Proposition d'atelier de prospective sur la Cognition Sociale Proposé par Catherine Garbay, Philippe Gaussier, Elisabeth Pacherie et Jean-Luc Schwartz





télécharger 10.82 Kb.
titreProposition d'atelier de prospective sur la Cognition Sociale Proposé par Catherine Garbay, Philippe Gaussier, Elisabeth Pacherie et Jean-Luc Schwartz
date de publication02.10.2017
taille10.82 Kb.
typeAtelier
e.20-bal.com > économie > Atelier

Proposition d'atelier de prospective sur la Cognition Sociale

Proposé par Catherine Garbay, Philippe Gaussier, Elisabeth Pacherie et Jean-Luc Schwartz

Introduction


La cognition sociale renvoie à l'étude de l'ensemble des processus cognitifs qui sous-tendent les interactions sociales. Ce champ d'investigation fortement interdisciplinaire a connu au cours de la dernière décennie un essor considérable, marqué notamment par la parution de plusieurs nouvelles revues scientifiques spécialisées. L'étude de la cognition sociale a été abordée à partir de plusieurs perspectives théoriques et méthodologiques apportant des éclairages complémentaires sur sa nature. L'objectif de cet atelier est de mieux cerner les contours de ce nouveau champ, de dresser un état des lieux des recherches menées dans ce domaine en Franc e et de repérer les thématiques en cours d'émergence. Il s'articulera autour de quatre volets d'exploration.

1. Bases cognitives et cérébrales de la cognition sociale humaine


De manière paradigmatique, l'étude de la cognition sociale vise à la caractérisation des processus cognitifs spécifiquement impliqués dans la perception, la représentation, l'interprétation et la mémorisation et la production de l'information sociale chez les sujets humains et à l'identification de leurs bases cérébrales. Les travaux menés au cours de la dernière décennie ont notamment portés sur les processus impliqués dans la mentalisation, l'empathie, l'altruisme, le jugement moral, l'action conjointe, la prise de décision dans des contextes de compétition ou de coopération. L'économie expérimentale et la neuroéconomie ont introduit dans les années 2000 une perspective nouvelle avec l'introduction de situations expérimentales plus proches des interactions sociales réelles. Celles-ci ont permis de mettre en évidence le rôle important des processus psychologiques émotionnels. dans la prise de décision économique et financière. Corrélativement, le développement de méthodes de neuroimagerie non-invasives, comme la fMRI, ont permis aux neurosciences d'explorer les corrélats cérébraux des phénomènes de la cognition sociale. L'apparition des techniques d'hyperscanning , permettant d'explorer de manière simultanée l'activité cérébrale de plusieurs individus en interaction, promet d'importantes avancées dans ce domaine. A la croisée de ces deux approches, la neuroéconomie connaît actuellement un développement rapide tant au sein des universités que des entreprises.

Participants potentiels:

Neurosciences sociales: Alain Berthoz, Julie Grèzes; Cognition morale: Emmanuel Dupoux; Economie expérimentale et neuroéconomie: Sacha Bourgeois-Gironde, Giorgio Corricelli

2. Pathologies de la cognition sociale


Les travaux d'Antonio Damasio sur les patients fronto-lésés ont eu un impact considérable dans l'étude de la cognition sociale, en montrant que ces régions jouent un rôle crucial dans le jugement social et les interactions avec autrui. D'autres pathologies, comme l'autisme, le syndrome de Williams, le trouble de personnalité antisociale ou la schizophrénie comportent une importante dimension sociale. Les recherches récentes indiquent qu'elles correspondent, au moins en partie, à un dysfonctionnement de certains mécanismes de la cognition sociale. Les recherches en cours visent à mieux appréhender la nature exacte de ces dysfonctionnements et ainsi à développer des techniques de remédiation plus ciblées.

Participants potentiels:

Schizophrénie: Nicolas Fourneret, ???; Neuropsychologie: Xavier Séron, ????; Autisme: Marion Leboyer, Jacqueline Nadel, Tiziana Zalla; Trouble de personnalité antisociale:????

3. Origines de la cognition sociale: perspectives développementales, comparatives et phylogénétiques; modélisation mathématique et robotique


On qualifie parfois l'espèce humaine d'espèce ultra-sociale. S'il est vrai que d'autres espèces et notamment les primates non-humains développent certaines capacités de cognition sociale, la cognition sociale prend chez l'homme des formes uniques dont témoignent des productions telles que le langage, la culture, les institutions et formes complexes d'organisation sociale qui nous sont propres. La psychologie évolutionniste, l'éthologie, la psychologie comparative cherchent à comprendre les formes de continuités et de discontinuités entre cognition sociale animale et humaine et les conditions particulières à l'évolution de l'espèce humaine qui ont permis l'émergence des capacités cognitives qui ont rendu possible ces formes uniques de cognition sociale. Les tentatives de modélisation des interactions entre agents en théorie des jeux, les approches développementales et interactionnistes en robotique (approche cognitive, anthropomorphique, épigénétique), apportent un éclairage complémentaire en cherchant à identifier et recréer les conditions d'émergence et de stabilisation de ces capacités. Les problématiques actuelles concernent notamment l'émergence du langage, l’intelligence collective, les conditions de stabilisation de stratégies d'interaction coopératives, le rôle que l'établissement de capacités d'apprentissage et de transmission intergénérationnelle de techniques et connaissances ont joué dans l'évolution humaine.

Participants potentiels

Psychologie évolutionniste: Dan Sperber, ???; Biologie de l'évolution: Jean-Baptiste André; ???? Robotique: Pierre-Yves Oudeyer; ??? Origines du langage: Jean-Louis Dessalles, Bernard Victorri ; Intelligence collective : Guy Theraulaz ; Robots sociaux : Lola Canamero

4. Dispositifs techniques et outils de médiation de la cognition sociale (Informatique, STIC, etc.)


A compléter

Format de l'atelier


L'atelier est organisé sur deux jours, une demi-journée étant consacré à chaque thème. Chaque demi-journée comporte deux ou trois présentations de jeunes chercheurs présentant un aspect particulier des recherches menées dans le domaine et deux présentations plus générales de chercheurs plus seniors présentant une synthèse des recherches en cours dans le domaine dans la recherche internationale, faisant le point sur les forces (et les lacunes) de la recherche française, et indiquant les pistes de recherche pour l'avenir.


similaire:

Proposition d\Catherine armagnac, Claudine authier, Elisabeth labadie, Sylvie lesclauze,...
«la scolarité obligatoire doit au moins garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l’acquisition d’un socle commun constitué...

Proposition d\Ce document est une proposition de planification proposé par Didier...

Proposition d\Rapports d’étonnement, par Jean-Philippe Desremaux (Bouygues) et François Sillon (inria)

Proposition d\Jean-Luc Gaffard*

Proposition d\L’Atelier de Réflexion Prospective (arp)

Proposition d\L’évaluation de l’intervention ergonomique : de la recherche évaluative...
«le terrain» : Isabelle Mary-Cheray, Elisabeth Tayar, Céline Cholez, Isabelle Feillou

Proposition d\Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé

Proposition d\Gaz de france memoire d’entreprise tuteur : Jean Luc guittet bureau...

Proposition d\Rappel des trois précédentes interventions de Jean-Luc Domenach à Rouen
«La première mondialisation» de Suzann Berger au Seuil, collection «La République des Idées»

Proposition d\Synthèse : Vous ferez une synthèse objective, concise et ordonnée...
«risque et progrès» est proposé par Mme Christabel grare, ia-ipr de Lettres. Merci pour toute proposition concernant sa mise en œuvre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com