Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte.





télécharger 89.31 Kb.
titreCours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte.
page1/5
date de publication25.01.2018
taille89.31 Kb.
typeCours
e.20-bal.com > économie > Cours
  1   2   3   4   5
Chapitre 3 : la monnaie et le financement de l’économie








I
Être à même de maîtriser les concepts et mécanismes de base de la monnaie et du financement économique .

  • Quelle est la nature de la monnaie, simple instrument des échanges ou institution sociale ? Les fonctions de la monnaie, sa dimension économique et sociale, l’évolution de ses formes.

  • Quelle est la place de la monnaie dans l’économie ? Est-elle exogène ? neutre ? ou un phénomène premier au fondement des relations marchandes et en cela au cœur de la croissance et des cycles ?

  • Le processus de création monétaire, le rôle respectif des banques de second rang et de la Banque Centrale, quelles limites à la création monétaire ? enjeux pour la pol monétaire (vers la 2ème année)

  • Comment se réalise le financement des activités économiques ?

  • Quelles sont les conséquences des transformations du financement qui accompagne la globalisation financière depuis les années 1980 ? transformation de la gouvernance des entreprises, du capitalisme, instabilité et crise (vers la 2ème année) , nouvelles régulations ?
ntroduction  : Finalité du chapitre :





-I- La monnaie et le crédit
Document 1 :

1er partir du doc « Qu'es-ce que la monnaie et qui la crée ? » , in La monnaie et ses mystère, H.S. Alter Eco avril 2015
Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. Le fait qu’elle soit définie par trois fonctions et non une seule indique déjà l’existence d’une difficulté conceptuelle.

La monnaie est intermédiaire dans les échanges mais surtout un moyen de paiement ; en clair elle constitue une compensation mettant fin à toute discussion entre les partenaires ; ainsi la monnaie retrouve sont sens étymologique (paier en français du Xe siècle vient du latin pacare de pax, paix et signifie se réconcilier, apaiser ; idem pour le mot finance synonyme de rançon au XIIIe siècle. Se rappeler que « acquitter » signifie littéralement « rendre libre, tranquille »). La monnaie est donc un instrument de règlement d’une transaction ou d’extinction d’une dette. On dit qu’elle a un pouvoir libératoire.

Elle permet d’exprimer la valeur de tous les biens en termes d’un seul bien → c’est l’instrument de mesure des prix des marchandises.

La monnaie est un moyen de paiement pour conserver de la richesse. Mais ce peut-être une piètre réserve de pouvoir d’achat en cas d’inflation. En effet, en cas de hausse des prix, la valeur de la monnaie diminue (on peut acheter moins de choses avec la même somme). Selon M. Friedman (1912-2006), économiste monétariste « la monnaie est un lieu temporaire de pouvoir d’achat».








ESH – M.H. ULLA – ECE1 Lycée Ozenne Toulouse 2015-2016 – chapitre 3 1

Document 2 :L'analyse de G. Simmel

La confiance dans l’argent reflète la confiance dans l’ordre social. Un individu accepte d’être payé en argent car il pense que la société marchande va se perpétuer et que ses membres continueront à accepter d’être payés ainsi. Un paiement en monnaie ne met pas seulement en relation deux individus, mais lie un individu à l’ensemble du corps social […]. [En effet] Pour être reconnue par l’ensemble des individus comme monnaie, une marchandise doit […] non seulement permettre à chaque individu de réaliser l’ensemble de ses propres transactions, mais également garantir la certitude qu’elle sera acceptée, maintenant et dans le futur, par tous les autres individus. […]. C’est la confiance réciproque et durable que manifeste l’ensemble des individus à une marchandise particulière qui lui confère le statut de monnaie. […] La possession de l’argent traduit ainsi « la confiance dans l’organisation et l’ordre étatico-social¹ ». Cette confiance en une monnaie qui socialise les individus dans la société marchande est en effet renforcée par la garantie que l’Etat, symbole de cohésion et de l’unité de la communauté, lui apporte.

[Ainsi] En temps normal, la monnaie officielle d’un pays donné – le dollar aux Etats-Unis, le peso au Mexique, etc. – est également le moyen d’échange pour réaliser […] toutes les transactions dans ce pays. Mais dans les périodes de troubles économiques, d’autres biens ou actifs jouent souvent un rôle à la place de la monnaie officielle. Par exemple, dans les périodes de ce genre, les gens se tournent souvent vers des monnaies d’autres pays comme intermédiaire des échanges : le dollar américain a joué ce rôle dans des pays d’Amérique latine en difficulté, de même que l’euro dans des pays d’Europe de l’Est. […]

G. Simmel, Philosophie de l’argent, PUF, 1987 (1ère édition 1900).

Source : Gilles Jacoud, la monnaie dans l’économie, Nathan 1996

Document 3 :

Le passage à l’euro (en 2000) avec l’introduction des pièces et des billets est un bouleversement total des habitudes des consommateurs. Ce Grand Passage n’est pas seulement une opération technique et économique, mais aussi une innovation historique, politique, sociale et culturelle.

Le fait d’appartenir à une communauté de paiements dans laquelle les moyens de s’acquitter sont établis, fait que la monnaie est un signe de reconnaissance sociale. Elle est à la fois une des manifestations et un des instruments d’un processus fort d’identification symbolique et affectif, constitutif du groupe. Il se noue une relation au moment du transfert des biens et des services, et ce transfert doit équilibrer la relation.

L’euro devrait améliorer le sentiment d’appartenance des citoyens à l’UE et contribuer à forger un sentiment d’identité européenne (…) plutôt un sentiment d’appartenance, un lien social entre les Européens.
  1   2   3   4   5

similaire:

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconPartie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines
«la monnaie est partout». A-t-elle un effet sur l’économie ? La quantité de monnaie influence-t-elle le développement économique...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconNature et fonction de la monnaie
«La monnaie est comme un éléphant, on sait quand elle est là, mais on ne sait la définir»

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconFonction de la monnaie qui permet de rompre avec le troc : le bien...
«banques de second rang» permet de saisir la hiérarchisation du système bancaire, elle met en œuvre la politique monétaire

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconChapitre introductif : Qu’est ce que la monnaie ?
«La notion de monnaie comme celle de la cuillère à thé ou du parapluie et contrairement à celle du tremblement de terre appartient...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconRésumé Cette communication mobilise la pensée de Karl Polanyi pour...
...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconQuestion 3 : Qui crée la monnaie ?
«les font les» dans le sens où les banques peuvent créer de la monnaie scripturale sans épargne préalable. La monnaie est créée «ex...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconSynthèse p 21+ application 22
«monnaie», selon sa liquidité. Ici, on ne s’intéresse qu’à la monnaie étudiée dans le chapitre précédent, soit la monnaie fiduciaire...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconLa monnaie est un moyen de paiement, d’épargne et de crédit. Pour...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconI. Les principaux mécanismes monétaires
«la monnaie achète les biens, les biens achètent la monnaie, mais les biens n’achètent les biens sur aucun marché organisé». IL doit...

Cours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte. iconA. Quels sont les avantages de la monnaie ? La monnaie pour résoudre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com