Syndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson





télécharger 20.25 Kb.
titreSyndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson
date de publication04.10.2017
taille20.25 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos



Syndicat UFICT CGT MBDA-F Le Plessis Robinson
CGT@mbda-systems.com tel. Interne : local syndical CGT 543986


Accords PERCO – PEG EADS

La CGT et l’UFICT-CGT s’adressent aux salariés

Dans le cadre de l’application de la loi du 21 août 2003 « pour le développement de la participation et de l'actionnariat salarié », la Direction EADS a invité les Organisations Syndicales à négocier les modalités de mise en place d’un PERCO (Plan d’Épargne Retraite Collectif). Cette négociation implique également une harmonisation de l’épargne salariale, visant une refonte du PEG (Plan d’Épargne Groupe).

Nous souhaitons ici vous faire part de l’ensemble des réflexions de la CGT pour que vous puissiez vous approprier les tenants et les aboutissants de notre approche qui ne peut et ne doit pas être un cheminement de quelques initiés, à la faveur de la méconnaissance de la majorité.


Une orientation très politique



Une simplification des types de placements, une réduction du nombre d’acteurs intermédiaires ont été les bases à priori cohérentes de la première approche de la Direction. Mais très vite, ce travail de refondation allait déboucher sur de douteuses arrière pensées : la Direction nous annonce que l’abondement actuel de 30% du PEG était amené à disparaître progressivement jusque 2012 après des phases successives de baisse de plafond…en contrepartie d’un abondement du PERCO de 40 %, avec un plafond maximum de 600 euros.

On voit donc bien là, le choix très idéologique du Patronat à vouloir orienter l’épargne salariale vers une autre destination à très long terme : Une manière d’assurer le désengagement de l’Entreprise de l’un des acquis de l’après-guerre, la retraite par répartition.


L’enjeu social

Nous savons parfaitement que les plus jeunes, comme les moins jeunes, se constituent déjà, bien souvent sans aucune aide de l’entreprise, une épargne sur le long terme (l’achat d’une maison ou d’un appartement procède ainsi de cette démarche) qui constituera un complément à la rente servie lors de leur retraite.

Nous avons parfaitement conscience, à la CGT, de l’inquiétude des salariés face à la dégradation constante depuis une vingtaine d’années, du taux de remplacement des retraites, inquiétude encore plus prégnante pour les jeunes générations dont on abreuve à bon compte les esprits de l’évidence d’une quasi faillite du système de Retraite dite par répartition.
Mais ce constat doit-il nous amener à la conclusion que l’épargne salariale sur le long terme, à savoir, la retraite par capitalisation, peut constituer la solution aux difficultés auxquelles est confrontée la retraite par répartition ?


La problématique économique





La vérité est toute différente et l’actualité nous noie sous les exemples. Les différentes crises financières passées (le krach boursier de 87, crises en Asie, au Mexique, en Russie dans les années 90, effondrement de la bulle Internet en 2001, la ruine de l’économie Argentine) et celle que nous connaissons actuellement, sans précédent depuis 1929, nous renforcent dans notre refus à déshabiller le pôle de la répartition pour habiller la pierre de la capitalisation avec des fonds de pension aujourd’hui au bord du gouffre.
Personne ne peut en effet garantir, sur des périodes courant jusqu’à 40 ans, l’absence de risque et la restitution des fonds en fin de carrière, tellement l’impact de cette crise systémique et des prochaines sera redoutable pour l’avoir des épargnants.

On sait aujourd’hui que de nombreux fonds de pension anglo-saxon qui reposaient sur des Hedge funds (fonds de couverture) ont fait faillite ou ont été dans l’obligation de diminuer de manière drastique les rentes versées à leurs retraités. Les fonds de retraite par capitalisation de MBDA-UK / BAe sont en difficulté sans que l’on sache aujourd’hui présager des conséquences finales.

Un article des ECHOS du 8/10/08, reprenant une déclaration du CBO (bureau du budget du congrès américain) affirmait que les fonds de retraite ont fondu de 20% depuis mars 2007 et que 20% des « baby-boomers » ont cessé d’alimenter leur compte de retraite privée depuis un an par manque de moyens. Il conclut que de nombreux futurs retraités seront contraints de retarder leur départ en retraite.
Lors des négociations sur le PERCO, il est pour le moins surprenant que certains syndicats aient éludé ces effroyables réalités et se soient contentés d’accompagner le discours libéral qui montre le seul côté des paillettes, les taux mirobolants sur quelques années, plutôt que d’avouer l’ancrage à la baisse de l’épargne capitalisée sur le long terme.
En définitive, on ne peut pas mettre en balance la grande loterie des fonds de retraite capitalisés, qui soit dit en passant ont contribué, depuis deux décennies, à une forme de pression sur les entreprises et sur les salaires pour augmenter la rentabilité immédiate, face à la Retraite par répartition de la Sécu qui repose sur la vraie richesse d’un pays, sa production, ses salariés et ses entreprises et qui, elle est garantie quoiqu’il arrive…

La financiarisation de la retraite n’est pas une voie pérenne, d’autant plus que la crise financière désastreuse à laquelle nous sommes confrontés a elle-même été alimentée par les flots spéculatifs issus des fonds de pension. Les salariés payent en finalité le prix fort avec une chute dramatique des rentes espérées et un affaiblissement de l’économie réelle, un accroissement du chômage et de nouvelles pressions sur les salaires.

Pour y avoir goûté plus qu’à leur tour les Chiliens, les Américains et les Anglais, entre autres, savent parfaitement que ce type de retraite est très aléatoire, trop pour permettre aux retraités de couler des jours paisibles et bénéficier d’un repos bien mérité.

La décision salutaire

Dans ces conditions, comment la CGT pourrait-elle engager les salariés sur cette voie imprécise, dangereuse, voire suicidaire pour leur épargne, alors qu’il y a bien plus à faire pour protéger notre Retraite par répartition, seul système viable sur le long terme et que le MEDEF s’évertue à affaiblir en refusant toute augmentation des salaires et des cotisations.
Nous espérons vivement que la gravité de la crise financière impliquant les fonds de pension sera source d’inspiration profitable, voire salutaire pour les adorateurs du paradigme libéral dominant qui tentaient jusqu’à présent, y compris par la mauvaise foi, d’orienter l’épargne du salarié vers cette seule forme d’épargne à long terme (très long terme de 30 ou 40 ans pour les plus jeunes) d’autant plus risquée et pernicieuse qu’elle ne peut fonctionner qu’en spéculant sur l’exploitation des actifs pour assurer les revenus des retraités.
Le vrai débat qui devra réinvestir les tables de négociation dans les prochains mois sera bien la question des retraites par répartition et les moyens d’en assurer l’avenir avec un renouvellement du financement qui prenne en compte le rééquilibrage des cotisations entre employeurs et salariés avec un autre partage de la valeur ajoutée plus favorable aux salariés.
Les faits nous donnent raison, la CGT prendra la décision qui s’impose, elle ne contribuera pas à jouer avec l’épargne des salariés.

La CGT ne signera pas l’accord PERCO, ni celui du PEG qui supprime à court terme l’abondement de l’entreprise.


Jeudi 20 novembre 2008

___________________________________________________________________________________________

Syndicat UFICT CGT MBDA-F Le Plessis Robinson CGT@mbda-systems.com tel : 543986
Tract diffusé au Plessis ; le 20 /11/2008

similaire:

Syndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson iconPanorama de presse 25/09/2009 07h35 cgt sommaire
«on a cotisé et milité pendant des années au sein de ce syndicat et, maintenant, on se sent abandonnés, jetés comme des mouchoirs...

Syndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson iconSyndicat mixte du pays du calaisis

Syndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson iconSyndicat mixte du Pays du Haut-Bugey

Syndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson iconPosition du syndicat des sylviculteurs du sud-ouest

Syndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson iconLe Syndicat Mixte du Pays d’Arles recrute un(e) attaché(e) territorial(e)

Syndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson iconSyndicat Intercommunal d’Aide à la Gestion des Equipements Publics

Syndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson iconPréparons notre avenir avec le Syndicat Mixte pour le Sundgau

Syndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson iconProjet de dissolution du syndicat intercommunal d’electricite de saint-benin-d’azy

Syndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson iconAdresse de la cgt aux retraité-e-s

Syndicat ufict cgt mbda-f le Plessis Robinson iconI – syndicat intercommunal d’electrification du gaillacois
«Actions de développement économique» de la Communauté de Communes Tarn et Dadou






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com