Economie / Développement / Zone franc / uemoa





télécharger 10.69 Kb.
titreEconomie / Développement / Zone franc / uemoa
date de publication10.07.2017
taille10.69 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Economie / Développement / Zone franc / UEMOA

Zone franc : Bonnes perspectives malgré la crise
(MFI / 10.04.12) La réunion de printemps des ministres de l’Economie et des Finances de la Zone franc a permis d’envisager avec un certain optimisme les perspectives de croissance des pays concernés malgré la crise.
Les ministres des Finances, les gouverneurs des banques centrales et les présidents des institutions régionales de la Zone franc se sont réunis le 6 avril dernier à Paris, sous la présidence de François Baroin, ministre français de l’Economie, des Finances et de l’Industrie. Les participants se sont notamment félicités des résultats encourageants observés en 2011 et des perspectives de croissance prometteuses dans chacune des sous-régions. Pour François Baroin, les institutions et les mécanismes de la Zone franc « ont fait preuve de leur capacité à protéger les Etats-membres contre les désordres de change internationaux et à offrir un contexte macro-économique favorable à une croissance soutenue et gardent toute leur modernité ».
La croissance devrait reprendre en 2012
Dans un récent rapport sur la zone de l’Union économique et monétaire des Etats de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA), le Fonds monétaire international (FMI) estime pour sa part que la croissance pourrait s’accélérer et atteindre plus de 6 %. Elle devrait s’établir autour de 6 % en Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) et s’améliorer aux Comores pour atteindre 3 %. Les tensions inflationnistes, résultant de la hausse des prix des produits alimentaires et de l’énergie, resteraient quant à elles contenues.

Selon le Fonds, la région a fait face en 2011 à plusieurs défis : intensification de la crise politique en Côte d'Ivoire, flambée des prix des denrées alimentaires et carburants en début d'année et, par la suite, grave sécheresse au Sahel. En conséquence, la croissance a chuté et l'inflation a enregistré une hausse temporaire début 2012. La croissance devrait reprendre en 2012 avec la sortie de crise en Côte d'Ivoire, mais elle présente des risques à la baisse, le principal étant la dégradation continue de l'environnement extérieur, surtout dans la Zone euro si la crise ne trouve pas un dénouement rapide. La Zone euro étant le principal partenaire commercial de la région, celle-ci pourrait en pâtir par les canaux du commerce, des envois de fonds de travailleurs émigrés, des termes de l'échange, de l'investissement direct étranger, voire de l'aide.

Pour les économistes, l'approfondissement du système financier doit se poursuivre résolument. Il requiert une accélération des réformes, à commencer par le développement du marché interbancaire et le renforcement du marché de la dette publique - et notamment des capacités nationales de gestion de la dette. Pour les pays membres de l’UEMOA (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo), des risques de dégradation subsistent étant donné la crise en Europe et la sécheresse actuelle au Sahel. Des mesures appropriées devront être prises sur ce plan si ces risques se matérialisent.

Les participants à la réunion de Paris ont pris acte de l’état de la convergence des politiques macro-économiques au 31 décembre 2011 dans la Zone franc et se sont mis d’accord pour travailler à renforcer l’intégration régionale. Se réjouissant de la baisse du coût des transferts en provenance de France, Henri de Raincourt, ministre chargé de la Coopération, a présenté les conclusions du G20 visant à faciliter les transferts de fonds des migrants et à réduire de 10 à 5 % leur coût moyen à l’horizon 2014.

Les ministres et les gouverneurs ont également débattu des subventions sur les produits pétroliers en Zone franc.
Vers un ajustement progressif des prix
Les représentants du FMI et de la BAD ont, à cette occasion, précisé les enjeux et les risques macro-économiques, budgétaires et sociaux associés à la hausse durable des prix des produits pétroliers tandis que les ministres ont reconnu la nécessité de faire évoluer les dispositifs actuels vers un ajustement progressif des prix, parallèlement à la définition de mesures socialement ciblées. En réponse au besoin d’accompagnement technique et de concertation régionale sur ce sujet, afin notamment de limiter les distorsions transfrontalières, le FMI et la BAD ont exprimé leur disponibilité. En outre, la Commission de l’UEMOA a annoncé la révision de la directive sur l’harmonisation de la taxation des produits pétroliers. La Commission de la CEMAC engagera une réflexion en vue d’établir un cadre régional harmonisé.

Les ministres se sont concertés en vue des assises de printemps du FMI et de la Banque mondiale. Ils ont notamment invité ces institutions à suivre la mise en œuvre des avancées significatives réalisées par le G20 en matière de développement et ont appelé les Etats-membres du FMI à apporter les ressources additionnelles nécessaires pour lui permettre de jouer pleinement son rôle de rempart contre le risque systémique.

Concernant, enfon, les transferts de fonds des migrants, la Banque mondiale estime qu’ils ont représenté 440 milliards de dollars en 2010 au niveau mondial. La part de ces flux destinés aux pays en développement serait de 375 milliards de dollars en 2012. Les flux des transferts des migrants vers l’Afrique ont quadruplé depuis 1990 pour atteindre plus de 40 milliards de dollars en 2010, soit 2,7 % du PIB. Ce montant, basé sur les données officielles des statistiques de la balance des paiements du FMI, est probablement assez largement sous-estimé. Ainsi le montant réel de transferts vers l’Afrique pourrait être supérieur à l’aide publique au développement (47,3 milliards de dollars en 2010) et même aux investissements directs étrangers (55 milliards de dollars en 2010).
Marie Joannidis

similaire:

Economie / Développement / Zone franc / uemoa iconLe franc cfa, son histoire, le mecanisme de sa garantie et son role...
«la zone franc», d’où l’utilisation du franc cfa. Le présent exposé abordera en premier lieu le franc cfa dans son ensemble, ensuite...

Economie / Développement / Zone franc / uemoa iconEconomie / Zone franc / Monnaie La Zone franc se porte relativement bien

Economie / Développement / Zone franc / uemoa iconEconomie / France / Afrique La Zone Franc fête ses quarante ans
«les pays de la zone franc sont en train de rater le coche du renouveau économique», à la différence de leurs pays voisins qui disposent...

Economie / Développement / Zone franc / uemoa iconDu franc-or au franc de quat’ sous – du franc fort a l’euro

Economie / Développement / Zone franc / uemoa iconRencontre entre la France et les représentants de la Zone Franc

Economie / Développement / Zone franc / uemoa iconPréparation du Sommet de Londres Rencontre entre la France et les représentants de la Zone franc

Economie / Développement / Zone franc / uemoa iconZone franc / Euro
«gens souhaitent que le cfa flotte librement»… mais que le sujet n'est pas véritablement à l'ordre du jour

Economie / Développement / Zone franc / uemoa iconRéunion des Ministres des Finances de la Zone Franc

Economie / Développement / Zone franc / uemoa iconLe programme européen pic leader+ (Programme d'Initiative Communautaire...

Economie / Développement / Zone franc / uemoa iconZone euro / Economie / bce
«plus proche que jamais» de ce que souhaitait le gouvernement britannique, a déclaré David Cameron, dont le pays n’est pas membre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com