Economie, société, culture de 1945 à nos jours





télécharger 24.4 Kb.
titreEconomie, société, culture de 1945 à nos jours
date de publication19.10.2017
taille24.4 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Economie, société, culture de 1945 à nos jours


En 1958 la Ve république s’ouvre alors que les trente glorieuses sont à leur apogée. Modernisation de l’économie et de la société, la population s’est rajeunie. L’économie devient post industrielle, des services de plus en plus importants. La crise de 1973 bouleverse le model économique.

I Les trente glorieuses 1958 à 1973
Période de prospérité économique, avec un taux de chômage proche de zéro.
1) La modernisation

L’agriculture avec une mécanisation, utilisation des engrais, rendement augmente, période de la PAC (politique agricole commune). Europe importatrice  Europe exportatrice alimentaire.

Sur le plan industrielle, création des grands groupes industrielle par une ouverture vers l’extérieure, premières FMN (fusion Citroën et Peugeot : PSA ; Thomson).

Modernisation du tertiaire, explosion des services, plus d’argent donc plus de services, dans toutes les branches. Dans l’enseignement par baby boom, dans la santé par la sécurité sociale, développement du tourisme et du transport.
2) Les causes de la croissance

L’augmentation de la population due au baby-boom (solde naturel) jusqu’au début des années soixante et à l’émigration.

1 millions de pieds noir arrivent en métropole en 1962 (indépendance de l’Algérie).

La consommation par l’utilisation des crédits pour des biens durables.

Achat de logements.
Les entreprises produisent grâce à la méthode américaine, standardisation de la production.

Le rôle de l’état par la nationalisation de tout ce qui est énergie, le transport, les entreprises dont les dirigeants sont soupçonnés d’avoir collaboré avec les nazis.

L’état met des politiques conjoncturelle (court terme) ou culturelle (long terme) en place.

Sous De Gaule mise en place du commissariat au plomb.

Création de la sécurité sociale en 1945.

L’état règle ses problèmes de monnaie.

La croissance est due à une ouverture de la France vers l’extérieur.
3) Les limites

A l’intérieur :

La question de l’inflation (5%/an) minore la dette mais l’épargne perd de sa valeur, le monde de la rente disparait. La variation monétaire.

Arrivée des grandes surfaces (Leclerc ; Carrefour 1963) mais les petits commerces souffrent et se fait rejeter vers l’extérieur des villes.

Le secteur de l’exploitation des mines, grèves des mineurs violentes.

A partir du milieu des années 1960 la croissance fléchit, fin du baby boom, période de saturation des économies. Les ventes ont connus des croissances constantes, les ménages achètent moins donc les entreprises produisent moins et leurs profits diminuent mais les charges augmentent car les salaires continuent à augmenter. Milieu des années 1965, la question de l’emploi se pose par l’arrivée au travail des femmes et le baby boom. L’état va réagir avec l’ANPE en 1967.

A l’extérieur :

Le dollar = monnaie international, parité entre le dollar et l’or (gold exchange standard) dollar convertible en or, garantie de stabilité. Dans les années 1970 on abandonne ce système, les autres monnaies fluctuent par rapport au dollar, augmentation des risques et de la spéculation.

La croissance suppose des matières premières (pétroles que l’on croit abondante et inépuisable), c’est le Moyen-Orient qui détient la majorité des puits. L’OPEP va multiplier les prix par trois. C’est ce choc pétrolier qui va entrainer la crise économique.

II La faible croissance : entre crise et mondialisation
1) Les aspects de la récession

Deux trimestres consécutifs négatif = récession.

On peut aussi parler de récession pour un ralentissement durable.
En 30 ans la moyenne de croissance française sera d’environ 2%. Problème de stagflation (inflation forte et croissance faible). L’industrie française va être massacrée par cette crise 33%PIB  - de 20%PIB avec disparition d’emplois industriels. Apparition de friche industrielle. Augmentation du taux de chômage, 400 000 en 1973 (3%), 1 million en 1979 (6%), 2 millions en 1982 et 3 millions (12%). Jusqu’en 2009 les femmes été plus touchées par le chômage (moins bonne qualification), chômage des jeunes supérieur à la moyenne.
2) D’autres facteurs de la crise économique

Concurrence des NPI et du Japon qui fabrique la même chose que nous mais avec un prix inférieur.

Mondialisation renforcée qui a tendance à affaiblir la résistance des entreprises françaises.

Affaiblissement de la demande et deux choix politiques : keynésienne de 1983 à 1985 (l’état s’endette pour relancer l’économie) mais les produits achetés ne le seront pas en France ou libérale depuis le milieu des années 1980, l’état n’intervient plus dans l’économie. Ce libéralisme c’est accompagné d’une dérèglementation qui permet à une spéculation renforcée et entraine au grand n’importe quoi. Les politiques n’ont plus la main sur l’économie. Se sont les marchés qui fixent la marche à suivre, les états vivent sous la menace des marchés.
3) Les mutations en profondeur de l’économie

Emploi tertiaire, 70% du PIB. Tertiaire de proximité et tertiaire rare, de commandement, de média. Secteur du tourisme très développé (6% PIB), 73 millions de touristes étrangers.

Dans l’industrie délocalisation et restructuration. Délocalisation soit dans la zone euro soit en Asie avec les sièges sociaux en Europe. La restructuration c’est accompagné de la robotisation dans l’automobile. On cherche à réindustrialiser.

Le problème de l’union monétaire qui est une chance et une calamité. Il regroupe des pays qui n’ont pas la même santé économique. On compare l’euro au mark. Incapacité à tenir compte des conjonctures.

III Les mutations sociales
1) Les structures sociales : le grand chambardement

Mouvement de baby boom avec population rajeunie jusqu’aux années 1960 puis nouveau mouvement avec une population vieillie. 40,5 millions de population en 1945 à 61,7 millions aujourd’hui avec une augmentation de la fécondité. Mais le vieillissement de la population est quand même important.

La structure familiale : papa/maman/enfants (structure nucléaire), diminution du nombre de mariages et augmentation des divorces, familles recomposées, naissances hors mariage, introduction du pacs.

Emancipation des femmes, plus les femmes ont des enfants moins elles travaillent, elles travaillent à 75% étant jeunes. Elles font de plus en plus d’études, elles ont des postes importants. C’est elles qui s’occupent des enfants. Emancipation due à l’égalité politique (droit de vote) et social (libre choix de l’enfant : contraception et avortement), elles souhaitent acquérir une parité au niveau politique.

Sociétés urbaines : 1945 à 1980, on construit des banlieues, des centres périurbains. Mais la mixité sociale disparait puisque les personnes aisées quittent les cités et elles vieillissent très mal. Aujourd’hui on détruit les grands immeubles pour construire des pavillons et des immeubles plus bas. On assiste à un retour au centre ville, proximité des services, des travails, pas besoin de voiture.

Rénovation des centres villes, restructuration, aménagement, amélioration des transports en commun et l’émergence des éco quartiers avec une place importante des transports en commun. Densification des centres villes et volonté de sortir la voiture des centres villes (Paris).

La population active : le nombre d’actif a augmenté (19 millions en 1945 à 27 millions aujourd’hui) les femmes travaillent de plus en plus, la durée des études augmente (24 ans premier job) retraite de 65 ans à 60 ans. Augmentation des salariés (90% des actifs restes libéraux).

Développement de la classe moyenne : elles sont représentatives de leur revenu et pas d’un métier, pas de seuil fixant le revenu d’une classe moyenne. Elle est entre les revenus les plus faibles et les plus élevés, elle a vu son nombre augmenter pendant les 30 glorieuses. Les classes moyennes sont au dessus des minimas sociaux mais elle souffre de la crise économique. Déclassement des classes moyennes, une partie est tirée vers le bas, elles ont le sentiment que l’écart se creuse en leur défaveur. Plus de confiance en la société et dans la promotion sociale.

Emergence de la nouvelle pauvreté.
2) La société de consommation

De 1950 à 1970 le pouvoir d’achat a été multiplié par 2 pour les français. De 1970 à 1990 ce pouvoir d’achat a augmenté de 60%. De 1990 à 2003 ce pouvoir d’achat a augmenté de 18%. Ces chiffres masques les inégalités sociales.

Les revenus les plus hauts (10% des français) la progression a été de plus de 700% de 1990 à 2010, les revenus les plus faibles la progression est de 0%. Plus il y a d’inégalité plus il y a de tension.

Dans les années 1960, transfert sociaux : De Gaule prône un équilibre des salaires (système chômage, caisse maladie et retraite, niveau de pension), jusque dans les années 1970 ça a fonctionné.

Les français consomment puisque le retraite et maladie est gérée. La consommation dépend des salaires et de la situation économique (crise = épargne donc consommation baisse). Renouveau du petit commerce par la proximité. Emergence du e-commerce mais échec du commerce en ligne des grands magasins.

Mode de vie : 54% des français ont leur propre logement avec un endettement modeste qui on gagné en confort (électricité, au courante et chauffage). Le temps libre a augmenté, les français y sont attachés (35h et 5e semaine de congés payés).
3) La nouvelle pauvreté : conséquence d’une société duale

Augmentation du chômage qui explique en parti la pauvreté.

Des emplois de plus en plus précaires, un salarié va connaitre plusieurs sociétés.

Des emplois de moins en moins stables, de plus en plus déqualifiés, mal payés et défragmentés.

Les jeunes sont les plus touchés par les emplois précaires.

Les immigrés + personnes âgées.

L’état joue un rôle de moins en moins important dans l’économie.

Augmentation du nombre de SDF, des organisations caritatives, humanitaires.

Deux dépenses augmentent : de santé et d’assurance retraite. L’argent épargné n’est pas dépensé.


IV Les pratiques culturelles
1) Les mutations et traditions culturelles

Curiosité intellectuelle, le temps et l’argent.

Cinéma qui se diversifie, 1960 : début des films français.

Lecture de la presse qui se diversifie dans les années 1950.

Premiers magasines qui ont la particularité de couter moins chère que leur cout de production et qui gagne leur vie grâce à la publicité.

Envie de démocratiser la culture, le théâtre dans les années 1950. L’idée de Vilar le TNP (théâtre national populaire), la France est le seul pays qui a un ministère de la culture dont Malraux était le premier premier ministre.
2) La culture de masse

Pratique du sport développé.

La télévision va bouleverser les choses, 20% des personnes ont une télé en 1955, fin des années 1970 : 90%. Une chaine avant 1964, à partir de 1981 (élection Mitterrand) privatisation des chaines de télé avec des nouvelles chaines (TF1) apparition des chaines payantes (canal +), aujourd’hui apparition des bouquets et de la télévision satellite.

Les plus grandes chaines voient un recul de leur audience avec la TNT. Les gens regardent leurs programmes télé sur internet. L’audience de la télé influence la publicité (audience en baisse, publicité en baisse).

1978 : apparition des premières radios privées (NRJ), principalement en 1981 beaucoup de nouvelles.

Sur le cinéma, nouvelle vague dans les années 1970 (Godard, Truffaut), cinéma français se maintien mais a du mal à résister aux films américains. Fin des années 1970 Star Wars !!!

Les films ne sont plus rentables, fort déficit mais le budget se fait avec les produits dérivés.

Le développement du numérique, des films d’animation, du 3D.

Le Louvres a été remanié et revisité avec construction d’une pyramide c’est le musée qui offre la plus vaste collection au monde avec le musée de l’Hermitage à Saint Petersburg. L’Egypte se bat pour que certains pays recouvrent leur collection. Le musée Pompidou en 1977, musée d’art moderne. Création de la BNF (bibliothèque nationale de France) en 1996. Fin des années 1980 : musée d’Orsay pour des œuvres impressionnistes. On construit toujours des nouveaux musées : des arts premiers (Nouvel), le musée de Strasbourg.

Ministre de la culture des années 1980 (Lang) création de la fête de la musique, il pense que tout est culture.

Persistance des festivals (Cannes, Avignon, Deauville).
3) Diversification des pratiques culturelles

La diversification de l’œuvre musicale avec internet, téléphone, CD a provoqué le problème de la gratuité sur internet.

Les concerts continuent d’attirer mais les achats CD diminuent.

Les pratiques internet diffèrent d’une personne à une autre. C’est une nouvelle forme de culture.

similaire:

Economie, société, culture de 1945 à nos jours icon13 «Nantes Culture et Patrimoine»
«Nantes Culture et Patrimoine» – Regroupement des activités culture et tourisme – Transformation de la société d’économie mixte locale...

Economie, société, culture de 1945 à nos jours iconLe japon contemporain (de 1945 à nos jours)
«envahissent» le Japon pour une période de 7 ans (1952), et lancent un programme de rénovation d’ensemble : programme de démocratisation...

Economie, société, culture de 1945 à nos jours iconLes fondements du matérialisme historique
L'histoire de toute société jusqu'à nos jours, c'est l'histoire de la lutte des classes

Economie, société, culture de 1945 à nos jours iconLes femmes dans la société française de la Belle époque à nos jours. S. Vigreux
«prédispositions» féminines). Les recherches vont se tourner vers le subjectif et l’intimité et les travaux se centrer sur la sphère...

Economie, société, culture de 1945 à nos jours iconIntroduction générale Présentation du groupe Historique: de son apparition à nos jours
«société National des chemins de fer» est une entreprise actuellement leader en France dans le domaine de transport ferroviaire de...

Economie, société, culture de 1945 à nos jours iconA. La culture comme éducation de l’homme par la société 7
«la culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié»1, et que l’on peut insister, comme le fait Nietzsche, sur le lien étroit...

Economie, société, culture de 1945 à nos jours iconRappel concernant les lectures liées à l’objet d’étude «- la question...
«- la question de l'Homme dans les genres de l'argumentation du xvième à nos jours»

Economie, société, culture de 1945 à nos jours iconL’Histoire de France de 1900 à nos jours

Economie, société, culture de 1945 à nos jours iconHistoire : les relations internationales de 1850 à nos jours

Economie, société, culture de 1945 à nos jours iconFiche reperage la chine et le monde de 1919 a nos jours






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com