État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme)





télécharger 13.53 Kb.
titreÉtat : fonctions régaliennes (ou État-gendarme)
date de publication22.10.2017
taille13.53 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Fiche technique les classiques (bis)
Nom donné a posteriori : pour Marx, sont classiques ceux qui « cherchent à pénétrer l’ensemble réel et intime des rapports de production de la société bourgeoise », à la différence des économistes vulgaires (sophistes). Keynes appelle « classiques » tous ses prédécesseurs. Contemporains de la révolution industrielle et de l’essor du capitalisme (fin XVIII° - début XIX°), les économistes classiques sont les fondateurs de l’économie politique en tant que discipline autonome. L’économie politique a pour domaine d’étude l’ensemble des activités qui concourent à la production, à la circulation et à la répartition des richesses matérielles.

Principaux représentants (dans les pays qui connaissent les premiers la révolution industrielle et le démarrage économique) :

  • Adam Smith (1723 – 1790)

  • David Ricardo (1772 – 1823)

  • John Stuart Mill (1806 – 1873)

  • Thomas Robert Malthus (1766 – 1834)

  • Jean-Baptiste Say (1767 – 1832)

  • Jean-Charles Léonard Simonde de Sismondi (1773-1842)




  1. Une théorie libérale
  • État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme)


  • Défense (armée, police, justice) : Smith, « État doit s’occuper de l’édification et de l’entretien des ouvrages d’art », c’est-à-dire des actions qui ne peuvent être entreprises ni entretenues par un ou des particuliers.

  • Infrastructures

Pour Smith, l’Etat ne doit pas sortir de ces rôles et ne doit pas intervenir dans l’économie. Pensée véritablement révolutionnaire : sortie de l’idée d’un État absolutiste, lutte contre les privilèges.

  • Absence de réglementation excessive (« main invisible ») :

  • Impôt = contrainte sur le développement de l’offre et de l’investissement

  • État général dépend de la réalisation des intérêts particuliers de chacun

Respect de la loi naturelle (marché) : si elle s’applique, on obtient l’optimum de satisfaction pour chacun. L’intérêt général dépend de la recherche individuelle de son intérêt égoïste, il naît de la liberté laissée à chacun d’agir qui explique le processus de division du travail. Smith : « Ce n'est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière et du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu'ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme et ce n'est jamais de nos besoins que nous leur parlons, c'est toujours de leur avantage. Il n'y a qu'un mendiant qui puisse se résoudre à dépendre de la bienveillance d'autrui. »

  • Liberté permet l’innovation, le progrès et la division du travail (recherche de gains de productivité)




  1. Une nouvelle théorie de la répartition et de la valeur

Valeur : Somme de travail direct (accompli) et indirect (reçu des autres) incorporés dans la production : définition fondée sur le travail.

Ricardo fonde alors une théorie de la répartition :

  • Répartition primaire : salaires (revenus des ouvriers) / profits (revenus des entrepreneurs et de l’apport de capitaux) / rente (revenu des propriétaires fonciers) => répartition primaire : résultat d’une confrontation entre les trois acteurs. Idée éminemment classique (également reprise par Marx).

Le salaire (de marché / naturel / de subsistance) fluctue selon les lois du marché du travail (offre et demande) ; rente foncière d’autant plus élevée que les terres les moins productives sont exploitées => la rente dépend de la productivité marginale de la terre la moins productive. Le profit est un résidu : valeur des marchandises – (salaires + rentes foncières) => profit  quand les salaires diminuent.

  • Répartition secondaire : rapport de force entre les sous-groupes de la société




  1. État stationnaire et baisse des profits

Les classiques sont une école dans l’enfance, qui n’a pas conscience de l’ensemble des évolutions futures. Problématique : comment repousser cet état inéluctable ?

Loi des rendements décroissants :

  • Faute de profits, l’accumulation de capital (hausse inéluctable de la rente car rendements décroissants + baisse du facteur travail => pas de possibilité de gonflement du taux de profit) va se ralentir => stagnation de l’économie

  • Épuisement des ressources parallèlement à la hausse démographique

  • Nécessaire hausse de la production

Solution : étendre les marchés (« fuite en avant ») : les classiques sont partisans du Libre-Échange.

  • Avantages absolus (Smith)

  • Avantages comparatifs (Ricardo) : tout pays a intérêt à l’échange même s’il n’a aucun avantage absolu

Ricardo : en important des produits moins chers, on peut limiter la hausse des salaires (salaire de subsistance moins élevé) et la baisse des profits => accumulation de capital => père du Peel Act de 1846.


  1. La théorie des crises

L’équilibre économique s’établit spontanément : la crise ne résulte pas des mécanismes de l’économie. La monnaie est un instrument de numérotation et une « huile » de l’économie (dichotomie entre sphères monétaire et réelle) =>impossibilité de toute surproduction.

Loi des débouchés : « l’offre crée sa propre demande » de Jean-Baptiste Say et les produits s’échangent contre des produits. Cette loi imprègne la pensée économique jusqu’à Keynes.

Mais : un entrepreneur ne peut se faire payer que si les autres entrepreneurs disposent d’autres produits (monnaie = intermédiaire) -> décalage entre les producteurs explique les déséquilibres mais ils sont temporaires (réajustement par les prix) : il existe des secteurs avec déficit de produits, d’autres avec surplus de produits => décalage et crise de débouchés.

Malthus explique plutôt ces déséquilibres par une épargne surabondante (engorgement de l’économie et pas d’échange).

Sismondi pense que le décalage entre la perception du revenu et la réalité du pouvoir d’achat est responsable des crises.

Idée que le décalage temporel est le facteur explicatif des crises conjoncturelles et structurelles.
La pensée classique a posé les fondements de la théorie économique : déchiffrage de la pensée économique.

similaire:

État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme) iconLes règles générales du marche
«néo-classiques» prônent l’existence d’un Etat qui reste cantonné dans des fonctions non économiques, c’est-à-dire qui remplisse...

État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme) iconPourquoi la puissance publique intervient-elle dans la
«néo-classiques» prônent l’existence d’un Etat qui reste cantonné dans des fonctions non économiques, c’est-à-dire qui remplisse...

État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme) iconQuelles sont les fonctions économiques de l’Etat ?
«A l’aide de vos connaissances et des documents, vous montrerez que l’Etat intervient de différentes manières dans l’économie.»

État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme) iconRecherche de profit au travers de l’accumulation du capital. Etat : «gendarme»
«c’est un ensemble construit autour d’une question principale…, des lignes d’analyse qui permettront de traiter le sujet choisi»

État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme) iconI les fonctions de l'Etat et la politique fiscale

État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme) iconTd de Sociologie historique de l'Etat
«Il ya dix ans, l’Etat était très largement considéré comme un instrument destiné à résoudre les problèmes; aujourd’hui, pour de...

État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme) iconI – Le contrôle, attribut de l’autorité de l’Etat est désormais limité
«le roi est mort, vive le roi»). Principe philosophique (cf Hegel Introduction à la philosophie du droit, 1821). Voir Etat de nature,...

État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme) icon1ère partie : de 1830 à 1914
«l’Etat belge était un Etat artificiel, Etat tampon, entre les grandes puissances européennes» ! L’ancien ministre Louis Tobback...

État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme) iconLa réforme de l'administration
«gérer l’Etat comme une entreprise», qui veut donc appliquer à l’Etat une opération de réduction des coûts, et pour lequel une réforme...

État : fonctions régaliennes (ou État-gendarme) iconComparer et mesurer la température, le volume, la masse de l’eau...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com