Valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $





télécharger 169.51 Kb.
titreValeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $
page1/6
date de publication12.12.2016
taille169.51 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5   6

Economie de l’Union Européenne


Giuseppe.Diana@unistra.fr

sidiro@unistra.fr
Livre : International Economics – Krugman – Obstfeld
L’économie est divisée en deux sous disciplines :


  1. La microéconomie micro est l’éco s’intéressant aux comportements des agents individuels

  2. La macroéconomie s’intéresse aux niveaux des Etats etc..


En macroéconomie, on va introduire les concepts de chômage, d’emplois.. Elle même, se divise en deux manches.
Le Produit Intérieur Brut : valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée.
Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le PIB français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $. Le PIB, d’un point de vu comptable est l’ensemble des revenus distribués dans un pays.


  • Mais c’est une mesure imparfaite, difficile de mesurer tout les éléments (services publics..)


Est-ce que la valeur de marché de l’agriculture est un bon indicateur même si ça pollue beaucoup ?
Cependant, il a l’avantage d’être plutôt objectif. Si on regarde l’évolution du PIB dans le temps, à long terme, il est croissant. A court terme, il évolue en vague et à long terme, en ligne droite. La tendance, c’est à dire une moyenne de la vague est une construction intellectuelle et statistique.


  1. La macroéconomie de long terme avec les théories de croissance. Elle va s’intéresser à la hauteur, à la pente, la démographie. On a une variable fondamentale qu’est le capital. La question centrale est comment accumuler du capital ?

  2. La macroéconomie de court terme s’intéressant aux pourquoi de la vague dans l’évolution du PIB. Son objectif étant la stabilisation.


Ainsi, on aimerait pouvoir « lisser le cycle ». La question est de savoir : peut-on le faire ? Dans cette hypothèse là, on estime que le stock de capital est fixe. C’est dans ce cadre là, que l’on va mettre en place des politiques conjoncturelles. Pour les classiques, l’Etat ne doit pas pratiquer de politiques conjoncturelles alors que pour les Keynésiens, oui c’est la bonne solution. Ces politiques sont de deux ordres : les politiques budgétaires et les politiques monétaires.
Lorsqu’on parle de macroéconomie sur le long terme, on parle seulement de politiques structurelles, qui ont vocation à modifier la droite.
Exemple, les politiques mises en œuvre en Europe sont d’infrastructures. L’idée est d’espérer le changement de trajectoire de la courbe de long terme.


  • Court terme : politique conjoncturelle / Long terme : politique structurelle


Il est évident que l’aspect monétaire sera mis en avant puisque l’Union est plus avancée sur le point de vu monétaire. Autre raison, c’est un domaine de la science économique ayant progressé de façon considérable depuis les 30 dernières années. Il faut aussi souligner des Etats ayant accepté de partager la même monnaie se privant du taux de change.


  1. Balances des paiements


C’est un document comptable mais qui est extrêmement important. La BDP va enregistrer l’intégralité des opérations que les résidents d’un pays font avec un non résident.
Définition : La BDP est un document statistique qui recense sous forme comptable l’ensemble des flux économiques et financiers intervenus entre résidents et non résident au cours d’une période donnée.
La forme comptable signifie que quand on fait de la comptabilité, chaque opération est inscrite deux fois et donc, la BDP est par définition toujours équilibrée.
L’ensemble des flux économiques est composé de deux grandes parties :


  1. Les flux économiques où l’on retrouve toutes les opérations du commerce international

  2. Les flux financiers où l’on retrouve tous les échanges d’actifs financiers, des mouvements capitaux.


Les résidents ce sont les personnes physiques résident en France quelque soit leurs nationalités. On retrouve les personnes morales françaises ou étrangères pour leur établissement en France. La France, d’un point de vu comptable, c’est la métropole, les DOM, les collectivités territoriales, Mayotte et la Principauté de Monaco. Les TOM font partis du reste du reste du monde.
La BDP est établie par la BDF pour une raison aisée, les banques centrales ont une mission importante de gérer la bonne santé du système bancaire. Ainsi, elles font la supervision du système bancaire. La BC va en profiter pour collecter des données, notamment sur les opérations de changes. La très grande majorité de ces opérations se fait par les banques.
Avant l’euro la BDP était établie par la BDF en franc. Depuis que l’on a l’euro, on a plus de taux de change en mark, le pesetas etc.. Les collectes de données auprès des banques perdent de sa valeur. C’est la raison pour laquelle que la BDF va réaliser des enquêtes statistiques.


  • La BDP est un document faisant l’objet d’accords internationaux. Dans le cadre du FMI, les pays s’engagent à réguler leur BDP selon certaines règles.


Le principe d’enregistrement, une opération doit être enregistrée. Au crédit (+), on va enregistrer les opérations donnant lieux à une sortie de biens, de services ou d’actifs. Au débit (-), on met toutes les opérations faisant l’inverse, l’entrée.
La BDP est composée de trois comptes :


  1. Le compte des transactions courantes

  2. Le compte de capital

  3. Le compte financier.



  1. Le compte des transactions courantes



  1. Opérations sur les biens


Si je regarde le solde du compte des biens, on le nomme la balance commerciale.
L’idée est puisqu’on parle que de biens, on est face à un indicateur de la compétitivité de l’industrie nationale. Tout de même, il faut préciser que c’est indicateur imparfait puisque on peut très bien avoir un mauvais excédent.
Exemple, la France est dans une profonde récession et ainsi, on importe peu. En même temps, les autres sont en pleine expansion et ainsi, ils exportent beaucoup. Et donc, on obtient un mauvais excédent. De la même manière, on peut avoir un bon déficit si on est dans la situation inverse, c’est à dire une grande importation française et une mauvaise exportation étrangère. On obtiendra alors un bon déficit.
Il est évident que nous avons de bons excédents et de mauvais déficits. Si on regarde l’année 201-2012 pour la France, on a une balance commerciale déficitaire. Il est évident que sachant qu’il dure depuis plusieurs années, il nous amène à nous interroger sur la compétitivité de l’industrie nationale. Il faut ainsi l’observer sur plusieurs années.
Pour atténuer l’interprétation de ce chiffre, on va également calculer le taux de couverture. Ce sont les exportations / importations * 100. Il est évident que ce n’est pas la même chose de prendre un petit pays qu’un plus grand pays.


  1. Opérations sur les services



Le solde est appelé le solde de la balance des services. C’est là dedans que l’on trouve tout ce qui concerne le tourisme et ainsi, on retrouve un des points fort de la France.


  1. Les revenues


On va importer et exporter des facteurs de productions qui vont être rémunérés. Les salariés correspondent aux frontaliers. Ensuite, on a le revenu du capital.
Exemple : pour les investissements, j’achète une action Mercedes à Frankfort 30 euros. Cette opération sera inscrite dans le mouvement des capitaux, pas ici. Mais si j’ai une action, je peux percevoir un dividende, une partie du profit que réalise l’entreprise. Si on a 1 euro/action, on le retrouvera ici sur les revenus d’investissements.
D) Les transferts courants
Les transferts courants sont la contrepartie comptable des biens, services et capitaux exportés ou importés gratuitement, c’est à dire sans contrepartie apparente ou mesurable.
Dans le secteur des administrations publiques, on retrouve tout ce qui est coopération internationale, la contribution aux institutions internationales.. On retrouve aussi les autres secteurs avec les envois de fonds des travailleurs, on exporte des capitaux à titre gratuit.
Si on fait le solde de la balance des transactions courantes, on a un solde de -7 pour 2004. On va ensuite avoir, el compte capital.


  1. Le compte de capital


Il a un solde positif de +2 en 2004. On retrouve essentiellement :


  1. Les transferts en capital qui sont des opérations donnant lieu au transfert de propriété d’un actif fixe ou à la remise d’un engagement par le créancier sans que rien ne soit perçu en échange. C’est très proche de ce qu’on avait dans les transferts courants. Un exemple typique est la remise de dette.

  2. Les acquisitions d’actifs non financiers (brevets). Exemple, Mac Donald qui veut acheter le droit d’utiliser l’image du Roi Lion.




Si je fais le solde du 1 et du 2, dans la suite, je vais l’appeler, le solde de la BTC (balance des transactions courantes)




  • Compte des transactions courantes + compte de capital = Balance des transactions courantes.


Si j’ai un taux négatif à la BTC, j’aurais un taux de +5 au compte financier pour rééquilibrer. Les étrangers vont devoir me prêter de l’argent. C’est le cas typique des Etats-Unis.


Y (PIB) = C (ménages, consommations) + I (entreprises qui investissent) + G (gouvernement, Etat et dépenses publiques) +(X - M) (importations -exportations, étrangers). X et M (consommation nette du reste du monde)


3. Le compte financier


  1. Les investissements directs

  2. Les investissements en portefeuille,

  3. Les produits financiers dérivés.

  4. Autres investissements

  5. Les avoirs de réserves




  • Ils ont été ventilés du moins spéculatif au plus spéculatif.




  1. Les investissements directs


Définition : Cela désigne l’opération effectuée par un investisseur afin d’acquérir, d’accroître ou de liquider un intérêt durable dans une entreprise et de détenir une influence dans sa gestion.
Il faut retenir les termes : durable et influence.
Les investissements sont stables puisque on s’investit dans la durée en exerçant une forte influence dans une entreprise X. De nombreux pays tentent d’attirer des investisseurs pour accroitre leur économie. De là, l’importance d’une stabilité politique.


  1. Les investissements en portefeuille


Ce sont les mouvements de capitaux au sens propre du terme. Ainsi, on retrouve les actions, les obligations…
Exemple : achat d’action dans une entreprise. C’est un titre risqué car il est exposé au même risque que l’entreprise. Si j’achète chez Peugeot et que l’entreprise ne va pas bien, l’action peut s’écrouler.


  • L’obligation est un titre de créance.


Exemple : Si j’achète une obligation à la RATP de 100 euros à 4% sur 5 ans. C’est à dire qu’aujourd’hui je donne 100 euros mais dans 1 ans, je touche 4 euro, puis 4 euros, puis 4 euros. Au bout de 5 ans, je touche 4 euros plus mon prêt de 100 euros.
Sachant qu’un Etat ne peut pas faire faillite produisant sa monnaie, il émet de nombreuses obligations.

c) Les produits financiers dérivés
Ce sont des produits purement spéculatifs. On peut acheter des actifs donnant le droit d’acheter d’autres actifs sous certaines conditions.


  • Les montants sont modestes


d) Autres investissements
On retrouve ici les crédits commerciaux.
Exemple : J’ai une PME à Strasbourg, j’achète une machine outil à un fournisseur allemand et je peux payer dans 3 mois. J’ai acheté un crédit commercial.
e) Les avoirs de réserves
Ce sont les réserves détenues par la banque de France. Ce solde se nomme ΔR jouant un rôle extrêmement important.


  1. + 2) = -5 (balance des transactions courantes)



  1. = + 5 (le compte financier)

La BDP est toujours équilibrée



BTC

- 50

Balance capitaux

(grande partie du compte financier)

+ 80

ΔR (avoir de réserves)



Si la BDP de la zone euro est déficitaire de -50. Pour la transaction courantes, on a une offre excédentaire de 50 euros et une demande excédentaire de 50 $. Pour les opérations liées aux biens et aux services

Pour la balance des capitaux, sur le marché euro-dollar, j’ai une offre excédentaire de 80 $ et une demande excédentaire de 80 euros.

Au total : sur le marché euro-dollar, on a une offre excédentaire de 30 $ et une demande excédentaire de 30 euros.

Dans ce cas là, la BCE peut rééquilibrer le marché vendant 30 euros et achetant 30 $.


  • La balance des transactions courantes et la balance des capitaux = La balance globale.


Ainsi, quand on parle de déficit ou d’excédent, on fait référence à la balance globale.



BTC + BC + ΛR = 0
BTC + BC + Balance globale
Compte transactions courantes + Compte capital = Balance des transactions courantes
Compte financier : Balance des capitaux + ΔR





2. Marchés des changes et détermination des taux de change

Le marché des changes : C’est le marché sur lequel s’effectue le commerce des devises.
Les taux de changes (e) : Ils sont déterminés par les interactions entre offre et demande, c’est à dire les interactions entre les agents qui achètent et les agents qui vendent des devises afin de couvrir leurs paiements internationaux.


  • Le taux de change observé en t est le prix d’équilibre observé dans un espace de temps déterminé.


Les principaux acteurs sur le marché des changes


  1. Description du marché des changes




  1. Les acteurs


On retrouve 4 acteurs parmi un grand :


  1. Les banques commerciales : La très grande majorité des opérations internationales se font par le biais de transferts de dépôts bancaires libellés en différentes devises.


Exemple : Un week-end à Londres, je veux échanger l’euro contre des livres. J’appelle mon banquier.
Le marché des changes a un compartiment appelé le marché interbancaire, marché dans lequel les banques se rencontre.

  1   2   3   4   5   6

similaire:

Valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $ iconValeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits...

Valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $ iconValeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits...

Valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $ iconValeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits...

Valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $ iconValeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits...

Valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $ iconLe pib (Produit Intérieur Brut)
«la valeur des biens et des services produits pendant une période donnée (en général une année) et qui sont disponibles pour des...

Valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $ iconLes organisations productives
...

Valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $ iconProgramme National d’Aménagement des Forêts
«Bois de villages», «8 000 villages, 8 000 forêts», «Front de terre», «Un département, une forêt» et tout récemment de l’opération...

Valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $ iconEtats-Unis / Crise économique
«subprimes». Crédit à taux variable, gagé sur la valeur des biens immobiliers, ce type d’emprunt rencontre un succès phénoménal et...

Valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $ icon«l’achat d’un produit ne peut être fait qu’avec la valeur d’un autre»
«c’est la production qui ouvre des débouchés aux produits», «l’achat d’un produit ne peut être fait qu’avec la valeur d’un autre»,...

Valeur de marché de l’ensemble des biens et services finaux produits dans un pays pendant une période donnée. Tout ce qu’on produit représente la richesse ou pas. Le Pib français est l’ordre de 2 000 milliards d’euro, les Etats-Unis 15 000 milliards de $ iconDe l’esprit coopérateur à la prégnance de l’économie de marché
«immédiate». Les «chocs de compétitivité» touchent au plus au chef la mouvance des coopératives, puisqu’elles ont réalisé en 2013...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com