Maurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929)





titreMaurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929)
date de publication10.10.2017
taille26 Kb.
typeNote
e.20-bal.com > économie > Note

Congrès Marx International V - Section Histoire – Paris-Sorbonne et Nanterre – 3/6 octobre 2007



Maurice Andreu




La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929).



La révolution socialiste n’était certainement pas « mûre » en Russie, en particulier parce qu’elle y était dépourvue de « bases économiques ». La révolution socialiste russe était ainsi, nécessairement, une « œuvre de l’esprit », une « fiction », la « projection » d’une idée sur une réalité sociale sans rapport avec sa représentation. Les idées mènent le monde, mais pas celles du socialisme révolutionnaire, car elles ne trouvèrent leur champ d’action que là où elles ne pouvaient pas matériellement exister. Ces clichés, qui pour être assez vraisemblables n’en sont pas moins contradictoires, seront éclairés ici par des coups de sonde dans la pensée économique et sociologique des dirigeants du mouvement communiste russe et international.
M. N. Prokovsky, éminent historien bolchevik, distinguait, en 1928, trois « grands ouvrages de science sociale » parus en Union Soviétique depuis la révolution : L’Etat et la révolution, de V. I. Lénine (début 1918, écrit en août-septembre 1917), L’économique de la période de transition, de N. I. Boukharine (mai 1920, écrit en 1919-1920) et La période héroïque de la grande révolution russe, de L. N. Kritsman (1925, écrit en 1921-1922, avec des ajouts de 1924). Comme le laisse prévoir le moment de leur rédaction, ces textes traitent plus ou moins des bases économiques de la révolution socialiste, mais pas de la même façon.
L’ouvrage de Lénine contient un chapitre V intitulé « Les bases économiques de l’extinction de l’Etat ». Comme le reste de la brochure, il s’agit d’un rappel des idées avancées par Marx ou Engels. Selon eux, nous rappelle-t-il, l’Etat s’éteindra lorsque le communisme sera réalisé… Sans entrer dans les détails, notons que Lénine y envisage, pour la première phase du communisme (le socialisme), le maintien partiel d’un « Etat bourgeois sans bourgeoisie » et que, pour cette période là, « l’essentiel » serait assuré si la dictature du prolétariat effectuait « l’enregistrement et le contrôle » de l’activité économique des grandes entreprises et des grands services publics (la poste, par exemple). L’Etat et la révolution fait partie des instruments de combat mis en œuvre par Lénine pour atteindre son objectif : conduire une révolution en rompant toujours plus avec la mollesse social-démocrate. Lénine, depuis août 1914, relie son projet révolutionnaire à une base économique générale : la concurrence des capitalismes financiers impérialistes. Elle a conduit à la guerre et les grandes organisations mises en place par les monopoles ou par l’Etat impérialiste sont « la préparation matérielle la plus complète du socialisme » (O. t. 25, p. 390). Mais en réalité, cette idée se combine avec un autre ensemble d’analyses politiques et économiques visant à constituer une alliance avec la masse des paysans (il n’en dit rien dans l’Etat et la révolution). Les revendications des paysans (partager les terres) appellent à une révolution « bourgeoise ». Lénine se fait fort de conduire les deux révolutions pour accéder au pouvoir avec son parti prolétarien…
Pour notre propos, nous pouvons dire que Lénine, ici, a une conception assez vague et partielle de la « base économique » qu’il invoque rituellement (elle est obligatoire). Mais, par ailleurs, il a une capacité remarquable à saisir les opportunités tactiques et stratégiques qui découlent de la situation « économique » : la classe capitaliste mondiale (et locale) est divisée, on peut l’attaquer avec des forces que mobilisent le refus de la guerre et l’appétit de terres des paysans. Lénine est toujours assez difficile à décrypter, mais dans l’ensemble de ses œuvres (il ne faut pas se borner à relire l’un ou l’autre de ses opuscules) on peut trouver des traces de sa manière de penser. Elle est toujours orientée par l’art de la guerre.
Les deux autres livres repérés par Pokrovsky sont en fait fortement liés, car leurs auteurs, qui se connaissaient et s’estimaient, partageaient beaucoup d’idées. Boukharine signale plusieurs fois avec enthousiasme la découverte de Kritsman : dès 1918, il a vu que l’ordre des phases de la révolution allait à rebours de celui du déterminisme économique marxiste (la révolution commence par l’idéologie, va ensuite à la case politique, puis à l’économie et, enfin, elle touche aux techniques et aux forces productives). Boukharine avait prévu de compléter son Economique de la période de transition par un second tome donnant une « description concrète de l’économie russe actuelle ». Il n’a jamais pu réaliser ce rêve, mais Kritsman, au moment où la NEP se mettait en route, a pu faire un travail très proche de ce que voulait Boukharine. Considérons donc cet ensemble comme un tout.
1/ Notons d’abord le ralliement joyeux et spontané de ces deux économistes philosophes à une sorte d’idéalisme révolutionnaire : ce sont les idées qui vont conduire les affaires. La révolution est un monde à l’envers.

2/ Boukharine commence EPT en résumant les résultats de son livre sur L’économie mondiale et l’impérialisme (1916). Il présente ainsi une analyse économique très complète de la crise révolutionnaire (La constitution des « trusts capitalistes d’Etat » autour des capitaux financiers, les politiques impérialistes, la guerre, les tendances au capitalisme d’Etat intégral pendant la guerre, la désagrégation de l’économie et de la société capitaliste lorsque la guerre l’entraîne dans une « reproduction rétrécie » qui menace la classe ouvrière et l’humanité de « destruction » - mot pris à Kritsman, nous dit Boukharine - ce qui explique le basculement des ouvriers et d’autres forces sociales dans le camp des révolutionnaires dirigés par les bolcheviks…). Dans ce récit, qu’on trouve dans les deux livres, relevons que la crise révolutionnaire est entièrement incluse dans la guerre. La guerre déborde les capacités du capitalisme (au moins en Russie) et provoque, d’une part, un mouvement accéléré de dépassement des relations marchandes (une planification ou une organisation déterminée par les besoins de la guerre) tandis que d’autre part les forces productives sont cumulativement détruites. Grand écart insupportable…

3/ Entre novembre 1917 et l’été 1918 le parti bolchevik s’est installé au commandes et il a essayé de trouver une politique économique. Lorsque Boukharine écrit EPT, après quelques mois d’expérience, il présente une théorie de la transition encore très proche du premier mouvement qui a été le sien : le passage d’un système à l’autre se fera en détruisant les organisations du capitalisme d’Etat pour les reconstruire et les recombiner sous la direction de l’Etat socialiste. Boukharine parle même de « socialisme d’Etat », mais renonce à ce mot, perverti par Rodbertus… Le « SE » dépeint dans EPT est en tout point semblable au « CE » : même centralisation, même structure hiérarchique, mêmes méthodes de contrôle sur l’agriculture, etc. Comme la transition se développe dans un contexte de guerre ouverte, le « SE » subit un processus cumulatif de destruction des forces productives et il doit maintenir un contrôle militaire de la production. La contrainte de l’Etat socialiste pèse aussi sur le prolétariat… Pourquoi Boukharine s’imagine-t-il que le « SE » s’en tirera mieux que le « CE » ? Parce qu’il affirme que son SE est la « négation dialectique » du CE.

4/ On touche ici à l’essentiel : Boukharine croit qu’une organisation économique qui abolit la soumission fétichiste aux lois du marché est toujours plus rationnelle que le marché. Le « SE », en outre, n’est pas soumis au fétiche du profit ; il fera toujours mieux que le « CE ». Kritsman, d’une manière très proche de celle Boukharine, pense que la centralisation économique autour de l’Etat ramène l’économie à sa signification « naturelle » : c’est la valeur d’usage qui compte et la socialisation de la production apparaît directement, sans passer par le masque de la marchandise. Quand le prolétariat exproprie le capital, il « complète le travail du capital, l’élimination du marché » et les nouveaux rapports économiques prolétariens, qui abolissent le conflit des classes en supprimant l’exploitation, rendent possible une « harmonisation » et une planification de la production (Kritsman affirme qu’il suffirait que les grandes entreprises soient « à la disposition du prolétariat » pour que le reste de l’économie des petits producteurs soit entraîné dans le nouveau mode de production). En bref, et autrement dit, les théoriciens bolcheviks sont convaincus de la supériorité de leur pensée, du savoir « défétichisé » que leur donne le marxisme (et l’art de la guerre…)

5/ Le défaut d’EPT, qui est conçu alors que la guerre civile et, surtout, la guerre avec la Pologne ne sont pas encore terminées, est que Boukharine ne peut (ou ne veut) pas voir que l’économie de la révolution n’est qu’une économie de guerre soumise à des contraintes extrêmes et que ni le CE, ni son double, le SE, ne disposent d’une rationalité supérieure. La crise qui explosa dès que la guerre fût suspendue a éclairé tous les bolcheviks : le maintien du « communisme de guerre » (forme concrète du SE abstrait conçu par Boukharine) continuerait à détruire le peu qui restait d’économie productive. L’Etat « socialiste » devait donc rétablir la circulation marchande.

Kritsman, qui écrit après le tournant de la NEP, est beaucoup mieux placé pour déceler les contradictions de l’action révolutionnaire et les décortiquer. Alors que Boukharine, dans EPT, néglige le problème posé par la révolution agraire, a priori « bourgeoise », Kritsman étudie en parallèle les révolutions ouvrières et paysannes qui suivent les mêmes phases (idéologique, politique, économique, technique). En fait, la révolution économique au village, le partage des terres féodales, précède nettement l’expropriation des usines. Pour nouer l’alliance des ouvriers et des paysans, le décret sur la terre (volé aux SR) a démantelé les grandes exploitations. Si l’on ajoute les effets d’une guerre civile acharnée pendant trois ans, on arrive à des destructions inouïes et à d’importantes déformations du cours de la révolution. Kritsman souligne que la guerre révolutionnaire exigeait des actions « économiquement irrationnelles ». Pas seulement les dégâts dus aux combats, mais des folies comme la « nationalisation » d’une échoppe d’artisan ou la confiscation de meubles et de vêtements. La proscription du commerce, remplacé par une administration du ravitaillement, aide à asphyxier le capital, mais elle étrangle aussi le marché des produits agricoles et le développement des petites exploitations. La révolution apporte beaucoup de changements (Kritsman développe cela) mais cette première expérience est imparfaite.

6/ Devenue « communisme de guerre », la transition au socialisme fait apparaître des contradictions propres à cette période : Kritsman voit que l’expropriation du capital n’a pas supprimé l’anarchie de l’économie. Les entreprises socialisées restent indépendantes. Les plans de production ne sont pas coordonnés. Dans ces conditions l’approvisionnement est anarchique et ne correspond jamais aux besoins de la production prévue par les entreprises. Dans une économie « prolétaro-naturelle », où les produits pourraient être toujours distribués par une administration, il y a des pénuries, des sous-productions en même temps que des stocks inutilisés. Cette forme de « crise » s’oppose à la surproduction des marchés capitalistes. Elle est le signe que le prolétariat n’a pas achevé son travail : organiser une planification complète. D’autre part la destruction du marché légal a affaibli les capacités de contrôle des administrations. Un marché noir illégal répond à la demande dans des proportions énormes, souvent majoritaires. Kritsman observe que les sphères légales et illégales de l’économie sont reliées par l’émission monétaire (passablement inflationniste), etc. Notons seulement, ici, que Kritsman pense assurément que le système socialiste prématurément mis en place pendant (et à cause de) la guerre a voulu trop embrasser et a explosé.

7/ Le coût exorbitant du « communisme de guerre » s’est matérialisé dans une floraison d’organisations bureaucratiques. Kritsman (qui propose une analyse originale du fait en l’intégrant à sa doctrine des phases de la révolution) reconnaît l’ampleur du problème et admet la nécessité de la « retraite » effectuée avec la NEP. Pour lui, il est clair que la NEP permet les relations marchandes et le développement du capital, elle autorise l’achèvement de la révolution anti-féodale et elle limite la révolution prolétarienne.

On peut compléter ce rapide coup d’œil en indiquant comment Boukharine voit arriver la NEP et comment il l’intègre, sans difficulté apparente, à sa conception de la transition. L’erreur qui fausse les idées développées dans EPT est d’avoir cru que l’Etat de la dictature du prolétariat ne laisserait pas s’abaisser le niveau d’organisation atteint par le CE. Dès 1921, Boukharine soutient complètement la NEP et la justifie comme, par exemple, au IVe Congrès de l’IC (1922) en disant que l’Etat soviétique ne peut pas organiser intégralement l’ensemble de l’économie. L’immense appareil bureaucratique qu’il faudrait entretenir est « plus coûteux » que l’anarchie marchande. Le problème est de « trouver la proportion » entre ce qui peut être organisé rationnellement par l’Etat et ce qui le sera par des producteurs indépendants. Le raisonnement sous-jacent est le même que celui d’EPT. Pour Boukharine, le socialisme ne commence à construire ses bases qu’à partir du moment où le parti révolutionnaire est seul au pouvoir, la transition passe alors par « diverses formes socialistes qui sont dans un certain sens le prolongement, sous une forme différente, des formes capitalistes qui les ont précédées ». Le raccourci du CE, déjà largement non marchand, n’a pas pu être pris ; les « sujets économiques indépendants » sont redevenus trop nombreux ; il faut prendre le chemin du marché et celui de la concurrence entre les grandes unité étatisées et la petite production marchande, urbaine et, surtout, rurale. Le capitalisme en miroir du quel le socialisme peut se bâtir en Russie a régressé du CE à sa forme antérieure : la concurrence monopoliste. Dans ce contexte, les firmes d’Etat, dirigées par le (parti du) prolétariat peuvent s’appuyer sur leur efficacité relative et leur pouvoir de marché pour diriger l’ensemble de l’économie. Notons que dans ce cadre une planification encore imparfaite redevient supportable, si elle renforce la force des monopoles d’Etat.
Il est intéressant, pour conclure provisoirement ces notes partielles, de considérer les positions respectives où étaient parvenus, en 1928-1929, les deux auteurs de ces « grands » ouvrages de la science sociale soviétique. La thèse principale du groupe dit des « marxistes agrariens » dont Kritsman est le chef de file est qu’il faut laisser le secteur rural soviétique évoluer jusqu’au stade du capitalisme avant de pouvoir passer au socialisme (qui implique l’exploitation collective). On peut donc le situer un peu à « droite » de Boukharine en 1928, puisque ce dernier souhaitait seulement limiter encore le prélèvement de l’Etat sur la production marchande du village. Mais ils sont évidemment d’accord pour rejeter tout recours aux méthodes de l’économie de guerre économiquement irrationnelles et ils croient certainement être fidèles au dernier message laissé par Lénine, en 1923, lorsqu’il dit que son « point de vue sur le socialisme a radicalement changé » et qu’il faut mettre l’accent sur « le travail pacifique d’action culturelle ». Boukharine attendra 1929, et sa défaite politique pour renoncer (peut-être) à son illusion fondamentale sur les capacités supérieures des gestionnaires socialistes. Dans les derniers articles qu’il écrit pour la Pravda, avant la publication de sa disgrâce, il découvre que les grandes organisations économiques monopolistes sont elles aussi irrationnelles. Il n’espère (peut-être) plus rien des bureaucrates soviétiques.

N.B. Ces notes sont particulièrement débitrices d’un article de Laure Després, professeur à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nantes. Nous avons puisé largement dans les pages substantielles de son Guerre et transition au socialisme : l’analyse du communisme de guerre de L. Kritsman, paru dans les Cahiers de l’espace europe, n°16, 2000, une publication de l’Université Pierre Mendès France de Grenoble.

similaire:

Maurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929) iconQuelques réflexions sur la démocratie socialiste
«l'Internationale et la Guerre» a le grand mérite de solliciter la «discussion internationale»

Maurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929) iconPologne : un projet obscurantiste sur l’avortement
«contre-révolution culturelle». Que les femmes soient les premières cibles de cette contre-révolution est particulièrement inquiétant....

Maurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929) iconEdouard Molinaro, Le Souper, 1992. Eve Suzanne, «Révolution informationnelle...
«Paroles, échanges, conversations, et révolution numérique» : d’une définition à l’autre

Maurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929) iconTraiter le régime soviétique en 2 heures
«gagner du temps» en s’appuyant sur l’étude de la Révolution russe et en utilisant le personnage de Lénine

Maurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929) iconHistoire de france depuis les origines jusqu’a la revolution

Maurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929) iconEgypte / Deux ans de révolution / Economie
«Le taux officiel du chômage est de 12 dans le pays, et IL monte jusqu’à 25 chez les jeunes», indique Jan Rielander, économiste à...

Maurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929) iconDocument : dorlin elsa, Introduction : Black feminism Revolution...

Maurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929) iconParcours : sous la direction de M. Yves rassendren
«Le tocsin» se référant, eux, à d’autres évènements marquants de la révolution russe. La victoire des bolcheviks est donc à la fois...

Maurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929) iconLa «révolution française» : 1789-1799
«lettre de cachet» la prise de la bastille montre que le peuple intervient désormais directement dans la révolution

Maurice Andreu La révolution russe… et les bases économiques de la révolution socialiste. Notes sur les positions de quelques idéologues de l’Internationale Communiste (jusqu’en 1929) icon1. L’internationalisation de la Société générale à l’apogée de la...
«position» internationale de chaque banque devait à la fois satisfaire aux besoins des entreprises engagées elles-mêmes dans la compétition...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com