“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001





télécharger 135.26 Kb.
titre“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001
page2/7
date de publication22.11.2019
taille135.26 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

Intervention de la salle


Il y a quelque chose de profondément humain dans cette rencontre. Vous nous avez dit tout à l’heure que cela avait aussi changé les choses en Ardèche. Est-ce que le fait d’avoir ce regard d’étrangeté amène à analyser les choses autrement aussi en France ?
Bernard Ganne

Je crois que cela a appris sur la Chine, mais aussi sur la capacité d’un milieu dont on pensait qu’il aurait du mal à s’adapter pour aller en Chine, parce qu’il faut savoir que les personnes qui sont là étaient très peu sorties et que la femme, par exemple, qui est une trieuse formée sur le tas, ne voulait pas trop y aller ; elle avait un peu peur. Elle avait peut-être circulé dans les pays européens, mais elle n’était jamais allée là-bas.
En fait, dans cette affaire-là, il y a bien sûr des étonnements et des découvertes, mais au bout d’un certain temps ils se sont trouvés relativement de plain-pied. On pourra discuter des bases sur lesquelles cela s’est fait. Il y a eu une rencontre assez importante dans le cas de cette usine. Je travaille surtout sur des entreprises petites, moyennes et pas forcément dans de grandes villes. Je pense que précisément sur la Chine, on réfléchit souvent à partir de grandes entreprises qui vont dans les grandes villes et qui négocient de puissance à puissance. Et là, on s’aperçoit que les gens ont communiqué presque de milieu rural à milieu rural. Ils se sont compris, indépendamment des mots.
Je pense que c'est le principal enseignement que l'on peut tirer de cela. Quand on comprend les milieux dont sont originaires les gens et les milieux où ils vont, des communications sont possibles, qu’on ne soupçonnait pas parce qu’on a parfois des schémas tout faits sur le fait que c’est difficile d’aller en Chine, que c’est compliqué. Bien sûr c’est difficile et c’est compliqué, mais il y a des voies et chemins qui peuvent être trouvés. C’est une des entreprises que nous étudions et je suis frappé de voir combien, au niveau d’un certain nombre d’entreprises de taille moyenne que l’on étudie, elles savent les trouver en général, parce qu’il y a une espèce de pragmatisme des PME qui peut rejoindre un pragmatisme chinois, des voies et des chemins inédits.

Intervention de la salle


On a envie de vous demander des choses sur la suite. Vous vivez cela en tant qu’observateur, chercheur, comme une rencontre qui ressemble à une difficulté, un échec ? Ou est-ce que c’est un moment d’apprentissage pour vous ? Comment l’analysez-vous ?

Bernard Ganne

C’est les deux. Nous étions avec le groupe et la caméra. Nous ne savions pas du tout ce qui allait se passer. Donc, pour nous, cela a été aussi un apprentissage et une découverte, de la même façon. De même que les Français ne savaient pas forcément où se mettre, nous ne savions pas ce qui allait se passer et où il faudrait se mettre, y compris pour filmer cela.
Cela a été un apprentissage et certainement une découverte. Pour moi, cela m’a amené à travailler tout à fait autrement, à réfléchir, y compris en sociologie, sur d’autres notions, d’autres modes d’efficacité. On peut réfléchir sur le mode d’efficacité. Quand on parle du fait qu’il y a un modèle de mondialisation qui s’impose, c’est peut-être un certain style de modèle. Ce qui me frappe le plus, c’est qu’une certaine perception de la Chine amène à réfléchir d’une autre façon sur les notions d’efficacité et d’efficience, pas forcément liées à des rationalités externes qui imposent leur but de l’extérieur mais, au contraire, une rationalité beaucoup plus adaptative, beaucoup plus glissante, qui travaille beaucoup plus sur le temps, qui travaille beaucoup plus sur la relation également.
En ce sens-là, cela rejoint des problèmes philosophiques, sociologiques et anthropologiques sur ce qu’est l’efficience, ce qu’est l’efficacité. Enfin, cela rejoint des travaux qui sont faits en France par Claude Julien, un philosophe qui a comparé le modèle d’efficience occidental avec certains textes comme les modèles des penseurs chinois du IVe siècle aussi qui sont plus stratégiques et tiennent plus compte de la relation et n’ont pas forcément une organisation. On se donne un but, on se donne des moyens et on découpe le réel de cette façon, de façon sauvage. Au niveau du système chinois, on travaille beaucoup plus sur la globalité, sur pousser des pions et rendre des situations inéluctables, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. On a peut-être une notion de la guerre qui veut qu’on ait un ennemi, on l’écrase, et on a gagné. On peut avoir une notion effectivement stratégique qui est beaucoup plus sur profiter de l’opportunité d’un tout où d’ailleurs il n’y a pas que de l’économique, il y a du social et de tout, pousser ses pions, et rendre une situation inéluctable.

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconJeudi 17 avril : Déplacement à Bordeaux Discours de clôture des rencontres...
«Y’a de l’éco», diffusée sur Public Sénat, présentée par Gilles Leclerc et Françoise Fressoz. Première diffusion Mardi 15 Avril à...

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconConférence «Comment les Anglo-Américains voient-ils le monde ?»
«Questions sur la mondialisation. Thème 1 : La mondialisation et la diversité culturelle»

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconL’évolution des rythmes de travail entre 1995 et 2001
«Entreprise». Le second s’intéresse à l’impact de la réduction du temps de travail sur les conditions de travail des salariés, dès...

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconNew York est d’abord un centre d’impulsion majeur de la mondialisation...

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconConférence de presse sur le 1er congrès du projet after, jeudi

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconLycée Condorcet – Belfort – Jeudi 7 avril 2016

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconArrêTÉ du 27 avril 2001

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconProgramme définitif (13 avril 2016) Jeudi 20 Octobre après-midi – Monthureux-sur-Saône

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconOn peut définir le processus de mondialisation comme
«l’émergence d’un vaste marché mondial des biens, des services, des capitaux et de la force de travail, s’affranchissant de plus...

“ Travail et mondialisation : le choc des cultures ? ” Conférence du jeudi 19 avril 2001 iconLa collaboration du patronat. Conférence de l'Institut cgt d'Histoire...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com