Document 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier





télécharger 37.45 Kb.
titreDocument 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier
date de publication01.08.2017
taille37.45 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos

DOCUMENT 1 : L’évolution du taux d’investissement




Source : TEF 2004/2005, p 109

Document 2 : L’effet de levier


« A priori, il est toujours plus rentable d’utiliser son épargne pour dépenser que d’effectuer un emprunt, car cela permet d’éviter de payer les intérêts financiers liés au prêt. Ceci est aussi vrai pour les entreprises que pour les particuliers.

Mais cela est-il toujours vérifié ? En fait, non. Dans certains cas, une entreprise peut avoir intérêt, pour financer son investissement, à s’endetter.

Pour comprendre cela, il faut se mettre à la place des actionnaires. Ils ont placé dans l’entreprise une certaine somme d’argent, en échange de la possession d’une partie du capital. En contrepartie, ils espèrent faire fructifier cette somme. Ils calculent donc le taux de rentabilité financière, égal à : ((EBE – intérêts)/fonds propres)x100. L’EBE mesure l’excédent brut d’exploitation, c’est-à-dire la marge réalisée par l’entreprise par son activité, et les fonds propres représentent le capital effectivement apporté par les actionnaires.

Ainsi, par exemple, si l’EBE d’une entreprise est de 100 000 euros, les intérêts à payer de 10 000 euros, et les fonds propres de 1 millions d’euros, alors le taux de rentabilité financière est de 9%. Cela signifie que chaque actionnaire qui a investi 100 euros dans l’entreprise, va recevoir en moyenne annuellement en contrepartie l’équivalent de 9 euros. Ce taux n’est pas à confondre avec le taux de rentabilité économique de l’entreprise, égal à (EBE/capital permanent)x100, qui mesure quant à lui l’efficacité globale de l’entreprise dans son activité productive, à partir de l’ensemble des facteurs de production utilisés.

Ceci posé, analysons la situation d’une entreprise dans deux cas différents :



Cas 1


Cas 2

Fonds propres

1 million

500 000

Dettes

0

500 000

Capital permanent

1 million

1 million

Taux de rentabilité économique

10%

10%

EBE

100 000

100 000

Taux d’intérêt

5%

5%

Montant des intérêts

0

25 000

EBE – intérêts

100 000

75 000

Taux de rentabilité financière

10%

15%

Dans le premier cas, l’entreprise a choisi de ne pas s’endetter. Les actionnaires ont donc dû avancer la totalité du capital utilisé, ce qui entraîne pour eux un taux de rentabilité de 10%. Dans le second cas, l’entreprise a choisi de s’endetter. Avec la même activité économique, les mêmes résultats et la même efficacité productive, les actionnaires ont un taux de rentabilité financière cette fois-ci supérieur (15%).

Cette effet est appelé effet de levier : lorsque le taux de rentabilité économique est supérieur au taux d’intérêt, il est plus rentable pour les actionnaires que l’entreprise s’endette pour investir. A l’inverse, si le taux d’intérêt devient supérieur au taux de rentabilité économique, on assiste alors à un effet boomerang : le taux de rentabilité financière devient inférieur à ce qu’il aurait été dans le cas où l’entreprise ne se serait pas endettée »

  1. Qu’est-ce-qu’un effet levier ?

  2. Pourquoi les actionnaires ont-ils parfois intérêt à ce que l’entreprise s’endette pour investir ?

  3. Imaginons que le taux d’intérêt passe à 15%. Comment évolue alors la rentabilité financière ?

  4. Jusqu’à quel taux d’intérêt l’entreprise est-elle incitée à s’endetter ?



DOCUMENT 3 : L’évolution du taux de marge


Part de l’excédent brut d’exploitation dans la valeur ajoutée



Source : INSEE, comptes nationaux, reproduit dans L’économie française 2002, éditions la découverte, p35

DOCUMENT 4 : L’évolution du financement des entreprises





En milliards d’euros

1980

1990

2000

A- autofinancement

28.2

97.5

126.7

B – émission d’actions

7.9

33.6

113.7

C – endettement sur les marchés*

2.6

15.1

42.7

D – endettement auprès des banques

18.1

59

59.9

Total des financements

56.8

205.2

343

* émissions nettes de titres du marché monétaire et d’obligations


En % du total

1980

1990

2000

A- autofinancement

49.6

47.5

36.9

B – émission d’actions

13.9

16.4

33.1

C – endettement sur les marchés*

4.6

7.4

12.5

D – endettement auprès des banques

31.9

28.7

17.5

Total des financements

100

100

100

DOCUMENT 5 : Le principe de l’accélérateur est-il empiriquement vérifié ?



DOCUMENT 6 : Le profit est-il une variable déterminante ?





Reproduit dans Les échos, 18 Février 1998

DOCUMENT 7 : L’influence du taux d’intérêt sur l’investissement




Note : le taux d’intérêt retenu est le taux d’intérêt réel, c’est-à-dire le taux d’intérêt nominal moins l’inflation courante
Document 8 : Choisir la meilleure combinaison productive

Une entreprise produisant des pneus utilise, pour réaliser sa production mensuelle, 50 salariés à temps plein et 20 machines-outils identiques. Chaque salarié est payé 1 700 euros bruts de l’heure, et chaque machine lui revient en moyenne chaque mois à 1 500 euros.

  1. Calculez le coût total mensuel pour l’entreprise

Après une étude, l’entreprise s’aperçoit qu’elle peut produire la même quantité de pneus mensuelle, mais en utilisant les combinaisons productives suivantes :

  1. 60 salariés et 10 machines

  2. 40 salariés et 30 machines

  1. Quelle combinaison va-t-il choisir parmi les trois possibles ? Pourquoi ?

Suite à une réduction de charges sociales, chaque salarié ne coûte plus à l’entreprise que 1 400 euros bruts par mois.

  1. Quelle combinaison productive l’entreprise va-t-elle alors retenir ? Que pouvez en déduire ?


DOCUMENT 7 : L’influence du taux d’intérêt sur l’investissement




Note : le taux d’intérêt retenu est le taux d’intérêt réel, c’est-à-dire le taux d’intérêt nominal moins l’inflation courante
Document 8 : Choisir la meilleure combinaison productive

Une entreprise produisant des pneus utilise, pour réaliser sa production mensuelle, 50 salariés à temps plein et 20 machines-outils identiques. Chaque salarié est payé 1 700 euros bruts de l’heure, et chaque machine lui revient en moyenne chaque mois à 1 500 euros.

  1. Calculez le coût total mensuel pour l’entreprise

Après une étude, l’entreprise s’aperçoit qu’elle peut produire la même quantité de pneus mensuelle, mais en utilisant les combinaisons productives suivantes :

  1. 60 salariés et 10 machines

  2. 40 salariés et 30 machines

  1. Quelle combinaison va-t-il choisir parmi les trois possibles ? Pourquoi ?

Suite à une réduction de charges sociales, chaque salarié ne coûte plus à l’entreprise que 1 400 euros bruts par mois.

  1. Quelle combinaison productive l’entreprise va-t-elle alors retenir ? Que pouvez en déduire ?

similaire:

Document 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier iconDocument 3 : L’évolution quantitative de la consommation
«Estimating world gdp, one million B. C. – present», reproduit dans Agnès Bénassy-Quéré, Politique économique, De Boeck, 2005

Document 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier iconProgramme Facing Societal, Climate and Environmental Changes Edition...
«document scientifique» est la description scientifique et technique de la proposition de projet

Document 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier iconDes éléments de correction sont disponibles à la fin du document
«Une représentation du fonctionnement de l’économie». En effet, un certain nombre de mots de vocabulaire sont utilisés (pib, balance...

Document 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier iconAnnexe 2 : augmentation de la population et front pionniers
«Le peuplement de l’Amazonie», document b «Le sort des Indiens du Mato Grosso», document 1 page 196 «Un défrichement avant l’exploitation...

Document 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier iconDocument 2 : Evolution du taux de chômage
«On ira à la pêche ce week-end», plaisante Andreï, un plombier joufflu. «Avec une bouteille de whisky, c’est encore permis !» Et...

Document 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier iconEnseignant-chercheur en économie internationale à l’istom, école...
«les taux d’épargne et d’investissement sans cesse croissants, pour un taux de croissance stable autour de 8 par an, sont un symptôme...

Document 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier iconAutoévaluation
«Annexes» : IL s’agit d’un document que l’école peut joindre en document annexe au dossier de demande d’accréditation

Document 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier iconQuestion de synthèse étayée par un travail préparatoire
«ouvriers» et «cadres», montrez que ce document illustre le phénomène de la reproduction sociale ? (Document 3) (1,5 points)

Document 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier iconPolitique monetaire et chomage
«choc de taux d’intérêt réel» (taux nominal moins inflation anticipée). Les taux réels auraient atteint un niveau tel que l’investissement...

Document 1 : L’évolution du taux d’investissement Source : tef 2004/2005, p 109 Document 2 : L’effet de levier iconPréparation au Bac – Analyse d'un document d'histoire (Thème 1) Sujet...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com