“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001





télécharger 135.26 Kb.
titre“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001
page6/7
date de publication22.11.2019
taille135.26 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

Intervention de la salle


Je voudrais rebondir sur ce que disait Bernard GANNE par rapport à la question de la culture d’une part. D’autre part, en vous entendant, j’ai l’impression que vous nous énoncez de grands principes, qui peuvent être tout à fait estimables. Cela dit, ces principes s’inscrivent quand même dans une culture. Il peut y avoir aussi une culture locale qui intègre le bakchich comme quelque chose qui n’est pas nécessairement malhonnête, mais qui fait partie d’une certaine pratique courante et quotidienne dans certains espaces sociaux. Si vous voulez essayer d’accepter toute une multiplicité d’approches du monde, il me semble que rejeter cela est quand même un peu étonnant. C’est une première réaction plus qu’une première question.
D’autre part, ce que vous nous évoquez là est quand même un monde qui est un monde d’ingénieurs, un monde de grands techniciens. J’avais envie de parler aussi de l’écart qu’il peut y avoir entre le monde du management ou le monde des ingénieurs et ce que j’appellerais le sol de l’usine, les ouvriers, et ce qui peut en être aussi des réactions des personnes qualifiées, par rapport à des personnes de moindre niveau de compétences et de qualification. J’y pense d’autant plus que vous nous avez quand même défini de grands principes que j’apprécie, que j’estime, que je trouve tout à fait honorables, même s’ils font plus partie peut-être de ma culture que de la culture de certains pays d’Extrême-Orient par exemple.
Mais je pensais à une entreprise que vous devez connaître, qui est la Compagnie Générale de Géophysique, et un épisode qui était une contrainte imposée par le client, Shell en l’occurrence pour qu’il y ait zéro accident, dans une sécurité optimale, qui est un principe que je trouve tout à fait intéressant, mis à part qu’il est absolument inapplicable. Le jour où vous arriverez effectivement à annuler complètement les risques dans des entreprises aussi dangereuses que la prospection pétrolière, je vous tire mon chapeau. Je le sais par le sol justement, par des gens qui ont travaillé à la CGG. Ce qui s’est passé dans un pays d’Extrême-Orient : une entorse. Pour éviter la déclaration d’accident, l’employé a été évacué. Quinze sont tombés derrière. Il y a donc le principe. Moi, ce que je vous demande finalement, c’est ce qu’il en est du réel. C’est un peu cet écart que l’on peut avoir en ergonomie entre l’organisation prescrite et l’organisation réelle et comment se jouent les choses dans cet écart-là.
Philippe Cabanettes

Il va falloir que vous me donniez du crédit parce que je ne peux pas vous apporter un cas précis là. Il y a deux questions. La première, c’est qu’il y a des cultures qui prévoient le bakchich. Je ne le dirais pas comme cela. Je dirais qu’il y a des cultures dans lesquelles il est normal qu’une personne fasse vivre un environnement autour de lui plus important que d’autres. Il est normal que dans ce cas-là, il y ait des pratiques que nous ne partageons pas. Je suis désolé de généraliser, mais disons que certains endroits en Afrique où c’est comme cela. Nous n’acceptons pas cette dérogation à la culture de dire : “ C’est normal, on va payer pour un business et le village va vivre. ” Nous mettons en place des patrons locaux, qui ont été mis dans d’autres pays auparavant. Lorsque des compagnies qui travaillent dans les pays un peu distants mettent des expatriés, souvent c’est parce que la confiance est un peu limitée dans les employés locaux. On se dit : si je mets un expatrié à moi, au moins il va tenir la maison, etc. Et ses pratiques seront propres. Quand on met des locaux, on a toujours un peu peur. On peut ne pas contrôler ce qui va se passer. Ce que j’ai expliqué d’expliquer, c’est qu’en embauchant des gens dans les différents pays, en les développant d’une façon internationale, on les coupe par rapport à ces pratiques que nous n’acceptons pas.
Pour revenir à votre question sur le monde des ingénieurs, oui, toutes les pratiques que j’ai expliquées sont pour notre monde d’ingénieurs, encore une fois, c’est notre monde. Je ne peux pas vous parler d’un monde d’usines. Ce n’est pas notre monde.
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconJeudi 17 avril : Déplacement à Bordeaux Discours de clôture des rencontres...
«Y’a de l’éco», diffusée sur Public Sénat, présentée par Gilles Leclerc et Françoise Fressoz. Première diffusion Mardi 15 Avril à...

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconConférence «Comment les Anglo-Américains voient-ils le monde ?»
«Questions sur la mondialisation. Thème 1 : La mondialisation et la diversité culturelle»

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconL’évolution des rythmes de travail entre 1995 et 2001
«Entreprise». Le second s’intéresse à l’impact de la réduction du temps de travail sur les conditions de travail des salariés, dès...

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconNew York est d’abord un centre d’impulsion majeur de la mondialisation...

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconConférence de presse sur le 1er congrès du projet after, jeudi

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconLycée Condorcet – Belfort – Jeudi 7 avril 2016

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconArrêTÉ du 27 avril 2001

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconProgramme définitif (13 avril 2016) Jeudi 20 Octobre après-midi – Monthureux-sur-Saône

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconOn peut définir le processus de mondialisation comme
«l’émergence d’un vaste marché mondial des biens, des services, des capitaux et de la force de travail, s’affranchissant de plus...

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconLa collaboration du patronat. Conférence de l'Institut cgt d'Histoire...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com