1. des structures comparables mais des objectifs differents





télécharger 36.39 Kb.
titre1. des structures comparables mais des objectifs differents
date de publication07.07.2017
taille36.39 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Réserve fédérale américaine et Banque centrale européenne :

convergences et divergences de natures institutionnelles et politiques
Parfois louées pour leur capacité à prévenir une récession imminente, les banques centrales sont souvent sévèrement critiquées pour ne pas suffisamment soutenir la croissance. Dans ce contexte, la Réserve fédérale américaine (FED) et la Banque centrale européenne (BCE), responsables des politiques monétaires des deux plus grandes puissances économiques mondiales, font l’objet d’une attention particulière. La FED a été créée en 1913 pour assurer la cohérence de la politique monétaire sur l’ensemble des États-Unis. En comparaison, la BCE est une institution toute récente puisqu’elle a commencé à fonctionner à partir de juillet 1998 d’abord pour régler les aspects techniques de la construction de l’union monétaire puis pour décider de la politique monétaire après le lancement de l’euro en janvier 1999. Cette différence fondamentale conduit à relativiser les comparaisons trop mécaniques entre les deux institutions. Il faut effectivement du temps pour qu’une banque centrale rode son organisation interne et son dispositif de politique monétaire ; il lui en faut également pour asseoir sa crédibilité aux yeux des marchés et de l’opinion publique. Cependant, cette réserve d’ordre méthodologique n’interdit pas de tirer des enseignements de l’étude symétrique des deux institutions, d’autant plus intéressante que si l’action de la FED est traditionnellement associée aux performances de la croissance américaine et constitue dès lors l’étalon de nombreux commentaires critiques concernant l’action de la BCE. Cette chronique présente les convergences et divergences entre les deux institutions mais également entre les politiques que celles-ci mènent. Une attention particulière est portée aux contraintes propres à la BCE dont l’appréhension est indispensable à toute évaluation de l’action de cette institution. Enfin, une annexe fait le point sur les modifications très récentes du statut de la Banque centrale européenne en vue de l’élargissement.
1. DES STRUCTURES COMPARABLES MAIS DES OBJECTIFS DIFFERENTS
1.1. Des structures comparables...

1.1.1. LA STRUCTURE FEDERALE DES DEUX INSTITUTIONS

La FED reproduit, dans le domaine monétaire, la structure fédérale des États-Unis. Le centre de décision est le Board of governors de la Réserve fédérale, composé de 7 membres, dont un président et un vice-président désignés par le président des États-Unis et confirmés par le Sénat. À côté de cette structure, le Banking act de 1933-1935 a créé le FOMC (Federal Open Market Committee) en charge des décisions essentielles de la politique monétaire et en particulier de la fixation des taux d’intérêt directeurs. Le FOMC rassemble les 7 membres du board, et les présidents des douze FED régionales. Mais, seuls cinq parmi ces douze présidents disposent, à tour de rôle, d’un droit de vote. Le FOMC prend ses décisions à la majorité. De ce fait, le « centre » représente 7 voix et la « périphérie » 5. Pour fixer le statut et les règles de fonctionnement de la BCE, les rédacteurs du traité de Maastricht se sont inspirés à la fois de l’exemple de la Bundesbank et de celui de la FED. Il n’est donc pas étonnant de constater certaines similitudes des deux côtés de l’Atlantique. C’est le Conseil des gouverneurs de la BCE qui, à la majorité simple, arrête la politique monétaire de la zone euro. Comme le FOMC, il associe des représentants du « centre » et de la «périphérie », mais dans des proportions différentes. En effet, il rassemble les 6 membres du directoire (dont le président et le vice-président de la BCE) et les 12 gouverneurs des banques centrales nationales).
Malgré ces similitudes, la BCE n’est pas une entité pleinement fédérale, même si les décisions prises à la majorité simple par le Conseil des gouverneurs donnent un caractère fédéral à la politique monétaire européenne. En effet, les banques centrales nationales disposent, dans le contexte européen, de plus de compétences que les FED régionales aux États-Unis puisqu’elles assurent, en liaison avec la BCE, le bon fonctionnement des systèmes de paiement. Dans de nombreux États membres, elles remplissent également un rôle essentiel en ce qui concerne la supervision bancaire et le contrôle prudentiel. Le maintien de cet équilibre dépendra, à terme, de l’évolution institutionnelle de l’Europe.

1.1.2. DES REGLES D’INDEPENDANCE ET DE RESPONSABILITE COMPARABLES

L’indépendance de la FED comme celle de la BCE est garantie de manière statutaire. Il s’agit avant tout d’une indépendance vis-à-vis des gouvernements nationaux (elle est prévue par l’article 108 du traité CE dans le cas de la BCE). Cette indépendance se traduit également, dans les deux cas, par le caractère non-renouvelable des mandats des membres du Board of governors de la FED et du directoire de la BCE. Indépendance ne veut pas dire irresponsabilité. À cet égard, le système de responsabilité de la FED est relativement complet puisqu’il comprend le compte rendu devant le Congrès, deux fois par an, de l’évolution récente et des perspectives à court terme de la politique monétaire (procédure Humphrey-Hawkins), des auditions fréquentes du président et des autres membres du Board of governors par les deux chambres du Congrès. Il s’appuie aussi sur la publication des minutes du FOMC environ 6 à 8 semaines après les réunions de ce comité. Le traité de Maastricht a prévu certaines dispositions pour la transparence et la communication de la BCE (l’article 113 prévoit, par exemple, que la BCE rend compte de son action au Conseil et au Parlement par l’intermédiaire de la remise d’un rapport annuel et l’article 109, la participation – sans voix délibérative - du président du Conseil et d’un membre de la Commission aux réunions du Conseil des gouverneurs de la BCE). Cependant, la BCE elle-même a pris certaines initiatives afin d’accroître la transparence de son fonctionnement. Ainsi, le président de la BCE a décidé, en décembre 1999, de publier une projection d’inflation et s’est plié de manière très fréquente à l’exercice des conférences de presse. En revanche, et malgré les revendications du Parlement européen, la BCE refuse de publier les procès-verbaux des réunions du Conseil des gouverneurs au motif que le caractère multinational de cette instance rend très délicate une telle publicité. Dans ce domaine, la BCE est donc moins avancée que la FED.
1.2. ... mais des objectifs finals et intermédiaires différents

1.2.1. LES OBJECTIFS FINALS

Les objectifs finals constituent les variables qui vont permettre d’évaluer les résultats obtenus par la Banque centrale et qui, par hypothèse, ne sont pas sous son contrôle direct. Le Federal Reserve Act, amendé par la loi sur le plein emploi et la croissance équilibrée de 1978, assigne « le plein emploi, la stabilité des prix et la modération des taux d’intérêt à long terme » comme objectifs finals pour la FED. Celle-ci se voit donc assigner un mandat dual, qui place sur le même plan ces divers objectifs et laisse à la FED toute liberté de gérer comme elle l’entend d’éventuels conflits entre eux.
Le traité de Maastricht adopte une vision moins éclectique, l’objectif principal du Système européen des banques centrales (SEBC) consistant à maintenir la stabilité des prix (art. 105 TCE). Dès son installation, la BCE a interprété cet objectif comme une inflation, mesurée par l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), inférieure à 2 % par an pour l’ensemble de la zone euro. Le même article 105 précise toutefois qu’une fois la stabilité des prix assurée, « le SEBC apporte son soutien aux politiques économiques générales dans la Communauté... ». Le mandat hiérarchique de la BCE lui permet donc de concourir à la bonne marche de l’économie à condition que la stabilité des prix soit assurée. Cette distinction entre les deux types de mandat assignés à la FED et à la BCE entraîne des conséquences sur la politique monétaire menée, notamment en cas de choc d’offre négatif (augmentation des salaires ou des prix pétroliers) entraînant une hausse de l’inflation. En effet, dans cette hypothèse, le durcissement de la politique monétaire est nécessaire pour ramener l’inflation près de son niveau « normal » tandis que seule une baisse des taux d’intérêt (c’est-à-dire un assouplissement de la politique monétaire) serait susceptible d’encourager la croissance. Si le mandat hiérarchique impose de lui-même le choix à effectuer dans ce type de situation, le mandat dual laisse la décision à la discrétion de la Banque centrale.

1.2.2. LES OBJECTIFS INTERMEDIAIRES

En vertu du Humphrey-Hawkins Act, la FED se réfère à des normes de progression de deux agrégats (M2 et M3) et de la dette intérieure totale des agents non financiers (entreprises, ménages, État fédéral). Les cibles monétaires se présentent sous forme de fourchettes larges. La BCE, quant à elle, s’est délibérément située dans la tradition de la Bundesbank et de la Banque de France en choisissant comme objectif intermédiaire la progression de M3 (harmonisé) pour la zone euro. Depuis le début, elle a affiché une cible de croissance de 4,5 % pour l’ensemble de la zone. Cette valeur découle d’hypothèses plausibles faites à partir de la relation qui définit la vitesse de circulation de la monnaie. La progression de M3 constitue le premier pilier utilisé par la BCE, auquel celle-ci joint un deuxième pilier qui repose sur une large gamme d’indicateurs, des perspectives d’évolution des prix et des risques pour la stabilité des prix dans l’ensemble de la zone euro. En mai 2003, la BCE a apporté une clarification à cette stratégie en deux piliers, qui constitue une réponse aux critiques auxquelles la référence à l’agrégat M3 a donné lieu, le lien entre l’évolution de cet agrégat monétaire et celle de l’inflation étant largement remis en cause par la diversification des innovations financière qui modifie les comportements de demande de monnaie. Aux termes de cette clarification, la BCE a annoncé que l’agrégat monétaire ne sera pas révisé tous les ans et fera l’objet de communications moins nombreuses. Cette évolution signifie sans doute que l’importance du premier pilier dans la conception de la politique monétaire de la BCE ira en diminuant. Un point commun entre la FED et la BCE est donc de refuser, jusqu’à présent, et à la différence d’autres banques centrales, de choisir comme cible intermédiaire le taux d’inflation (inflation targeting).

2. MALGRE DES CONTRAINTES PROPRES, LA BCE A MENE UNE POLITIQUE MONETAIRE COMPARABLE A CELLE DE LA FED
2.1. Malgré des contraintes propres...

2.1.1. L’INCERTITUDE SUR LES CANAUX DE TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE DANS LA ZONE EURO

Parmi les défis posés par le lancement de la monnaie unique et la construction d’une zone économique intégrée figure celui de la transmission de la politique monétaire unique de la BCE dans une zone composée de douze économies hétérogènes. Si l’instauration du marché unique a permis une convergence remarquable des variables nominales, il n’en a toutefois pas été de même pour les autres variables réelles. En premier lieu, de multiples divergences concernant l’organisation du secteur productif et du marché du travail modifient les mécanismes de transmission de la politique monétaire en Europe. Par exemple, lorsque la part des secteurs dont la demande est sensible aux taux d’intérêt, tels ceux de la construction ou des biens durables, est plus importante dans un pays, l’activité de ce dernier devrait être plus sensible à une inflexion de la politique monétaire. Il en va de même lorsque les processus de production sont plus capitalistiques. En second lieu, les divergences entre les systèmes financiers respectifs des États membres jouent également un rôle important. La transmission de la politique monétaire repose en effet sur différents facteurs qui peuvent différer selon les pays : le lien taux courts - taux longs qui influence le délai de transmission de la politique monétaire, l’effet revenu qui dépend de la structure patrimoniale des agents ou le coût du capital. L’importance des marchés financiers par rapport au système bancaire est un autre critère important pour lequel il n’existe pas une parfaite convergence entre les pays européens. Ainsi, si l’Italie, l’Autriche ou le Portugal connaissent une forte dépendance par rapport au crédit bancaire, les Pays-Bas ou la Finlande se rapprochent plus, quant à eux, d’un modèle anglosaxon caractérisé par un financement bancaire moins important et un marché boursier plus développé. Ainsi, entre l’impulsion de politique monétaire initiale et ses répercussions attendues sur les taux d’inflation nationaux, les hétérogénéités structurelles des différents pays sont susceptibles de perturber l’objectif de la Banque centrale européenne.

2.1.2. L’ABSENCE DE CAPITAL REPUTATIONNEL DE LA BCE

Dans la lutte contre l’inflation et l’articulation entre cet objectif et les autres objectifs de politique économique, la FED a par hypothèse une expérience (un track record) que la BCE n’a pu acquérir en quatre années d’existence. Cependant, cette situation lui permet aussi de tirer parti des leçons des expériences antérieures.
2.2. … la BCE - si elle n’a pas respecté l’objectif d’inflation fixé - a mené une politique économique comparable à celle de la FED

2.2.1. L’OBJECTIF D’INFLATION N’A PAS ETE RESPECTE

Depuis le début de l’année 2000, l’inflation de la zone euro est supérieure à la limite de 2 %, ce qui pourrait être considéré comme un échec de la BCE. Ce diagnostic mérite cependant d’être nuancé dans la mesure où la période 1999-2003 a été marquée par de nombreux chocs, tous défavorables : chocs d’offre avec la hausse du prix du pétrole en 1999, hausse du prix des produits alimentaires du fait de la crise de la filière bovine, dépréciation de 25 % de l’euro vis-à-vis du dollar entre 1999 et 2002. Or, la BCE a considéré, comme d’autres observateurs, que ces chocs étaient transitoires et ne méritaient pas de réaction particulière. En outre, l’un des principaux canaux de transmission de politique monétaire était bloqué, le taux de change étant alors très peu réactif aux taux courts puisque le dollar était fortement soutenu par la

bulle boursière américaine.
2.2.2. LA PRISE EN COMPTE PAR LA BCE DE L’ETAT DE LA CONJONCTURE

En principe, la BCE n’est en charge que de la stabilité des prix. On s’attendait donc à ce qu’elle se désintéresse de la situation conjoncturelle, sauf dans la mesure où celle-ci influence l’inflation future. L’examen des évolutions observées depuis 1999 montre qu’aussi bien la hausse du taux repo à partir du 4e trimestre 2000 que sa baisse en 2001 sont davantage liés aux variations du taux d’utilisation des capacités de production qu’à celles de l’inflation. Par ailleurs, les travaux économétriques (Faust, Rogers et Wright, 2001) confirment que la BCE prend en compte, comme le faisait avant la Bundesbank, le taux d’utilisation des capacités de production (output gap) au-delà de son effet sur l’inflation anticipée.
2.2.3. DES DELAIS DE REACTION « NORMAUX »

La question du délai de réaction aux signaux conjoncturels est cruciale pour éviter les actions à contretemps, notamment car les délais d’action de la politique monétaire sont longs (de 18 mois à 2 ans aux États-Unis comme en Europe). La BCE est-elle plus lente que les autres et notamment que la FED ? De 1999 à 2002, ses interventions peuvent se résumer de la manière suivante:

− la remontée des taux repo en novembre 1999 a eu lieu 5 ou 6 mois après le moment où l’amélioration conjoncturelle est devenu visible ;

− l’arrêt de la hausse du même taux en octobre 2000 est survenu également 5 à 6 mois après les premiers signes de retournement conjoncturel ;

− la première baisse des taux en mai 2001 est intervenu alors que la situation conjoncturelle était déjà dégradée ;

− le maintien de taux réels positifs à la fin de 2001 a eu lieu dans une période de forte dégradation conjoncturelle.
La BCE réagit donc avec un retard de 6 mois environ aux indications conjoncturelles.

Ce délai est comparable, voir inférieur, à celle des autres banques centrales et notamment de la FED. En effet, aux États-Unis, les mouvements de taux courts semblent assez rapides lorsque la politique monétaire se durcit mais assez tardifs, comme dans la zone euro, dans le cas contraire. La BCE ne saurait donc être accusée de faire preuve d’une lenteur particulière.

3. LA PRINCIPALE FAIBLESSE DE LA BCE RESIDE DANS LE MANQUE DE CLARTE DE SA POLITIQUE MONETAIRE
3.1. La principale faiblesse de la BCE est le manque de clarté de sa politique monétaire...

3.1.1. LE DECALAGE ENTRE LE DISCOURS ET LA REALITE DE LA POLITIQUE MONETAIRE CONDUITE

Pendant ses quatre années d’existence, la BCE n’est pas parvenue à se forger des principes d’action qui emportent la conviction. Les résultats observés ont en effet prouvé que la BCE prenait en compte l’état de la conjoncture économique pour décider de sa politique monétaire. Il est, dès lors, difficile de comprendre pourquoi la BCE maintient dans ses discours que son seul objectif final est la stabilité des prix. Peut-être agit-elle ainsi de peur de se voir reprocher de trahir l’esprit du traité de Maastricht. En toute hypothèse, une telle contradiction entre le discours et la réalité nuit sensiblement à la compréhension de sa politique.
3.1.2. LE CARACTERE « PEREMPTOIRE » DES DECISIONS DE LA BCE

Alors que la FED n’hésite pas à mettre en oeuvre des variations très rapprochées de taux d’intérêt qui peuvent orienter les convictions et les anticipations des opérateurs de marché (cf. infra), les décisions de la BCE ont un caractère « péremptoire » plus affirmé. Dès lors, l’erreur d’appréciation de la part des marchés quant à la stratégie de la BCE peut être plus importante.
3.2. ...domaine dans lequel la FED a accompli des progrès considérables

3.2.1. LA CLARTE DES PRINCIPES QUI GUIDENT LA POLITIQUE MONETAIRE

La « fonction d’objectifs » de la FED place celle-ci dans une situation apparemment compliquée. Cette banque centrale doit en effet promouvoir le plein-emploi et la stabilité des prix, tout en contribuant au maintien d’un niveau modéré des taux d’intérêt. Cette apparente multiplicité d’objectifs n’a pas empêché la FED de parvenir, au cours des dix dernières années, à rendre les principes de sa politique monétaire plus clairs et lisibles qu’avant. La Réserve fédérale a d’abord convaincu de sa volonté de maintenir les anticipations d’inflation à un faible niveau et montré son refus de toute dérive dont elle risquerait de perdre le contrôle. Ainsi s’explique par exemple le gradualisme de la baisse des taux engagée en 1989, à un moment où un ralentissement conjoncturel se dessinait. Par la suite, la FED a définitivement adopté cette approche de baisse des taux « à petits pas ». En même temps, la FED a montré sa volonté d’agir systématiquement pour que la croissance économique ne descende pas sous son potentiel. Ainsi, lorsqu’elle a détendu sa politique monétaire à l’été 1995, elle a pris acte du caractère devenu indûment restrictif du niveau de ses taux directeurs. La deuxième partie des années 1990 lui a également permis de crédibiliser l’idée selon laquelle son objectif était bien de permettre à l’économie de connaître la croissance la plus élevée possible sur le moyen terme.
3.2.2. LA PRISE EN COMPTE DES INCERTITUDES LIEES A LA MISE EN OEUVRE DE LA POLITIQUE MONETAIRE

La pertinence des données traditionnellement utilisées pour régler la politique monétaire a fait l’objet d’une remise en cause dès le début des années 1990. Ainsi, lorsqu’il s’est agi, en 1994 et 1995, de juger de l’état des tensions entre l’offre et la demande, l’observation des indicateurs agrégés – taux de chômage, taux d’utilisation des capacités - a été systématiquement complétée par une analyse de données plus fines. Ce souci d’étayer un constat macro-économique par des indicateurs habituellement laissés de côté a sans doute été une des caractéristiques de la politique de la Réserve fédérale sous le mandat d’Alan Greenspan. Ainsi, celui-ci a-t-il popularisé, au milieu des années 1990, l’indicateur de démissions volontaires contenu dans le Rapport sur le chômage. Enfin, l’incertitude sur le potentiel de croissance de l’économie américaine a également joué un grand rôle dans la conduite de la politique monétaire des dernières années. Ainsi, dès le début de la reprise, l’hypothèse d’un accroissement tendanciel du rythme des gains de productivité du travail, lié notamment à l’utilisation accrue des nouvelles technologies, est mise en avant pour expliquer la faiblesse des créations d’emploi et sera constamment reprise tout au long des années 1990.

Retour sur le site

similaire:

1. des structures comparables mais des objectifs differents iconAccompagnement sur l’ingénierie, la mise en œuvre et la pérennisation des
«Maison de santé pluri professionnelle» recouvre à la fois des structures associant des professionnels exerçant au sein d’un local...

1. des structures comparables mais des objectifs differents iconI – objectifs
«Mécanique», Parcours «Structures Composites pour l’Aéronautique et l’Energie»

1. des structures comparables mais des objectifs differents iconConservatoire national des arts et metiers
«soi», mais aussi à travers différents facteurs de fragilité qui prédisposent un individu à développer des pathologies

1. des structures comparables mais des objectifs differents iconRapports suivants : Culture : aide au fonctionnement des compagnies,...

1. des structures comparables mais des objectifs differents iconObservation Concertation Information
«Collectivités» sont rarement les élus mais plus souvent les salariés de ces collectivités. C'est un collège dont le nombre de membres...

1. des structures comparables mais des objectifs differents iconIntroduction Générale Objectifs de la conférence
«vulgarisation éclairée», aucune prétention à faire des spécialistes de dp mais des formateurs capables de donner du sens à ce nouveau...

1. des structures comparables mais des objectifs differents iconRésumé : a partir de l’exemple de la théorie des organisations, cet...
«être interdisciplinaire» mais aussi une capacité à «être méthodique» et à avoir «l’esprit actif»1

1. des structures comparables mais des objectifs differents iconNote présentant le travail sectoriel culture engagé en Basse Normandie...
«travail sectoriel» s’inscrit dans une perspective de consolidation, de développement, de pérennisation des activités et des emplois...

1. des structures comparables mais des objectifs differents iconRéunion 29 mars 2007 Compte rendu
«blog» sur la thématique «lolf et collectivités locales» afin de permettre d’atteindre simultanément différents objectifs

1. des structures comparables mais des objectifs differents iconChapitre 9 : La stratégie comme essence de l’organisation
«contexte – système – structures». Au delà des structures organisationnelles «classiques», les approches stratégiques ont généré...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com