des classifications sur la croissance des entreprises et permet également de mesurer leur part de marché.
*Le critère de la valeur ajoutée est certainement plus judicieux pour mesurer la valeur de la production réelle des entreprises. N'oublions pas que la valeur ajoutée mesure la véritable richesse produite par une entreprise. La comparaison entre les entreprises sur la base de la valeur ajoutée qu'elles dégagent permet également de porter des appréciations sur leur productivité.
-- Classification selon la nature de l'activité.
Les entreprises sont ici classées en 5 branches :

Industrie--Agriculture--Commerce--Services--Assurances--Crédit
NB : Les notions de" branche" et "secteur" ne doivent pas être confondues. Toutes les entreprises d'une même activité principale relèvent d'un même secteur. Quand une entreprise exerce plusieurs activités, elle relève d'autant de branches qu'elle exerce d'activités.

III -- Les PME-PMI -- impact économique, atouts et faiblesses.

A -- L'impact économique des PME-PMI.
Faute d'une définition officielle, les PME-PMI sont assez difficiles à appréhender.
Qu'est-ce qu'une PME-PMI ? Le critère officiellement retenu est celui de l'effectif salarié. En France, les PME-PMI sont celles dont les effectifs employés ne dépassent pas 500 salariés. Ce critère est quelque peu critiquable dans la mesure où on inclura dans les pourcentages aussi bien les micro-entreprises que les PME-PMI performantes, structurées et dont les parts de marché à l'export sont assez conséquentes.
Alors que dans les années 60, certains économistes prévoyaient leur disparition, force est de constater que cette « sinistre » prédiction est loin d'être réalisée. Non seulement les PME-PMI ne sont pas en voie de disparition, mais encore leur vitalité est parfois exceptionnelle et leur impact économique est incontestable.
-- les PME-PMI sont plus que majoritaires en nombre. Par exemple, sur les 2,5 millions d'entreprises françaises, 99,9 % sont des PME-PMI (selon la classification en fonction du nombre de salariés). Par ailleurs, les PME-PMI emploient environ les 2/3 de l'ensemble des effectifs salariés ; elles réalisent plus de la moitié de la valeur ajoutée globale et environ 45 % de la FBCF (Formation Brute de Capital Fixe).
En clair, les PME-PMI emploient la majeure partie des salariés, contribuent pour moitié à la création des richesses et réalisent environ la moitié des investissements.
Notons également que les PME-PMI correspondent à des structures d'organisation propres à caractériser toutes les économies capitalistes des pays industrialisés. Par exemple l'économie nippone repose largement sur les performances des PME-PMI. Dans chacun des trois pôles de la « triade » les PME-PMI sont innombrables et représente environ 99 % des entreprises.
B. -- Les atouts des PME-PMI.
Les PME-PMI ont parfois une vitalité incontestable. Certes, les défaillances sont nombreuses mais beaucoup résistent de manière assez remarquable. Ceci peut s'expliquer de la manière suivante :
-- Tout d'abord, leur taille leur permet d'adopter des modes de gestion beaucoup plus réactifs -- les PME-PMI sont beaucoup plus flexibles que les grandes entreprises et ceci dans la mesure où, d'une part, elles peuvent s'implanter dans des secteurs à forte croissance et dans la mesure où, d'autre part, elles peuvent gagner des parts de marché dans certains secteurs en voie de récession. De plus, certaines parviennent à bénéficier d'une notoriété régionale incontestable ce qui favorise une évolution en harmonie avec les marchés sur lesquels elles se situent.
-- Ensuite, leurs coûts salariaux sont beaucoup moins élevés que dans les grandes entreprises.

En bref, au cours des dernières années, les PME-PMI ont amorti les effets de la crise -- on peut même dire que les PME PMI ont atténué le chômage. En effet, les PME, et surtout les plus petites ont beaucoup mieux réussi que les grandes entreprises à gérer leur force de travail sur le plan quantitatif -- elle parvienne à mieux ajuster les salaires et les effectifs et, surtout, à mieux moduler l'emploi en fonction des variations de la demande.
-- Enfin, les PME participent également au commerce extérieur. Certes, beaucoup d'entre elles éprouvent des difficultés à maîtriser les réseaux de distribution ou encore n'ont pas la surface financière suffisante pour emprunter sur le marché international des capitaux mais la souplesse de leurs structures de décision et leur réactivité leur permet très souvent de saisir les meilleures opportunités, notamment sur des marchés où le cycle de vie des produits est court.
Dans le secteur de la "high tech", les PME-PMI sont parfois les plus innovatrices (Silicon Valley).
C -- Les faiblesses des PME-PMI.
Les Faiblesses structurelles, les faiblesses au niveau de la gestion des ressources humaines expliquent la mortalité très importante des PME-PMI. En effet, 1 PME sur 2 disparaît avant ses 5 ans et 1/5° des nouvelles PME disparaissent avant 1 an..
-- Beaucoup de PME connaissent en effet des crises chroniques de trésorerie et commettent surtout beaucoup d'erreurs commerciales en raison, notamment, d'insuffisances notoires au niveau de leur management. L'exacerbation de la concurrence accentue leurs handicaps et cela d'autant plus qu'elles parviennent mal à réaliser des économies d'échelle suffisamment significatives pour soutenir la compétition. De plus, les processus d'apprentissage sont beaucoup plus longs dans les PME-PMI que dans les grandes entreprises.
-- D'une manière générale l'absence d'une véritable GRH caractérise les PME. Les rapports sociaux sont parfois réduits à leur plus simple expression et aucune véritable politique du personnel n'est mise en oeuvre. Si l'on rajoute à cela le peu de mobilité de la main-d’œuvre, on comprend pourquoi certaines PME connaissent des difficultés.
-- Financièrement, les PME-PMI sont souvent handicapées par un manque de fonds propres ( ce qui alourdit leur endettement) et par un manque de capacité d'autofinancement. De plus, l'instabilité de leurs résultats ne leur permet pas de supporter les chocs conjoncturels. Il est également très difficile pour les PME d'accéder aux sources de financement des grandes entreprises.
-- D'un point de vue structurel, les PME-PMI sont fréquemment en situation de sous-traitance ou de franchise. Elles sont donc frappées de plein fouet par les fluctuations de la demande -- les grandes entreprises leur font finalement jouer un rôle d'"amortisseur" à ce niveau dans la mesure où la survie des sous-traitants ou des franchisés dépend d'elles. On comprend les raisons pour lesquelles les PME-PMI restent un secteur très fragile.


IV -- Les firmes multinationales. Le processus de multinationalisation.
Extrait d' Alternatives Economiques numéro 1125.
« Plus de 60 000 firmes multinationales aujourd'hui, contre 7000 à la fin des années 60. Le nombre d'entreprises dont l'activité s'étend au-delà des frontières s'est accru de manière exponentielle au cours des trois dernières décennies. Le phénomène n'est pas nouveau, mais il prend aujourd'hui une dimension sans précédent.
Les entreprises ont d'abord cherché à exporter leurs produits à partir de leur base nationale. Les grandes firmes américaines ont ainsi profité de leur position dominante après la seconde guerre mondiale pour accroître massivement leurs ventes à l'étranger. Face aux obstacles mis par les états (barrières douanières ou réglementation), les entreprises ont commencé à s'installer sur place, afin d'accéder aux marchés. Là encore, les multinationales américaines ont été les premières à développer massivement leurs investissements à l'étranger, notamment en Europe. À partir des années 80, un nombre croissant d'entreprises commence à s'organiser au niveau mondial. Elles installent les différentes étapes de leur chaîne de production dans diverses régions du monde, en fonction de leur perception de la compétitivité ou des ressources des différents territoires. Cette « multilocalisation » qui permet de prendre le meilleur de chaque territoire tout en accédant aux différents marchés, s'accompagne bien souvent d'une centralisation de certaines fonctions stratégiques, tels que la recherche-développement où la finance. Il n'existe cependant pas de modèle unique, mais une grande diversité en fonction des secteurs.
La progression de l'internationalisation productive des firmes est spectaculaire. Les ventes réalisées par des filiales à l'étranger ont dépassé le volume du commerce international à partir du milieu des années 80. Elles en représentent aujourd'hui presque le double : 13 500 milliards de dollars contre 6 900 milliards. Les multinationales produisent 10 % du PIB mondial et contrôlent les 2/3 du commerce mondial. Le stock des investissements directs à l'étranger représente désormais plus de 16 % du PIB mondial, un niveau jamais atteint auparavant. Enfin, sous l'effet du double mouvement de dérégulation et de privatisation, les services financiers et les entreprises de réseaux (télécoms, énergie, transport) sont en train de s'internationaliser rapidement.
Toutefois, l'immense majorité des firmes multinationales conserve des relations étroites avec leur pays d'origine. En moyenne, les firmes multinationales réalisent encore plus de la moitié de leurs ventes totales dans leurs nations d'origine. Mais cette proportion tend à diminuer : de 57 % en 1993 est passé à 50 % aujourd'hui pour les 100 premières multinationales."

A . LES CAUSES DE L’INTERNATIONALISATION
L’internationalisation d’une entreprise s’appréhende comme l’intrusion d’une firme sur des territoires géographiquement, culturellement, économiquement et juridiquement différents de ceux de son marché national dont ils sont séparés par des frontières multiformes (tarifaires, sanitaires, fiscales, réglementaires).
Les raisons de l’internationalisation sont très anciennes:
Au 19 e siècle : Influence politique (émergence des états nationaux et suppression des barrières douanières internes).
Influence technique (développement du chemin de fer; les marchés sont devenus nationaux).
A la Fin du 19 e siècle : Evolution fondamentale
Alors qu’auparavant les transactions portaient sur des produits finis et étaient l’apanage des commerçants, désormais, à la fin du 19e siècle se sont les firmes industrielles qui vont chercher, pour elles mêmes et nos plus par négociants interposés :
- des approvisionnements en matière première
- des débouchés pour leurs produits finis.
Les FMN naissent désormais dans les domaines énergétiques (pétrole), miniers et agroalimentaires (Unilever, Nestlé).

LES FACTEURS DE L’INTERNATIONALISATION
-- Les Facteurs Techniques :
Baisse des coûts de transports

Baisse du temps de transport

Hausse des capacités de production

Importance du savoir-faire technologique inégalement reparti
-- Facteurs Economiques :
Niveau des salaires

Saturation de la demande dans les Pays Industrialisés

Inégales dotations en facteurs des pays ( Voir cours Economie générale sur les théories de Smith et Ricardo)

Uniformisation partielle des modes de consommations
-- Facteurs Politiques :
Création des ZLE (Zones de libre échange)

Idéologie dominante du libre échange

Diminution des obstacles non tarifaires

Sous l’influence de ces facteurs, l’internationalisation va prendre de nouvelles formes. Les FMN apparaissent avec l’implantation de filiales de production et non plus seulement de distribution.
L’entreprise devient une nébuleuse synergique de concepteurs, de fabricants et de distributeurs. Le concept de l'entreprise en réseau est né.
Dans ce contexte, une vision mondiale confère aux firmes des avantages déterminants. De nouveaux marchés peuvent ainsi se substituer à des marchés arrivés à maturation dans leur pays d’origine (En raison du cycle de vie international qui caractérise de nombreux produits).
- Coûts avantageux en matière :


  • Salariale (main d’œuvre souvent moins onéreuse)




  • Sociale (dispense des régimes de production sociale)




  • Fiscale (existence de paradis fiscaux)




  • Possibilité de contourner les obstacles douaniers (Ex : Implantation d’entreprises japonaises en Europe)




  • Possibilité d'accéder à des sources de financement sur le marché international des capitaux.




  • Possibilités de contrôle des réseaux de distribution


B . LES ETAPES DE L’INTERNATIONALISATION

1 -- 1ere ETAPE. LE DEVELOPPEMENT DES EXPORTATIONS
3 voies de l’exportation :



  1. Exportation Directe




  1. Exportation indirecte




  1. Exportation Associée

* L’EXPORTATION DIRECTE
Elle évite les intermédiaires. Elle permet donc de faire l’apprentissage des marchés étrangers et d’éliminer les rémunérations des intermédiaires. Mais elle est difficile et coûteuse en pratique où la firme méconnaît les rentabilités locales, les modes de consommation locaux, les pratiques commerciales locales et les règlements. Il y a donc un risque d’erreur important. De plus, l'entreprise va devoir entretenir sur place des stocks et un service de distribution coûteux.
Techniques d’exportation directe :
* Sans force de vente - Par ex:
par couponnage dans les revues étrangères
par des foires et salons à l’étranger

* Avec force de vente :
Par ex : avec un agent commercial à l’étranger ou avec un représentant salarié

* L’EXPORTATION INDIRECTE est mieux adaptée à la phase initiale d’exportation.
Elle dispense l’entreprise de tout investissement et de toute présence personnelle à l’étranger. L’exportateur peut utiliser les services de courtiers ou vendre à des sociétés de commerce extérieur (CFAO par exemple), qui s’occupent de toutes les formalités douanières, financières et administratives, et conclut elle-même les contrats de vente à l’étranger. Cependant ces interventions d'intermédiaires constituent un "écran" qui empêche toute véritable connaissance et toute réelle pénétration du marché étranger.
* L’EXPORTATION ASSOCIEE.
Exemple :Le " Piggy Back" : il s'agit d'une technique utilisée par les PME pour bénéficier (moyennant des commissions) du réseau de distribution d’une FMN.
Exemple : Création de Groupement d’exportateurs qui se dotent, grâce aux contributions des membres, de moyens de prospection et de ventes.

2 -- 2ème ETAPE : LA MISE EN PLACE D’UN RESEAU DE DISTRIBUTION A L’ETRANGER
L’exportation directe, indirecte ou associée présentes l’inconvénient de ne pas assurer une présence permanentes de l’entreprise à l’étranger alors que la constitution de réseaux de distribution à l’étranger le permet.
-- Composition des réseaux de distribution à l’étranger


  • La franchise internationale (exemple : Yoplait)




  • La franchise étrangère (exemple : chaînes hôtelières)




  • La succursale (sans personnalité juridique)




  • Filiale de distribution ( création d'une personne morale nouvelle par exemple "Renault export")




  • Investissement à l’étranger (capitaux fournis par l’entreprise d’origine)



L’entreprise a intérêt à internationaliser sa production pour 4 raisons.
1. Ajouter des marges d’exportation à ses marges intérieures
2. Accélérer le processus d’apprentissage
3. Bénéficier d’économie d’échelle lorsque le marché national est trop étroit
4. Etre plus prêt du consommateur


3 -- 3ème ETAPE : LA MULTINATIONALISATION
La FMN n’apparaît vraiment que lorsque des filiales de production complètent les filiales de distribution.
---On repère une FMN aux critères suivants :


  • Part des ventes réalisées à l’étranger




  • Activités de production réalisées à l’étranger




  • Présence dans plusieurs pays




  • Nombre de filiales à l’étranger




  • Existence d’un DG multinationale




  • Détention multinationale du capital social




  • Cotation des titres sur plusieurs places financières




  • Stratégie internationale


---On trouve des FMN dans tous les secteurs de l’économie
Secteur primaire : Nestlé, Danone, etc...
Secteur secondaire : Elf aquitaine, Michelin, etc...
Secteur tertiaire : Accor, Mc Donald, Hertz

---AVANTAGES DE LA MULTINATIONALISATION
Avantage de coûts
Il existe des écarts de coûts entre les pays, et l'entreprise cherchera à en bénéficier -- Exemples:
main d’œuvre
charges sociales
fiscalité
matières premières


Accroissement de l’échelle de production (Possibilité de bénéficier d'économies d'échelle)
Elimination des coûts des transactions internationales
Frais de transport allégés.
Stockage moins coûteux
Droits de douane allégés
Aucune rémunération d’intermédiaires, etc...
Accroissement de la compétitivité
Barrières protectionnistes contournées
Meilleure veille technologique mondiale
Meilleure veille commerciale mondiale
Image de marque internationale des produits
Adaptation aux spécificités des marchés internationaux.

similaire:

Chapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales iconLes firmes multinationales

Chapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales iconDénombrement et diversité des multinationales
«se financiarisent» : les mn globales créent ou acquièrent des holdings qui coordonnent les transferts de fonds. La masse de liquidités...

Chapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales iconRésumé : Depuis plus d’une décennie les firmes multinationales doivent...

Chapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales iconI les entreprises au cœur de la création de richesse a la diversité des entreprises

Chapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales iconLa feef, Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France, et...
«Plateforme différenciée pme» signée en 2014, reconnaît les caractéristiques et spécificités des pme et porte sur 4 points majeurs...

Chapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales iconLes firmes chinoises à l’assaut du monde
«mercantilistes», ou vont-elles évoluer vers des firmes globales, insérées dans les réseaux existants ou en créant de nouveaux par...

Chapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales iconLe programme de «management des entreprises»
«l’entreprise» et non les «organisations». IL est toutefois nécessaire de prendre en compte l’ensemble des formes d’entreprises en...

Chapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales iconCommuniqué de presse afmd/cjd
«Mise en place d’une politique Diversité : dispositifs et outils» à destination des tpe/pme. Cet outil sera disponible à la fin du...

Chapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales iconCommuniqué de presse
«Deals de justice. Le marché américain de l’obéissance mondialisée», présente des lois américaines d’extraterritorialités s’appliquant...

Chapitre 3 : la diversité des entreprises les pme les firmes multinationales iconRésumé : L’offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com