Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte.





télécharger 89.31 Kb.
titreCours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte.
page5/5
date de publication25.01.2018
taille89.31 Kb.
typeCours
e.20-bal.com > économie > Cours
1   2   3   4   5

Document 14 : la banque centrale est la banque des banques


Les billets et les pièces, qui ne sont plus qu’une toute petite fraction de la monnaie créée, sont mis en circulation par les banques centrales qui émettent également de la monnaie centrale. Cette émission de monnaie centrale est un simple jeu d’écriture. En accordant un prêt à une banque de second rang ou en lui achetant un titre, la banque centrale inscrit à son actif les créances qu’elle acquiert à partir de rien et inscrit en contrepartie, de l’autre côté de son bilan, au passif, une dette émise sur elle-même représentant un dépôt en monnaie centrale au crédit de la banque de second rang, c’est-à-dire son engagement vis-à vis de celle-ci. Les banques ont l’obligation d’avoir un compte alimenté (en monnaie centrale) auprès de la banque centrale. C’est en effet en monnaie centrale que les banques effectuent les paiements interbancaires, leurs achats de pièces et de billets demandés par la clientèle, et qu’elles constituent leurs réserves obligatoires. Les banques centrales gèrent finement la quantité de monnaie centrale qu’elles émettent, car la masse monétaire en dépend au multiple. Plus la quantité de monnaie centrale est abondante, et plus les banques vont avoir la possibilité de créer beaucoup de monnaie, et inversement quand la banque centrale en restreint l’émission.

Source : Jézabel Couppey-Soubeyran « Monnaie, banques, finance », Puf Licence, 2010, 105-141
Document 15 : Le quantitative easing

http://dessinemoileco.com/quantitative-easing/
Document 16 – Multiplicateur et diviseur de crédit

Compte tenu de la contrainte imposée par les réserves obligatoires [que les banques commerciales doivent déposer auprès de la banque centrale], les banques sont limitées dans leur capacité à créer de la monnaie. […] La quantité de monnaie mise en circulation par le secteur bancaire dans son ensemble est un multiple de la base monétaire (billets + dépôts des banques en monnaie centrale) créée par la banque centrale. C'est ce que les économistes appellent le principe du multiplicateur.

Explications. Considérons un secteur bancaire où la banque centrale impose un taux de réserves obligatoires de 20 % [des dépôts].

Supposons qu'une banque ait rassemblé pour 1 000 euros de dépôts. Il lui faudra donc maintenir en permanence sur son compte en monnaie centrale 200 euros de réserves obligatoires et elle pourra accorder avec le reste 800 euros de crédits, créant ainsi 800 euros de dépôts. Ces dépôts ne tarderont pas à circuler. Ils serviront à régler un achat dont le bénéficiaire possède un compte dans une autre banque. Cette dernière enregistre alors 800 euros de dépôts supplémentaires et devra constituer 20 % (donc 160 euros) de réserves obligatoires auprès de la banque centrale. Ainsi la deuxième banque disposera-t-elle de 640 euros (800 - 160) de liquidités disponibles pour octroyer un nouveau crédit. Et ainsi de suite jusqu'à ce que le mécanisme des 20% de réserves obligatoires fasse tendre les liquidités disponibles vers zéro. Le montant total de monnaie créée à partir des dépôts initiaux de 1000 euros sera ainsi le résultat de tous ces crédits, réduits à chaque fois du montant des réserves obligatoires. Au total, dans cet exemple, il sera créé 5 000 euros de monnaie, soit cinq fois le montant initial de dépôts. On dira que le multiplicateur de crédit est de 5. On comprend bien alors que plus le taux de réserves obligatoires est élevé, plus le pouvoir de création monétaire des banques est limité.

Ce mécanisme du multiplicateur fait de la masse monétaire une quantité que la banque centrale peut fixer puisqu'elle dépend en grande partie des réserves qu'elle impose aux banques et de la quantité de monnaie centrale qu'elle met à leur disposition. C'est pourquoi les économistes disent que la monnaie est une quantité "exogène" parfaitement contrôlée par la banque centrale. C'est toutefois assez peu réaliste, car les banques peuvent emprunter la monnaie centrale dont elles ont besoin auprès d'autres banques disposant de réserves excédentaires. Elles ne sont ainsi pas obligées de détenir au préalable un excédent de monnaie centrale pour prêter. Elles distribuent leurs crédits, puis se "refinancent", c'est-à-dire qu'elles vont chercher la quantité de monnaie centrale dont elles ont besoin pour répondre aux contraintes réglementaires. Dans ce cas, les banques créent la quantité de monnaie qu'elles souhaitent en répondant à la demande de crédit de leurs clients et la base monétaire s'ajuste ensuite. La masse monétaire n'est plus dans ce schéma un multiple de la base monétaire, c'est à l'inverse la base monétaire qui devient une division de la quantité de monnaie mise en circulation par les banques: un mécanisme baptisé cette fois "diviseur de crédit".

Dans ce schéma, la monnaie est "endogène", car elle résulte d'une demande propre au système économique (celle exprimée par les entreprises et les particuliers qui demandent des crédits auprès des banques ou émettent des titres que celles-ci achètent) et non pas de la volonté de la banque centrale. Dans un tel système de création de monnaie, la capacité de la banque centrale à contrôler la monnaie et donc à pouvoir conduire une politique monétaire est remise en question. Pour autant, la maîtrise qu'elle conserve de la quantité et des modalités du refinancement (elle détermine son taux directeur qui influence le taux auquel les banques se prêtent de l'argent entre elles) lui préserve une influence sur la création monétaire, certes indirecte mais déterminante pour le fonctionnement du secteur bancaire. Les périodes de crise, comme celle qui a suivi la chute de Lehman Brothers en 2008, où la panique incitait les banques à ne plus se prêter entre elles de crainte de voir un débiteur faire faillite, permettent de s'en convaincre. Sans l'argent fourni par les banques centrales, le système bancaire mondial aurait sombré corps et âme.

Source : Jézabel Couppey-Soubeyran, Alternatives Économiques, Pratique n° 46, novembre 2010





ESH – M.H. ULLA – ECE1 Lycée Ozenne Toulouse 2015-2016 – chapitre 3 9
1   2   3   4   5

similaire:

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconPartie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines
«la monnaie est partout». A-t-elle un effet sur l’économie ? La quantité de monnaie influence-t-elle le développement économique...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconNature et fonction de la monnaie
«La monnaie est comme un éléphant, on sait quand elle est là, mais on ne sait la définir»

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconFonction de la monnaie qui permet de rompre avec le troc : le bien...
«banques de second rang» permet de saisir la hiérarchisation du système bancaire, elle met en œuvre la politique monétaire

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconChapitre introductif : Qu’est ce que la monnaie ?
«La notion de monnaie comme celle de la cuillère à thé ou du parapluie et contrairement à celle du tremblement de terre appartient...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconRésumé Cette communication mobilise la pensée de Karl Polanyi pour...
...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconQuestion 3 : Qui crée la monnaie ?
«les font les» dans le sens où les banques peuvent créer de la monnaie scripturale sans épargne préalable. La monnaie est créée «ex...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconSynthèse p 21+ application 22
«monnaie», selon sa liquidité. Ici, on ne s’intéresse qu’à la monnaie étudiée dans le chapitre précédent, soit la monnaie fiduciaire...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconLa monnaie est un moyen de paiement, d’épargne et de crédit. Pour...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconI. Les principaux mécanismes monétaires
«la monnaie achète les biens, les biens achètent la monnaie, mais les biens n’achètent les biens sur aucun marché organisé». IL doit...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconA. Quels sont les avantages de la monnaie ? La monnaie pour résoudre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com