Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le





télécharger 21.29 Kb.
titreLe marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le
date de publication09.07.2017
taille21.29 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le

mouton prolifère-t-il alors que le tigre disparaît ?

Introduction
Tous les biens n’ont pas le même statut et il y a des biens qui ne sont pas des biens privés :

  • Biens privés (mouton)

  • Ressources naturelles (tigre)

  • Biens publics


Problématique : les autres biens sont hors marchés donc quel est leur niveau de production et quel est leur financement ?


  1. Si le mouton prolifère alors que le tigre disparaît, c’est que l’un est un bien privé tandis que l’autre est une ressource naturelle.


11. Le mouton est un bien privé que ses propriétaires ont intérêt à faire se multiplier.
111. Par sa domestication le mouton est devenu un bien privé.
Le mouton est régi par le principe d’exclusion : si on ne paye pas le prix, on n’a pas le mouton.
 Différence avec ressource naturelle et bien public.
112. C’est parce qu’il est un bien privé que le mouton prolifère.
Il a intérêt à multiplier la production. Dès lors qu’un bien est un bien privé, sa production est régi par maximisation du profit et demande.

12. À l’opposé, le tigre est une ressource naturelle dont nul n’a intérêt économique à prendre soin.
121. Le tigre est une ressource naturelle.
La ressource naturelle est limitée mais non exclusive (on n’en est pas exclu par le prix). Exemple : les poissons qui existent dans la mer quand on va, nous, les payer. De même, l’eau de source lorsque c’est nous qui allons la boire directement à la source. Circuler sur une route peut être un bien public ou une ressource naturelle (ça dépend de l’encombrement).
Un bien public est non exclusif et non limité.
122. Nul n’ayant intérêt à protéger le tigre, il tend à disparaître.
En effet chacun a tendance à exploiter le tigre ou les poissons dans la mer (ex. conflit entre pêcheurs français et espagnols). Les poissons ont donc tendance à disparaître.

Cf. texte en ligne de Hardin.

On va protéger le tigre en le rendant privé exemple : enclosure qui consiste à transformer les common (champs communs au RU) en biens privés en les entourant d’enclos

Mais il existe une autre voie pour protéger les ressources naturelles : cf. deuxième partie.


  1. La protection de la ressource naturelle que constitue le tigre peut être considérée comme un bien public et pose la question de la production de ce type de bien et de son financement.


21. La protection de la ressource naturelle que constitue le tigre est un exemple de bien public.
211. Les biens publics s’opposent aux biens privés.
Un bien public est non limité et non exclusif : personne ne peut être écarté de sa consommation et la consommation par un individu ne nuit en rien la consommation par un autre individu (première définition en 1954 par Samuelson)

Bien public pur : phare par exemple.
211. La protection du tigre est un exemple de bien public.
Le fait de vouloir protéger le tigre n’est pas exclusif car tt le monde bénéficie de la même manière de la protection du tigre. Mais la production du tigre n’est pas limitée car le fait que certains en jouissent ne limite pas la satisfaction des autres.
 La protection du tigre s’apparente à un bien public.
Exemple du feu d’artifice : bien public non limité non exclusif
 Comportement du free rider (terme introduit par Pukanam ? en 1969) , du cavalier libre, du passager clandestin : participer au feu d’artifice sans payer.

 C’est la mairie qui devra payer !
22. Cet exemple amène à poser la question de la production des biens publics
221. Le choix de la quantité de bien public devant être produite pourrait procéder de l’expression des préférences des agents économiques.


  • Le modèle de Lindahl (D2.15) : 1919


Comment peut-on essayer de faire révéler aux agents leurs préférences en matière de biens publics.



L’individu A serait prêt à tout payer pour avoir le bien public. Mais pour la deuxième unité, il ne serait prêt que à en payer 80% et ainsi de suite en décroissant au fur et à mesure que les unités de bien public augmentent.

A l’intersection des courbes, les contributions des deux acteurs vont couvrir le coût total. Le point K n’est pas possible car au point K l’individu rouge est prêt en financer 40% et l’individu bleu aussi donc la somme 490+40=80% < 100 %

Au point W, c’est possible mis pas optimal car 55% et 60% donc 115%> 100% !
Les points avant le point Z sont possibles mais pas parétiens. Le point Z est parétien et révèle à la fois les quantités à produire et les contributions.
Le modèle de Lindahl consiste à faire révéler aux agents leur préférence en matière de biens publics.
Evidemment dans ce cas il n’y a pas de passager clandestin. Quelle situation en cas de passager clandestin.
222. L’existence de comportements de passager clandestin ouvre la voie à l’intervention publique en matière de production et de financement des biens publics.
La généralisation du modèle de Lindahl par Paul Samuelson
TMS= contributions de chacun

Assez proche du mode de raisonnement de Lindahl

Les agents économiques ont des comportements de passager clandestin
Le comportement des individus fait que l’on arrive jamais à avoir des financements volontaires pour participer au financement des biens pour la collectivité ie biens publics.
Si nombre de passagers clandestins il y aura quand même un bien public, même si pas niveau optimal.

 L’existence de passager clandestin n’empêche pas la production de bien public.

Si le nombre de passagers clandestins important alors ou bien : bien public pas produit alors

    • soit tout le monde est content alors pas d’erreur quant à recherche de situation optimale car correspond aux préférences des agents

    • soit les gens ne sont pas contents et chacun est mené à révéler une partie de ses préférences : si une partie des préférences n’est pas suffisant, raisonnement recommence.

Ou bien le comportement de passager clandestin de concerne qu’une partie très faible des consommateurs alors pas d’effet sur optimalité soit beaucoup de passagers clandestins et petit à petit les préférences se révèlent quand même car sinon pas de bien public. Mais dans la pratique il faudrait beaucoup de temps, beaucoup d’itérations (marchandage qui n’existe nulle part) même si l’on pense que le comportement de passager clandestin a beaucoup – de chance de faire capoter le système, en réalité il n’y a pas de processus qui permette cette approche de négociation.
L’existence de comportements de passager clandestin justifie l’intervention publique en matière de production et de financement de biens publics.

Un pouvoir politique va prendre la décision de faire un feu d’artifice : c’est son programme. La révélation des préférences a lieu au moment du vote. Une fois qu’il est élu, il finance le feu d’artifice par des contributions obligatoires et on pas par les contributions volontaires

On ne peut pas financer de manière volontaire des biens dont l’accès est non limité et non exclusif.

Ex. sécurité routière La collectivité ne va pas utiliser toutes ses ressources pour la sécurité routière mais en même temps elle voudrait plus de sécurité. Un pouvoir politique va se faire élire sur un programme pour plus de sécurité routière mais il ne sait pas combien en veut la collectivité ?
Analyse coûts/avantage
Estimation de la vie humaine pour savoir combien il faut investir.
Le marché est pratique car révélation des préférences rend facile organisation de l’économie. Avantage que la plus grande partie des biens déterminée par procédures de marché.
Conclusion :


  • la disparition du tigre n’est pas une fatalité


On construit des procédés d’analyse et des mécanismes pour protéger des biens publics. Après problème de la révélation des préférences pour savoir combien la collectivité est prête à financer la protection des biens publics.


  • L’organisation pour la puissance publique de la production des biens publics permet de pallier un échec de marché.

similaire:

Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le iconLe marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique ?...

Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le iconLe marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (3)...

Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le iconTerre d’élection de l’intervention publique dans ses fonctions régaliennes...

Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le iconDocument 1 : L’autorégulation du marché (Bréal, 2005)
«Les motifs de l'intervention publique», Cahiers français n° 313, mars-avril 2003

Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le iconThème 5 : régulations et déséquilibres macroéconomiques
«le cadre réglementaire dans lequel s’exercent les activités économiques»; l’intervention, publique passe par le budget mais aussi...

Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le icon2 l’intervention de l’Etat dans le marché 2 Le concept d’effet externe (ou externalité)
«chaîne dorée» entre l’Etat et le capital : la dette publique, cette dette est publique car aucun gouvernement ne peut laisser passer...

Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le iconQuestionnaire : Lien vers la vidéo
«marché concurrentiel». Expliquer pourquoi le marché des boissons gazeuses ne correspond pas à un marché concurrentiel

Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le iconRevue de presse du 25 novembre 2014
«Si nous n’avions pas pris cette décision la France n’aurait jamais accueilli cette compétition»

Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le iconCommission nationale à l’économie sociale et solidaire
«d’économie capitaliste», cette thèse sous-tend que le «marché» est nécessairement premier et qu’en conséquence l’intervention publique...

Le marché n’aurait-il jamais besoin de l’intervention publique (2) ? Pourquoi le iconActivité : Les budgets des administrations publiques (travail sur Internet)
«Pourquoi la puissance publique intervient-elle dans la régulation des économies contemporaines ?» : les différentes fonctions économiques...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com