Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des





télécharger 83.86 Kb.
titreUne économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des
date de publication02.08.2017
taille83.86 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos


BOURGOGNE 2020

DOCUMENT D’ORIENTATION

Introduction

Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des territoires bourguignons. C’est également un vecteur essentiel pour l’élévation du niveau de compétences des salariés et par conséquent du niveau de vie.
La crise mondiale de 2008 démontre par son ampleur, sa durée et ses conséquences humaines et économiques, la nécessité d’avancer vers un développement économique ajusté aux enjeux d’un monde qui a changé : globalisation accélérée des marchés, qualification industrielle croissante des pays émergents, nouveaux enjeux économiques (transition énergétique et écologique, économie numérique…).
Ce qui donnera à notre économie une compétitivité durable, c’est notre capacité collective à aller plus loin que la simple recherche de compétitivité par les coûts. Cette compétitivité se construira sur la capacité à proposer des produits et des services à forte valeur ajoutée inscrits dans la durée et à faire le choix des marchés d’avenir. Pour cela, de nouveaux leviers doivent devenir le quotidien de nos entreprises : le choix de l’innovation, l’ajustement à la révolution numérique, l’introduction de l’éco-conception, l’organisation de l’approvisionnement, la prise en compte d’un marché qui dépasse les frontières de la France et de l’Europe
Le rôle du Conseil régional est d’apporter aux entrepreneurs, financeurs, salariés qui font l’économie de notre région, les meilleures conditions pour réussir. Cela implique de mobiliser tous les moyens et toutes les ressources publiques autour de l’entreprise. L’action publique offre aujourd’hui un panel de services qui dépassent de loin le simple guichet des aides financières. La compétence des opérateurs et la qualité des services d’accompagnement à l’export, l’innovation ou au développement durable est reconnue et constitue une piste vers une compétitivité durable. C’est l’ensemble de ces énergies qui doivent être encore plus coordonné au bénéfice des projets d’entreprises bourguignonnes.
Tel est l’objectif de ce document d’orientation pour une action économique renouvelée, inscrite dans un contexte mondial évolutif et ancrée dans son environnement régional. Pour atteindre cet objectif, quatre défis doivent être relevés :


  • Assurer la transition écologique et numérique.

  • Stimuler l’emploi et le développement des compétences.

  • Favoriser le développement de la compétitivité durable des entreprises.

  • Faire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises un nouveau levier de croissance.


Pour répondre à ces défis, le modèle de croissance des entreprises doit être systématiquement enrichi. Il s’appuiera bien évidemment sur les initiatives individuelles qui ne seront fortes demain que de leur orchestration collaborative.
Pour y parvenir, il nous faudra être collectivement plus intelligents, plus innovants, riches de nos différences et résolument tournés vers les marchés d’avenir.


        • L’Industrie

        • L’Investissement

        • L’Innovation

        • L’International


C’est sur ces quatre piliers que sont fondées les orientations stratégiques et opérationnelles qui vous sont présentées et qui structureront la future « SRDEI ». C’est donc avec ces piliers qu’une nouvelle compétitivité durable relèvera le flambeau de la longue histoire industrielle de la Bourgogne.

Table de matières


Avertissement : ce présent document est le document d’orientation de la Stratégie Régionale de Développement Economique. Il fixe les grands enjeux, objectifs et grandes propositions pour l’action économique pour les prochaines années.
Ces grandes orientations résultent des travaux conduits par les différents groupes de travail thématiques pilotés par la Région depuis 2011 et s’appuient sur les axes prioritaires définis par les différents documents cadres (SRCAE, SRI, CPRDF…).
Il trouvera sa traduction opérationnelle à travers les plans d’actions qui le déclineront et qui feront l’objet d’un travail concerté au premier semestre 2013, en même temps qu’il se transformera en Stratégie Régionale de Développement Economique et d’Innovation avec la prise en compte des orientations européennes de « spécialisation intelligente » (RIS3).
Le présent document s’inscrit donc en cohérence avec les réflexions actuelles sur les futurs programmes opérationnels de l’Europe et la nécessaire évolution de la stratégie régionale d’innovation.

Objectif n°1 :

Conforter l’excellence industrielle
Riche de son histoire, la Bourgogne a conservé un ancrage industriel fort avec quasiment 20% de son produit intérieur brut généré par ce secteur. C’est un avantage comparatif indéniable quand la moyenne française situe l’industrie à 14% de la création de sa richesse. En revanche, tous les constats convergent pour indiquer que ce savoir-faire industriel n’est pas assez spécialisé et est sans doute une des causes constatée du recul de l’industrie lors de la crise actuelle.
La réponse naturelle à ce constat incite à chercher une spécialisation intelligente tant pour nos fleurons industriels que pour nos secteurs d’avenir. Détecter les technologies-clefs qui feront la compétitivité de demain pour la Bourgogne, telle est la tâche qui nous incombe.
Pour réussir cette émergence, l’action publique doit créer un écosystème favorable.
Il convient de soutenir les projets les plus créateurs de richesse, tant au niveau technique que financier, mais dans une perspective nouvelle : contribuer à mettre de plus en plus d’entreprises dans une dynamique d’innovation, les inciter à travailler en collectif, les ouvrir à l’international, les aider à intégrer les nouveaux enjeux, qu’ils soient numériques ou environnementaux, diversifier leurs marchés traditionnels, les nourrir d’informations stratégiques de plus en plus personnalisées, élargir leurs capacités de réflexion et d’anticipation et les aider à se structurer sur les plans financier et organisationnel.
Cette perspective s’inscrit dans la continuité des stratégies et plans d’actions régionaux déjà initiés et en cours d’élaboration: Stratégie Régionale d’Innovation, Plan d’Actions Régional de l’Innovation, Plan d’Actions Régional de l’Export, Plan pour les Continuités Professionnelles, Plan Climat Energie Bourgogne... Ils continueront à être mobilisés voire renforcés et étendus à d’autres domaines de compétitivité : stratégie régionale de services numériques dans l’entreprise en conformité avec la RIS3, stratégie régionale de développement agricole et forestier, environnement…
Enfin, gagner en compétitivité signifie également investir dans l’innovation sociale à travers les entreprises capables de répondre de façon performante aux besoins sociaux des citoyens tout en combinant efficacité économique et environnementale.

C’est pour cela qu’il faudra collectivement :


  • soutenir la montée en compétence globale des TPE et PME en leur redonnant une capacité d'investir dans des projets d'avenir et capitaliser sur leurs savoir-faire individuels et collectifs,




  • renforcer les outils d’ingénierie financière au service de toutes les phases de développement de l’entreprise (amorçage, post-amorçage, développement…),




  • proposer aux entreprises un accompagnement financier personnalisé : le « contrat de croissance ». Ce contrat sera proposé aux entreprises ayant une stratégie de moyen terme,




  • inciter les entreprises à se tourner vers des marchés d’avenir utilisant les technologies clés de demain,




  • s’appuyer sur les politiques de recherche et d’innovation, encourager la diffusion technologique et sociale, identifier de nouveaux besoins en terme de recherche,




  • favoriser la différenciation par la démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).



La Responsabilité Sociale des Entreprises comme levier de croissance des entreprises.
La RSE est une démarche visant à prendre en compte les enjeux sociétaux dans la stratégie de l’entreprise. Basée sur trois piliers, économique, sociétal et environnemental, la RSE est plus qu’un outil de management : c’est un levier de croissance pour l’entreprise. En s’engageant dans cette démarche de manière volontaire, l’entreprise réfléchit à la mise en place d’un nouveau mode de gouvernance plus efficace qui lui permettra notamment de s’adapter à de nouveaux process, de s’orienter vers de nouveaux marchés… Cette innovation sociale déborde largement de la sphère économique car elle a vocation à prendre en compte toutes les "parties prenantes". C’est un levier global de croissance englobant le respect de bonnes pratiques des affaires (par exemple vis-à-vis de ses fournisseurs), le respect du droit du travail ou encore l’intégration des questions éthiques dans la stratégie de l’entreprise. La RSE est aussi source de performance sur le plan environnemental puisque l’entreprise inclut dans sa réflexion stratégique des actions générant des économies d’énergie ou bien ayant pour but de proposer des produits moins polluants, créant ainsi un avantage concurrentiel pour l’entreprise par rapport à ses concurrents…



A l’aune de la mondialisation et de la globalisation de l’économie, il est impossible de déterminer avec certitude si l’avenir économique et industriel de la Bourgogne résidera uniquement dans ses filières traditionnelles bien identifiées aujourd’hui. Il importe donc de concentrer une part significative de notre action sur la détection et l’accompagnement de secteurs émergents et en mutation qui seront peut-être les locomotives de demain, en prenant en compte leur potentiel de croissance plus que leur poids économique actuel.
Cet enjeu nécessite collectivement :


  • d’accompagner la transition et la diversification des entreprises bourguignonnes vers les technologies et marchés d'avenir à forte valeur ajoutée,




  • de conforter le repositionnement stratégique des principales filières industrielles bourguignonnes, notamment les IAA et la Mécanique-Métallurgie pour lesquelles la région dispose d'atouts reconnus en termes de potentiel et de pôles de compétitivité,




  • de transformer les évolutions sociétales et environnementales en opportunité de développement en accordant une attention particulière aux secteurs émergents tels que les filières vertes (toutes énergies renouvelables, véhicules décarbonés, éco-construction, recyclage…), les biotechnologies, l’économie du vieillissement au regard des évolutions démographiques des sociétés occidentales (niches économiques, innovations technologiques, exportations…), l’économie du numérique et les filières basées sur la valorisation durable des ressources écologiques (éco-conception, agro-matériaux, agro-écologie). Une démarche de veille sera aussi systématisée pour détecter les autres secteurs à potentiel qui ne sont pas encore identifiés ou structurés,




  • de renforcer et différencier les compétences supports au service des entreprises telles que la méthodologie collaborative, l'ingénierie financière et juridique mais également la diffusion des technologies matures et leur appropriation par les PME-PMI au sein des groupements, des clusters et des différents réseaux régionaux,




  • de proposer un appui personnalisé et sur le long terme des équipes dirigeantes afin de conforter ou réexaminer les stratégies (financière, qualité, innovation, propriété intellectuelle et industrielle, international et export....) mises en œuvre au sein des entreprises.

Objectif n°2 :

Renforcer l’attractivité de notre territoire
Le développement économique de notre région dépend aussi de sa capacité d’une part à attirer de nouvelles activités et de nouvelles populations en leur offrant les conditions nécessaires à leur installation, et d’autre part à maintenir les activités et les emplois dans les territoires.

En effet, l’implantation d’établissements en Bourgogne constitue un relais de croissance et de compétitivité de premier niveau. L’action publique joue un rôle déterminant dans les choix réalisés par les industriels et renforce le dynamisme économique régional.
De ce fait, la SRDE propose de donner toute sa place à cette priorité en proposant de construire une politique élargie pour l’attractivité de la Bourgogne  qui visera d’une part à insuffler plus de cohérence entre tous les acteurs pour plus d’efficacité et d’autre part à activer tous les leviers de l’attractivité. La Région entend aider à la clarification du rôle chaque intervenant de la politique d’attractivité territoriale (agences locales et régionale de développement, Comité Régional du Tourisme, réseau consulaire…)
Ces leviers trouvent ancrage dans une offre de services aux entreprises et aux actifs et se concrétisent par l’équipement du territoire (zones d’activité, immobilier d’entreprise, réseaux de transports multimodaux, très haut débit), les prestations de services, les politiques de formation (pour répondre aux besoins de compétences) et de recherche. Parallèlement, ils dépendent aussi des services rendus à la population (écoles, garde d’enfants, activité récréatives…) dans le cadre d’une politique d’accueil de nouveaux arrivants et de maintien des habitants sur les territoires et particulièrement les plus ruraux.
Au delà de cette offre de services et de biens proposés aux entrepreneurs, la capacité qu’aura la Bourgogne à attirer de nouvelles activités passera aussi par la promotion économique du territoire (communication extérieure ciblée sur les secteurs d’activité prioritaires, les filières émergentes, les niches et les technologies clés) et la poursuite des actions de prospection, d’accueil et suivi des projets.
Renforcer l’attractivité de notre région passera aussi par des logiques de collaborations ambitieuses avec les territoires voisins. Traditionnellement ouverte sur l’extérieur, la Bourgogne entend construire des partenariats avec les régions voisines dans une logique « gagnant/gagnant ». Dans la suite des coopérations interrégionales déjà implantées, la Région doit aller plus loin dans cette démarche soit dans une logique de projet (PRES Bourgogne-Franche-Comté…) mais aussi dans la prise en compte des bassins de vie interrégionaux.


Attractivité et innovation :
Pour renforcer son attractivité, la Bourgogne peut s’appuyer sur les atouts existants en enseignement supérieur et recherche à travers des structures labellisées et reconnues nationalement et internationalement :

    • son Université avec ses 4 pôles de recherche, ses écoles d'ingénieurs et sa structure de valorisation dans le cadre du PRES Bourgogne Franche-Comté et du Polytechnicum,

    • ses grands équipements et plateformes de recherche agronomique et industrielle (programme d'investissement d'avenir),

    • des centres de recherche privés,

    • ses pôles de compétitivité reconnus et performants,

    • une structuration en grappes d'entreprises et clusters fortement impliqués dans la recherche et l'innovation,

    • un écosystème régional de l'innovation impliquant un grand nombre d'acteurs dynamiques et complémentaires. Forts de leur travail en synergie, ces organismes ont déjà permis l'implantation de plusieurs entreprises internationales.

En outre, la Région possède un solide socle de compétences en recherche qui lui permet d’aller plus loin dans le développement de partenariats public-privé, d’attirer de nouvelles entreprises et centres de recherche, et de favoriser l'essaimage de création d'entreprises innovantes.


Objectif n°3 :

Conforter et développer les ressources des territoires bourguignons.


Par sa géographie, ses ressources naturelles, agricoles et forestières et son patrimoine, la Bourgogne dispose d’opportunités sérieuses pour développer cette économie liée à la valorisation des spécificités régionales, facteur de cohésion et de développement économique sur les territoires.
Cet axe prendra appui principalement sur des secteurs comme l’Agriculture, la Sylviculture, le Tourisme, l’Artisanat ou les Services de proximité :


  • La Bourgogne est un territoire dont les surfaces sont occupées à 90% par l’agriculture et la forêt. Les productions issues de l’agriculture (3,2% du PIB) et de la forêt (2% du PIB) ont un poids important dans l’économie régionale et s’intègrent dans les filières agro-alimentaires ou bois qui sont parmi les piliers économiques de nos territoires. Les actifs des secteurs agricoles et agro-alimentaires rassemblent 6,8% de la population active régionale. Ainsi, la nouvelle SRDE s’attachera à contribuer à l’accroissement de la valorisation de la production agricole et forestière régionale autant dans le cadre de marchés majoritairement à l’export (96% de la production de viande et céréales) que dans le cadre de circuits de proximité basés sur les besoins régionaux. Les facteurs clefs sur lesquels s’appuiera la SRDE sont l’innovation, la durabilité et la qualité pour dynamiser ses activités sur les territoires. Le développement d’activités de seconde transformation sera également recherché.




  • Les patrimoines culturels et naturels de la Bourgogne lui permettent de se positionner comme une destination touristique privilégiée, particulièrement dans le domaine de l’éco-tourisme. Ainsi, le secteur du tourisme constitue une composante à fort potentiel du développement économique régional favorisant l’attractivité de notre région et le développement de l’emploi sur les territoires. Ce secteur pèse en effet 27 000 emplois et 4,1% de l’emploi salarié régional et représente 6,3% du PIB bourguignon. Cette nouvelle SRDE s’appliquera donc à permettre l’émergence d’une offre complète et attractive de services touristiques et de loisirs, à favoriser le développement d’un tourisme responsable et à valoriser ses atouts, en particulier ses axes d’itinérance touristique (voies d’eau, véloroutes et chemins de l’oenotourisme).


Face à une logique économique de plus en plus concurrentielle, les entreprises agricoles, forestières, artisanales, de commerce et de services prennent, à côté du secteur industriel, un poids grandissant sur les territoires et particulièrement les plus fragiles. Cette économie liée aux ressources territoriales intègre à la fois les entreprises de l’économie résidentielle1, mais aussi plus largement les entreprises fortement ancrées localement. Elles sont peu délocalisables et sont sources de richesse pour l’approvisionnement des entreprises industrielles.
Ainsi, la SRDE s’attachera à favoriser le développement de ces entreprises pour assurer l’équilibre entre territoires, pour renforcer l’exportation et ancrer durablement la création d’emplois sur l’ensemble du territoire en Bourgogne. Parallèlement, l’action régionale incitera les dynamiques collectives de filières de proximité à travers une politique de soutien aux filières courtes, à l’économie résidentielle et au secteur artisanal.
De par son implantation tant en ville qu’en campagne, son rôle traditionnel dans la formation des jeunes y compris les plus éloignés de l’emploi, et par la diversité des entreprises qu’il représente, le secteur artisanal sera soutenu par la politique régionale. En cohérence avec les nouvelles orientations de la SRDE, la politique en faveur de l’artisanat soutiendra particulièrement les entreprises et projets favorisant l’emploi et l’apprentissage, le développement de nouveaux marchés et de technologies et l’implication dans une démarche environnementale.

Economie Sociale et Solidaire et Territoires
Le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire apparaît également comme un vecteur important pour le développement de l’économie résidentielle ou de proximité, tant dans les territoires urbains que ruraux. En effet, c’est une économie fortement impliquée sur ses territoires d’implantation qui résiste et crée de l’emploi (sur les 10 dernières années, l’emploi de l’ESS est en croissance de 23% alors qu’il n’est que de 7% pour l’ensemble de l’emploi privé en France). Enfin, son modèle de gouvernance et ses modalités de reprise d’entreprises notamment sous forme collective, les activités dans lesquelles elle se développe (action sociale, enseignement, services aux entreprises et aux particuliers, sports et loisirs, arts et spectacles, commerce…) amènent à l’économie régionale une véritable valeur ajoutée.

En réponse à ces trois objectifs, trois orientations stratégiques de développement économique sont proposées, prenant en compte:

  • le soutien individuel et financier à l’entreprise,

  • l’accompagnement dans la gestion de projets reposant sur des logiques prioritairement collaboratives,

  • la coordination de l’action économique en région.


Parallèlement, la Stratégie Régionale de Développement de l’Agriculture et de la Foret et la Stratégie Régionale de Développement du Tourisme seront mises en œuvre en cohérence avec la SRDE.
Ces trois stratégies seront aussi mises en cohérence avec le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations et la future Stratégie d’Aménagement durable du territoire.


Orientation Stratégique n°1 :

Soutenir les entreprises bourguignonnes dans les phases clés de leur développement à travers un accompagnement ciblé.

  

Permettre l’émergence des entreprises de demain, aider les PME à franchir les caps de croissance nécessaires à leur compétitivité et à la création d’emplois, soutenir les initiatives innovantes sont les conditions de notre développement.
Ainsi, il convient aujourd’hui de poursuivre notre soutien aux dynamiques de création et reprise d’entreprises sur notre territoire en assurant la promotion d’une culture entrepreneuriale forte, en sécurisant le parcours des créateurs à travers le conseil et le soutien financier et en accompagnant ces entreprises dans leurs premières années de vie ainsi que dans les premières étapes de leurs développements.
Dans un contexte de sous-capitalisation des entreprises (étude ACSEL Bourgogne, 2012), de dégradation des marges et de mise en place de nouvelles règles financières (Bâle III), les entreprises françaises vont devoir diversifier leurs sources de financements pour se consolider. Pour autant l'accès aux financements privés et publics reste une condition nécessaire à la création et au développement des entreprises. L’accès à ces financements est d’autant plus difficile lorsqu’il concerne un projet risqué (innovation, exportation…).
De ce fait, la question du financement est un enjeu central de l’action publique en matière de développement économique afin de permettre aux PME Bourguignonne de franchir des caps de croissance et de prendre des risques.
Ainsi, le soutien financier à l’entreprise doit prendre en compte les évolutions rendues nécessaires par la multiplicité des partenaires financiers et par un contexte économique plus contraint. Ces évolutions passeront par :


  • une simplification accrue dans l'accès aux crédits qui reste à construire avec tous les partenaires financeurs publics, dont  la future Banque Publique d'Investissement mais aussi les capitaux risqueurs privés et réseaux bancaires,

  • une plus grande sélectivité des projets soutenus pour renforcer l’efficience des aides publiques mobilisables,

  • une aide financière privilégiant les modes d’intervention les plus efficaces pour l’entreprise, comme les prêts, garanties et les prises de participation au capital en action directe ou indirecte.




Offrir à l’entreprise un accompagnement financier coordonné sur le long terme : le « contrat de croissance ».
Afin d’inciter les entreprises à adopter un positionnement stratégique de moyen terme, l’aide publique régionale sera conditionnée à un projet de développement global, permettant d’aider l’entreprise à positionner son activité et ses compétences sur des marchés en croissance. Notre intervention l’accompagnera ainsi dans ses démarches d’innovation, de développement à l’export, de prise en compte des enjeux environnementaux.

Pour accéder à l’aide publique directe, une entreprise inscrira donc désormais sa demande d’aide dans le cadre d’une démarche plus globale de développement de son activité.

Ce principe sera formalisé par la signature du « contrat de croissance » entre l’entreprise et le Conseil régional de Bourgogne. Ce contrat définira l’intégralité des démarches que l’entreprise devra engager, notamment avec les autres partenaires publics (adhésion à une action collective d’entreprises, inscription à une newsletter, participation à une communauté numérique…) et définira un engagement en terme de suivi du projet et d’évaluation sur 3 ans. Ce contrat de croissance permettra de fournir des réponses adaptées à la stratégie de l’entreprise et l’accompagnera dans les moments clés de son parcours. Dans la même logique, une attention particulière sera portée à la problématique de renforcement des moyens qu’ils soient notamment financiers (renforcement des fonds propres) et/ou humains (développement des compétences des salariés).





Renforcer les outils d’ingénierie financière au service des projets d’entreprises.
L’action publique donne à l’entreprise les moyens de développer son activité et des nouveaux projets, d’acquérir de nouveaux matériels et d’accélérer son investissement afin d’augmenter sa productivité et de conquérir de nouveaux marchés. Pour la période 2014-2020, et en coordination étroite avec la future Banque Publique d’Investissement, le Conseil régional renforcera avec les réseaux bancaires et les autres sociétés de capital risque, la lisibilité et l’amplification des outils régionaux d’ingénierie financière : avances et prêts régionaux, outils de garanties (Bourgogne Garantie) et interventions en capital (IDEB et BCI).
La Région n’ayant pas vocation à se substituer au rôle de l’entrepreneur, elle privilégiera principalement l’octroi de ces moyens sous forme remboursable ou sous forme de prise de participation au capital. La subvention pourra être maintenue dans un cadre spécifique (projet très innovant et/ou dont le retour sur investissement est prévu à plus long terme, crédit-bail, etc.).

Orientation Stratégique n°2 :

Promouvoir l’intelligence collaborative
 

Pour répondre à ce défi de saut compétitif, il s’agira de promouvoir les partenariats et groupements sous toutes leurs formes.
En effet, l’expérience de ces cinq dernières années nous a amenés à faire le constat que c’est en collectif que les innovations et les marchés se gagnent. L’action collective a fait ses preuves : gain de temps et d’argent, renforcement des initiatives. Elle doit évoluer aujourd’hui vers plus de collaboration entre les entreprises.
Cette évolution de l'action publique est inspirée par les nouveaux modèles du développement économique qui fondent la réussite des projets  sur la richesse des échanges inter-entreprises, la proximité avec la recherche et l'innovation, la connaissance des marchés extérieurs et l'ouverture des équipes de direction à leur environnement... Ce sont ces travaux qui sont à l'origine des politiques de clusters et de "spécialisation intelligente" promus par l'Etat et l'Union Européenne.
Il s’agira d’inciter les entreprises à s’ouvrir à des logiques collaboratives plutôt que concurrentielles. Ces logiques pourront s’étendre transversalement à différents secteurs d’activité dès lors que les intérêts économiques des entreprises sont communs.
Depuis quelques années déjà, une part croissante de l'action publique régionale porte sur la mise à disposition de services à l’entreprise : diagnostic technique, veille juridique, assistance d'experts, actions collectives, mise en relation avec d'autres entreprises... Il s’agira de renforcer cette offre en s’appuyant sur un outil numérique performant et interactif s’adaptant en permanence aux besoins du chef d’entreprise.
Cette offre est portée par un réseau de plusieurs centaines d'agents publics généralistes ou spécialistes et constituée d'une dizaine de bases de données économiques, juridiques et techniques et de plusieurs milliers d’actions collectives régionales qu’il conviendra de faire converger pour un efficacité maximum.
En conséquence, l’action régionale se propose d’aller encore plus loin dans la coordination de l’ensemble de ces initiatives et actions collaboratives pour passer du foisonnement d’initiatives et d’outils à une offre plus simple, directement accessible et mieux adaptée aux besoins des entreprises.

L’accompagnement stratégique des entreprises
Bien conduire une stratégie c'est être en avance, visionnaire, audacieux, méthodique et gestionnaire et collaboratif.
La mise en place d’une stratégie globale dans l’entreprise et notamment sur l’impact de l’innovation et de sa protection à travers la propriété intellectuelle et/ou industrielle (PI), reste difficile à appréhender pour la plupart des équipes dirigeantes. Les compétences et capacités d'une entreprise sont plurielles (organisationnelles, techniques, financières) et repose souvent sur la vision du chef d’entreprise et potentiellement de son équipe managériale.
Le Conseil régional pourra proposer un accompagnement stratégique aux entreprises souhaitant passer un cap de croissance ou développer de nouvelles technologies. Cet accompagnement prendra la forme d’un « coaching » des équipes dirigeantes des PME/PMI






Concentrer les actions des filières sur les priorités régionales : innovation, international, développement des salariés et développement durable.
Le dynamisme des entreprises bourguignonnes passe par leur capacité à s’associer au sein de projets collaboratifs. Ces projets doivent devenir le lieu privilégié de promotion des nouvelles priorités régionales.
Cette nouvelle SRDE propose d’aller au delà du simple appui à l’animation et au fonctionnement des filières en orientant principalement les crédits sur la réalisation d’opérations liées au développement du capital humain, à l’innovation, au développement durable, à l’international et à la veille stratégique sur leurs secteurs. Ainsi, la politique régionale agira simultanément sur les différents leviers que ce soit au niveau des aides individuelles (avec notamment le contrat de croissance) ou des aides aux actions collectives dont le bénéficiaire final reste évidemment l’entreprise.





Capitaliser sur les Plans d’Actions Régionaux
- Le PAREX pour l’export
La Bourgogne est l’une des premières régions en France à s’être dotée d’un plan stratégique régional de développement à l’export.
L’objectif est d’encourager les vocations nouvelles mais également de conforter les démarches engagées.
Pour cela, le chef d’entreprise dispose d’un cadre d’intervention sécurisé avec des outils clairement identifiés, des acteurs respectant une complémentarité d’approche, un accompagnement de son projet dans le temps et un réseau mondial d’informations. De quoi libérer les initiatives pour aller chercher la croissance sur les marchés les plus porteurs.
- Le PARI pour l’innovation
Le Plan d’Actions Régional pour l’Innovation (PARI) est composé d’actions qui ont pour objectifs de stimuler et d’accélérer l’émergence, la mise en œuvre et la concrétisation de projets innovants.
Les enjeux ainsi visés concernent le renforcement de la dynamique d’innovation en Bourgogne pour assurer son rayonnement et son attractivité, le développement des activités à forte valeur ajoutée, la création de richesse à long terme et l’augmentation des compétences d’excellence en Bourgogne.
Dans le cadre de la création d’une entreprise ou start-up innovante, il est particulièrement fondamental de s’assurer, en lien avec les structures existantes (Premice, BCI, Bourgogne Angels, la future SATT et la technopôle, et les pépinières d’entreprises), que le porteur intègre des démarches encadrées d’accompagnement de l’amont à la phase de création afin de développer un modèle économique adapté.


Orientation Stratégique n°3 :

Coordonner l’action publique au service des entreprises.

Le contexte économique impose d’aller plus loin dans la qualité et l’efficacité de l’accompagnement rendu aux entreprises. Cette évolution passe d’abord par l’adhésion de l’ensemble des partenaires de l’accompagnement. Plusieurs partenaires ont engagé les réformes nécessaires à cette évolution : les Chambres de Commerce au travers de leurs Schémas sectoriels, les Chambres de Métiers qui ont réussi la régionalisation de leurs services, les opérateurs de financement mobilisés autour du projet de la future BPI mais aussi toutes les filières qu’elles soient engagées dans des CAPéCO ou des contrats de progrès.
La Région entend pleinement jouer son rôle au service de ce besoin de coordination de l’action publique. Sa responsabilité est de fournir de nouveaux moyens de concertation, d’expertise, d’animation et d’évaluation à tous ses partenaires, y compris les territoires. L’objectif clairement affiché ici est de construire collectivement une offre d’accompagnement publique claire, complète et réactive pour les entreprises bourguignonnes.
En effet, coordonner l’accompagnement public, c’est construire avec les partenaires un projet ambitieux, c’est se donner les moyens pour le réussir et c’est évaluer, suivre et ajuster en toute transparence les programmes que nous pilotons ensemble.
La Région recherchera l’adhésion des acteurs et partenaires du développement économique pour mettre en œuvre ces nouvelles orientations.


Créer un « observatoire régional de l’action économique ».
Redonner du sens à l’action économique implique de qualifier celle-ci et de disposer d’outils d’information simples permettant l’aide à la décision.
L’observatoire régional de l’action économique agrégera l’information sur l’accompagnement des projets d’entreprises, conduira des analyses et proposera en continu des pistes d’évolution pour nourrir la dynamique régionale. Cet observatoire devra être constitué avec les partenaires de référence et permettra d’avoir une appréciation de l’action économique rendue par territoire.




Mobiliser une offre de services et une équipe d’experts autour des projets.
Notre objectif est de proposer aux créateurs et aux entreprises la possibilité de construire leurs projets par le biais d’une offre de service complète organisée autour du réseau des agents publics.
La Région s’attachera donc à initier, rendre visible et mobiliser conjointement l’ensemble des services aux entreprises dans une logique d’accompagnement sur le moyen terme. Le porteur de projet se verra proposer un « bouquet de services » validé par un groupe d’experts. Ce bouquet rassemblera l’ensemble des prestations adaptées à son projet, quelque soit l’organisme qui en porte la responsabilité. Pour ce faire, les accompagnateurs de développement économique disposeront d’outils de détection des projets, d’informations et de suivi de l’ensemble des services. L’entreprise sélectionnera les services qui lui paraissent les plus adaptés et engagera alors un parcours d’accompagnement.

Afin d’assurer la fluidité du parcours et la complémentarité des services proposés, un référentiel commun sera mis en place. L’adhésion à cette démarche et le respect de ce référentiel devront être formalisés et contractualisés.




Animer un guichet unique des aides et des services
Avec plus de 15 000 contacts partagés et 7 000 dossiers gérés en ligne avec « J’Entreprends en Bourgogne », notre région est pionnière en matière de services collaboratifs numériques aux entreprises. Pour améliorer le service rendu et accélérer le recours des Technologies de l’Information et de la Communication dans la gestion de projet par l’entreprise, elle doit construire une offre innovante avec ses partenaires locaux et nationaux.
Dans la suite des démarches déjà engagées à travers la plateforme collaborative et le dossier unique d’aide de « J’Entreprends en Bourgogne », il s’agit ici non seulement de coordonner l’attribution de soutiens financiers à l’entreprise (guichet unique des financements), mais au-delà, d’organiser l’offre de services aux entreprises et à ses projets de développement (de la pré-détection des entreprises et de leurs besoins à l’accompagnement du projet et à son suivi dans le temps) porté par le réseau des acteurs. Cette vision portée par la Région se traduira d’une part à travers la coordination de tous les moyens d’attribution des financements publics mais aussi la capacité de mobiliser conjointement l’ensemble des services techniques aux entreprises, dans une logique d’accompagnement sur le moyen terme. Ainsi, grâce à la mise en place d’une nouvelle plateforme numérique, les opérateurs économiques de Bourgogne seront en mesure de proposer une porte d’entrée commune et un suivi collectif de chacun des services existants.



1 Regroupe l’ensemble des activités produisant localement des biens et services visant la satisfaction des besoins des personnes présentes sur le territoire.



DIE – 12/12/2012

similaire:

Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des iconNous vous proposons un concept et des produits
«maison est en bois» qu’elle est automatiquement performante et écologique, notre proposition est à la fois performante (15 kWh/m²/an...

Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des iconNous vous proposons un concept et des produits
«maison est en bois» qu’elle est automatiquement performante et écologique, notre proposition est à la fois performante (15 kWh/m²/an...

Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des iconRecherche : Quels enjeux pour le développement ?
«Base of the Pyramid» (BoP). Elles consistent à créer une offre de biens et services destinée et adaptée aux besoins des quatre milliards...

Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des iconRecherche : Quels enjeux pour le développement ?
«Base of the Pyramid» (BoP). Elles consistent à créer une offre de biens et services destinée et adaptée aux besoins des quatre milliards...

Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des icon2016 – sujet d’ÉCO/droit métropole septembre – Partie Économie
«Quelle est l'économie qui a du sens, qui crée des emplois non délocalisables ? C'est l'économie sociale et solidaire», s'est félicitée...

Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des icon17 Programme Assos pour vos activités
«Le livre qui court», une bibliothèque participative, dont le but est de partager les livres qu’on aime

Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des iconLe groupe esfin-ides
«Entreprise Solidaire» qui permet de donner aux entreprises d’insertion les moyens de leur consolidation et de leur développement...

Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des iconCours En seconde, l’économie est souvent définie comme l’étude de...
...

Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des iconFonctions et missions de conseil et d’observation
«Associer à l’élaboration d’une réforme les acteurs économiques et sociaux est à la fois une marque de bonne santé démocratique et...

Une économie régionale plus performante, c’est gage de plus d’emplois, de plus de richesses à partager et de plus de possibilités pour le développement des icon«L’économie, c’est l’art de faire au mieux avec ce dont on dispose»
«L’économie est, non pas une discipline achevée, mais une science elle-même toujours en voie de développement»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com