Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ?





télécharger 45.97 Kb.
titreLe nouveau capitalisme : rupture ou continuité ?
date de publication06.06.2019
taille45.97 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos

N. Quellier – économie, exposé.


Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ?

Introduction :

Avec la crise financière mondiale aujourd’hui, le modèle du capitalisme est remis en cause. Essentiellement le nouveau capitalisme qui est issu de la crise du fordisme, d’une économie basée sur le savoir et sur la finance. Depuis quelques mois les regards sont tournés vers les cours de la bourse en montagnes russes. Le nouveau capitalisme semble en mauvaise posture. Son dysfonctionnement apparent est-il du aux principes même du capitalisme ou à ses outils propres qui le différencie de ses formes précédentes ? En effet le capitalisme a connu des mutations profondes depuis le milieu du XIXe siècle. Or depuis la fin du XXe, il en émerge une nouvelle forme.

Le capitalisme est un système économique caractérisé par la propriété privée des moyens de production ainsi que par l’accumulation du capital. Or le capitalisme évolue et se transforme. Depuis les années 1990 c’est le nouveau capitalisme qui triomphe au sein de la nouvelle économie. Il repose essentiellement sur les nouvelles technologies et la globalisation financière.

Le nouveau capitalisme n’est-il qu’une autre mutation du capitalisme ou tend-il à s’inscrire durablement dans l’économie contemporaine ?

Le capitalisme contemporain ne cesse de se transformer, certes il évolue, toutefois, il conserve les caractères fondamentaux qui le définissent en tant que tel depuis qu’il existe. C’est ainsi qu’il s’ancre entre la rupture et la continuité. Ses objectifs sont évidemment la croissance économique durable et l’accumulation du capital, cependant on assiste à des divergences. C’est un capital cognitif (basé sur le savoir et la connaissance) par exemple qui prend le dessus sur les biens matériels. Le nouveau capitalisme se caractérise par un capitalisme actionnarial. La question est de savoir s’il marque la continuité de part ses objectifs et ses caractéristiques propres ou bien si au contraire, ce nouveau capitalisme marque une rupture avec l’ancien. Le problème soulevé ici est de voir si le nouveau capitalisme, comme ses autres formes avant lui, continuera d’évoluer ou bien au contraire, s’il sera capable de marquer une véritable rupture. Le nouveau capitalisme a-t-il les armes nécessaires pour affronter les crises qui caractérisent le capitalisme ou bien aboutira-t-il à son autodestruction ? C’est dans le courant néolibéral et la nouvelle économie que se développe le nouveau capitalisme. « Nouveau » et « néo » implique la continuité mais en même temps le changement, seulement dans quelles proportions ?

Dans un premier temps nous nous intéresserons au capitalisme qui depuis son existence évolue constamment et dont ses nouvelles formes se retrouvent entre la rupture et la continuité comme le nouveau capitalisme. Or, nous verrons par la suite comment ce nouveau capitalisme tente de survivre et de s’inscrire durablement dans l’économie moderne.

I. Le capitalisme en constante évolution : entre rupture et continuité.

A/ Depuis la moitié du XIXe siècle le capitalisme est entré dans une évolution perpétuelle.

1) Les origines du capitalisme et de ses mutations.

- Les caractéristiques du capitalisme selon Marx et Schumpeter

Certains historien date le début du capitalisme entre le XVIe siècle le XVIII. C’est alors un capitalisme « commercial » fondé sur le négoce maritime et commercial. Toutefois c’est réellement les révolutions industrielles qui marquent les débuts du système capitaliste.

Marx est l’un des premiers à parler du capitalisme et il développe sa thèse dans Le Capital. Il caractérise les sociétés à travers son mode de production (combinaison des forces productives et des rapports de production qui permet dans l’analyse marxiste, de caractériser une société donnée à un moment de l’histoire). Il fait ainsi apparaître le mode de production capitaliste qui ne se distingue pas par la propriété des moyens de production mais par le salariat qui assimile le travail aux hommes à une marchandise qui peut être acheté ou vendu.

Pour Schumpeter le circuit économique n’est pas statique. Il s’oppose aux classiques en le caractérisant de cyclique. Ce sont les innovations qui sont le moteur de l’économie. L'entrepreneur joue un rôle dynamique et révolutionnaire dans le développement du capitalisme. Le changement incessant impulsé par la dynamique du capitalisme par le biais notamment de la destruction créatrice.

- Evolution du capitalisme du milieu du XIXe siècle au capitalisme dit de « croissance fordiste ».

Depuis son origine le capitalisme s’est développé par étapes. L’innovation technologique est un des moteurs de cette évolution. (exposé par les cycles de croissance de Schumpeter). NTIC (nouvelle technologie de l’information et de la communication) ponctuent l’histoire du capitalisme. Les historiens assimilent le développement du capitalisme aux révolutions industrielles =

  • Première RI : (1760-1875) : né en GB  sidérurgie, machine à tisser, machine à vapeur.

  • Deuxième RI : (1890-1965) : électricité, moteur à combustion, industrie chimique.

Le capitalisme du XIXe siècle est atomisé et concurrentiel. Puis après la Seconde guerre mondial, apparaît le capitalisme dit « fordiste »par l’école de la régulation. Une nouvelle organisation de l’économie se met en place aux USA et Europe. Il repose sur 4 piliers institutionnels.

  • le rapport salarial « fordiste » : organise le partage de gains de productivité issus du système taylorien.

  • Politiques économiques actives, budgétaires et monétaires.

  • L’État-Providence : système de protection social.

  • Des systèmes financiers administrés (assurer le fin de l’accumulation du K productif par endettement bancaire à des taux d’intérêt faibles contrôlés par les autorités monétaires.

Contribue à la création d’un contexte économique et social d’une grande stabilité : favorable à l’accumulation du K industriel et à la croissance de Production  Trente Glorieuses.

Essoufflement de la croissance dans les années 1970 avec ralentissement de la croissance et la montée de l’inflation. Moins de gains de pté et baisse des profits des E. perte d’efficacité des méthodes tayloriennes d’organisation du travail ainsi que la montée des conflits sociaux à propos de la distribution des revenus.

Le capitalisme va devenir un capitalisme patrimonial.

2) Apparition du nouveau capitalisme.

- Dans le dernier quart du XXe siècle, transition vers le nouveau capitalisme : le capitalisme actionnarial.

On assiste à un vaste processus de transformations économiques, sociales, politiques à l’échelle mondiale. C’est l’émergence d’un nouveau capitalisme mondialisé sous l’effet de deux grandes forces : les nouvelles technologies et la globalisation financière. Ainsi s’opère une transition vers une nouvelle forme de capitalisme dominé par la finance et le savoir. Le nouvel état de l’économie porte plusieurs noms : le new age : âge d’or illustré par le modèle américain = croissance économique forte et durable (grâce aux nouvelles technologies et l’économie de marché) ou encore la nouvelle économie qui est l’ensemble des entreprises appartenant au secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication et dont le développement économique est fondé sur internet dans un nombre toujours plus grand d’activités).

- Le nouveau capitalisme repose sur deux piliers fondamentaux : les NTIC et la globalisation financière.

1er pilier les NTIC : elles agissent sur l’ensemble de la société et de l’économie. L’information et les connaissances  place stratégique. Peu de secteurs y échappent. Les NTIC affectent les secteurs traditionnels de l’économie par deux séries d’effets contradictoires  la « cannibalisation » (destruction de pans entiers d’activités) et le bouleversement des modalités d’élaboration du savoirs scientifiques et techniques.

C’est également la montée en puissance des services.  on passe à une « économie immatérielle». Développement de « l’économie de l’accès » (J. Rifkin). La mutation industrielle est importante : on passe d’une Production de masse de biens standardisés à la production de services spécialisés (Reich). Les entreprises organisées en réseaux  et un développement de la connectivité des entreprises s’opère. NTIC fait passer l’E d’un mode fortement hiérarchisé où l’info était centralisée à un modèle interactif où la décision est moins programmée et l’info plus distribuée.

Le moteur de la création de richesses par l’entreprise est son K intellectuel, le K physique devenant secondaire. Le stock de K intangible ( éduc, formation, R&D, santé) est désormais plus important que le stock d’équipement matériel.

NTIC  entrainent des changements majeurs dans le fonctionnement des entreprises, de l’économie et de la société : la connaissance devient un facteur clé de la croissance ; les entreprises subissent une transformation profonde ;processus de mondialisation s’accélère.

2eme pilier : La finance  deuxième force à l’origine des transformations récentes de l’économie mondiale.

Depuis année 1970 : montée en puissance de la finance internationale dans un contexte de globalisation financière (processus d’interconnexion des marchés de capitaux aux niveaux national et international, conduisant à l’émergence d’un marché unifié de l’argent à l’échelle planétaire). Aujourd’hui Globalisation financière est l’une principale dimension du processus de mondialisation.

Les réglementations  jugées néfastes ou inapplicables : on introduit l’idée d’un seul un marché financier libéré et développé peut permettre la reprise de l’I et de la croissance. (base de la doctrine « néolibérale »). Création d’un marché unique de l’argent qui se caractérise par une double unité : - lieu et temps. Globalisation s’est traduite par un «  décloisonnement des marchés » avec l’ouverture des marchés nationaux. Une globalisation financière asymétrique au niveau des pays : la richesse financière se concentre donc dans un nombre limité de pays. La concentration du capital des entreprises dans les mains d’un petit nombre de grands investisseurs dont le pouvoir est devenu considérable à l’échelle internationale.

Essor spectaculaire des marchés financiers a été facilité par l’utilisation des NTIC et de nouveaux outils tels que les ordinateurs, les réseaux, les logiciels. Ainsi la finance de marché étroitement liée aux nouvelles technologies, est devenue un rouage central du capitalisme contemporain avec ses effets positifs, mais également négatifs. Elle tend à accentuer les deux maux historiques du capitalisme, cad à son caractère inégalitaire et instable. Du côté des inégalités, le processus de globalisation financière, dont l’accélération résulte largement d’un choix politique de la part des pays riches, profite d’abord à ces pays et aux détenteurs du capital financier. Du côté de l’instabilité, la crise du nouveau capitalisme du début des années 2000 est étroitement liée aux dysfonctionnements et à l’instabilité fondamentale de la finance de marché.

Transition  continuité du capitalisme pour ses objectifs mais rupture car nouveau « système ».

B/ Les caractéristiques du nouveau capitalisme.

1) L’ère du capitalisme contemporain.

- Un nouveau contexte : la mondialisation.

La doctrine néolibérale : se place sous la bannière de la liberté menacée par l’E-providence. En fait : le succès néolibéral  crise du capitalisme de l’après-guerre, écroulement des oppositions organisées (syndicalisme, marxisme). Une caractéristique de la vision du monde : libéralisme (ancien, comme nouveau) et sa prétention à l’universalité. Libéralisme « pensée unique ».

Doctrine néolibérale : fondement au consensus de Washington, G7. Idée  le mieux être des peuples : ouverture des frontières, libéralisation du commerce et de la finance, déréglementation et privatisations, recul des dépenses publiques et des impôts au profit des activités privées, la primauté des investissements internationaux et des marchés financiers

- La « financiarisation ».

Les principaux piliers du modèle fordistes sont remis en cause. Le recul de la régulation publique et réformes financières bouleversent la logique du système financier. On passe d’une économie d’endettement administré à une éco de marchés financiers libéralisée. Le nouveau régime de croissance est basé sur le capitalisme actionnarial et la finance de marché joue un rôle central.

On assiste à une partage des richesses au sein des E, au rôle primordial des marchés d’actions et des investisseurs institutionnels, à la prépondérance de la logique actionnariale induisant de nouvelles formes de gouvernements d’entreprise, à de nouveaux comportements financiers de la part des E et des particuliers et à une perte d’autonomie des politiques économique face aux marchés financiers.

La plupart des pays industrialisés ont mené d’importantes réformes destinées à libéraliser et à Le marché des actions : place centrale.

S abondante, E  rembourser leurs dettes, placements financiers, rachat de leurs propres actions ‘monter le cours de la bourse). C’est la « Financiarisation » de la gestion des entreprises.

2) le capitalisme reposant sur de nouveaux piliers

- Les dix commandements du capitalisme (Le nouvel observateur).

Un article du Nouvel observateur publié le résume parfaitement les principes du nouveau capitalisme.

1. - De la richesse pour tes actionnaires, tu créeras. : C’est à dire la valeur. En effet les capitaux investis dans l'entreprise par les actionnaires doivent rapporter le plus possible. C’est le but de l’entreprise et pour cela elle innove et crée.

2. - Dans tes métiers tu te spécialiseras : Afin d’être le plus compétitif, l’entreprise se spécialise dans un secteur.

3. - Toute la planète de tes produits tu inonderas. Multiplication de la concentration des entreprises, augmentation de la production et diffusion dans le monde entiers des produits.

4. - Les rémunérations en actions tu développeras. Les PDG et les salariés achètent les actions de l’entreprise. Cela permet d’empocher des plus-value mais également de faire grimper le cours de l’action.

5. - La flexibilité tu maximiseras. Développement de la flexibilité qui est un avantage pour l’entreprise (licenciment , modification des horaires et du temps de travail, transfère des usines dans les pays à bas salaires…)

6. - Tous tes actionnaires, tu respecteras également. Apprendre à respecter le droit des actionnaires.

7. - La transparence tu développeras. Aux Etats-Unis, les rémunérations de tous les dirigeants sont publiées chaque année dans les rapports annuels tandis qu'en France on en reste toujours au secret le plus absolu. Mais le développement d'une véritable démocratie économique passe inévitablement par plus de transparence.



8. - Tes propres actions tu rachèteras. . Plutôt que d'investir dans des machines, de nouvelles activités ou de racheter leurs concurrents, les entreprises utilisent leur trésorerie pour racheter leurs propres actions.

9. - Des administrateurs indépendants tu choisiras. Les conseils d'administration vont devenir des organes responsables, demandant des comptes au PDG et veillant aux intérêts de tous les actionnaires. En conséquence, les administrateurs doivent se professionnaliser.

10. - Dans le hit-parade boursier tu grimperas.

- Les différences du nouveau capitalisme et leurs conséquences par rapport au capitalisme fordiste.

Le capitalisme conserve les caractères fondamentaux qui le définisse en tant que tel depuis qu’il existe c’est à dire la propriété privée des moyens de production, la concentration des revenus et fortunes, l‘exploitation tant au plan national qu’international, les rapports, l’opposition entre ceux qui disposent du capital et ceux qui n’en dispose pas. Toutefois on assiste à d’autre observation qui marque le changement comme les nouvelles techniques de production et institutions financières, les métamorphoses des formes de propriété et des modes de gestion, le recul de la classe ouvrière dans les pays capitalistes avancés et l’effacement de classe sociale (moyennisation de la société). S

Sous la croissance fordiste l’organisation sociale était définit par des institutions centralisées, des relations sociales stables et par des valeurs collectives fortes. Or tout cela tend à s’estomper dans la société actuelle. Aujourd’hui la société en réseaux est une caractéristique de l’ère d’information. C’est la décentralisation des relations sociales.

Les mutations dans le monde du travail (différenciation des contrats de travail et individualisation des salaires. Dissolution de la solidarité des classes)

Conditions de travail bouleversées : mondialisation, information, externalisation de la Production, pression des actionnaires, diversité et versatilité de la demande et nouvelles formes d’inégalités.

II. Le nouveau capitalisme tente de survivre avec difficultés à l’économie moderne.

A/ Le nouveau capitalisme, outil du courant néolibéral entre succès et échec.

1) Le succès du nouveau capitalisme.

- Le développement de la politique néolibérale et des places financières.

Le miracle américain s’est opéré grâce à une conjonction de facteurs exceptionnels. Jusqu’à maintenant les USA étaient les grands bénéficiaires de la globalisation financière. Première économie du monde, premières places boursières : les deux de New York, Chicago, etc. L’Europe est en retard à cause de politiques extrêmement restrictives. qui depuis 1990 s’étaient plus équilibrées assurant un retour à la croissance. Toutefois depuis années 2000 : de nouveau « prisonnière » : pacte de stabilité et de croissance et politiques européenne.

On voit le développement des places financières et de l’économie immatérielle qui rompt avec la tradition capitalisme de l’accumulation des biens de production. Bourse de New York, de Londres, EuroNext, etc.

Les actions deviennent de plus en plus nombreuses, le marché des actions dont la rémunération est le dividende, ne cesse d’augmenter.

- Les NTIC : moteur de la croissance

Les NTIC qui sont un des piliers fondamentaux du nouveau capitalisme sont également un moteur de croissance. Par ailleurs elle prolonge la thèse de Schumpeter et son analyse cyclique de l’économie basée sur la combinaison de nouvelles méthodes productives. On parle aujourd'hui de troisième révolution industrielle qui serait caractérisé par internet et les nouvelles télécommunications. La demande en NTIC s’est traduite par un regain de croissance des branches productives et par la création de nouvelles activités, notamment dans le domaine des services informatiques. Dans le même temps, la combinaison productive des entreprises s’est modifiée au profit du K informatique, le PT se diffusant ainsi dans tous les secteurs de l’économie. Les NTIC facilite également la globalisation financière en effet, elles permettent le traitement en temps réel des milliers d’opérations.

2)Le nouveau capitalisme comme les autres formes a des dysfonctionnements.

- La persistance des crises, l’e-krach et les scandales financiers.

On a assisté à une euphorie boursière dans les années 1990. La NE a conduit l’apparition puis l’implosion d’une « bulle spéculative » : e-krach. Une bulle financière correspond à une situation dans laquelle un écart croissant se creuse entre les cours des actions cotées en Bourse et la valeur effective des entreprises. L’implosion de la bulle financière à la fin des années 1990 s’expliquerait par la difficulté qu’éprouve le capitalisme moderne à transformer en valeur (monétaire) et en capital financier des actifs immatériels tels que les connaissances et le savoir. La crise boursière serait la manifestation de l’une des contradictions fondamentales du nouveau capitalisme, qui proviendrait de ce que les connaissances deviennent la principale source de la valeur et de profit. Le capitalisme moderne tente de résoudre cette contradiction en privatisant ces connaissances , notamment par l’institution d’un droit de propriété. Deuxième interprétation de la crise financière.  dimension « psychologique » des marchés.  climat d’incertitude.

Successions de crises  et de scandale boursiers comme celui d’Enron qui a ruiné des centaines de milliers d'actionnaires et a mis au chômage plus de 100 000 personnes.

Révolution technologique et krach boursier : des précédents historiques.

La frénésie boursière qui a agité le secteur des nouvelles technologies n’est pas la première du genre. H du capitalisme a été marquée depuis ses origines par des crises boursières associées à des innovations technologiques comme l’ont montré un certain nombre de travaux. La NE et le e-krach constituent un nouvel épisode dans l’histoire du capitalisme, se situant dans le prolongement des épisodes précédents.

  • Les théories de Marx et de Schumpeter : L’une plus véridique que l’autre ?

Deux auteurs ont vu il y a bien longtemps les dysfonctionnements que le capitalisme comportait et on mis en avant sa « destruction ». Il s’agit bien entendu de Marx considéré comme le dernier des classiques et de Schumpeter un économiste qualifié d’hétérodoxe.

Le premier voit la fin du capitalisme dans les crises de surproduction, la baisse tendancielle du taux de profit, la lutte des classes, que le système menait à son autodestruction alors que Schumpeter voyait l’origine de la fin du capitalisme dans son succès avec la routinisation de l’innovation, les conséquences de la concentration économique et l’hostilité grandissante de l’opinion à l’égard du capitalisme. Bien que la pensée de Marx soit toujours d’actualité, celle de Schumpeter semble mieux adapté à la situation de la nouvelle économie.

Or nous ne sommes pas arrivé à la fin du capitalisme comme le prédisent ces deux économistes. Toutefois, quelque soit sa forme, le capitalisme se rapproche toujours de ses analyses.

B/ L’avenir du nouveau capitalisme.

1) La mise en place de régulations.

- Nouveau capitalisme ou encore capitalisme contemporain toutefois capitalisme institutionnalisé.

Les institutions du capitalisme actionnariale se mettent progressivement en place depuis deux décennies., les États fonctionnant à présent avec les marchés globalisés. Selon H. Bourguinat, ils sont soumis à la « tyrannie des marchés ». Les autorités monétaires dans le contexte de la globalisation sont confronté à une problème majeur celui de l’instabilité financière. Ainsi, les politiques publiques demeurent stratégiques et jouent un rôle stratégique dans le fonctionnement du nouveau capitalisme. Les États : façonne le fonctionnement des marchés, ils élaborent et appliquent les lois et les règlements concernant la fiscalité, le fonctionnement de la Bourse et des E, politique de la concurrence et la protection de la propriété intellectuelles. Ils Financent les NTIC pour la R&D. Ils permettent des débouchés considérables aux entreprises auxquelles ils achètent des biens et des services en grande quantité.

D’autres mesures sont prises à plus grandes échelles notamment régionales pour les membre de l’union européenne qui doivent respecter le pacte de stabilité et de croissance. Toutefois cette mesure peut être une entrave pour l’économie du pays.

Les valeurs du capitalisme sont transmises par plusieurs insitutions dans le monde comme la Banque mondial, la FED ou encore le FMI.

- Capitalisme éthique :

Apparition de fonds éthiques qui annonce une tentative de moralisation du nouveau capitalisme. L’objectif est d’intégrer dans les choix de placement des investisseurs certaines valeurs sociales, philosophiques, culturelles ou environnementales laissée pour compte dans les analyses financières. Alors on voit le développement d’un filtrage qui exclue les placements dits de valeurs « péché » (tabac, alcool, armes), activisme actionnarial, etc. Le développement du mouvement écologique joue également un grand rôle car avoir des actions et des part dans une entreprise qui par exemple pollue extrêmement véhicule une mauvaise image.

- Politiques publiques, exemple français : l’AMF.

En France, afin de réguler les marchés financiers, les pouvoirs publics en 2003 ont promulgué une nouvelle loi sur la sécurité financière. C’est ainsi qu’est créé l’AMF, autorité des marchés financiers qui est une autorité administrative indépendante doté de la personnalité morale et de ressources propres.

L’AMF assure la protection des épargnants dans le cadre des entreprises faisant appel public à l'épargne ou dans le cadre d'introduction d'instruments financiers sur les marchés financiers, la régularité de l’information donnée aux acteurs des marchés financiers et le bon fonctionnement des marchés financiers.

2) Le nouveau capitalisme semble également menacé.

- Le nouveau capitalisme lui aussi critiqué : Stiglitz.
Le capitalisme est toujours critiqué, c’est aussi le cas du nouveau capitalisme. En 2003, dans Quand le capitalisme perd la tête (Roaring Nineties), . L'auteur concentre sa réflexion sur les dysfonctionnements de la sphère financière en critiquant la dérèglementation incontrôlée du secteur financier et ses conséquences telles l'affaire Enron Il poursuit ainsi le procès du libéralisme qu’il avait commencé dans la Grande désillusion.

- Persistance des crises  1929  2008 : le nouveau capitalisme est-il le bon modèle ?

Dysfonctionnement profonds du nouveau capitalisme : scandales, crises etc. Ce qui remet en cause sa capacité à se réguler. Le système productif est fragilisé par les crises financières. Les scandales provoque une crise de confiance de la part des actionnaires. Nouveau capitalisme apparaît comme très vulnérable à cause du poids considérable qu’a pris la finance. Aujourd’hui le débat est d’encore plus d’actualité à cause de la crise que nous vivons. Certains mettent en échos 1929 et 2008 et se pose cette question : le capitalisme est-il le bon modèle. On effet, la répétition des crises démontre la continuité du nouveau capitalisme. Même si les origines de la crise sont différentes de 1929, il comporte des dysfonctionnements profonds.

«  Face à un réformisme de façade qui ne détruit pas le risque de nouvelles crises, la refonte de l’ordre financier passe par l’adoption de principes clairs de régulation. Tel est le miracle ultime de l’économie spéculative : au poison de sa complexité remédie une poignée de mesures simples » Frédéric Lordon (chercheurs, au CNRS).

L’avenir du nouveau capitalisme apparaît comme fragile et tiendrait peut être dans sa régulation.

- Échec : apparitions de nouveaux capitalismes différents et diversifiés selon les pays.

Après la victoire du capitalisme selon le modèle anglo-saxon face au modèle rhénan, ce dernier rentre également en mutation. L’évolution se fait sous la crise financière qui ont montré l’incapacité des actionnaires superviser les entreprises. Patrick Artus montre alors que le capitalisme aujourd’hui n’est pas uniforme et que d’autres formes émergent. Le capitalisme familiale ( Amérique latine, Europe, Asie). Le capitaliste para-étatique (Chine, Russie)  objectifs : mixtes, tiennent compte des actionnaires mais aussi des intérêts de l’État. Le modèle américain n’est plus le seul et l’unique.

Conclusion :

Le nouveau capitalisme s’ancre dans la continuité car en plus des caractéristiques qu’il empreinte a ses précédentes formes, il entraine les mêmes effets : la croissance, la convergence vers la pensée unique, le développement du libéralisme mais aussi les effets néfastes comme les crises, les critiques et les inégalités. Cependant ces effets similaires sont à nuancer car ils restent différents. Le nouveau capitalisme apporte aussi de nouvelles données à prendre à compte, comme la financiarisation de l’économie. Certes le capitalisme actionnarial est une mutation du capitalisme et s’inscrit dans la continuité par rapport à l’évolution incessante du capitalisme mais il est l’origine de changements non négligeables dans l’économie. Le nouveau capitalisme aujourd’hui affronte une crise importante mais ce n’est pas pour autant que c’est la fin de la doctrine. Pour le moment aucune alternative au capitalisme n’est envisageable dans l’économie globalisée. Comme le soulignait F. Lordon, c’est par la régulation au niveau mondial que le nouveau capitalisme pourrait continuer d’exister.

Le nouveau capitalisme n’est peut être qu’une nouvelle phase du capitalisme, mais pour le moment il rompt avec ces précédentes formes dans le sens où il repose sur une économie immatérielle.

similaire:

Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ? iconUn programme dans la continuité
«sciences de gestion» et leur donne tout leur sens. Ce programme comporte à la fois des éléments de continuité par rapport au programme...

Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ? iconBibliographie du Maghreb antique et médiéval
«Oran : rupture et continuité d’une tradition», Insaniyat, 8, mai-août 1999 (vol. Iii-2), p. 119-128. Historique et analyse sociologique...

Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ? iconMode & e-commerce
«Un nouveau modèle de consommation émerge en rupture avec les années précédentes. On parle désormais de Slow Fashion», annonce en...

Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ? iconLe capitalisme à la lumière du néolibéralisme
«noyer le poisson», c’est-à-dire à faire intellectuellement diversion, si bien qu’il faudrait s’imposer de parler du capitalisme...

Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ? iconLa nouvelle École capitaliste
«compétences» ou la prolétarisation croissante du monde enseignent révèlent la perte d’autonomie de l’école par rapport au nouveau...

Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ? icon10000-xive siècle: le capitalisme d'avant le capitalisme

Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ? iconLes “ performances du capitalisme contemporain ” dressent un tableau...

Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ? iconThierry Brugvin / Largotec Paris XII
«l’écosocialisme autogestionnaire» proposent de dépasser le capitalisme en proposant des solutions précises. Pour exposer les idées...

Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ? iconLa question est peut-être plus de l’incompatibilité du capitalisme...
«l’esprit du capitalisme» avec certaines doctrines religieuses que l’économie proprement dite qui est comme l’échange accepté de...

Le nouveau capitalisme : rupture ou continuité ? iconL’obsolescence du capitalisme français peut-elle conduire à développer la solidarité ?
«démocraties populaires» autorise pour la plupart d’entre elles leur indépendance avec la nation sœur et fait apparaître les différentes...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com