Version du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess)





télécharger 222.06 Kb.
titreVersion du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess)
page2/8
date de publication05.01.2017
taille222.06 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

1ère partie

Reconnaître l’utilité sociale spécifique des entreprises et organisations de l’ESS



1. Pour savoir de quoi on parle – Repères sur les notions



Les notions qui suivent sont des incontournables pour parler de l'évaluation de l'utilité sociale.

 Utilité sociale



L’utilité sociale (concept abordé déjà par les économistes dès la seconde moitié du XIXe siècle sous d’autres vocables tels que : utilités collectives et effets externes ou externalités positives) intègre évidemment l’utilité économique et elle se réfère aussi par conséquent, à la valeur économique.
Cependant, l’approche Utilité Sociale, à la différence de l’approche évaluative en général, ne vise pas à exprimer (à mesurer ou à faire prendre en compte …) toute la valeur économique générée par une entreprise ou une organisation (qu’elle soit de droit commun ou qu’elle relève spécifiquement de l’E.S.S).
Son objectif est plus limité et en même temps plus ambitieux : la « démarche utilité sociale », vise à faire remonter au grand jour la face cachée de la valeur économique par une O.E.S.S (ou toute autre forme d’entreprise) c’est-à-dire celle qui n’est pas spontanément prise en compte (et évaluée en unités monétaires) par le mécanisme des prix et du marché. La face de la valeur économique révélée par le marché ou le mécanisme des prix apparaîtra normalement dans les rubriques comptables (vente et chiffre d’affaires) du compte de résultat de l’entreprise.
C’est tout au moins la vision qu’en ont les économistes qui, depuis Alfred MARSHALL, ont introduit l’analyse des « effets externes ou « externalités ». Ainsi, dans nos grilles, on va bien retrouver ces effets externes positifs de nature économique sous différentes rubriques (par exemple celles relatives aux « retombées économiques » indirectes ou induites des actions ou des productions d’une O.E.S.S, sur les territoires du développement local).
Mais, la démarche utilité sociale est beaucoup plus ambitieuse que celles des « économistes des externalités », car elle ne s’attache pas seulement à la difficile remontée des formes de valeur économique cachées ; elle ambitionne aussi d’exprimer, de faire valoir, de faire prendre en compte (par des indicateurs sociaux, par exemple, ou, à un autre niveau, par la recherche en sciences sociales), ce qui échappe à la valorisation économique et au calcul économique, c’est-à-dire des formes d’utilité sociale et sociétales qui ne sont pas visibles dans le champ de vision des lunettes des économistes.
En résumé, la démarche utilité sociale vise bien à traquer toutes les formes de la valeur qui ne se manifestent pas spontanément au premier plan de l’activité productive des entreprises, parce que notre appareil comptable n’a pas été conçu pour les repérer et les faire valoir. Il faut donc inventer d’autres instruments de mesure ; c’est l’objet même des grilles ou guides de l’utilité sociale que nous tentons de mettre en œuvre les uns et les autres avec leur batterie de critères, d’indicateurs ou d’indices.

 Effets externes ou externalités



Rappelons que pour les économistes, un effet externe se définit comme un effet positif, (« bénéfice externe ») ou négatif (« coût externe ») exercé par un agent économique (ou plusieurs) sur un autre agent économique (ou plusieurs), sans qu’il soit pris spontanément en compte par le marché. Dans la plupart des cas, il appartient donc à la puissance publique, usant de son pouvoir régalien ou tutélaire, d’obliger les entreprises à internaliser certains coûts externes (loi polllueur-payeur …) ou de rémunérer ou gratifier, par des mesures incitatives, les agents économiques qui produisent des bénéfices externes ou avantages externes collectifs (par exemple : mesures incitatives aux économies d’énergie ou à la lutte contre l’effet de serre …).



  • Utilités sociales internes aux (OESS)


1er niveau : au bénéfice des parties prenantes et évaluables par mécanisme des prix :

Ex. revenus primaires, intéressement, qualité de l’emploi, qualification professionnelle, …




2e niveau : au bénéfice des parties prenantes mais non évaluables par mécanisme des prix (# valeur ajoutée ou plus value sociale). Ex : Effets de socialisation générés par les spécificités de l’OESS (valeurs, principes et règles) ; apprentissage du « travailler et du vivre ensemble » ; apprentissage de la démocratie.


  • Utilités sociales externes


Effets externes positifs au bénéfice d’autres agents ou acteurs économiques que les « parties prenantes » des OESS.

Ex. impact sur le marché du travail local, impact sur le marché des produits (marché du bio, par exemple), impact sur « l’activité » d’autres producteurs, impact sur le développement des territoires.
Utilité sociétale : retombées sur la communauté (locale, élargie, …)

Ex. Effets ou impacts sur la cohésion sociale, sur la démocratie, les comportements citoyens, la coopération des acteurs, …

Ex. : effets ou impacts sur la cohésion sociale, sur la démocratie, les comportements citoyens, la coopération des acteurs au niveau d’un territoire.

 Critères, indicateurs, indices



Critères : ils découlent des valeurs et principes auxquels on se réfère et qui constituent les fondements du projet (associatif, coopératif, mutualiste…).
Valeurs, principes (charte)  critères
Indicateurs :

  • de moyens mis en œuvre pour répondre aux critères (souvent confondus avec les critères dans les démarches qualité labellisantes).

Ex. : accord d’entreprise, livret d’accueil pour salariés en insertion, taux d’encadrement, application normes HQE, …


  • de résultats  outils de mesure (quantification) :

  • indicateurs « économiques » :

  • en valeurs monétaires, ex. valeur ajoutée (salaires, bénéfices, …)

  • quantification non monétaire, ex. emplois crées, taux de sortie positive (insertion professionnelle). Cf. tableaux de l’économie française (INSEE).




  • indicateurs « sociaux ». Cf. :

  • Données sociales (publication INSEE …)

  • Portrait social de la France (INSEE)

Ex. : démographie, éducation, formation, culture, santé, protection sociale, pauvreté, conditions de vie, …


  • Indicateurs et indices d’impact :

Pour mesurer ou apprécier l’impact (ou les effets) à moyen terme d’une action (ou d’une intervention) dans les périphéries successives du « halo sociétal ».

 Voir exemple du schéma du halo sociétal du réseau des Jardins de Cocagne.

Ex. : liens sociaux, sociabilité, participation démocratique, coopération, civisme, …

 Valeurs, principes et règles



Les valeurs sont de l’ordre de la morale ou de l’éthique. Elles fondent les principes généraux et les règles formalisées par les lois et les statuts des diverses familles de l’économie sociale (coopératives, mutuelles, associations, fondations). Les grandes valeurs qui animent l’économie sociale et cette autre façon « d’entreprendre » sont essentiellement la solidarité, la liberté ( de s’associer, d’entreprendre, d’agir…), la responsabilité morale de la personne, la démocratie fondée elle-même sur l’égalité et aussi la primauté du développement de l’homme et « de tout l’homme » (F. PERROUX) sur toute autre finalité, notamment de la finalité du profit.
Les principes coopératifs, mutualistes et associatifs découlent en droite ligne des valeurs. Ainsi, la solidarité est au cœur du mutualisme, de la coopération ou de « l’associationnisme » en général. Charles GIDE en avait fait la pierre angulaire de sa « République Coopérative » fondée sur « la libre coopération qui résulte du concours des volontés ». La liberté fonde le principe de libre adhésion ou de « libre entrée, libre sortie » et plus largement le principe de l’associationnisme qui ne saurait être contraint.
La démocratie et l’égalité fondent le principe de gestion démocratique ou « une personne, une voix ». Mais le principe et les règles décisionnelles qui en découlent ne peuvent se traduire dans de « bonnes pratiques » que si la valeur de responsabilité se traduit elle-même dans le principe de double qualité : un acteur de l’économie sociale est à la fois adhérent (volontaire) ou sociétaire et usager ou membre actif de la structure à laquelle il appartient. Il est donc co-acteur, co-opérateur et co-responsable du groupement de personnes auquel il a librement choisi d’adhérer.
Les règles se déclinent de manière plus concrète dans les lois, la réglementation et les statuts qui régissent les structures de l’économie sociale.
Ainsi, le principe de gestion démocratique doit trouver ses applications formelles dans l’organisation du système décisionnel au niveau des instances de gouvernance de la coopérative, de la mutuelle ou de l’association (Assemblée Générale, Conseil d’Administration, Bureau, Directoire, etc.) et aussi au niveau des organes de gestion.
Le principe de non lucrativité ou de lucrativité limitée se déclinera en règle de non distribution des excédents aux adhérents pour les associations ou de rémunération proportionnelle à l’activité des membres coopérateurs (et non pas à la détention du capital) ou encore à la règle des réserves impartageables ou par celle de la rémunération limitée du capital (des parts sociales d’une coopérative).
Le principe de libre adhésion trouve son application par exemple au niveau de la règle des sociétés coopératives anonymes à capital variable, etc.

 Gouvernance et gestion



Par gouvernance, on entend ici l’étage supérieur de la gestion de l’entreprise, c’est-à-dire, celui des décisions stratégiques et des grandes orientations qui relèvent des instances dirigeantes élues et mandatées à cet effet (Conseil d’Administration, Bureau, Présidence).
De même qu’au niveau de l’Etat ou d’une Collectivité Territoriale, le concept de gouvernance inclue la notion de participation de la population, plus précisément de la société civile à l’élaboration des politiques qui la concernent, à l’échelle d’une entreprise sociale, la gouvernance implique la participation ou l’association des diverses « parties prenantes » à l’élaboration des choix stratégiques qui les concernent. La gouvernance est donc étroitement associée aux concepts de démocratie participative et de démocratie sociale.
La gestion ou le management se réfère plus directement aux techniques de gestion courante ou d’application opérationnelle. La gestion peut donc se décliner classiquement par spécialités : gestion comptable et financière, gestion organisationnelle ou juridique, gestion commerciale et communication, gestion des ressources humaines.

 Entreprise capitaliste



L’adjectif capitaliste accolé à entreprise dérive du mot capitalisme qui, pour K. Marx et les auteurs marxistes, désigne un système économique reposant sur l’exploitation du salariat et sur l’accumulation du capital. C’est un mode de production dominant depuis l’émergence et le développement du capitalisme industriel (XVIIIe et XIXe siècles). Le moteur du capitalisme est l’entreprise capitaliste qui s’incarne dans l’entrepreneur capitaliste et les actionnaires, apporteurs de capitaux.
La motivation dominante de cet entrepreneur (ou le principe actif du carburant du moteur) est la recherche du bénéfice optimal ou encore de la profitabilité optimale des capitaux investis.

C’est aujourd’hui, comme hier, le principe même de la « corporate governance » des groupes capitalistes cotés sur les marchés boursiers mondiaux (cotations NASDAQ, NIKKEI, CAC 40…).
Le taux de rendement des capitaux propres du type ROE (return on equity) est l’un des ratios financiers qui permet de suivre les performances des entreprises et groupes capitalistes en matière de « production de valeur » au profit des actionnaires individuels ou collectifs (les fonds de pension par exemple).

 Entreprise capitalistique



L’adjectif capitalistique accolé à entreprise désigne une entreprise qui, pour faire face aux contraintes techniques de la production et économiques du marché, a dû choisir une combinaison productive (combinaison de facteur de production : capital et travail) à coefficient de capital élevé, c'est-à-dire dont le rapport du stock de capital fixe productif à la valeur ajoutée est très supérieur à la moyenne. C’est le cas, par exemple, dans l’industrie minière ou l’industrie lourde (aciérie, construction navale…) mais aussi dans les industries « high tech » (informatique, micro électronique, aéronautique, chimie fine, biotechnologie etc.).
Les entreprises et les groupes capitalistiques sont, soit des entreprises publiques mobilisant des capitaux publics, soit des groupes privés mobilisant des capitaux privés sur les marchés financiers et boursiers mondiaux, soit encore des entreprises à capitaux mixtes.

Les groupes privés à structure (holding) et logique capitaliste, l’emportent très largement aujourd’hui dans tous les pays industriels avancés.
Cependant, certains groupes coopératifs peuvent être classés dans les entreprises ou groupes capitalistiques, comme les groupes coopératifs bancaires ou certains groupes coopératifs de l’agroalimentaire.
Source : Glossaire des termes –clés du Centre Ressources de l’U.C.E.


 Halo sociétal : exemple d’un jardin d’insertion (réseau Cocagne)







3éme périphérie

Société environnement


Système interne du Jardin : CA, salarié, adhérents













1ére périphérie :

Partenaires, Réseau Cocagne…


2éme périphérie

Autres acteurs du développement Local…

Comme une pierre jetée dans l’eau, un jardin sur un territoire provoque des ondes. L’enjeu ici est d’analyser ces ondes. Quand on s’éloigne du Jardin, les indicateurs sont moins fiables, nous n’avons pas forcément des preuves, ou des indicateurs de mesure mais des indices (par exemple des paroles de jardiniers, des témoignages ou les analyses et connaissances issues d’enquêtes ou de recherches-action.).

 Parties prenantes



Les parties prenantes d’une coopérative, d’une mutuelle ou d’une association-gestionnaire sont, au premier rang, les adhérents (associations, mutuelles) ou les sociétaires (coopératives) qui en sont aussi les premiers « usagers » (ou bénéficiaires). Parmi eux, les administrateurs (élus et bénévoles), y exercent des responsabilités particulières.

On trouve ensuite les salariés, les usagers non adhérents et, éventuellement, d’autres catégories comme les fournisseurs et surtout les partenaires (publics ou privés) les plus proches.


1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Version du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess) iconSA, sarl, sas, ) sollicitant la qualité d'Entreprise de l'Économie...

Version du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess) iconSA, sarl, sas, ) sollicitant la qualité d'Entreprise de l'Économie...

Version du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess) iconCahier des charges
«utilité sociale» au sens de l’article 2 de la loi économie sociale et solidaire du 31 juillet 2014 pourront être éligibles à ce...

Version du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess) iconEconomie sociale et solidaire et économie populaire : quelles pratiques...
«Les fondements de L’Economie Sociale et Solidaire (E. S. S.) : quelle opportunité pour l’éducateur spécialisé ?»

Version du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess) iconLes Rencontres du Mont-Blanc – Forum International des Dirigeants...
«L’économie sociale et solidaire : secteur clé pour un développement urbain durable»

Version du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess) icon1 Quels sont les objectifs de l’action «Financement de l’Economie...

Version du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess) icon2016 – sujet d’ÉCO/droit métropole septembre – Partie Économie
«Quelle est l'économie qui a du sens, qui crée des emplois non délocalisables ? C'est l'économie sociale et solidaire», s'est félicitée...

Version du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess) iconL’économie sociale et solidaire Jérôme blanc maître de Conférences – Université Lumière Lyon 2
«L’économie sociale et solidaire» de la semaine 5 du mooc «Environnement et Développement durable». Ce n’est donc pas un cours écrit...

Version du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess) iconL’économie sociale et solidaire Jérôme blanc maître de Conférences – Université Lumière Lyon 2
«L’économie sociale et solidaire» de la semaine 5 du mooc «Environnement et Développement durable». Ce n’est donc pas un cours écrit...

Version du 26/11/08 Trame du livret Utilité Sociale des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (oess) icon«entreprise solidaire d’utilite sociale» siege social paris 






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com