1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale





télécharger 29.95 Kb.
titre1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale
date de publication04.01.2017
taille29.95 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
La gouvernance économique mondiale depuis 1944

En 1944, les futurs vainqueurs souhaitent réorganiser le monde sur le plan économique notamment. Cependant, les Etats-Unis et l’URSS, ne partagent pas la même idéologie économique. De 1944 à 1971, un nouvel ordre économique mondial est mis en place sous le contrôle des Etats-Unis. Mais il est remis en cause entre 1971 et 1991. Après la guerre froide, la gouvernance économique mondiale se réorganise à nouveau.

  1. Un nouvel ordre économique mondial (1944-1971).

1.1 : Le désordre économique mondial en 1944.

Certains économistes expliquent l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale par la crise de 1929 qui a provoqué une concurrence accrue entre les Etats. Ils ont dévalué leur monnaie afin que leurs exportations restent compétitives et ont développé un protectionnisme commercial qui a ralenti les échanges et accru les tensions. Les difficultés économiques ont favorisé aussi les régimes totalitaires, en particulier le nazisme. Dès 1941, Etats-Unis et Royaume-Uni, dans la charte de l’Atlantique, insistent sur l’importance d’un ordre économique mondial garantissant la croissance et le développement des échanges. Seule la coopération économique permettra une paix durable.

En 1945, les Etats-Unis sont la première puissance mondiale avec 40% du PNB mondial. Le conflit a stimulé leur puissance industrielle. En 1944, 60% des produits fabriqués dans le monde le sont aux Etats-Unis qui détiennent plus de 66% du stock d’or mondial (24,5 milliards de dollars). Mais, la guerre a bouleversé l’économie mondiale. En Europe et au Japon, les moyens de production sont anéantis, les marchés désorganisés. La livre sterling ne peut plus rivaliser avec le dollar américain. Pour garantir leur équilibre économique, les Etats-Unis doivent s’assurer des débouchés dans un monde ruiné par la guerre.
Face à la situation du monde à la fin de la Seconde Guerre mondiales, les Etats-Unis vont tout faire pour reconstruire l’économie mondiale.
1.2: Une nouvelle coopération économique internationale
Le nouvel ordre mondial est organisé avant la fin des combats par les accords de Bretton Woods (44 pays le 22 juillet 1944). Le système repose sur un étalon dollar-or : la valeur des monnaies est définie en or ou en dollars et cette parité ne peut varier que de 1% à la hausse ou à la baisse. Il s’agit donc du rétablissement du Gold Exchange Standard (1922-1933) toutefois le dollar américain remplace le couple livre sterling /dollar américain. La stabilité monétaire garantira ainsi la croissance économique et le maintien de la paix mondiale.

Deux institutions font fonctionner ce système : le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque mondiale. Le FMI fournit aux Etats, en cas de crise financière, des liquidités pour éviter l’assèchement du crédit et l’effondrement du secteur bancaire. Il faut l’accord préalable du FMI pur dévaluer. Fondée sous le nom de Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD) le 27 décembre 1945, la Banque mondiale doit aider à reconstruire Europe et Japon. Ces deux institutions sont financées par les contributions des Etats membres, calculées selon leur richesse et leur rôle dans le commerce mondial qui, en échange, reçoivent des droits de vote proportionnels à leur contribution. Cela offre aux pays riches le contrôle de ces organisations (duopole Etats-Unis / Europe occidentale, les Etats-Unis ont plus de 15% des droits de vote et il faut une majorité de 85% pour voter un changement donc ils disposent d’un droit de véto). Les Etats-Unis obtiennent la création du GATT (General Agreement on Tariffs and Trade), (30 octobre 1947) par 23 Etats assurant 50% des échanges. L’objectif est le libre-échange par l’intermédiaire de négociations commerciales multilatérales ou rounds sur les droits de douane. Les taxes sur les produits industriels passent de 40% du prix en 1947 à 10% en 1971. La valeur des exportations de marchandises passe de 58 à 579 milliards de dollars de 1948 à 1976.
Le nouvel ordre mondial repose sur l’étalon or-dollar ce qui montre la domination occidentale, surtout américaine dans cette nouvelle organisation.
1.3 : Les Etats-Unis au cœur du système économique occidental
Le système économique international place les Etats-Unis, premiers contributeurs et détenteurs des plus importants droits de vote au FMI (32% en 45) et à la Banque mondiale, en position de force. Ces deux organisations sont d’ailleurs basées à Washington. Le dollar est la seule monnaie convertible en or et la monnaie des échanges internationaux. Cependant, les difficultés de l’Europe et du Japon entraînent un déficit commercial vis-à-vis des Etats-Unis et donc un manque de liquidités (dollar gap). Cela menace la prospérité des Etats-Unis. en 1947, Ils lancent le plan Marshall (12 milliards de dollars) pour accélérer la reconstruction. Elément du « containment » l’aide américaine ouvre le marché européen aux produits américains. Dès 1960, les deux tiers des investissements directs des entreprises américaines à l’étranger concernent l’Europe des Six. Des limites existent toutefois.

Le monde communiste, conduit par l’URSS et la Chine (1949), s’érige contre capitalisme occidental et impérialisme américain et en 1949, le Conseil d’Aide Economique Mutuelle (CAEM ou COMECOM) est créé. A la conférence de Bandung (1955), les pays non-alignés nouvellement indépendants réclament un système économique international plus juste. Dans le contexte de la guerre froide, la Banque mondiale, par l’intermédiaire de l’Association internationale pour l’aide au développement (IDA), multiplie les projets de développement (infrastructures, éducation, santé…). L’OPEP (1960) montre que les producteurs de pétrole veulent peser sur les prix d’une énergie indispensable. L’ONU fonde la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement) en 1964 et le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) en 1966 afin d’aider ces pays en développement. En 1965, le général De Gaulle s’insurge contre le système monétaire international qui accorde aux Etats-Unis la possibilité d’émettre des dollars pour régler leurs dettes et financer leurs investissements. Il teste la puissance américaine en exigeant la conversion en or des dollars détenus en France.
Pour assurer la paix, les Etats-Unis organisent un nouvel ordre économique .Mais des les années 60 la quantité de dollars en circulation est supérieure aux réserves d’or des Etats-Unis. Comment réagir face à cette situation ?
2. La remise en cause du nouvel ordre économique mondial (1971-1991).

2.1 : La transformation de l’ordre économique mondial dans les années 1970
Le système de Bretton Woods permet la reconstruction malgré une stabilité des monnaies difficile à assurer (dévaluations en Europe en 1948 et 1949, en France en 1958 et 1969…). De plus, dès 1961, la quantité de dollars en circulation est supérieure au stock d’or détenue par les Etats-Unis. Guerre froide et déficit commercial sont financés par l’émission de dollars ensuite reconvertis en or par les autres nations. Pour maintenir la compétitivité des Etats-Unis et éviter l’épuisement des réserves d’or américaines passées de 24 à 10 milliards de dollars entre 1944 et 1968, le président Nixon décide, le 15 août 1971, de surtaxer de 10% les importations américaines, ce qui revient à dévaluer le dollar dont la convertibilité en or est suspendue. Cette décision est prise unilatéralement. Il n’y a plus de parité fixe entre les monnaies : leur valeur est déterminée sur le marché des changes selon l’étalon-dollar. En 1976, les accords de Kingston mettent fin à la parité or-dollar et démonétarise l’or qui devient une marchandise. Le système économique mondial passe sous le contrôle des marchés financiers. Les entreprises cherchent à accroître leurs profits et procèdent à des délocalisations qui bénéficient aux NPI, en particulier d’Asie. Les progrès dans les transports facilitent la mise en place d’une nouvelle division internationale et donc les échanges : les exportations de marchandises passent de 579 à 1 838 milliards de dollars entre 1976 et 1983. En octobre 1973, (guerre du Kippour) puis en 1979, les chocs pétroliers freinent la croissance des pays occidentaux. Ils entrainent inflation, recul de la consommation et de la production et apparition d’un chômage de masse. En réponse, les Etats se replient sur eux-mêmes renonçant à une recherche de solutions communes. Les négociations du GATT piétinent car les Etats ou les organisations régionales s’opposent à de nouvelles baisses des barrières douanières qui affaibliraient leurs économies. Cependant, la fin du système monétaire international bénéficie aux Etats-Unis qui financent leurs déficits public et commercial en émettant des bons du Trésor et restent la grande puissance du système monétaire occidental car le dollar est toujours la devise des échanges internationaux.
En 1971, les Etats-Unis mettent fin au système de Bretton Woods mais de nouvelles formes de coopération économique se mettent en place.
2.2 : Les nouvelles voies de la coopération économique
Face à la crise des années 70, le GATT montre ses limites car il ne peut sanctionner les infractions au libre-échange et ne concerne pratiquement que l’industrie. Deux nouvelles formes de coopération économique apparaissent alors.

Les pays les plus riches mettent en place une coopération intergouvernementale. En 1975, France RFA, Italie, Royaume-Uni, Etats-Unis et Japon se réunissent au sein du G6. Rejoints par le Canada, ils forment en 1976 le G7. Les résultats sont médiocres car les intérêts divergent et qu’une une majorité des Etats est exclus de la gestion économique mondiale.

Les pays du Tiers-Monde coopèrent aussi et le mouvement des pays non-alignés s’est organisé à l’ONU. Regroupés en un G77, ils réclament en 1974 un « nouvel ordre économique international » (NOEI) plus juste: des prix garantis et plus élevés pour les produits qu’ils exportent en particulier. Ils demandent aussi à participer à la gouvernance économique mondiale et à ne plus subir les décisions prises par les pays du Nord au sein du FMI, du G7 ou du GATT. Ils obtiennent ainsi le principe de préférence généralisée qui protège leur marché intérieur et favorise leurs exportations. Les pays riches s’engagent à verser 1% de leur PIB à l’Aide publique au développement (APD).

Ces victoires sont à relativiser. La préférence généralisée bénéficient surtout aux entreprises du Nord qui délocalisent dans les pays pauvres et bénéficient des avantages liés à l’exportation. L’APD n’atteint jamais les 1% promis compte tenu de la crise économique qui touche les pays riches.
Des collaborations intergouvernementales s’organisent pour faire face à la crise mais, à partir des années 1980, le néolibéralisme réduit le pouvoir de régulation des Etats.
2.3 : la vague néolibérale des années 80
Les Etats industrialisés, vers 1980, font le choix du libéralisme contre la crise. C’est le résultat d’une révolution conservatrice de la part des économistes néolibéraux. Le néolibéralisme critique l’Etat-providence et prône l’autorégulation des marchés. Le président Reagan (1980-1988) et le Premier ministre britannique Thatcher (1979-1990) favorisent privatisation des services publics, défiscalisation et déréglementation des échanges. Le recul de la régulation publique et l’informatisation des marchés favorisent la libre-circulation des capitaux et les délocalisations donnant naissance à une globalisation financière. L’extension du commerce mondial s’organise, sous l’arbitrage du GATT. Les flux d’IDE passent de 25 à 200 milliards de dollars. Les FTN multiplient les filiales à l’étranger. Mais, le chômage de longue durée augmente et la régulation des marchés est transmise à des acteurs non étatiques (agences de notation, banques centrales, clubs de réflexion et d’influence) dont l’intérêt premier n’est pas celui des populations. Les organisations régionales se multiplient et prennent le pas sur les institutions internationales qui se révèlent incapable de lutter contre la crise.

Ces organisations se tournent vers le soutien aux pays en développement affrontant la crise de la dette. Ils se sont endettés pour financer leur développement et, avec la baisse du prix des matières premières, ne peuvent rembourser. Le FMI impose des politiques d’ajustement structurel d’inspiration néolibérale, des plans de reprise économique fondés sur la baisse des dépenses publiques (privatisations) et sur l’ouverture des échanges. En 1990, le FMI, la Banque mondiale et les Etats-Unis incitent les pays en voie de développement à adopter la libéralisation des marchés financiers. Ces politiques sont critiqués en raison d’un coût social important et du sentiment de subir la domination du Nord. Par conséquent, certains Etats cherchent à obtenir une indépendance financière en remboursant rapidement leur dette ou réclament une gouvernance mondiale plus juste.
La crise des années 1970 provoque la disparition du système de « Bretton woods ». Cependant, si les gouvernements tentent d’abord d’organiser l’économie mondiale ils abandonnent la gouvernance économique mondiale à des acteurs indépendants après 1980. Comment les équilibres évoluent-ils après la fin de la guerre froide
3.Quelle gouvernance économique mondiale depuis 1991?
3.1 : De la mondialisation libérale à la crise de 2007

Après 1991 les pays de l’Est amorcent une transition vers l’économie libérale (la Russie entre au FMI en 1992).L a mondialisation se renforce : les exportations de marchandises passent de 1 838 à 12 178 milliards de dollars de 1983 à 2009. Les accords de Marrakech (1994) marquent la victoire du libre-échange : 124 pays acceptent baisse de tarifs douaniers, libéralisation des services et concurrence agricole. En 1995 l’Organisation mondiale du commerce (OMC) remplace le GATT pour renforcer le libre-échange et corriger les défauts du GATT. Elle dispose d’un véritable pouvoir de sanctions contre les Etats et inclut quasiment tous les Etats du monde (la Chine en 2001). Chaque Etat a une voix, ce qui favorise les pays en développement dans son fonctionnement. Mais des procédures longues et complexes privent les pays pauvres des moyens de défendre réellement leurs intérêts. Ainsi, les PDEM maintiennent une forme de protectionnisme et encouragent l’ouverture des marchés des PED au nom du libre-échange. Ses décisions sont aussi limitées par les accords régionaux comme l’UE ou l’ALENA. Les années 90 voient l’émergence des BRICS qui connaissent une forte croissance et attirent les IDE. Ils réclament un rôle nouveau dans la gouvernance économique mondiale. En 1997, la Russie intègre le G7 qui devient alors le G8 puis en 1999, le G8 intègre 11 pays émergents et l’Union européenne pour créer le G 20. Cet élargissement de la gouvernance mondiale ne concerne qu’un nombre limité d’Etats et son fonctionnement est toujours soumis aux intérêts des Etats. La Chine demande ainsi aux pays riches la maîtrise des déficits publics mais refuse de réévaluer sa monnaie afin de rester compétitive.

Dès 2001, de nouvelles crises transforment la gouvernance mondiale. La mobilité des capitaux fait que toute difficulté d’un Etat ou d’une banque entraîne défiance des investisseurs et fuite des capitaux. Dérèglementation financière et hausse des montants des transactions financières favorisent la spéculation. Après le 11 septembre la lutte anti-terroriste, la sécurité et le rétablissement de la confiance des marchés deviennent prioritaires. Mais le coût des guerres en Afghanistan et en Irak déstabilise les finances américaines et pousse la FED à relever ses taux directeurs. En 2007, après des années de spéculations immobilières où des crédits à taux variables étaient proposés à des ménages peu solvables, la hausse des taux de la FED provoque la hausse des taux bancaires et les banques se retrouvent à la tête d’immenses créances immobilières (500 milliards de $). A l’automne 2008, la banque Lehman Brothers fait faillite – 1ère faillite d’une banque américaine depuis 1929. La crise des subprimes contamine l’ensemble de l’économie mondiale car les banques américaines avaient cédé une partie de leurs créances à d’autres acteurs financiers dans des montages financiers complexes. Les Etats du G8 et l’Union européenne renflouent les banques privées afin de maintenir les disponibilités de crédit pour les entreprises et les particuliers. Mais, cette politique entraîne une aggravation des dettes des pays développés dont la note est alors dégradée par les agences de notation (France, Italie, Espagne). Comme pour les PED, Les pays riches doivent mettre en œuvre des politiques de rigueur pour bénéficier d’aides financières. Si la crise concerne surtout les pays riches, les pays émergents ne sont pas indemnes car ils subissent la baisse de la demande des pays riches.

L’année 1991 marque le triomphe de l’économie libérale cependant, compte tenu de la multiplication des crises économiques, la question de la gouvernance de cette économie reste entière
3.2 : Une gouvernance économique mondiale multiforme.
Pour certains économistes, comme Joseph Stiglitz, la crise des subprimes est une crise de la gouvernance mondiale et du néolibéralisme. Trop petits, les Etats seraient impuissants face aux marchés et aux FTN. Pour faire face à la crise, le G20, en 2009, décide de coordonner les efforts des Etats membres. Cependant, son action est critiquée en raison du manque de représentativité de ses membres. Le G20 accroit les pouvoirs du FMI et de la Banque mondiale en renforçant les droits de vote des nations émergentes(2010) pour améliorer leur représentativité. Cependant, le manque de transparence et de démocratie de ces institutions ainsi que leur attachement à des politiques libérales limitent leur influence. L’OMC tente aussi de relancer la croissance mondiale et de réduire les inégalités entre riches et pauvres. En 2003, elle autorise les PED à copier les médicaments brevetés dans les pays riches. Mais, elle doit toujours faire face aux oppositions entre nations. Lors du cycle de Doha (2001-2006-OMC), les pays riches refusent toute évolution en matière de subventions agricoles. Les organisations régionales ne constituent pas plus une solution efficace à la crise en raison de la difficile solidarité entre leurs membres en période de crise, (exemple grec dans l’UE). L’ONU s’affirme toutefois aussi comme un acteur de la régulation économique mondiale par l’intermédiaire d’institutions comme le PNUD et l’OIT mais aussi d’accords internationaux concernant le développement durable (protocole de Kyoto en 2005)

Dans le contexte néolibéral des années 1980, le mouvement antimondialiste fait son apparition. ONG, associations ou syndicats dénoncent les dérives sociales et environnementales de la mondialisation et les acteurs de la finance. En 1999, 40 000 personnes manifestent lors d’un sommet de l’OMC à Seattle (Etats-Unis) contre la « dictature des marchés financiers ». La même année, les institutions internationales réagissent. Au forum économique mondial de Davos (Suisse) le secrétaire général de l’ONU propose un pacte mondial entre l’ONU et les milieux d’affaires. Certains dirigeants des FTN s’engagent à respecter les droits de l’homme, les normes internationales du travail et de l’environnement. Mais ces promesses apparaissent trop limitées et, en 2001, contre Davos, le premier Forum social mondial se réunit à Porto Alegre (Brésil). Rassemblés sous le slogan « Un autre monde est possible », des dizaines de milliers d’antimondialistes deviennent altermondialistes. Plutôt que rejeter la mondialisation, il s’agit de proposer les règles d’un commerce mondial solidaire, éthique et écologique.

Après 1991 la mondialisation libérale s’étend à l’ensemble de la planète rendant nécessaire l’organisation de l’économie mondiale afin de limiter les crises. Pourtant, la crise, débutée en 2007, ne paraît pas s’achever et aucun mode de gouvernance n’a, pour l’instant réussi à s’affirmer durablement.


similaire:

1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale iconLeçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les...
«pas une nouvelle machinerie, pas une nouvelle intervention publique lourde, mais pour tous les joueurs, à la fois publics et privés,...

1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale iconCauseries «Diversité culturelle, citoyenneté et coopération internationale»

1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale iconQuestionnaire d'Identification des acteurs de la cooperation et de la solidarité internationale

1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale iconChapitre 6 : La coopération internationale en matière d'échanges commerciaux omc régionalisme
«code de bonne conduite», l'omc est, quant à elle, une véritable organisation qui compte aujourd'hui plus de 132 pays

1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale iconVétérinaires sans frontières Centre International de Coopération...

1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale icon2 Le choc de la Seconde Guerre Mondiale et la nouvelle donne internationale

1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale iconRapport Beveridge
«Une nouvelle organisation internationale.» est un extrait des statuts initiaux du Fond Monétaire International (fmi) créé en 1945...

1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale iconDirection generale de la cooperation internationale
«Fonds des Partenariats Hospitaliers» constitue l’instrument privilégié du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes qui en...

1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale iconProgramme : Création d’une nouvelle centralité de bourg avec construction...

1. 2: Une nouvelle coopération économique internationale iconDe l’Economie politique internationale au travail politique mondial
«dimension internationale» de l’économie, et notamment de son changement, cette communication proposera les fondements d’une ontologie...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com