Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement





télécharger 69.98 Kb.
titreChapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement
date de publication22.10.2017
taille69.98 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement

L′économie étudiée est une économie d′autarcie, elle n′a pas d′échanges avec l′extérieur. C′est une économie qui n′a pas d′Etat, il n′y a pas de ponctions fiscales ni de dépenses publiques.

Section 1 – Les conditions d’équilibre du revenu national
1) L′égalité entre offre et demande globale
Le revenu national atteint son niveau d′équilibre lorsque la demande globale de biens et de services suscitée par ce revenu est égale à l′offre globale (la production). L′offre globale est identique au revenu. OG = Y Par ailleurs la demande globale est égale à la demande de consommation et à la demande d′investissement. DG = C + . La condition d′équilibre est donc que le revenu (ou l′offre globale) soit égale à la demande globale. Y = C + I.

On peut dire que, par définition, le revenu global dont disposent les agents va être répartit entre dépenses de consommation et épargne. Y = C + S, équation de définition. Par conséquent, la condition d′équilibre s′écrit aussi sous la forme I = S.
2) Signification de l′égalité entre I et S
Dans la Théorie Générale, Keynes dit que l′épargne et l′investissement ne sont que « deux aspects différents de la même chose », alors l′épargne et l′investissement sont identiques. MYRDAL distingue les grandeurs ex ante (aspirations, intentions, anticipations) et ex post (grandeurs observées, réalisées, effectivement réalisées). Est-ce que I est toujours égale à S comme le suggère Keynes, ou est-ce que I = S est une condition d′équilibre ? Il peut y avoir ex post une égalité entre I et S mais ex ante il peut y avoir divergence entre le niveau de I et le niveau de S.
3) La représentation graphique de l′équilibre
schéma 1:
Demande Globale

45°

C + I

DG *

C = C0 + cY

Y (offre globale)

Y*

Le point d′équilibre est le seul point pour lequel les entreprises récupèrent par les dépenses des consommateurs et des firmes qui investissent, le montant de ce qu′elles ont avancé. Y* = DG*.

Si le revenu était plus petit que le revenu d′équilibre (à gauche de Y*), cela voudrait dire que les entreprises récupèreraient par la dépense globale plus que le revenu qu′elles ont injectées. Elles sont ainsi incitées à augmenter leur production, le niveau de production tend alors vers Y*. Idem si le niveau de revenu est supérieur à Y*, le niveau Y tend vers Y*...

C = C0 + c Y : fonction de consommation I = investissement autonome D * = Y *

schéma 2, sur la fonction d′épargne :




S = S(Y)

I

Y* Y

- C0


  • Le revenu d′équilibre est celui qui équilibre l′épargne et l′investissement (I = S).

  • Ce revenu d′équilibre Y* est bien entendu le même que celui trouvé dans le schéma 1.

  • Le niveau d′épargne résulte, pour Keynes du niveau de revenu, alors que pour les classiques le niveau d′épargne s′ajustait en fonction du taux d′intérêt.



Exemple numérique :
C = C0 +cY C0 = 100 c = 0,6 I = 300
Y = C+I = C0 + cY + I

Y = 100 + 0,6Y + 300

0,4Y = 400

Y = 1000
Section 2 – Les variations du niveau d’activité et le mécanisme du multiplicateur
Le revenu Y* est un revenu stable si les paramètres ne bougent pas. Mais le fait que le revenu soit stable ne signifie pas qu′il ne variera jamais, une des composantes de la demande globale (C0, c ou I) peut bouger, et le revenu en subira les conséquences. Si la demande globale augmente, c′est généralement parce que l′investissement augmente (la consommation incompressible et la propension marginale à consommer ont peu de chance de se modifier). Si la demande globale augmente, alors le revenu augmentera, mais ce qui est orginal c′est que le revenu va augmenter dans une plus forte proportion que la dépense. C′est là qu′apparaît un phénomène de multiplication : la variation du revenu est amplifiée par rapport à la variation de la demande globale. Cette notion de multiplicateur, Keynes l′emprunte à Richard KAHN (un de ses professeurs à Cambridge), qui parlait de multiplicateur d′emplois. Keynes reprend cette thématique et parle d′un multiplicateur d′investissement.
1) Les hypothèses


  • situation de sous emploi (chômage)

  • pas d′Etat (pas de ponctions fiscales ni de dépenses publiques)

  • autarcie de l′économie (pas d′échanges avec l′extérieur)

  • C = C0 + cY

  • l′investissement I est autonome


L′investissement keynésien est une dépense de court terme, on ne s′intéresse pas à son influence sur le long terme.
2) Le mécanisme du multiplicateur

a) analyse statique

Y1 = C1 + I Y2 = C2 + I + delta I

= C0 + cY1 + I = C0 + cY2 + I + delta I

Y1 (1 – c) = C0 + I Y2 (1 – c) = C0 + I + delta I

Y1 = C0 + I / (1 – c) Y2 = C0 + I + delta I / (1 – c)
delta Y = Y2 – Y1 = delta I / (1 – c)

delta Y = delta I x 1 / (1 – c) 1 / (1 – c) > 1

1/(1 – c) est le coeff multiplicateur
b) analyse dynamique

On injecte une dépense supplémentaire de 100 et on va prendre une propension marginale à consommer égale à 0,8.




Delta I

Delta Y

Delta C

Delta S

1ère vague

100

100

80

20

2ème vague




80

64

16

3ème vague




64

51,2

12,8

4ème vague




51,2

...

...


Et ainsi de suite...

Delta Y = 100 + 80 + 64 + 51,2 ...

Delta Y = delta I + delta I.c + delta I.c² + delta I.c3 + ...

= Delta I (1 + c + c2 + c3 + ...) = delta I . 1 / (1 – c)
Delta S = 20 + 16 + 12,8 ...

Delta S = Delta I (1 – c) + c . delta I (1 – c) + c² . Delta I (1 – c) + c3 delta I (1 – c)

= delta I (1 – c) (1 + c + c² + c3 + ...)

delta S = delta I (1 – c) . 1 / (1 – c).
On a initialement l′égalité entre l′épargne et l′investissement, mais à la fin du processus l′épargne est toujours égale à l′investissement. C′est l′investissement qui sécrète l′épargne, car l′augmentation du revenu amène l′augmentation de l′investissement, générant du même coup une augmentation de l′épargne, en suivant le même effet multiplicateur.
Schéma 3 :




DG

45°

F C + I + delta I



G C + I

E

H

Y



Y1 Y2

Delta Y = Y2 – Y1

L′augmentation delta Y du revenu résulte de

l′augmentation delta I.

Delta Y = EH = FH

Triangle EHF rectangle en H et isocèle, d′où

EH = HF

FH = HG + FG = HG + delta I

= (EH x c) + delta I

delta Y = delta Y x c + delta I

delta Y (1 - c) = delta I

delta Y = delta I x 1 / (1 - c)
3) Signification du multiplicateur
Ce qui est important dans l′investissement keynésien c′est qu′il soit une dépense, le fait qu′il accroisse les capacités productives n′a que peu d′importance à court terme, peu importe l′objet de ses investissements. On ne s′intéresse pas aux caractères productifs de l′investissement, l′investissement est une composante de la demande globale.

Le multiplicateur c′est l′inverse de la propension à épargner, si la propension à épargner est faible, alors le multiplicateur sera fort. L′épargne c′est plutôt quelque chose qui freine l′activité économique, en réduisant le multiplicateur. Lorsqu′elle est étendue au niveau globale, l′épargne conduit à la dépression : ce qui est bon pour une personne n′est pas forcément bon pour l′ensemble de la communauté (c′est un sophisme de composition). Quand on épargne on réduit la consommation globale. Avant la publication de la Théorie Générale, Keynes avait déjà cette idée.

Au début du 18ème siècle, Bernard de Mandeville, dans la « fable des abeilles » décrit le fonctionnement d′une ruche, métaphore du fonctionnement de la société, et il explique qu′en se livrant à la débauche les abeilles parviennent à une communauté prospère...
Section 3 – L’équilibre macroéconomique en économie ouverte
Les économies sont beaucoup plus ouvertes aujourd′hui que dans les années 30, elles sont traversées par des flux de commerce et d′échanges internationaux tout à fait considérables. Les exportations françaises sont donc une demande qui s′adresse à notre appareil productif. Plus nous exportons, plus cela stimule notre appareil productif. Les exportations sont un élément de la demande globale. En revanche, les importations (achats que nous réalisons à l′étranger) font moins fonctionner l′économie française. Keynes disait que « dans un système ouvert, le multiplicateur de l′investissement supplémentaire contribuera en partie à relever l′emploi dans les pays étrangers ».

1) La formulation de l’équilibre

Lorsqu′on regarde, dans une économie ouverte, l′offre globale c′est la production nationale + les importations : Og = Y + M. En revanchen la demande globale se compose de la consommation + les investissements + les exportations : Dg = C + I + X.

Y = C + S

C + S + M = C + I + X

S + M = I + X X = exportations, M = importations

Y + M = C0 + cY + I + X
2) Les exportations et l’activité économique

On mesure ici l′impact des exportations sur l′activité économique. Autrement dit quelles relations existe-t-il entre delta X et delta Y ?

Y + M = C0 + cY + I + X

Y (1 – c) = C0 + I + X – M

Y = ( C0 + I + X – M ) / (1 – c)
d Y / d X = 1 / (1 – c)
Lorsqu′il y a augmentation de la demande globale, qu′elle soit du à l′investissement ou aux exportations, elle tire toujours le revenu dans la même proportion 1 / 1 – c
3) Le multiplicateur du commerce extérieur

On suppose que les importations sont positivement corrélées au revenu, c′est à dire que lorsque les revenus augmentent les importations augmentent aussi. Il existe une relation entre revenu national et importations : M = M(Y). Les importations ne sont pas exogènes...

M = M0 + mY

M0 = importations incompressibles

m = propension marginale à importer, m est naturellement positif
L′équilibre se note :

Y + M = C0 + cY + I + X

Y + M0 + mY = C0 + cY + I + X

Y (1 – c + m) = C0 + I + X – M0
Y = (C0 + I + X – M0) / (1 – c + m)
dY / dX = 1 / (1 – c + m) = 1 / (s + m)
Le multiplicateur est plus petit en économie ouverte que le multiplicateur keynésien classique, car le fait d′importer pénalise comparativement notre production. La relance de l′économie bute sur l′achat de biens ou de services à des entreprises étrangères. Pour qu′une relance économique soit fructueuse il faudrait qu′elle ne se traduise pas par des achats supplémentaires à l′extérieur, mais il faudrait qu′elle se traduise par davantage d′exportations. Lorsqu′on relance l′activité économique dans un pays fortement tributaire de l′importation, cette relance bute sur ce que l′on appelle la contrainte extérieure, elle ne se traduit pas par des commandes aussi importantes aux bénéfices des entreprises nationales mais ce sont les entreprises étrangères qui en bénéficient.

Les importations jouent le même rôle négatif que l′épargne...
Section 4 – La prise en compte de l’Etat et l’interventionnisme budgétaire
L′Etat doit, pour les classiques intervenir le moins possible, sans laisser tomber ses fonctions régaliennes (justice, police, armée). Il est important que l′argent public soit géré de la façon la plus rigoureuse possible. Le budget de l′Etat doit être neutre. C′est cette conception qui a dominé jusqu′à la Grande Crise de 1929. Mais à partir des années 30, les ravages économiques et sociaux de la crise ont fait qu′on a abandonné l′idée de la nécessité de l′équilibre budgétaire. Aujourd′hui, personne ne nie que l′Etat ait un rôle à jouer pour stabiliser, réguler l′activité économique.

Pour Keynes il faut associer le budget à l′équilibre macroéconomique. Le budget est une composante de l′équilibre macroéconomique. Keynes est le père de ce courant interventionnaliste.
1) Multiplicateur budgétaire et multiplicateur fiscal

Le revenu d′équilibre n′est pas forcément l′équilibre de plein emploi pour Keynes. Par conséquent, si on veut le plein emploi on ne peut pas attendre qu′il se réalise seul. Il doit faire l′objet d′une politique volontariste de la part de l′Etat. Si le sous emploi résulte d′une insuffisance de la demande, l′Etat doit prendre le relai et combler le manque de demande. Il doit gonfler la demande globale. L′augmentation des dépenses publiques va provoquer une expension du revenu.

Schéma 4 sur les dépenses gouvernementales :

DG

45°

C + I + G

F

C + I
E H

Y

Y0 Y*
Pour passer de Y0 à Y*, revenu d′équilibre qui permet le plein emploi, il faut que la demande globale augmente et donc que la demande globale ne soit plus seulement égale à C + I mais qu′on incluse les dépenses gouvernementales G

Dg = C + I + G
L′écart FH est ce qu′on appelle l′écart inflationniste (l′insuffisance de la demande globale à laquelle doit palier l′Etat pour retrouver le niveau de plein emploi).
Y* = C + I + G

Y* = C0 + cY + I + G

Y* = (C0 + I + G) / (1 – c)

dY / dG = 1 / (1 – c)
Le multiplicateur est identique qu′on raisonne sur une variation de l′investissement ou sur une variation des dépenses gouvernementales. En effet on ne porte aucune importance à l′utilisation qui est faite de l′euro supplémentaire apporté, il peut alors être apporter par une entreprise ou par l′Etat cela revient au même.

Cela explique le rôle que Keynes assigne à la dépense publique. Elle doit compenser la dépense privée qui est trop faible. L′Etat doit impérativement compenser la timidité des investissements privés.
Delta Y / Delta I = 1 / ( 1 – c )

Delta Y / Delta G = 1 / ( 1 – c )
En revanche, si l′on raisonne en économie ouverte, et que donc les importations sont corrélées au revenu, alors, sur le court terme, peu importe la nature de l′investissement...

Delta Y / Delta I = Delta Y / Delta G = Delta Y / Delta X = 1 / (s + m)
Lorsqu′il y a des impôts, et en économie fermée, le revenu disponible est

Y0 = Y – T

Y = C + I + G

= C0 + c (Y – T) + I + G
Y – cY = C0 + I + G – c T

Y ( 1 – c ) = C0 + I + G – c T

Y = (C0 + I + G – c T) / (1 – c)
dY / dT = -c / (1 – c)
Le multiplicateur fiscal est négatif, c′est à dire que lorsque les impôts augmentent, alors le revenu disponible diminue, la consommation diminue, et le Revenu diminue L′incidence de l′impôt sur le revenu est négative.

Le multiplicateur budgétaire : d Y / d G = 1 / (1 – c)

La valeur absolue du multiplicateur fiscal est c / 1 – c

Le multiplicateur fiscal en valeur absolue est plus petit que le multiplicateur budgétaire, car c < 1.

Delta Y = Delta G (1 / 1 – c) 1 / 1 – c = 5

Delta Y = 10 x 5 = 50
Delta Y = Delta T -c / 1 – c

= 40

Mieux vaut que l′Etat dépense plutôt qu′il diminue les impôts pour permettre la relance.

2) Le multiplicateur du budget équilibré et le théorème de Haavelmo

Imaginons une situation de sous emploi. Si l′Etat augmente la dépense de 10 milliards et qu′il augmente en même temps les impôts de 10 milliards, le budget sera équilibré, mais le revenu va augmenter de 10 milliards. Théorème de Haavelmo : Une augmentation du budget équilibré provoque un mouvement d′expension economique, de hausse du revenu, égal au montant de la dépense consentie. L′Etat peut doper l′économie et donc résorber le chômage si il investit. C′est une idée révolutionnaire en 1936, qui rompt avec l′imaginaire classique qui dit que l′Etat doit se comporter comme un bon père de famille et ne pas dépenser plus qu′il ne reçoit. Keynes explique que l′Etat peut amorcer la pompe, c′est à dire que lorsqu′il investit il incite les entreprises privées à investir à leur tour...
4) La régulation conjoncturelle et les politiques de « stop and go »

Chez Keynes, une ation sur la dépense publique et des mesures fiscales peuvent influencer favorablement le revenu national. La dépense publique stimule l′emploi et la réduction fiscale permet d′investir plus, et là on fait jouer le multiplicateur d′investissement. Notons que le multiplicateur joue dans les deux sens, on peut ainsi prendre des valeurs négatives...Ces politiques budgétaires de dépense publique ou de réduction des impôts connaissent des limites :

  • la contrainte extérieure

  • un gouvernement dépensier pourrait miner la confiance des investisseurs privés

  • ces politiques budgétaires n′ont pas d′effet instantanné, il faut du temps pour qu′elles réalisent leurs effets.

Il faut savoir que depuis la fin de la guerre il y a 60 ans, les pouvoirs publics ont mis en place des politiques de « stop and go » : si la demande est faible et le chômage trop important on va mener une politique jouant sur le « go » pour relancer l′économie. Le « stop » c′est la pédale du frein, les pouvoirs publics vont mener des plans de rigueur afin de ralentir la demande, en augmentant les impôts par exemple, afin de lutter contre l′inflation. En effet si la demande globale est trop forte l′inflation est aussi trop forte, et le gouvernement intervient avant que cela ne dégénère. Ce sont des politiques conjoncturelles à caractère budgétaire voire monétaire.

La Banque Centrale Européenne est aujourd′hui coupée du gouvernement, et elle ne subie plus de pression des pouvoirs publics, et c′est la Banque Centrale qui va décider du niveau des taux d′intérêt et elle détermine donc l′orientation des politiques budgétaires.
L′épargne, dans l′analyse keynésienne, est plutôt un frein à l′expension, plus la propension marginale à épargner est faible, plus l′effet multiplicateur est fort. Il faut pour lui faire disparaître le rentier. Les politiques keynésiennes prévoyaient des politiques anti-épargne comme par exemple une forte imposition pour anihiler l′épargne et une faible rémunération de l′épargne.

La consommation est vertueuse, elle dope l′expension : il faut développer et étendre la consommation. Keynes est par conséquent favorable à des politiques de redistribution, qui correspondent à une logique de morale car on réduit l′écart entre les revenus les plus faibles et les revenus les plus élevés. En plus de cette logique de morale c′est une politique efficace car les plus pauvres ont la propension à consommer la plus forte, on permet alors l′expension économique. La « philosophie sociale » à laquelle Keynes pense dans la Théorie Générale est reprise par plusieurs auteurs notamment en Grande Bretagne, comme par exemple BEVERIDGE, à la base de la Sécurité Sociale. Beveridge publia Le plein emploi dans une société libre en disant que les dépenses doivent être mises au profit du plein emploi, pour que chacun trouve un emploi. C′est la première fois dans un rapport officiel qu′on investit ainsi l′Etat d′une telle mission : le plein emploi et la sécurité sociale, l′Etat doit assumer des fonctions tutellaires. Churchill a mis en place des politiques de protection sociale contre la maladie, le veuvage... Cela a soutenue la demande globale, et les Trente Glorieuses en sont redevables.

similaire:

Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement icon1. Le principe du multiplicateur
«Nous appellerons k le multiplicateur d'investissement. IL nous indique que lorsqu'un accroissement de l'investissement global se...

Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement iconLe multiplicateur d’investissement
«Lorsqu’un accroissement de l’investissement global se produit, le revenu augmente d’un montant égal à k fois l’accroissement de...

Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement iconI. Le principe de la relance économique
«le multiplicateur keynésien», complétez le tableau suivant en simulant les premières itérations, puis calculez le supplément de...

Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement iconChapitre 3 : Le revenu national, sa production et sa distribution

Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement iconOn note k = 1 / 1 c le multiplicateur d’investissement

Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement iconMacroeconomie 2eme semestre
Grande variable d’un ensemble de petites variables), comme le revenu national, le niveau de consommation global, niveau d’investissement,...

Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement iconQuestion 47 : Consommation, épargne et investissement constituent...

Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement iconI –Conso et Epargne
«Consommation, Epargne et investissement constituent les composantes fondamentales de l’activité économique. Selon vous, quels facteurs...

Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement iconLe pib : une mesure du revenu national

Chapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie du multiplicateur d’investissement iconEco1 enpc/HJ/xt séance de td n°4, Externalités, Equilibre général
«price taker», calculez les quantités produites à l’équilibre privé (équilibre non coopératif)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com