Réflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s)





télécharger 134.86 Kb.
titreRéflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s)
page4/4
date de publication04.01.2017
taille134.86 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4

=> identités plurielles et en même temps identité commune.
Pourtant l’historien allemand Harmut Kaelbe affirme qu’il existe bien une société européenne distincte des autres sociétés.
- Extrait de Vers une société européenne, de l’historien allemand Harmut Kaelbe (1988)

Thèse intéressante : la société européenne est distincte des sociétés industrialisées américaines ou soviétiques (malgré des ressemblances t.q. peuplement blanc, civilisation technicienne héritée de l’industrialisation entamée en GB au 18e siècle…, langues européennes : l’anglais ou le russse qui est une langue slave et utilise un alphabet cyrillique ; primat du christianisme)

Pourquoi, parce qu’au cours du XXe siècle, et en fait depuis le XIXe siècle, s’est manifestée une convergence, une intégration des sociétés des divers pays européens, dans les domaines de l’histoire sociale suivante :

-famille,

-population active (poids du secteur primaire en diminution, augmentation du secteur secondaire et surtout tertiaire),

- la ville : population de plus en plus urbaine, même s’il y a des différences … dans le temps… tradition ancienne des villes européennes.

-grandes entreprises (cf. modèle « chandlerien » de la grande entreprise, mais avec des nuances par rapport aux EU, même si les influences sont fortes au lendemain de la WWII.

- la mobilité sociale et l’éducation : démocratisation, rôle moindre des aristocraties terriennes traditionnelles, au profit de la bourgeoisie, idéal scolaire d’ascension sociale …

- ce qui renvoie à la lutte contre les inégalités sociales : cf la mise en place de systèmes de sécurités sociales en Europe au lendemain de la WWII : rapport Beveridge en GB dès 1942, Sécurité Sociale unique, universelle et obligatoire en France en 1945…

- L’Etat providence et les conflits du travail

c’est finalement la mise en place d’un « modèle européen » qui est désigné ici , à savoir un niveau de vie, d’éducation et de soin élevé pour tous qui s’appuie sur une économie concertée.
D’où trois conclusions qui s’affirment au cours du XXe siècle.

1) Les sociétés européennes disposent de traits communs qui les distinguent des sociétés américaine, japonaise et même soviétique…

NB. Le contexte … un an avant la chute du mur de Berlin, personne n’imagine encore que cela était possible …

2) Les sociétés européennes sont devenues plus semblables au cours du XXe s., sans pour autant être devenues identiques (on est aujourd’hui moins dépaysé quand on visite un autre pays européen qu’on ne pouvait l’être au XIXe… processus qui ne peut que s’accroître dans un contexte de mondialisation à l’intérieur … comme à l’extérieur des frontières européennes ( ?)

3) L’esprit des Européens eux-mêmes s’est transformé… désir des Européens de participer au processus d’intégration européenne (large consensus… aujourd’hui remis en cause par la montée des Eurosceptiques). Qui s’explique notamment par la paix instaurée désormais entre Etats Européens (réf. Déclaration Schuman) : « les relations pacifiques entre pays ouest-européens sont devenues un fait normal », quelques décennies seulement après la WWII. Pourquoi et comment cela a-t-il été possible ? parce que désormais l’intégration n’est plus fondé sur la puissance d’un Etat ou sur la peur (cf. référence à l’empire napoléonien, au national-socialisme… montrer transparent humoristique), mais sur la libre volonté des nations européennes, c’àd des Européens eux-mêmes. Donc « dans une perspective historique longue, il apparaît clairement qu’une société européenne est en voie d’édification ».

Une réserve cependant, cela ne débouchera pas tout de suite sur la notion de « communauté politique européenne »… cf. les difficultés à poursuivre l’intégration européenne dans les domines politiques, alors que l’intégration économique a été réalisé en premier (cf. la crise de l’Euro, symptomatique de cela : une monnaie unique mais pas de décision politique unique, chaque Etat mène la politique budgétaire, fiscale, économique qu’il veut).

Cf. Jean Monnet dans ses mémoires, qui avoue que si c’était à refaire, il commencerait pas la culture… et non par le charbon et l’acier (cf. chapitre 2).

Evidemment le texte de Kaelble est aujourd’hui « caduc » en ce qui concerne l’Europe … de l’Est.

Deux textes affirment « l’européanité » des pays situés de l’autre côté du rideau de fer.

- « L’Europe est notre maison commune » de Mikhaïl Gorbatchev (1987)
A quel « patchwork » M. Gorbatchev fait-il allusion ? Montrer la carte de l’Europe séparée en deux par le Rideau de fer (expression forgé par W. Churchill en 1946 à Fulton) : à l’ouest, l’Europe en bleu, à l’Est l’Europe en rouge, ce qui fait référence à deux systèmes socio-économiques et à des alliances politico-militaires opposées ».
M.G. évoque lui-même le « caractère artificiel et temporaire de la confrontation entre blocs et la nature archaïque du rideau de fer »… pourquoi ? C’est de l’histoire récente (du temps immédiat dirait F. Braudel). Dans une perspective de temps long, s’imposent « les racines communes de la civilisation européenne », … référence à l’ouverture du Bolchoï rénové le 28 novembre 2011… mêmes références culturelles : cf. ballets et opéra : la Pucelle d’Orléans ; Cendrillon … référence à Perrault et à la grande amitié de Catherine II et des philosophes français ; ballet les flammes de Paris retraçant la révolution française… manière de revisiter la révolution russe…

M.G. souligne que cette civilisation européenne est néanmoins « protéiforme » (plusieurs formes), et une dans son essence (au plus profond, dans sa « substantifique moelle » pour reprendre l’expression de Rabelais).

Il ne nie pas les différences : problèmes propres, propre vie, propres traditions. … une maison à plusieurs entrées, plusieurs appartements…
Evoque son discours en Tchécoslovaquie : qu’il situe « exactement au centre géographique de l’Europe »… centre par rapport à quelles limites ? à celles de Tatitchev bien sûr !

- L’adhésion de la Hongrie au Conseil de l’Europe
Adhésion de la Hongrie au conseil de l’Europe recommandée en oct 2002

Hommage à Gorbatchev et aux Hongrois qui ont été les premiers à ouvrir le rideau de fer… hémorragie dans les mois qui ont précédé novembre 1989 via l’Autriche…

Pas de référence culturelle ici… comme s’il ne faisait aucun doute que les Hongrois appartiennent à l’Europe (lire Sandor Marai, Mémoire de Budapest)…
Une question dès lors … jusqu’où construire l’Europe à l’Est? Jusqu’aux monts Oural ?… c’est l’objet du chapitre suivant.

Conclusion :

L’Europe est une construction humaine plus que géographique. L’Europe ce sont les « Européens » qui se reconnaissent un certain nb de valeurs communes, d’héritages culturels et de projets communs…
L'identité européenne se caractérise par un « sentiment d’appartenance », une « conscience d’être », « à la fois le résultat d’un héritage qui s’ancre profondément dans le passé, dans le long terme pluriséculaire, une projection dans l’avenir grâce à la perception claire ou confuse d’une "communauté de destins" ». 

Et pourtant quelle difficulté pour définir une « citoyenneté européenne » !

[le mot apparaît pour la première fois dans le traité de Maastricht, cependant la citoyenneté européenne ne se substitue pas à la citoyenneté nationale]. L’identité des Européens reste plurielle : on est à la fois européen et national, et l’on peut aussi s’identifier à une région (vivent les Bretons !)


1 Ch. GRATALOUP, Géohistoire de la mondialisation, A. Colin, Collection U, (prix Ptolémée), 2007. Voir également l'ouvrage de S. KAHN, Géopolitique de l'Union Européenne, A. Colin, 2007.


2 Les fils de Noé, Sem, Cham et Japhet se sont partagés le monde après le Déluge : Sem serait ainsi l'ancêtre des Asiatiques, Cham des Africains et Japhet des Européens. Il est d'ailleurs intéressant de voir les suites de cette vision biblique du monde : la malédiction de

Canaan sur son frère Cham qui s'était moqué de son père Noé ivre justifierait a posteriori la traite négrière.


3 Voir l'excellent site des expositions virtuelles de la BNF, "Galeries de cartes et globes" et notamment l'exposition "Histoire de la cartographie"(http://expositions.bnf.fr/cartes/index.htm)

4 Ensemble d’éléments du relief, du climat, de l’eau, du sol et de la végétation qui sont interconnectés.



1   2   3   4

similaire:

Réflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s) iconNotes sur la transcription X
«ajustements» ciblés sur l’identité et le processus d’identification. Jusqu’à une période récente, toutefois, l’interdépendance unissant...

Réflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s) iconLes identités ouvrières après la privatisation
«recycler» ses anciennes représentations de la notion de travail ainsi que son identité en tant que travailleuse

Réflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s) iconL’apport de la notion d’identite de marque au niveau de la strategie...
«modèle» en termes de pôles de compétitivité par l’implantation notamment de la majeure partie du pôle de compétitivité mondial scs...

Réflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s) iconRésumé de la communication (Céline Bohnert)
«Ce qu’on ne doit pas voir, IL faut qu’on nous l’expose». La réflexion porte ici sur la bienséance : ni sur la poétique, ni sur la...

Réflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s) iconRegards sur la loi de juillet 2014 relative l’ess en France
«l’incertitude sur l’objet des politiques publiques [qui] renforce l’incertitude sur le périmètre de l’Economie sociale, sur son...

Réflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s) iconNotion: N0266 Notion originale: minoría lingüística

Réflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s) iconVous trouverez quelques éléments de réflexion qu’il a semblé opportun...

Réflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s) iconRéflexion historiographique sur l’industrialisation des pays scandinaves

Réflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s) iconTour d’horizon de l’Union européenne
«La Commission européenne représente les intérêts de l’Union européenne dans son ensemble. Elle propose de nouvelles législations...

Réflexion sur la notion d’identité(s) européenne(s) iconRésumé Exécutif
«Réflexion sur les spp» sera l'élaboration d'un document sur les points considérés stratégiques pour les actions futures






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com