Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam





télécharger 23.79 Kb.
titreChapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam
date de publication16.11.2017
taille23.79 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
CHAPITRE 4 : GESTION DE TAUX DE CHANGE AU VIETNAM



  1. EVOLUTION DE REGIME DE CHANGE




Vers la fin des années 80, le Vietnam a eu l'inflation de triple-chiffre, les taux de change multiples, et une devise rapidement de dépréciation sur le marché parallèle. Au début des années 90, cependant, le Vietnam a commencé à surmonter ces problèmes en contenant l'inflation et en stabilisant sa devise. L'intégration internationale avec l'ouest a commencé dans autour 1993 sérieux. Depuis lors, la gestion de taux de change du Vietnam a évolué sensiblement comme la libéralisation capitale a procédé et les nouvelles circonstances externes surgissaient. L'inflation a été rapportée à un chiffre simple d'ici 1993. Mais la stabilité des prix était fragile et l'inflation domestique demeurait toujours haute relativement au niveau international. À l'étape finale de la déflation, la banque d'Etat du Vietnam (SBV) a gardé le taux de change de VND/USD à environ 11.000 pendant plus de cinq années, de 1991 en retard à début 1997 (d'ailleurs, le taux était pratiquement fixe à ce niveau de début 1994 à 1996 en retard). Cette de « politique 11.000 VND » peut être interprétée comme tentative de fixer la stabilité durable des prix par la discipline d'une cheville du dollar. Cette utilisation nominale d'ancre du taux de change a finalement réussi à ramener l'inflation à un niveau très bas. Cependant, l'effet secondaire de cette politique était surestimation progressive. De l'été de 1996, le SBV a commencé à déprécier efficacement VND en élargissant la largeur de bande autour du taux central officiel. Le taux réel est toujours resté près (le la plupart déprécié) de l'extrémité la plus élevée de la bande. De 1997 à 1998, Vietnam ont dû faire face à l'impact de la crise financière asiatique. Tandis que le Vietnam n'était pas directement attaqué par des spéculateurs, VND est devenu surévalué relativement aux devises régionales qui sont tombées brusquement. La bande de taux de change a été encore élargie à ±5% en février 1997 et à ±10% en octobre 1997. En février 1998, le taux central officiel lui-même a été dévalué de 11.175 à 11.800 VND/USD. Ces ajustements ont apporté le taux de change réel à 12.980, à l'extrémité la plus dépréciée de la bande révisée. En février 1999, le SBV a présenté un nouveau mécanisme de taux de change. Le taux central était maintenant journal réglé à la moyenne de taux de change interbancaires le jour précédent de transaction avec très une bande étroite de ±0.1%. Avec ce mécanisme, VND a commencé à ramper (déprécier) très lentement vers le niveau actuel environ de 15.600 (décembre 2003).
Graphique : Taux de change VND/USD : 1990 -2003





  1. QUEL REGIME DES CHANGE POUR LE VIETNAM



  1. LE ROLE DE LA BANQUE CENTRALE


À partir de la nouvelle loi, les fonctions de la Banque centrale ont donc été redéfinies clairement. Elles équivalaient à confier à la Banque centrale:

- la gestion de la politique monétaire;

- la définition de la politique de crédit et de paiement;

- la définition des taux d’intérêts et de change;

- la gestion des réserves de l’État en devises;

- le contrôle des activités des banques commerciales pour qu’elles suivent les politiques promulguées par l’État;

- la représentation du Viêt-nam vis à vis des organismes internationaux.

À l’égard de chacune de ces fonctions, nous avons recueilli les commentaires de la Banque centrale quant à son évolution passée et ses orientations futures. Les trois objectifs globaux de la Banque Centrale sont les suivants:

1) construire un système bancaire diversifié et égalitaire;

2) inciter les banques commerciales à être compétitives afin de bénéficier de la rentabilité;

3) perfectionner le système bancaire en implantant de nouveaux mécanismes, en formant le personnel et en modernisant les équipements.

Au cours de l’année 1989, des efforts ont été déployés pour livrer une bataille féroce contre l’inflation, (en s’attaquant directement à ses causes). D’une inflation de l’ordre de 700 % en 19891990, la Banque centrale a réussi à la faire chuter à 67 % en 1991, 17 % en 1992 puis à 15 % pour le premier semestre de 1993. Le contrôle serré de l’inflation s’est réalisé grâce aux moyens suivants adoptés par le Banque:

Politique monétaire


L’objectif était de stabiliser la valeur de la monnaie afin d’éviter la hausse des prix. Le premier moyen que la Banque centrale a utilisé fut d’éliminer les taux de change différents afin de parvenir à un seul taux, déterminé par le marché. Cela a donné de bons résultats depuis 1991, puisque le taux de change est devenu stable par la suite. Le deuxième moyen utilisé par la Banque centrale consista à abolir la pratique d’émission de billets, qui avait eu des effets pervers sur l’inflation dans le passé. Jadis, pour couvrir les déficits, la Banque centrale avait émis de la monnaie massivement , ce qui avait déclenché une pression sur les prix.

Politique de crédit


En termes de crédit, un virage important créa une rupture entre ce qui se faisait (avant 1989) et ce qui se fait actuellement. Selon les propos que nous avons recueillis auprès de Monsieur Nguyen Knac Truc, Directeur du Département des affaires étrangères de la Banque centrale, sous l’ancien système (d’avant 1989), la Banque accordait le crédit selon des taux fixes qui ne variaient pas selon les conditions de l’économie. Par ailleurs, on ne considérait pas les critères de sélection d’un projet tels que sa rentabilité, le dossier de crédit de l’entreprise, les objectifs à moyen et à long terme. Les crédits accordés n’étaient pas assortis d’un suivi, pour vérifier s’ils contribuaient ou non à la productivité de l’entreprise et constituaient un investissement viable à long terme.

Autrement dit, on ne faisait pas l’étude systématique des retombées économiques. L’État se retrouvait inévitablement avec beaucoup de mauvaises créances et d’entreprises non rentables, la plupart étatiques. Face aux entreprises privées, il y avait même une discrimination, dans la politique d’octroi du crédit, en faveur des entreprises d’État.

Maintenant, la Banque centrale a adopté de nouvelles lignes de conduite comme politique de crédit. Premièrement, on vise comme objectif l’égalité pour tous, c’est-à-dire qu’on accorde des crédits à autant d’entreprises privées que publiques. En pratique, cependant, les entreprises privées sont encore minoritaires puisqu’elles font l’objet de nombreuses restrictions. Deuxièmement, les entreprises et les projets sont assujettis à une étude plus rigoureuse du dossier. De prime abord, les entreprises doivent être rentables, ensuite, les objectifs doivent être louables, c’est-à-dire qu’il faut que le projet ait un grand potentiel de générer du profit et de développer la production du pays. Autrement dit, le projet doit utiliser de façon optimale les ressources du pays telles que la main-d’oeuvre et les ressources naturelles. Enfin, de préférence, le projet doit toucher un ou des secteurs priorisés par l’État.

Politique des taux d’intérêts


La structure des taux d’intérêts avait connu de sérieuses distorsions dans le passé, à cause de l’établissement d’un taux unique pour toutes les transactions. Actuellement, le taux de base a augmenté considérablement, pour lutter contre l’inflation. D’autre part, il tend à refléter les conditions du marché.

Gestion des réserves de l’État


La Banque centrale du Viêt-nam a beaucoup plus de facilité à gérer les réserves de l’État grâce à une plus grande autonomie visàvis du ministère des Finances. Cette indépendance lui permet de mieux contrôler la masse monétaire en circulation, donc l’inflation. Par ailleurs, les nouvelles orientations visant un contrôle plus serré des crédits accordés aux banques ont contribué à une meilleure gestion des réserves de l’État.

Une des plus récentes réalisations de la Banque centrale est l’ouverture d’un marché monétaire interbanques. Celuici permettra de faire des transactions en dongs, la monnaie nationale. On prévoit, d’ici à la fin de 1993, un marché pour les devises étrangères, afin d’attirer les devises fortes telles que le deutsche mark, le franc français, le dollar américain, etc... La principale fonction du marché monétaire sera de fournir aux institutions financières participantes des crédits à court terme provenant des banques qui ont un excès de devises. Ce type de marché va augmenter la compétitivité entre les banques. Pour la Banque centrale, l’accumulation de devises locales ou étrangères lui permettra d’avoir une meilleure marge de manoeuvre dans ses politiques monétaires.

Contrôle des activités des banques commerciales


Malgré le principe d’autonomie promulgué par le gouvernement visàvis des banques commerciales, la Banque centrale conserve la responsabilité de superviser les activités de ces dernières. L’objectif de l’État étant devenu la promotion de la compétitivité, la Banque centrale dit veiller à ce qu’aucune de ses interventions ne nuise à l’une des banques commerciales. Selon les propos du directeuradjoint du Département des relations extérieures de la Banque centrale, les banques commerciales privées ont le même traitement que les banques publiques.

Représentation vis à vis des institutions internationales


La Banque centrale est l’institution qui représente le Viêt-nam face aux institutions internationales. Grâce à ce rôle, la Banque centrale a effectué plusieurs démarches dans le but de rendre le Viêt-nam éligible aux programmes de coopération et d’assistance que ces organismes accordent aux pays en voie de développement. La Banque centrale multiplie ses contacts auprès de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et de la Banque asiatique de développement.
3. Les leçons tirent de la crise asiatique.
Les crises sont inévitables. Tant qu’il y aura des marchés financiers, il y aura des cycles d’expansion et de récession. Mais la vulnérabilité aux crises peut être limitée.
Premièrement, il faut améliorer l’information pour qu’il soit possible de suivre l’évolution de la situation et d’agir en temps opportun. Si le reste du monde avait su combien les systèmes financiers des pays d’Asie étaient faibles, on aurait pu y remédier plus tôt. De même, si le FMI avait su à quelle vitesse les réserves en devises, se résorbaient, les politiques économiques auraient pu être ajustées plus tôt.
Deuxièmement, le secteur financier joue un rôle crucial dans tous les cycles d’expansion–récession dans les pays industrialisés comme dans les pays en développement. Il est essentiel que des procédures prudentielles et de contrôle appropriées soient mises en place et que les banques soient en mesure d’évaluer les risques. Aussi les réformes des secteurs financiers sont-elles extrêmement importantes.
Troisièmement, l’une des grandes leçons de cette crise est qu’un pays doit se garder d’appliquer un régime de taux de change fixe s’il n’est pas prêt à s’en donner les moyens, c’est-à-dire qu’outre des politiques macroéconomiques saines, il lui faut un système bancaire sain et une position de réserves solide, capable de supporter une hausse défensive des taux d’intérêt pour éloigner les spéculateurs. Mais peu de pays peuvent maintenir un taux de change fixe lorsque la situation se dégrade.
Quatrièmement, la libéralisation des marchés de capitaux doit être prudente. Le problème des pays asiatiques n’a pas été la libéralisation des mouvements de capitaux, mais le fait qu’elle n’a pas été opérée dans le bon ordre et qu’elle n’a été que partielle. Les pays ont, pour la plupart, libéralisé les apports de capitaux à court terme avant les investissements étrangers directs, alors qu’ils auraient dû faire l’inverse. En outre, bien que les entrées de capitaux aient été libérées, le système financier est resté fermé à la concurrence étrangère. La conjugaison d’une libéralisation partielle et de rigidités structurelles a fait que les capitaux ont été investis sans que les risques soient dûment pris en compte
Serait-il approprié d’imposer des contrôles des capitaux pour éviter des crises à l’avenir? Cela reviendrait à fermer la porte de l’écurie une fois que le cheval s’est enfui. De plus, les contrôles des capitaux sont beaucoup moins efficaces pour endiguer les sorties que pour limiter les entrées. Il serait beaucoup plus efficace de remédier radicalement aux problèmes fondamentaux du secteur financier et des entreprises et de créer un environnement optimal pour assurer l’utilisation productive des capitaux lorsqu’ils recommenceront à affluer. Il faut bien reconnaître que l’accès aux capitaux étrangers a largement contribué à la croissance rapide des pays asiatiques avant la crise. Même si leur production diminuait de 10 %, par exemple, leur croissance au cours des vingt dernières années serait encore impressionnante. Il importe surtout que la libéralisation des mouvements de capitaux s’effectue dans le bon ordre, pour que le système financier soit capable de canaliser les capitaux vers des investissements productifs.

similaire:

Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam iconChapitre 3 : gestion de taux de change dans les pays d’asie de l’est

Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam iconChapitre 1 : Les relations monétaires internationales
«double cours» pour sa monnaie. Le double cours correspond à un taux de change pour le commerce et un taux de change pour les transferts...

Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam iconChapitre 1 : Les relations monétaires internationales
«double cours» pour sa monnaie. Le double cours correspond à un taux de change pour le commerce et un taux de change pour les transferts...

Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam iconI une tendance à la réduction de la sous-évaluation du taux de change yuan-dollar
«ajuster le taux de change à l’évolution des fondamentaux», notamment en matière de productivité

Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam iconTd taux de change
«On s’interrogera sur les effets d’une variation des taux de change sur l’économie des pays concernés.»

Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam iconVariations change €, $ et monnaies asiatiques
«rationnelle» comment cela pourrait-il être possible sans théorie fiable du taux de change fondamental d’équilibre ? joue donc sur...

Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam iconTaux d'interet et taux de change

Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam iconRésumé Dans ce papier on tente de mettre en évidence les effets de...

Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam iconPartie 6 : Taux de change et balance des paiements

Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam iconPartie 6 : Taux de change et balance des paiements






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com