Un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme





télécharger 29.64 Kb.
titreUn rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme
date de publication16.11.2017
taille29.64 Kb.
typeRapport
e.20-bal.com > économie > Rapport



L’économie des E-U au XXe siècle


 Mme Stern ECS2 2009

INTRODUCTION

Idées directrices :


Un capitalisme fondé sur :

  • l’articulation entre esprit d’entreprise et innovation

  • l’intervention de l’Etat

  • une société plus individualiste et moins solidaire qu’en Europe

  • un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme



pays du libéralisme mais polit éco active :

    - politique conjoncturelle (cad ensemble des moyens mis en œuvre pour favoriser la croissance économique, agir sur les grands indicateurs éco : prix, emploi, invest etc..). ab ND et surtt après 2me GM. Polit centrée sur le court terme dont les moyens d’actions sont la politique monétaire ( déval, tx d’intérêt...) et la politique budgétaire (impôts, dépenses publiques, en matière sociale ou d’investissements) … Svt mélange des deux = policy mix.

- politique structurelle (cad ensemble des moyens mis en œuvre pour renforcer les structures de l’économie et assurer le bon fonctionnement du système éco) est une polit centrée sur durée plus longue. A penser à l’échelle fédérale et à celle des Etats. Moyens = législation, aménagement du territoire, subvention ciblée sur secteurs jugés prioritaires mais aussi rôle dévolu aux autres acteurs de l ‘éco (patronat, synd)… polit sectorielle comme défense, ind et même polit culturelle (vigoureuse selon Martel).

- Intervention ds les relations éco intern. Il s’agit principalement de la polit commerciale fondée depuis fin XIXe sur open door vis-à-vis de l’extérieur et protection +ou - forte du marché intérieur. Faible ingérence dufrant 1ère ½ XX sauf vis-à-vis Am. Centrale et pendant les conflits puis ab 45 rôle clé dans institutions internationales et libérales. Voir cours E-U et monde...


Idée directrice : Aux E-U, la polit éco est surtout fondée sur l’action conjoncturelle (soutenir cr et éviter effondrement style 30’) et une polit commerciale active. L’action sur les structures est moindre au pays du libéralisme.
S’interroger sur

1. part du contexte éco, du contexte idéologique (keynésianisme à libéralisme), du contexte international, de l’Etat et des acteurs éco  dans les évolutions  éco des Etats-Unis 

2. position dominante des E-U 
Le plan : il pose la Q des coupures chronologiques : les choix de l’historien reposent sur des critères : cela peut être le contexte de la croissance (... 30 gl, crise...) cela peut être le contexte idéologique (Etat faible jusqu’en 33, Etat fort du ND  70’, Etat faible ab 80), cela peut être le contexte politique (les alternances partisanes...), cela peut être les fluctuations de la puissance US et de sa perception ...

et c’est mon choix :

I. La montée en puissance  dans la première moitié du XXe siècle:

II = le temps de l’Amérique triomphante 45-67

III = les années de doute sur la puissance 67-80

IV= America’s back ab 80’.


  1. La montée en puissance des E-U pendant la 1ère moitié du XXe siècle



Le XXe siècle commence entre 1996 : découverte or du Klondike et fin du Kondratief baissier et 1898 = la victoire sur l’Espagne, entrée des E-U sur le devant scène internationale.


  1. Les E-U au début du XXè siècle


Période où les Américains ont le sentiment que leur pays passe d’une puissance en gestation à une grande puissance cad une puissance qui compte ds le monde du fait spectaculaire bond en avt productif et internationalisation rapide alors que le rôle régulateur de l’Etat s’effectue selon logique ambiguë d’interventionnisme libéral.
1. Mélange puissance productive et ordre social brutal

- doublement production ind entre 1900 et 1914, 38% prod ind. mondiale en 1914. Les E-U entament une « course spontanée et victorieuse aux records ». (Labrousse).

- le dynamisme ind repose sur

- 2ème industrialisation et grandes firmes qui dominent ce secteur : ex General Electric fondé en 1892, installe des turbines sur le Niagara en 1895, Ford crée son entreprise en 1903 et fabrique la Ford T ab 1908....

- croissance intensive. Cf gains de productivité élevés 5% /an à relier à investissements massifs.

- concentration géo : formation manufacturing belt.

Au total, l’ind acquiert caractères durables : massivité et diversité prod.

- l’agriculture relève le défi de la croissance démographique puisque comme ds l’ind les E-U la 1ère puissance mond dès fin XIX. Mais l’exploitation ag reste extensive. Les rendements sont bas et la hausse de la prod est obtenue par l’extension des superficies cultivées, une mécanisation précoce (tracteurs et moissonneuses Mac Cormick). L’agriculture combine déjà certains traits structurels durables : des exploitations familiales ds les grandes plaines, des plantations au sud et à l’ouest (concessions ferroviaires à l’origine des corporate farms.). A la veille de la guerre 30% prod exportée...

- la popul passe de 75 à 100 millions et la société très inégalitaire 

- Les riches sont peu nbx mais contribuent à entretenir le rêve US...

- l’envers du décor est moins brillant : 10% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Les noirs près de 9 mil en 14 (90% sous le seuil de pauvreté)

- Ce sont les débuts Stés de conso, liée à la hausse du niveau de vie : en 1914, 12 mil d’abonnés au téléphone, 500 000 automobiles vendues / an à avec effet d’entrainement (filère P, assurance, concession et réparation...).

- La Sté s’urbanise avec les 1er grattes ciel à Chicago (béton armé + ascenseurs Otis). Villes sont le creuset de l’intégration et ségrégées selon critères soc et raciaux ( Cf NYC : upper east side, chinatown, little Italy).
2. Le capitalisme américain est déjà un capitalisme organisé

Si les E-U sont la patrie du libéralisme ( cf. absence de trado préind, de corporations professionnelles, rêve américain...), plus que la liberté des marchés, c’est la concentration, ce qu’Olivier Zunz (in Le siècle américain) appelle « le primat des grandes entreprises », et la rationalisation de la production qui caractérisent ce capitalisme.

 le consensus autour des idées libérales se traduit par une faible intervention publique

- cf faiblesse de l’Etat fédéral du fait du partage des compétences, des moyens financiers et humains avec les Etats qui disposent d’une large autonomie en matière de police, de justice, d’éducation et d’aide sociale et ont les moyens politiques (institutions locales) et financiers (budget, fiscalité propre) de leur action. Début XXe siècle peu de moyens entre mains gvt féd

    - cf législation anti-trust les monopoles sont perçus par l’opinion comme une menace pour les libertés 1890 = Sherman act et 1914 = Clayton act qui posent les bases d’une éco concurrentielle

    - faiblesse de la législation sociale (darwinisme + arrivée des migrants prêts à accepter n’importe quelles conditions de w.)

Cpdt Xtion et diversification des interventions publiques nott dans le domaine commercial : aux importations ind, les E-U ont privilégié les imports de capitaux from Europe et d’hs, base de la cr ind avt 14. Début des excédents commerciaux ab 1895 (jusqu’en 1971).



    CCL = Au total avt 14

  • l’éco US n°1 mais pas une éco dominante (elle dépend not des K eur). Voir la porte du paradis de M. Cimino…avec Isabelle Huppert… sur ce capitalisme.

  • les EU ont entamé leur politique de puissance mais il leur manque puissance financière et milit qu’ils acquièrent pdt 1er GM et la puissance culturelle (ils se pensent encore comme une périphérie de l’Europe : voir les romans H. James). 

.

B la 1ère GM constitue une parenthèse dirigiste

    - le problème de la politique éco ne se posa pas ds les mêmes termes qu’en Europe : entrée en guerre tardive et pas de Pb de ravitaillement et de main d’œuvre ind à résoudre.

- Ab 1916, la neutralité des E-U est une façade toute diplomatique. Le gvt crée des bureaux spécialisés (boards ou offices) pour encourager les grands ind à répondre aux besoins de l’entente. Ces boards sont administrés par des ind et non des hts fonctionnaires au nom du pragmatisme et de l’efficacité. Ex : le War industries board, dirigé par un banquier, Bernard Baruch, détermine les priorités, réglemente la prod, fixe les prix, répartit les commandes, et privilégie les entreprises standardisées. Csqses : la guerre a facilité la diffusion de l’OST.

- C’est un ingénieur des mines Herbert Hoover qui est chargé de stimuler la prod ag à la tête de la food administration. Il parvient à X2 les export vers l’Europe avant la fin de la guerre.
Au total, pdt la guerre =

  • l’adm et les hs d’affaires ont appris à w ensemble = une initiation aux pratiques du ND puis de la 2ème GM.

  • prospérité accrue (prod ind a augmenté de 25%) + pays créditeur et non plus débiteur vis à vis de l’Europe. EU détiennent la moitié de stock d’or mondial : les excédents commerciaux ont été X10 pdt la guerre.

  • Mais éco de guerre perçue comme une parenthèse. Cf slogan de 19 « back to normalcy »


C Un regain d’isolationnisme  ds les 20’?
La politique menée par les 3 présidents républicains qui se sont succédés (Harding, Coolidge, Hoover) = libérale à l’intérieur, mélange d’isolationnisme et d’interventionnisme vis à vis de l’extérieur.
1. L’isolationnisme ou la fin de l’idéalisme wilsonnien

  • Après avoir fixé le cadre dans lequel se sont déroulées les négociations de paix (14 points), les E-U ne ratifient pas le Traité de Versailles, n’entrent pas à la SDN, ne participent pas à la conférence de Gênes qui fait du $ la seule monnaie du GES avant le retour à la convertibilité de la £ en 1925

  • Contexte = Crise de reconversion 1920/21, violences sociales et peur du rouge. (Sacco et Vanzetti condamnés à mort en 20, exécutés en 27).

  • La politique menée à l’intérieur est des + libérales et favorise les riches. Ex : en 1926, le secrétaire d’Etat au Trésor, Mellon, décide que le tx le + élevé de l’impôt sur le revenu serait de 20% (#60% pdt la guerre).

  • Le repli vis-à-vis de l’extérieur se traduit par :

  • les lois sur les quotas à l’immigration en 1921 et 1924

  • Une politique très protectionniste : 1922 = tarif Fordney- Mac Cumber (38%≈)



    2. //t, Les E-U défendent leurs intérêts ds le monde :

  • En Asie = Le traité de Washington de 1922 tente de désamorcer les ambitions du Japon en extrême orient en limitant la cr de sa flotte contre compensation en Chine.

  • En Europe, les E-U interviennent ds les affaires européennes pour tenter de récupérer les dettes de guerre contractées par les alliés (10 mds $) et œuvrer à la reconstruction d’une Europe prospère et pacifique, partenaire économique jugé indispensable.

  • Mais la marge de manœuvre est étroite entre l’espoir d’une Europe + forte et l’attente des remboursements et les EU sont pris ds une contradiction : la volonté d’une Eur qui se redresse et la volonté de récupérer leurs avoirs.

  • C’est ds ce contexte, confrontée à la mauvaise volonté all, que la France occupe la Ruhr en janvier 23  Hyperinflation en All. Réponse US = plan Dawes 24 et plan Young 29 : les E-U fixent les règles des relations financières internationales. Un circuit financier triangulaire s’instaure ds la 2ème ½ des 20’ : les E-U prêtent à l’Europe, principalement à l’All pour 2,5mds$ entre 24 et 28, qui commence à payer des réparations permettant aux alliés de commencer à rembourser leur dette (2,6 mds $).

  • Essor des invest US en Europe X4 ds les 20’; pays le + attractif = All où s’installe Opel, filiale de GM. //t, les investissements US doublent au Canada et sont X4 en Am latine.



3. La société reste très contrastée

- La société de consommation se développe du fait de la poursuite de l’urbanisation (de 45 à 55% du total entre 22 et 29) et de la montée des classes moyennes, de la  des prix des produits et du marketing associé au crédit et la pub. Ex : aspirateurs, grille-pains, frigo facilitent vie de la ménagère. Kodak vend 100 000 appareil photos en 22 et 4,5 en 29. Les loisirs se développent : cinéma, base ball. Cf Sinclair Lewis in Babbitt ou Main Street.

- Mais les inégalités perdurent entre l’ostentation des riches que décrit Scott Fitzerald (Gatsby le magnifique) et la misère sociale que décrit Caldwell (Le petit arpent du bon dieu). La moitié de la Sté ( 60 sur 120 mil) est en dehors de la sté de conso et le fordisme soc ne s’est pas diffusé contribuant à renforcer le déséquilibre entre cr de prod et de conso...

Ainsi, la prospérité des 20 a ses limites. L’accès à la consommation est réservé à une frange limitée de la sté. Le modernisme est contrebalancé par la vague rigoriste que traduit la prohibition, le sursaut du créationnisme et l’interdiction de l’adultère ds nbx Etats.



CCL 20’

- Isolationnisme largement une façade sinon un mythe. A comprendre comme refus de se lier à des contraintes internationales et comme une attitude pacifiste même si EU ont été gagnants de la 1ère GM : Ils ont intérêts à une Europe en paix d’où le pacte Briand-Kellogg en 1928 qui déclare la guerre à la guerre, mise en quelque sorte hors la loi.

- roaring twenties mélangent

  • succès : les E-U détenaient 50% du stock d’or mondial en 19, ils en ont 60% en 29 grâce aux excédents de la balance commerciale et des paiements. New York concurrence Londres comme première place financière mondiale).En 29 = 42% de la prod ind mond en 1929

  • Excès ( KKK, Al Capone, bulle boursière à crédit...)

  • Fragilités ( des pauvres, le repli nationaliste...).






  1. Renforcement action de l’Etat ds la crise et la 2ème guerre mondiale


Voir cours première année et manuels.
CCL I

Héritages 1ère ½ XX = montée en puissance progressive de l’Etat comme acteur de la vie éco à travers la polit budgétaire et législative des 30’ et comme arbitre des relations tripartites Etat, patr. et synd = les 3 big qui sortent renforcés de la crise puis de la guerre.

Prise de conscience en 1945 ( ce qui ne s’était pas fait en 1919) des Américains, qu’il s’agisse de la classe politique, des élites éco comme de la société, que leur puissance repose sur l’exercice du leadership ou de la domination cad l’aptitude à peser sur les affaires du monde en fonction de leur intérêt. C’est à ce titre qu’ils ont refondé l’ordre éco mondial en fonction de leur vision et de leurs intérêts : En 45, l’intérêt des E-U = l’ouverture des marchés tiers à leur formidable machine productive ds un contexte historique qui a compliqué la tâche des gouvernants ( $ gap puis rideau de fer).

similaire:

Un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme iconBibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme
«Philosophie» et «américain», pour nous Européens, et surtout Français, semblent deux termes largement incompatibles. Cette séance...

Un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme iconLa refondation : la feuille de route du rapport igen/igaen – 2011
«quand on est rentré dans le monde de l'écriture, ce qu'on pense est entré en mots»

Un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme iconLe renforcement de la recherche partenariale entre le monde académique...

Un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme iconRapport moral
«En attendant, avant même que se livre cette bataille finale entre l’esprit et la matière, le monde appartiendra à ceux qui osent...

Un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme iconL’interaction entre rapport de concurrence et rapport de production salarié

Un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme iconRapport du Congrès de Rome
...

Un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme iconRobert Boulin et le monde du vin girondin : l’art de louvoyer entre...
«fief» libournais et nous isolerons quelques aspects de son engagement aux côtés du monde viticole

Un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme icon1. 1 Présentation générale
«Tiers-Monde». En effet, en étudiant l'histoire, les traditions et l'évolution des sociétés dites «traditionnelles» qui constitue...

Un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme iconAtelier université D'É
«sloganisée». Le problème de cette «sloganisation» est que cela suscite tout aussi bien l’espoir que la méfiance. Ambigu par nature,...

Un rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme iconLa chine et le monde au moyen âge : entre ouverture et fermeture






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com