Enseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise





télécharger 105.34 Kb.
titreEnseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise
page1/3
date de publication03.01.2017
taille105.34 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3
Baisse du taux de profit

et croissance chinoise

Gaulard, Mylene.

Enseignant-chercheur en économie internationale à l’ISTOM, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise



                     

Introduction

Il est important d’étudier le processus d’accumulation de la Chine afin de mieux appréhender les limites auxquelles la croissance économique chinoise risque de se confronter à l’avenir. Selon certains économistes, la Chine présente un taux d’investissement trop élevé qui risquerait de léser la poursuite de son processus d’accumulation. De là, différentes études cherchent à expliquer les problèmes rencontrés par le pays dans son rapport à l’investissement, mais il est surtout essentiel de revenir ici aux outils d’analyse que nous fournit la théorie sur la baisse tendancielle du taux de profit. Cette théorie, mise en évidence il y a plus d’un siècle par Karl Marx, semblerait en effet expliquer la situation expérimentée aujourd’hui par le géant économique asiatique.
L’analyse du taux d’investissement chinois : un investissement trop élevé ?
Un problème de productivité ?

En Chine, le taux d’investissement atteint en 2008 47% du PIB, un record mondial. Cependant, plutôt que de se féliciter d’une accumulation du capital aussi forte, les autorités chinoises commencent à s’en inquiéter. Depuis 2006, le Président Hu Jintao et le Premier ministre Wen Jiabao réclament une réduction des investissements. Selon la Commission Nationale de Développement et de Réforme, « si l'ampleur de l'investissement est trop importante, si la croissance de l'investissement est trop rapide et si la composition de l'investissement est irrationnelle, alors la solidité et le rythme de la croissance de l'économie seront affectés ». Sur quels éléments se fondent les autorités pour décréter que l’investissement est trop élevé ? C’est ce que nous chercherons à comprendre dans ce qui suit.

Pour de nombreux économistes, « les taux d’épargne et d’investissement sans cesse croissants, pour un taux de croissance stable autour de 8 % par an, sont un symptôme patent de la difficulté de la Chine à allouer efficacement ses ressources » (Cieniewski et Benaroya, 2004, p.9). Comme l’avait analysé Paul Krugman[1] dans le cas des NPI asiatiques avant la crise de 1997, la croissance économique chinoise reposerait en Chine sur la seule accumulation des facteurs de production, et non sur une hausse de la productivité. Le maintien de la croissance ne serait donc pas soutenable sur le long terme. Ainsi, les travaux de Young et de Lau montrent qu’entre 1960 et 1994, la productivité globale des facteurs n’expliquerait qu’entre 20 et 30 % du taux de croissance des NPI asiatiques (Corée du Sud, Taiwan, Singapour et Hong-Kong), alors que l’accumulation du capital en expliquerait entre 50 et 70 %. Pour Yanrui Wui (1996), la croissance chinoise serait aussi aujourd’hui obtenue par la seule accumulation massive des facteurs de production (capital et travail). Déjà au début des années 1980, à Shanghai, alors que la production des entreprises d’Etat augmentait de 6,1 % par an, la productivité globale des facteurs baissait de 0,8 %. La croissance économique chinoise n’est donc pas soutenable, et la place de la Chine sur la scène internationale risque d’être, selon ces théories, remise en question. Nous verrons que la simple accumulation de facteurs de production, si elle ne s’accompagne pas de réels gains de productivité, pèse sur la rentabilité du capital.

En 2006, Diana Hochraich et Benjamin Delozier publient un article intitulé « l’investissement en Chine est-il excessif ? », et selon ces deux économistes, la réponse à la question posée est négative. Le taux d’investissement serait excessif si on observait une baisse de rentabilité du capital et un ralentissement de la productivité globale des facteurs[2] dans les entreprises chinoises. Or, ces phénomènes ne seraient observables que dans les entreprises d’Etat, et en dehors de celles-ci, il n’y aurait pas, au sens de Hochraich et Delozier, d’investissement excessif. Le risque proviendrait donc surtout des entreprises d’Etat, entreprises qui présentent des taux d’endettement supérieurs à 80 %, alors que leurs performances sont beaucoup plus faibles que la moyenne nationale. Longtemps à l’abri de toute concurrence, et recevant de nombreuses subventions de l’Etat, les dirigeants ne cherchaient pas à accroître la productivité de ces entreprises, et celles-ci se caractérisaient par une redoutable inefficacité. Encore aujourd’hui, les créances douteuses ne cessent de se multiplier dans ces entreprises, bien que le gouvernement prenne régulièrement des mesures pour freiner cet endettement, et ait créé des organismes spécifiques pour se charger des créances douteuses accumulées tout au long des années 1990. Selon la société de notation Moody’s, il faudrait 620 milliards de dollars (25 % du PIB chinois) pour recapitaliser le système bancaire. Certes, en dehors des entreprises d’Etat, dans les années 1990 la productivité globale des facteurs ralentissait, mais elle augmenterait, selon Hochraich et Delozier, de 4 % entre 2002 et 2004. Quant à la productivité du capital, elle serait en baisse depuis la fin des années 1980, mais cela serait dû à la hausse de la productivité du travail (substitution du capital au travail), et non à l’accumulation excessive de capital.

 

Le caractère social indispensable de l’investissement public en Chine

 

L’investissement public représente 40 % de l’investissement total de la Chine, et 17 % des entreprises installées sur le territoire chinois sont des entreprises d’Etat. La faible rentabilité des entreprises d’Etat est parfois mise sur le compte de leur rôle social : les salaires y sont plus élevés que dans le reste de l’appareil productif, et des sommes importantes y sont dépensées pour assurer aux employés des conditions de vie « décentes ». Il est courant que des Chinois reçoivent toujours des salaires de la part de leur ancienne entreprise alors qu’ils en ont été licenciés (World Bank, 1997, p. 47). De même, on considère qu’environ 20 % des employés des entreprises d’Etat sont en sureffectif (Perotti et Sun, 1998, p. 13). Les entreprises d’Etat ne peuvent donc pas être considérées comme des entreprises comme les autres : la recherche de la rentabilité économique n’est pas leur seul objectif. Il a été estimé que 40 % de la différence de profitabilité entre les entreprises d’Etat et les entreprises de bourgs et de villages (TVE[11]) peut être attribuée au coût de la protection sociale offerte par ces entreprises. Chez les paysans chinois, il est courant d’affirmer que le socialisme n’a été instauré que dans les zones urbaines et les entreprises d’Etat.

            Ces dernières sont aussi implantées dans des secteurs où les prix sont maintenus à un niveau très bas afin de faciliter l’accumulation nationale. Ainsi, 80 % de la production énergétique est assurée par ces entreprises (Eyraud, 1999, p. 154), entreprises qui sont donc souvent obligées de vendre à perte (Perotti et Sun, 1998, p. 15). Loin de privilégier seulement la rentabilité économique, ces entreprises jouent donc un rôle social et économique indispensable à la poursuite de l’accumulation nationale. Notons également que jusqu’au début des années 1980, les entreprises d’Etat devaient transférer l’intégralité de leurs profits à l’Etat chinois, et le réinvestissement de ces profits, décidé par l’Etat central, ne s’effectuait que rarement dans les entreprises les plus performantes : il n’y avait donc aucune incitation pour les dirigeants des entreprises d’Etat à améliorer la rentabilité de l’entreprise qui leur était confiée (Eyraud, 1999, p. 249).

Figure 1 : Pertes des entreprises chinoises (en milliards de yuans)



Source : Mission Economique de Pékin, Direction des Relations Economiques Extérieures, 2006,

Graphique réalisé par l’auteur

 

Ce travail de Hochraich et Delozier aboutit pourtant à des conclusions contraires à ce qui est régulièrement affirmé dans les différentes études réalisées sur la productivité chinoise. Cela est sûrement dû au fait que les deux auteurs écartent un élément majeur : l’investissement public correspond à 40 % du PIB de la Chine, et il est donc nécessaire de prendre en compte les résultats du secteur public pour mesurer l’évolution de la productivité chinoise. Par ailleurs, comme le révèle la figure 1 ci-dessus, les entreprises privées semblent également présenter des pertes financières importantes[3], pertes qu’il sera aussi nécessaire d’expliquer par la suite.

Ainsi, selon Kujis et Wang (2006), de 1978 à 1993, la productivité du travail s’est accrue en moyenne de 7% par an : 50 % de cette croissance était liée à la hausse de la productivité globale des facteurs, et le reste à la baisse de la productivité du capital. Or, de 1993 à 2004, la productivité du travail s’est élevée en moyenne de 7,8 % par an, et seulement un tiers de cette croissance était due à la hausse de la productivité globale des facteurs. Par ailleurs, selon Gérard-Marie Henry (2006, p. 78), la productivité globale des facteurs aurait même tendance à diminuer depuis 2000, diminution de près de 0,5 % par an. Il rejoint ainsi dans ses conclusions les travaux de Hay et Yunnan Shi (2006). Le tableau ci-dessous résume les résultats trouvés par Aglietta et Landry (2007), sur l’évolution des différentes productivités en Chine : on observe ainsi une stagnation de la PGF depuis 10 ans, et une forte hausse de l’intensité capitalistique, la baisse de la productivité du capital jouant un rôle majeur dans la hausse de la productivité du travail chinoise (Aglietta et Landry, 2007). En réalité, comme nous allons tout de suite le démontrer, la productivité des nouveaux actifs en capital diminue du fait du surinvestissement mais également du « mal-investissement ».
Figure 2 : Evolution de la productivité globale des facteurs en Chine

 

Productivité du travail

Intensité capitalistique

PGF

1980-1984

6,6

4

5,2

1985-1989

2,4

5,7

0,5

1990-1994

10,4

9,4

7

1995-1999

6,1

11,7

2,2

2000-2004

11,5

22,5

2,5

                         Source : Aglietta et Landry, 2007, p. 25

 

 

Ou un problème de surproduction ?

Depuis 1949, la productivité du travail chinoise ne cesse d’augmenter, et cette évolution fut dès le départ stimulée par la forte accumulation des entreprises d’Etat. En 1949, juste avant l’arrivée au pouvoir du parti communiste chinois, l’industrie ne représentait que 10 % du PIB, alors que cette part était de 35 % en 1978, juste avant l’ouverture économique. Cette industrialisation s’est réalisée par l’utilisation intense de capital fixe. Alors que la Chine bénéficie depuis toujours d’une main d’œuvre abondante, les entreprises d’Etat se caractérisaient, dès les années 1950, par une intensité capitalistique très élevée. De 1952 à 1995, la valeur ajoutée de l’industrie lourde est ainsi multipliée par plus de 100, alors que celle de l’industrie légère, moins consommatrice en capital fixe, s’élève de seulement 15 % (Maddison, 1998, p. 89). Encore en 1999, les entreprises d’Etat utilisaient 53 % du capital fixe et seulement 41 % de la population active du pays (Chang, 2001, p. 54). Les entreprises chinoises, et notamment les entreprises d’Etat, utilisent beaucoup de capital aux dépens de travail[4]. Justin Lin (2000 ; 2007) reproche encore aujourd’hui au mode d’accumulation chinois d’être trop capitalistique : selon lui, ce mode d’accumulation se réalise au détriment de l’emploi, mais engendre également des goulets d’étranglement dans les industries de base (énergie, transports et matières premières) (Lin, 2000, p. 151).

Par ailleurs, la forte intensité capitalistique des entreprises d’Etat est aussi en partie responsable du fait que ces entreprises ont depuis toujours fonctionné sur de grandes échelles de production inadaptées au volume de la demande nationale. En 1978, l’entreprise industrielle chinoise moyenne employait 11 fois plus de salariés que l’entreprise japonaise (Maddison, 1998, p. 16). Ce mode de gestion entraînait des capacités de production oisives, du fait d’une insuffisance de demande : en 1980, seulement 66 % des capacités de production étaient utilisées (Boutillier et Uzinidis, 1989, p. 19). Aujourd’hui, la multiplication des investissements est encore responsable de phénomènes de surproduction. L’investissement demeure à des niveaux extrêmement élevés en Chine, notamment en raison de la prolifération d’entreprises industrielles présentant une forte productivité du travail, ce qui provoque des phénomènes importants de surproduction. La concurrence dans de nombreux secteurs pousse les entreprises à diminuer leurs prix, et parfois à faire appel à des réseaux mafieux pour se débarrasser des concurrents les plus dangereux (He Qinglian, 1999). Les capacités de production excédentaires augmentent, ce qui pèse sur le profit. Par exemple, dans le secteur de l’acier, on enregistre aujourd’hui plus de 120 millions de tonnes de production excédentaire (ce qui est supérieur à la production totale du second producteur mondial, le Japon) (Lardy, 2006). Il est donc indéniable que la Chine se confronte à un investissement excessif.

Comme nous l’avons vu précédemment, la sur-utilisation de capital engendre une diminution de la productivité du capital et une stagnation de la productivité globale des facteurs. De plus, ce mode d’accumulation est aussi responsable d’un niveau de chômage élevé, et de là, de la formation d’une main d’œuvre excédentaire de plus en plus abondante. Evidemment, dans de telles conditions, la demande intérieure ne peut que décliner, ce qui renforce les phénomènes de surproduction. Non seulement le fort taux de croissance de la Chine s’explique davantage par une suraccumulation de capital que par le progrès technique, mais surtout, l’investissement s’accompagne de phénomènes de surproduction importants. On peut donc affirmer que ce taux est aujourd’hui excessif.

 

L’explication de ce taux d’investissement, et « remèdes »
Le rôle de la bureaucratie régionale

Reste à étudier, maintenant que nous avons vu les impacts négatifs sur l’économie de ce taux d’investissement excessif, les raisons qui font que le système est incapable de s’autoréguler et de diminuer le taux d’investissement, et ce afin de rétablir une certaine rentabilité dans les entreprises, lutter contre les phénomènes de surproduction, et enrayer la baisse de la productivité du capital.

En 1979, lorsque la Chine décide de libéraliser son économie, les entreprises d’Etat se voient confrontées à la concurrence d’entreprises privées beaucoup plus performantes, et leur poids dans l’économie chinoise se met à diminuer fortement. Alors qu’elles étaient à l’origine de 80 % de la production industrielle en 1979, cette part ne représentait plus que 40 % en 2006. Cela ne signifie pourtant pas que les entreprises d’Etat qui subsistent aujourd’hui soient rentables : en 2006, on considère que 40 % d’entre elles sont déficitaires. De nombreuses raisons peuvent expliquer le maintien d’entreprises aussi peu compétitives. Dans un premier temps, il apparaît que le gouvernement central, ainsi que les gouvernements locaux reçoivent toujours les deux tiers de leurs revenus des entreprises d’Etat (Eyraud, 1999, p. 154). Leur taux d’imposition est supérieur à celui des autres entreprises, car elles ne peuvent pas faire pression et négocier avec les autorités centrales ou locales en les menaçant de partir s’installer ailleurs (Perotti, 1998, pp. 13-14). L’ensemble des entreprises d’Etat, malgré leur faible productivité, continue donc de rapporter des revenus au gouvernement, ce qui n’incite pas ce dernier à les fermer. Avec son image de la cage et de l’oiseau (Eyraud, 1999, p. 251), Chen Yun déclarait que l’Etat chinois devait conserver une part de son emprise sur l’industrie chinoise et sur l’ensemble de l’économie : « Stimuler l’économie doit se faire sous la direction du plan. C’est comme la relation entre l’oiseau et la cage. Vous ne pouvez pas simplement tenir l’oiseau dans vos mains, sinon il meurt. Vous devez le laisser voler mais vous pouvez seulement le laisser voler dans une cage. Sans cage, il s’envole ailleurs. ». Malgré la privatisation de nombreuses entreprises publiques depuis le milieu de la décennie 1990, l’Etat ne souhaite pas se débarrasser de toutes ses entreprises fournissant souvent des produits indispensables à l’ensemble de la sphère productive, et ce à des prix inférieurs aux coûts de production. Des entreprises d’Etat peu productives sont également conservées afin de limiter les risques sociaux entraînés par la libéralisation de l’économie (World Bank, 1997, p. 29).

 Surtout, le pouvoir des fonctionnaires repose sur ces entreprises, car elles leur permettent de bénéficier d’une image positive du côté de la population locale : les gouvernements locaux maintiennent donc de nombreuses entreprises peu productives afin de justifier leur pouvoir, sans se soucier d’assurer leur rentabilité économique ; de même, de nouveaux projets d’investissement sont régulièrement initiés (parfois sous la contrainte de modernisation de l’appareil productif), aux dépens de l’approfondissement des investissements préexistants, et donc aux dépens de l’efficacité de ces firmes (Perotti et Sun, 1998, p. 15). Ce comportement contribue aussi à accentuer les phénomènes de surproduction. Enfin, les directeurs sont souvent de hauts fonctionnaires, et leur responsabilité n’est jamais mise en cause en cas de pertes financières, ce qui ne les pousse pas à améliorer la rentabilité économique des entreprises dont ils ont la charge. En réalité, les autorités locales souhaitent accroître leur pouvoir en investissant sur le territoire, et bénéficier en conséquence de prêts avantageux.

Jusqu’en 1979, de tels investissements étaient d’autant plus attrayants que le marché chinois était fermé à la concurrence, et que les entreprises d’Etat bénéficiaient ainsi d’un statut de monopole. Les provinces chinoises ont mis en place toute une série de protections douanières pour empêcher certains produits de sortir ou d’entrer. Les entreprises implantées sur le territoire chinois doivent donc faire face à de nombreux blocages instaurés par les autorités locales. Malgré l’ouverture économique du pays, et son adhésion à l’OMC en 2001, l’ouverture des frontières régionales semble ne pas suivre l’ouverture des frontières nationales. La nature « féodale » de l’appareil productif chinois, caractéristique qui représente plutôt un élément du mode de production asiatique, explique donc en partie la surabondance de projets d’investissement disséminés sur tout le territoire, ainsi que la distorsion existant entre l’abondance des investissements et la demande effective.

La nécessité d’agir sur les taux d’intérêt

 

Figure 3 : Revenus et dépenses du gouvernement chinois en pourcentage du PIB (1978-2006)



 Source : China Statistical Yearbook, graphique réalisé par l’auteur

 

Par ailleurs, grâce à la figure 3 ci-dessus, on comprend pourquoi la « nature féodale » de l’appareil productif chinois ne décourage pas les entrepreneurs d’investir, malgré un marché intérieur restreint et des phénomènes de surproduction de plus en plus importants. Ainsi, les dépenses gouvernementales augmentent constamment, que ce soit pour investir ou aider les industriels en difficulté. Or, des taux d’intérêt extrêmement faibles leur permettent d’obtenir des prêts très avantageux, les entreprises d’Etat concentrant à elles seules 75 % des prêts bancaires (les autres entreprises se reposant essentiellement sur l’autofinancement). Certes, le taux de réserves obligatoires est extrêmement élevé (supérieur à 15 %, contre 2 % dans la zone euro), mais comme nous le révèle le graphique ci-dessous, malgré cette contrainte imposée aux banques, le taux emprunteur reste bas (il est inférieur à 8 %). Cela s’explique notamment par la présence d’une épargne abondante (supérieure à 50 % du PIB), provenant aussi bien des ménages que des entreprises, mais surtout par la volonté exprimée par les dirigeants chinois de maintenir le niveau du yuan au plus bas face à l’évolution actuelle du dollar[5]. Dans de telles conditions, il semble difficile d’envisager un ralentissement du taux d’investissement.

 

Figure 4 : Taux d’intérêt en Chine (2003-2008)



Source : Mission Economique de Pékin, Direction des Relations Economiques Extérieures (mars 2008)

 

Pour résoudre le problème du surinvestissement chinois, Nicholas Lardy (2006) propose de relever la consommation nationale notamment en réduisant le taux d’épargne, taux qui demeure aujourd’hui à des niveaux élevés notamment pour des raisons sociales (épargne de précaution pour faire face aux dépenses de retraite, de santé, d’éducation…). Celui-ci dépasse les 50 % du PIB, ce qui représente encore une fois un record mondial. Pour Lardy (2006), il serait donc utile de lutter contre les phénomènes de surproduction, et contre le surinvestissement, en agissant directement sur la demande nationale. Pour ce faire, il s’agirait surtout de baisser le taux d’épargne en diminuant les impôts (notamment pour les ruraux, catégories les plus touchées par les taxes), mais également en élevant les salaires et en augmentant les dépenses publiques (afin de limiter l’épargne de précaution qui vise aujourd’hui à faire face aux dépenses d’éducation, de santé et de vieillesse des ménages chinois).

Cependant, une telle politique semble difficile à appliquer en Chine. Ainsi, une diminution des taxes rurales peine à se mettre en place (le gouvernement chinois a réduit la taxe agricole en 2006, mais cette baisse est compensée par l’élévation d’autres impôts : en fait, cette taxe agricole ne correspondait qu’à un tiers du fardeau fiscal des paysans) ; de même, une réelle augmentation du salaire minimum qui concernerait la majorité des travailleurs n’a pas encore vu le jour : en juillet 2006, le salaire minimum au niveau national s’est élevé, mais ce salaire ne concerne qu’une minorité de la main d’œuvre (à Pékin, seulement 2,4 % de la force de travail gagne le salaire minimum), et il ne correspond souvent qu’à un cinquième du salaire local (Lardy, 2006). Par ailleurs, les autorités régionales sont libres d’appliquer ou non cette mesure. Quant aux dépenses sociales, elles sont limitées par le budget de l’Etat central qui diminue progressivement[6] relativement au budget des différentes régions, et ce du fait de la décentralisation. Cette solution apparaît donc pour l’instant très utopique.

Pour lutter contre le surinvestissement, une autre solution serait de relever les taux d’intérêt qui sont actuellement très faibles. Certes, la banque centrale chinoise joue aussi bien sur le niveau des réserves obligatoires que sur le taux d’intérêt de court terme. Ainsi, en 2007, le taux de réserves obligatoires a augmenté neuf fois, pour atteindre 15 % en janvier 2008 (alors que ce taux est de 2 % dans la zone euro), et les taux d’intérêt ont été relevés cinq fois. Pour l’instant, ces mesures sont considérées comme insuffisantes, et n’ont pas encore réussi à freiner la surchauffe. Il semblerait même que le ralentissement économique mondial depuis 2008 ne pousse pas à la baisse le taux d’investissement, car celui-ci reste proche de 45%, du PIB soutenu notamment par un vaste programme d’investissement public. Il est vrai que seule une minorité d’entreprises (essentiellement les entreprises publiques) accède aujourd’hui au crédit bancaire. Cependant, alors qu’aujourd’hui, il est rationnel, étant donné le faible niveau des taux d’intérêt, de réinvestir l’intégralité de ses profits (et non de les placer), une hausse des taux inciterait davantage les entrepreneurs à limiter le réinvestissement de leurs profits, et ce d’autant plus lorsqu’ils doivent faire face à des phénomènes de surproduction. Par ailleurs, une telle hausse des taux ne risquerait pas de nuire à la consommation des ménages, en les incitant davantage à épargner qu’à consommer, car l’épargne des ménages est surtout une épargne de précaution qui ne dépend pas tant des taux d’intérêt que de l’insécurité économique ; de plus, depuis le début de la décennie 2000, ce sont les entreprises qui expliquent la majeure partie de l’épargne chinoise (le taux d’épargne des entreprises correspond à 24% du PIB, contre 20% pour les ménages) : une hausse des taux d’intérêt stimulerait davantage une baisse de l’investissement des entreprises qu’une baisse de la consommation des ménages, ce qui permettrait de lutter contre la surproduction.
 

Figure 5 : Taux d’épargne des ménages, des entreprises et du gouvernement en Chine



   Source : Anderson (2007) ; Banque mondiale

 

Cette remontée des taux d’intérêt serait également à l’origine d’une appréciation de la monnaie chinoise, ce qui limiterait les pressions inflationnistes et faciliterait l’importation de produits étrangers à des prix plus compétitifs qu’aujourd’hui. Selon Jonathan Anderson (2007), une évaluation du yuan ne serait pas néfaste pour la compétitivité du pays. La hausse des salaires chinois a été de 3-4 % par an durant les années 1990, et malgré la légère hausse des prix qui en a résulté depuis 2004 (notamment dans l’industrie du textile et du jouet), les ventes ont continué de progresser. Jonathan Anderson explique ce phénomène par le pouvoir de marché de la Chine[7] : le pays représente à lui seul près de 80 % des importations de jouets aux Etats-Unis. Pour lui, une hausse du yuan permettrait de diminuer les phénomènes de surproduction, en dissuadant les industriels d’investir dans des secteurs connaissant des capacités de production oisives. Du fait de la faiblesse du yuan, on assiste ainsi depuis quelques années à une prolifération d’investissements dans le secteur de l’acier, de l’aluminium, de la machinerie etc., secteurs qui connaissent pourtant des phénomènes de surproduction importants. Cependant, l’analyse d’Anderson ne nous semble pas suffisamment rigoureuse, car la légère baisse des exportations depuis juillet 2005, date à partir de laquelle le yuan a commencé à légèrement s’apprécier, peut nous faire douter du « pouvoir de marché » évoqué par cet auteur.

En Chine, il semble donc impératif de lutter par tous les moyens contre ce taux d’investissement excessif afin d’en finir avec les phénomènes de surproduction. Cependant, nous verrons que le processus d’accumulation s’accompagne d’une baisse du taux de profit qui n’est pas forcément liée à la surproduction de marchandises, et que pour contrer cette baisse du taux de profit, il n’existe pas de solution plus bénéfique pour les industriels que d’accélérer sans cesse le processus d’accumulation afin d’élever la masse des profits.

 
  1   2   3

similaire:

Enseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise iconProfil d’enseignant chercheur contractuel
«développement local et économie des transports» (dlet) du master aes. Un besoin important est ressenti dans les enseignements suivants...

Enseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise iconL’Ecole Centrale Casablanca recrute un enseignant chercheur en Sciences...

Enseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise iconDiplôme d’Université de Méthodologies Transculturelles «Transcultura»
«Campus Numériques» du Ministère de l’Education Nationale présenté par l’université de Cergy Pontoise visant à la constitution d’un...

Enseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise iconResponsable scientifique et technique du projet/Project manager (chercheur,...

Enseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise iconProgramme Frontières anr
«L’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi des jeunes d’origine étrangère à Cergy-Pontoise», Migrations Études, janvier 1993....

Enseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise iconUniversité de Cergy-Pontoise
...

Enseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise iconAgnès Ceccarelli PhD
«négociation de contrat» et la «communication managériale» auprès d’élèves ingénieurs de première et deuxième de Centrale-Supélec...

Enseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise iconProfil d’enseignant chercheur contractuel

Enseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise iconLe projet urbain au service du développement économique et international...

Enseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école d’ingénieurs en agro-développement International, Cergy-Pontoise iconMaster 2 Professionnel cosi management gazier
«Conseil en organisation, stratégie et information» du Master d'économie ufr 02, mention Economie internationale, relève du Centre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com