A centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion





télécharger 102.94 Kb.
titreA centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion
date de publication06.07.2017
taille102.94 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos

UN ESPACE MONDIALISE




Introduction





  • Mondialisation : processus d’intensification des échanges à l’échelle planétaire. (Echanges de marchandises, de capitaux, d’informations, de personnes)

  • Evolution de la mondialisation :

. Le début de ce processus de mondialisation remonte à la fin du XVe siècle, avec les Grandes Découvertes.

. Accélération au XIXe siècle grâce à la révolution industrielle et à la décolonisation.

. La mondialisation prend son envol à partir de 1945. On parle d’un « village planétaire ».

  • Les différentes parties du monde sont devenues interdépendantes.


 La mondialisation est un processus économique qui tend à devenir un processus politique et culturel. (Le modèle américain tend à se diffuser sur la planète) : L’uniformisation
Uniformisation ou diversification ?

Comment la mondialisation organise-t-elle l’espace mondial ?

A - Centres d’impulsion et inégalités de développement

I – Les centres d’impulsion





  1. Le poids de la Triade





Europe occidentale Etats-Unis Japon

Europe de l’est Canada, Mexique Asie orientale

↓ ↓ ↓

Méditerranée, Afrique Amérique latine Inde, Chine
Les 3 pôles de la Triade sont les trois centres d’impulsion de la mondialisation:


A eux trois ils représentent :

. 15% de la population mondiale

. 60% du PIB

. 60% de l’industrie

. 70% du commerce

. IDE (investissement direct à l’étranger)


  • Europe occidentale

  • Etats-Unis

  • Japon


LES PRINCIPAUX ATOUTS


  • La plupart des FTN (firmes transnationales) 

Une FTN est une multinationale : Des entreprises ont leur siège implanté dans un pôle de la Triade (ainsi que les centres de recherche) et les unités de production (usines) sont délocalisées dans des pays du sud avec des salaires bac.

Classement des FTN : 1° Wal-Mart Stores (E-U)

2° Exxon Mobil (E-U)

3° Shell (GB et PB)

4° Toyota (Japon)


  • Principales places boursières

. New-York (Wall Street)

. Tokyo (Kabuto Cho)

. Londres (La City)


  • Principaux ports et aéroports

. Port de Rotterdam (PB)

. Aéroport d’Heathrow (Londres)


  • sièges des grandes institutions internationales

. L’ONU à New-York

. FMI (fond monétaire international) et banque mondiale à Washington
Le PÔLE PRINCIPAL DE LA TRIADE est les Etats Unis car c’est une superpuissance politique et culturelle. Alors que notre construction politique n’est pas achevée. De plus, U-E = 27 pays // USA = 1 pays. Pourtant c’est l’Union Européenne qui réalise la majeure partie du PIB mondial (UE = 30% - USA = 27.4% – Japon = 9%)
ZONE D’INFLUENCE
Pour les USA : continent américain + pays limitrophes (Canada et Mexique)

 ALENA (1994) = zone de libre-échange (alliance de libre échange nord américain)

Zone d’influence plus lointaine avec l’Amérique latine

En Amérique du sud, il y a une alliance économique concurrente : Mercosur
Pour l’Europe occidentale : Europe de l’est (2004 : 8 pays d’Europe de l’est + Chypres + Malte

Zone d’influence plus lointaine sur les pays africain (grâce à la décolonisation)
Pour le Japon : Asie Orientale

Dans les années 70, le Japon délocalise les 4 dragons : Hong Kong, Taiwan, Singapour, Corée

du sud

Dans les années 80, le Japon délocalise les 4 bébés tigres : la Thaïlande, la Malaisie,

Indonésie, Philippines.

Les 4 dragons sont devenus des pays du nord. Les bébés tigres se développent et leur main d’œuvre devient plus chère.


  1. L’Union Européenne, pôle majeur


1957 : traité de Rome  création de la CEE avec la France, l’Italie, la RFA, et le Benelux

 Mise en place d’une zone de libre échange c.à.d. libre circulation des marchandises sans taxes aux frontières pour les pays membres (les taxes ont diminué puis se sont supprimées en 1968).

1992 : traité de Maastricht : CEE devient Union Européenne

2007 : 27 pays avec Roumanie et Bulgarie
L’Europe est le pôle le plus puissant de la Triade sur le plan économique.


  • puissance agricole avec la PAC en 1962 (politique agricole commune). 45% du budget de l’UE sont pour la PAC.  autosuffisance alimentaire + exportations (concurrences aux USA). Mais aujourd’hui il y a des problèmes de surproduction.




  • Grande puissance industrielle avec de grandes FTN qui rivalisent avec les FTN américaines. Des FTN Européennes ont racheté des FTN américaines et japonaises.




  • Puissance tertiaire : L’union Européenne est le premier émetteur et récepteur d’IDE.




  • Puissance financière : Avec de grandes places boursières : La City(Londres), Frankfort, Paris.

+ L’euro monnaie commune depuis 2002 (2° dans le monde après le $). L’UE est la seule zone de libre échange à avoir une monnaie unique.  Meilleure transparence des prix (pour comparer + accélérateur d’échanges.

 Les pays de l’UE font 70% des échanges entre eux (= échanges intracommunautaires)

15 membres sur 27 ont adopté la monnaie unique.


  • puissance commerciale : 1er exportateur mondial de marchandises et de services.

Avec l’Amérique du nord, la balance est excédentaire (on fait du profit)

Avec l’Asie Orientale, la balance est déficitaire (on ne fait pas de profit)


  • puissance touristique : 1er pôle touristique mondial




  1. Rôle des métropoles


La mondialisation renforce le rôle des métropoles : métropolisation

4 grandes métropoles mondiales : Paris Londres, NYC, Tokyo. Elles concentrent les hommes, les activités, les bourses, les instituions internationales, et la capitale de leur pays

. A NYC : siège de l’ONU + 1ère bourse mondiale.

. A Tokyo : capitale + 2ème bourse mondiale

. Londres : 3ème bourse mondiale

. Paris : 5ème bourse mondiale + siège de l’UNESCO (agence de l’ONU qui s’occupe de l’art, culture et éducation)
Ces métropoles font partie de mégalopoles (vaste aire urbanisée composée de plusieurs métropoles)

 3 mégalopoles dans le monde

  • aux USA : Boston – Washington – Philadelphie – Boston – Baltimore (Boswash = 800 km)

  • au Japon : Tokyo – Osaka-Kobé – Fukuoka (1200km)

  • En Europe : Angleterre – Pays bas – Belgique – Allemagne de l’ouest – Suisse – Italie

(1500 km mais contestée à cause de la Manche et des Alpes)

Certaines villes de pays du sud sont des métropoles émergentes (Mexico, Sao polo, Bombay, Shanghai…)  Mégalopoles émergentes


II – Des échanges intenses





  1. Facteurs d’explication


. Les trois pôles de la triade dominent le commerce mondial car 2/3 des échanges se font entre eux.

. Les échanges se sont accélérés depuis 1945 (période de prospérité économique avec les Trente Glorieuses). Aujourd’hui ils représentent 25% du PIB mondial.

. Les échanges sont le moteur de la croissance.
3 facteurs d’explications :

  • révolution des transports : chemins de fer, bateaux, trains à vapeur puis voiture et avions

 Temps de transport diminue  accélération des échanges.

  • révolution des télécommunications : téléphonie mobile, Internet, satellites…  échange de capitaux et de services.

  • Libéralisation des échanges à partir de 1945. Création de l’ONU dont le but est de développer les échanges entres les pays. Il faut coopérer sur le plan économique pour permettre le développement de tous les pays, pour éviter la crise et préserver la paix.

. L’OMC organise des rencontres entre les Etats pour qu’ils diminuent leurs taxes.

. Le FMI et la Banque Mondiale font des prêts aux pays en difficulté. Et en échange le pays doit diminuer ses taxes.


  1. Géographie des flux


On distingue trois types de flux :


  • Flux de marchandises : 2 types de produits : manufacturés (2/3 des échanges) et bruts (1/3 des échanges).

  • Flux de services : Ce sont les plus dynamiques (20% du commerce mondial). Les flux de services les plus importants sont les flux d’information.

  • Flux financiers : avec des flux de capitaux. c.à.d. des achats d’entreprises, d’IDE, d’actions, des prêts. Ces flux fonctionnent H24 et ces échanges sont quasi-instantanés.

 Mobilité des capitaux  pas très bien maîtrisé

Il y a aussi des flux financiers illicites (drogue, contrefaçons…) qui représenteraient environ 15% du commerce mondial.


  1. Flux migratoires


Les flux migratoires se sont accélérés au XIXe siècle avec les moyens de transport.

Depuis 1945, la population des pays du sud migre vers les pays du nord pour des raisons économiques. Il y a 300 millions d’immigrants internationaux dans le monde.

Migrant international : change de pays pour plus d’un an. 75 % de ces migrants viennent des pays du sud.

Raisons sociales : mauvaises conditions de vie et de travail + chômage

Raisons politiques : intolérance religieuse, dictatures, guerres civiles…
Les gens du sud viennent vers le nord, c.à.d. la triade, ou vers des pays du sud plus développés.

Des gens du nord vont vers d’autres pays du nord pour des salaires plus élevés.
Flux touristiques : (< 1 ans) 80% des touristes viennent des USA et de l’Europe. 90% des touristes vont aux USA ou en Europe. Flux touristiques se développent de plus en plus vers le pays du sud.

III – Inégalités de développement





  1. Héritage colonial


La grande majorité des pays du sud sont des colonies européennes (Afrique, Asie, Amérique du sud). On les a encouragés à développer la production de produits bruts. On les décourage pour les activités industrielles comme ça on leur vend nos produits manufacturés. Ex : L’Inde produit du coton et l’Angleterre achète ce coton, fabrique des textiles, et les revend en Inde.

 Échange commercial inégal

Les pays du sud ont une économie duale c.à.d. des secteurs très archaïques et des secteurs très modernes. Ex : l’agriculture est archaïque (sauf en Inde avec la révolution verte). Les usines appartenant aux FTN sont modernes.

Transition démographique :







TRANSITION




Régime traditionnel

Phase 1

Phase 2

Régime moderne





Afrique Pays du sud pays développés

Subsaharienne


  1. Stratégies de développement


Les pays colonisés ont utilisé des stratégies de développement.


  • industrialisation par substitution aux importations

PRINCIPE

. Le pays se ferme sur lui-même (contraire du libre-échange) = autarcie ou protectionnisme

. Taxes frontalières très élevées.  Moins d’importations pour permettre le développement d’industries nationales.

. Il faut trouver des investissements  Forte intervention de l’Etat.

. Ex : Brésil, Mexique.

RESULTATS : d’abord succès, le pays s’industrialise. Puis l’Etat s’endette.

  • industrialisation orientée vers l’exportation

PRINCIPE

. Le pays s’ouvre vers l’extérieur et baisse ses barrières douanières, libéralisme. Contraire du protectionnisme.

. Libre-échange + exportations

. Ex : 4 dragons, 4 bébés tigres, Mexique, Brésil

RESULTATS : ils sont vulnérables car ils sont dépendants du marché mondial.


  • industrialisation autocentrée

PRINCIPE :

. On favorise seulement un secteur industriel, en espérant que ça entraînera le développement d’autres secteurs industriels.

. Ex : Chine, Algérie

RESULTATS : Pas d’effet d’entraînement, ils ont une mono-industrie


  1. Combien de suds ? (cf. carte L’espace mondial, de forts contrastes de développement)




  • PUISSANCES REGIONALES

Ce sont des NPI (nouveaux pays industrialisés). Ils ont une économie diversifiée et ils exercent une influence à l’échelle continentale. Ex : Mexique, Brésil, Afrique du sud, Inde, Chine

Ce sont des géants démographiques. Ces pays ont le potentiel pour devenir des pays du nord mais leur population est pauvre.


  • PAYS ATELIERS

Ce sont des NPI mais ce ne sont pas des puissances régionales. Ex : 4 bébés tigres.

Pays émergents en développement industriel grâce aux délocalisations mais population croissante et pauvre.


  • PAYS EXPORTATEURS DE PETROLE

Ex : Moyen Orient, Algérie, Nigeria, Libye, Venezuela, Mexique.

Ces pays sont très riches grâce au pétrole mais inégale répartition des richesses. La majorité de la population ne profite pas des richesses.


  • PAYS EN SITUATION INTERMEDIAIRE

La plupart des pays du sud. Ex : Afrique sub-saharienne, Amérique latine…


  • PMA

Pays les moins avancés. Les plus pauvres de la planète.

Ex : Afrique sub-saharienne et quelques pays d’Asie.

Vraiment sous – développés, aucun espoir.

Extrême pauvreté, sous alimentation, malnutrition, maladies. Dans certains pays de l’Afrique sub-saharienne, 30 à 40% de la population a le SIDA.

B – Autres logiques d’organisation de l’espace mondial




I – La mondialisation contestée





  1. Motifs de contestation


. La mondialisation renforcerait le fossé des inégalités de développement.
. La mondialisation serait à l’origine de l’aggravement environnemental

 Alter mondialisme
. La mondialisation a permis le développement de certains pays du sud (ex les 4 dragons)
. Au contraire, des pays ont empiré avec a mondialisation et donc les FTN ne veulent pas s’y

délocaliser.

25% de la population mondiale vit avec moins de 1$ par jour.

50% de la population mondiale vit avec moins de 2$ par jour.

Malnutrition + sous alimentation.
. Depuis les années 70, les scientifiques ont essayé d’alerter la population. La prise de conscience se fait avec les catastrophes. Ex : Tchernobyl en 1986 (explosion d’un réacteur nucléaire, nuage radioactif) + d’autres exemples (naufrages de pétroliers…)

 Prise de conscience écologique planétaire

. Jusqu’en 1990 ; les Etats n’ont rien fait.

1992 : 1er sommet de la Terre à Rio organisé par l’ONU.  Développement durable (concilier le développement économique et le respect de l’environnement)

1997 : 2ème sommet à Kyoto au Japon. Les Etats s’engagent à réduire leur émission de CO2

Le premier pays pollueur (USA) refuse de signer le protocole car elle craint de plus trop pouvoir se développer et perdre de la puissance.


  1. Mouvement altermondialiste


. Mouvement qui s’oppose à la mondialisation libérale et qui propose une autre forme de mondialisation. (Slogan : « un autre monde est possible »)

. Ce mouvement date des années 90.
. Il y a une grande diversité de l’alter mondialisme :

  • des ONG (organisations non gouvernementales) financées par des particuliers

Ex : Greenpeace® (environnement), Amnesty International® (droits de l’homme), Attac (contre la spéculation financière et les paradis fiscaux. Ils veulent taxer les flux de capitaux pour aider les pays pauvres)

  • des mouvements paysans

Ex : MST® (mouvement des sans terre au Brésil – pour une redistribution des terres), confédération paysanne® (avec José Bové, contre la malbouffe américaine et contre la dissémination des OGM en France + 1999 : démontage du McDonald’s® de Millau)
. Chaque année tous ces mouvements se réunissent à des forums socio-mondiaux (FSM) depuis 2001. Ils échangent leurs idées, organisent des manifs…
 Les altermondialistes revendiquent les inégalités de développement et soutiennent le respect de l’environnement + annulation de la dette des pays du sud contractée aux pays du nord + augmentation de l’aide au dvlpt.

II – Des Etats entre divisions et regroupements





  1. Des Etats toujours présents




        • Les Etats semblent impuissants face à la mondialisation car c’est qch qu’ils ont du mal à contrôler et donc ça remet en cause leur souveraineté :

  • ils n’arrivent pas à maîtriser les flux de capitaux

  • ils n’arrivent pas à maîtriser les flux illicites (armes, drogue, contrefaçon…)

  • impuissance face aux FTN car une usine délocalisée peut être fermée et le pays ne peut rien faire.

 Le secteur éco échappe de + en + aux Etats mais ils restent de grands acteurs de l’éco car ils financent l’éducation, la recherche…Et donc ils ont une main d’œuvre qualifiée.


        • Les Etats fixent la politique monétaire (ils décident d’une monnaie forte ou faible).

Une monnaie faible implique + de concurrence pour les exportations car les prix sont plus bas.


        • Les Etats fixent la législation du travail. Pour favoriser l’installation d’une entreprise dans son pays, on propose de baisser les taxes.


Les pays du nord sont les moteurs de la mondialisation. Ils dominent les grandes institutions mondiales. Les pays du sud essaient de résister à la mondialisation. Le meilleur moyen de freiner le processus : bloquer les sommets de l’OMC.

Ex : Cancun en 2003 : 20 pays du sud ont bloqué le sommet de l’OMC (organisation mondiale du commerce) en refusant de signer les accords.

Ils se sont baptisés G20 (Brésil, Chine Inde…) par référence au G8 (les 8 pays les + industrialisés de la planète = USA, Japon, Allemagne, R-U, France, Italie, Canada, Russie)


  1. Des Etats qui se regroupent


Ils constituent des zones de libre échange (= association éco régionale) : Les pays membres de l’association ne paient pas de droits de douane sur leur marchandises aux frontières

 Accélération des échanges entre pays membres (= intra régionaux)

50% du commerce mondial = échanges intra régionaux

        • Union Européenne : association économique régionale la plus ancienne et la plus poussée.

1957 : traité de Rome  CEE

C’est également une association politique avec des institutions politiques

  • exécutif : la Commission Européenne siège à Bruxelles

  • législatif : Parlement à Strasbourg

  • judiciaire : Cour de Justice au Luxembourg

La CEE a changé de nom en 1992 lors du traité de Maastricht  Union Européenne


        • ALENA : (accord de libre échange nord américain)

1994 : avec USA, Mexique, Canada

C’est une zone de libre échange éco

Il existe une association concurrente en Amérique : MERCOSUR (marché commun du sud) depuis 1995 avec : Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay et Venezuela
Les USA souhaitent une zone de libre échange sur tout le continent (ZLEA) mais le Brésil refuse.

        • ASEAN : 10 pays d’Asie du sud est

1967 : à l’origine c’est une association politique pour empêcher l’expansion du communisme (époque de la guerre froide). Cette association politique s’est transformée en association économique en 1991


        • APEC : 1989 : 18 pays d’Amérique et d’Asie. Dans l’APEC il y a l’ALENA, l’ASEAN, le Japon, la Chine, la Russie. Ce n’est pas vraiment une zone de libre échange mais un lieu de discussion.



III – Les ères de Civilisation



 Etude de doc : Vers une mondialisation de la culture
Analyse des documents
1/ 3 planisphères : doc 1 = par figurés de surface

Doc 2 = de flux

Doc 3 = de synthèse

Aucune source mentionnée pour les docs 2 et 5.

Doc 1 extrait du livre intitulé Le choc des civilisations écrit par Huntington, publié par Odile Jacob en 1997. Doc 3 = Géographie de la mondialisation écrit par Carroué, édité par Armand Colin en 2002. Doc 4 ……..
2/ Aire de civilisation : espace géographique où les habitants parlent des langues proches, pratiquent des religions proches, mode de vie commun, valeurs morales communes, sentiment d’appartenance à une même communauté.
6 aires :

 Occidentale : USA – Canada – Europe occidentale – Australie – nvelle Zélande

Langues dérivées de l’indoeuropéen

2 religions chrétiennes proches (protestantisme et catholicisme)

Pays développés, modèle capitaliste, démocraties

 Latino-américaine : Amérique du sud – Amérique centrale – Mexique

Langues espagnol et portugais

Religion catho

Pays en voie de développement + pop métissée

 Islamique : Asie + Afrique

Langues : perse, turc, arabe…

Religion musulmane

Régimes autoritaires, théocraties

 Africaine : Afrique subsaharienne

Aucune unité, complexité, diversité linguistique (langue officielle = langue du pays colonisateur = souvent français ou anglais), différentes ethnies…

Religions musulmanes, catho, protestante

Très pauvres : PMA

 Orthodoxe : Europe de l’est + Russie

Langues slaves

Religion orthodoxe

Anciennes dictatures communistes en pleine phase d’adaptation au capitalisme

 Asiatique : Chine et Inde

Religions : philosophies (religion de la sagesse), hindouisme, bouddhisme, confucianisme

Structures étatiques très stables depuis des millénaires

3/ premier vecteur de la mondialisation culturelle : secteur alimentaire grâce à des FTN spécialisées dans les fast-foods (Coca-Cola®, McDonald’s®, Kentucky Fried Chicken®)

Aujourd’hui il y a une mondialisation de tous les domaines alimentaires : sushi, riz cantonnais, Pizza (doc 2)

Deuxième vecteur : l’anglais est la première langue de communication mondiale et s’introduit même dans la langue des pays. Ex : le « franglais »

Troisième vecteur : loisirs et divertissement marqué par les USA  « Eurodisney » 3 parcs d’attraction dans le monde (doc 4 l.7). Cinéma Hollywoodien avec les meilleures recettes du cinéma mondial. 1997 : Titanic = le plus de recettes au monde.
4/ Formes de résistance à la mondialisation :

 Résistances alimentaires liées à des traditions locales

« Riz » en Asie, « thé »doc 3 l.31

 Replis identitaire

Certains pays se replient sur leurs traditions comme au Japon. Le modèle culturel diffusé est les valeurs communautaires et le travail.

(Les valeurs de la mondialisation sont l’individualisme et la société de consommation)

La France est une exception culturelle : il y a une politique de défense de la langue française dans le monde financé par l’état français.

 Inégalités de développement

Les seuls pays à pouvoir consommer sont les pays du nord. Certains pays du sud sont exclus de tout ça.

5/  L’alter mondialisme : violences symboliques pour que ce soit médiatisé

 violences terroristes : montée de l’islamisme depuis 1970 (repli sur les valeurs traditionnelles de l’islam). Ex : 11 sept 2001 WTC

C – Une interface nord-sud : l’espace méditerranéen

I – Un espace de clivages





  1. Elément d’unité


Les pays de l’espace méditerranéen partagent un même milieu naturel

  • climat : méditerranéen (hiver doux, été chaud et sec)

  • relief : montagne omniprésente bordée d’étroites plaines littorales, séismes, volcans

  • végétation : garrigue et maquis


La mer méditerranée est une mer semi fermée car elle n’a qu’une ouverture très étroite (détroit de Gibraltar, 14 km de large) entre le Maroc et l’Espagne. C’est une ouverture sur l’océan Atlantique.

Une autre ouverture artificielle, aménagée par l’homme : canal de Suez en Egypte.

Mer méditerranée : 2.5 millions de km².

Méditerranée vient du latin medium = mer au milieu des terres.

La Méditerranée est au carrefour de trois continents.


  1. Contrastes de développement


Rive nord : pays riches et industrialisés

Rive sud : pays en voie de développement.
Le développement repose sur 2 critères :


  • économique : PIB et PNB

Pour la rive nord : PIB > 20 000 $ (par an par hab.) (Sauf Europe balkanique)

+ Ce sont d’anciennes puissances industrielles qui ont colonisés les pays de la rive sud pendant la révolution industrielle.

Pour la rive sud : PIB < 10 000 $ (sauf l’Israël)


  • social :

Rive nord = régime moderne (fin de la transition démographique)

 Naiss. Faible, mortalité faible, accroissement faible  pop. Vieille.

Croissance démographique < 1% par an

≈ 1.3 enfants par femme (France = 2 enfants/par femme)
Rive sud = phase 2 de la transition

 Natalité diminue, mortalité continue de diminuer, accroissement fort mais en diminution.

Croissance démographique > 2 %

≈ 2.5 enfants par femme
IDH = indice de développement humain (indicateur éco et démogra.)

Repose sur 3 critères :

  • espérance de vie à la naissance

  • PIB/an/hab.

  • Taux d’alphabétisation

Pour les pays du nord : IDH > 0.8

  1. Persistance des tensions


L’espace méditerranéen est un espace de conflits car il n’y a pas d’unité. Bcp de divisions politiques et religieuses : islam, christianisme et judaïsme.
Au temps de l’empire romain, c’était une période d’unité car les romains dominaient les 2 rives

Il y avait unité religieuse (christianisme). L’Afrique du nord n’était pas encore musulmane.

Premières divisions de l’empire romain avec les conquêtes arabes. Les arabes partent à la conquête de l’Afrique du nord et de l’Espagne.  Cohabitation des chrétiens et musulmans.

Les chrétiens partent à la conquête de l’Espagne (reconquista)

Les Turcs prennent Constantinople en 1453 et partent à la conquête de la Grèce et de l’Europe Balkanique.

Au XIXe siècle, mes Européens mettent sous leur domination la rive sud sauf la Turquie.

Aujourd’hui en Méditerranée il y a toujours des zones de tension et de conflits.


  • 1991 – 1995 : guerre de Yougoslavie (éclatement en 5 pays)

  • En Corse avec le FLNC

  • La Catalogne revendique une autonomie car ils ont une forte identité culturelle/

  • Conflit israélo-palestinien suite à la création de l’Israël en 1948

  • En Turquie, les kurdes veulent leur indépendance. Mais les Turcs ne veulent pas car le territoire des kurdes comprend le Tigre et l’Euphrate or ce sont les réserves d’eau de la Turquie  eau = source de conflit (or bleu, stress hydrique)

  • La Chypre est divisée en deux depuis 1974

      • Nord : sous contrôle de l’armée turque, pop. Turque, pas reconnu comme un Etat.

      • Sud : Etat avec une pop. D’origine Grecque. A intégré l’Union Européenne en 2004.

 Tensions nord/sud :

        • la capitale Nicosie est sur la frontière et divisée en 2

        • pdt très longtemps, la Grèce était sous domination Turque.  les grecs n’aiment pas les turcs.



II – Un espace de flux intenses





  1. Flux économiques



ECHANGES COMMERCIAUX


. Très anciens (la plupart des ports ont été fondés à l’antiquité).

. Les plus grands ports sont sur la rive nord : Marseille, Barcelone, Gênes… Mais il y a aussi Alexandrie en Egypte (rive sud)

. Les échanges commerciaux sont déséquilibrés :

Produits manufacturés à haute

Valeur ajoutée + produits alim.

RIVE NORD RIVE SUD

Produits bruts (hydrocarbures avec l’Algérie

et la Libye = gaz + pétrole)

balance balance

excédentaire déficitaire


. Balance commerciale = valeur des exportations – valeur des importations

Balance commerciale > 0  excédentaire

Balance commerciale < 0  déficitaire
. Les pays de la rive sud dépendent donc des pays de la rive nord : le Maghreb et la Turquie font 60% de leurs exportations vers l’Union Européenne. Par contre, pour l’Union Européenne, le Maghreb et la Turquie ne représentent que 7 % des échanges.

FLUX FINANCIERS (IDE)



. De la rive nord vers la rive sud

. L’Union Européenne investit de plus en plus pour la rive sud depuis les années 90. Avant elle ne le faisait pas car il y avait des attentats terroristes islamistes. Mais la rive nord a changé d’avis car il y en a aussi dans la rive nord

. Avantages de la rive sud : proximité géographique. De plus en plus de FTN Européennes se délocalisent dans le textile ou l’électronique.  Main d’œuvre moins chère, coût de transport diminué grâce à la proximité.

. 1995 : conférence à Barcelone en Espagne  processus de Barcelone = zone de libre-échange euro-méditerranéenne. Cf document LE MONDE

Au point mort depuis tout ce temps mais en 2007, Nicolas Sarkozy a relancé l’idée, mais les autres pays de l’Union Européenne ne veulent pas.


  1. Flux touristiques


. La Méditerranée est la 1ère destination touristique mondiale (1/3 des touristes internationaux et 30% des recettes touristiques mondiales)

. Le tourisme remonte au XIXe siècle avec l’industrialisation.

Au début le tourisme concerne les aristocrates et les bourgeois. Ensuite on a aménagé les littoraux avec des stations balnéaires (Cannes, Nice…), fréquentées surtout en hiver.

1936 : 1ers congés en France.  Massification du tourisme

1945 … : Trente Glorieuses.  le tourisme se généralise.
La rive nord accueille 75% des touristes qui viennent en Méditerranée. Car les pays de la rive sud étaient des colonies jusqu’aux années 50 – 60. Puis ces Etats ont investit pour les stations balnéaires. 1° - Tunisie : Djerba, Hammamet, Monastir.  4 millions de touristes/an

+ Maroc, Egypte, Turquie, Israël

Des pays sont évités comme la Libye, l’Algérie, la Syrie, le Liban.


  1. Flux migratoires


XIXe siècle : accélération. Nord  sud (colonisation européenne).On promet des terres aux Français, Espagnols et anglais. En 1945, il y a 1 million d’Européens en Algérie. Mais pas beaucoup de flux sud nord
1945 : L’Europe de l’ouest manque de main d’œuvre car industrie très active et de nombreux soldats ne sont pas revenus de la guerre. On fait appel à des portugais, espagnols, et italiens. Puis on fait appel aux pays de la rive sud dans nos anciennes colonies et principalement en Algérie.

 10 millions d’étrangers sont recrutés et migrent en Europe de l’ouest = flux sudnord

1973 : 4 millions d’étrangers en France.

1er choc pétrolier  1ère crise mondiale. De nombreuses entreprises font faillite, les frontières européennes se ferment.
Le flux migratoire se poursuit qd même.

  • regroupement familial : qqn venu avant 1974 pour travailler peut faire venir sa famille.

  • Visa à profil d’emploi : des travailleurs dont on a besoin (saisonniers, diplômés…)

  • Clandestins immigrés qui passent par le détroit de Gibraltar, le détroit de Bosphore (1 km) ou par la Sicile.


Méthodologie – étude d’un ensemble documentaire




Synthèse : 1 recto verso minimum



1/ Intro : 2-3 phrases maximum
- Analyse du sujet

- Pbmtq, question
2/ Développement
- 3 § = 3 thèmes tirés des documents

- les 3 thèmes sont suggérés par le questionnaire

- sauter une ligne + alinéa 2 carreaux entre les §

- la première phrase du § annonce son thème

- pas de citations mais réutiliser les infos des docs (reprendre tout ce qu’on a dit dans les questions. Pas de citation, pas les lignes, pas les num des docs pas de paraphrase non plus. REFORMULER LES INFOS) + compléter avec quelques infos personnelles.
3/ Conclusion : 2 – 3 phrases max


  • bilan de réponse à la pbmtq

  • ouverture

similaire:

A centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion iconII. …Mais est concurrencée par de nouveaux centres d’impulsion situés au Sud

A centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion iconLes centres de sante, une géographie rétro prospective
«J’ai la conviction que les centres de santé sont l’une des réponses. Mon objectif est de déployer les actions confortant la place...

A centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion iconMaroc / Société Les enfants des rues : un phénomène alarmant
«Les perspectives d’avenir pour ces enfants sont presque nulles. Ils passent de la rue aux centres de sauvegardes, et des centres...

A centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion iconCentres d’innovation sociétale
«Performance du transfert des savoirs», l’Initiative d’Excellence de l’Université de Bordeaux (IdEx Bordeaux) développe depuis 2012...

A centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion iconL'impulsion de la nouvelle forme de distribution au Maroc, est directement...

A centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion iconNew York est d’abord un centre d’impulsion majeur de la mondialisation...

A centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion iconFiche connaissance
«mettre en scène» l’offre commerciale, IL est nécessaire d’étudier les flux de circulation des clients dans la boutique. Le client...

A centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion icon1 Comment vgp peut-elle assurer son rôle d’initiatrice du développement économique ?
«parcours du créateur en 5 étapes». Nulle mention n’est faite de l’important gisement représenté par les nombreux Centres de recherche...

A centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion iconI – reparition des centres de formation

A centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion iconDeux chapitres centrés sur la notion de Guerre






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com