Domaine d’activité du titulaire du bts eec





télécharger 101.84 Kb.
titreDomaine d’activité du titulaire du bts eec
date de publication06.07.2017
taille101.84 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos







Partie 4


Annexes

Domaine d’activité du BTS EEC

Règlement d’examen

La formation en entreprise

Les épreuves U61 et U62
Le référentiel de formation est consultable sur le lien : http://www.sup.adc.education.fr/btslst/referentiel/BTS_EEC_070900.PDF


Domaine d’activité du titulaire du BTS EEC
Fonctions exercées
Le BTS forme des spécialistes de la prescription, de l’estimation des ouvrages de bâtiment et de voiries ou réseaux, ainsi que du suivi économique des projets, tant au niveau de la conception que de la réalisation.
On distingue trois modes d’exercice pour le titulaire du BTS EEC.


  • A titre de salarié du secteur privé (entreprises de la construction, cabinets d’économistes de la construction, cabinets d’architectures, bureaux d’études techniques, maître d’ouvrage…)

  • A titre de salarié du secteur de la fonction publique ou assimilée.

  • A titre libéral ou assimilé.

Le technicien supérieur études et économie de la construction peut exercer quatre type de missions :


  • Soit des missions d’assistance économique à la maîtrise d’ouvrage,

  • Soit des missions spécifiques de la maîtrise d’œuvre,

  • Soit des missions économiques dévolues aux entreprises,

  • Soit des missions d’assistance à expertise amiable et judiciaire.

On distingue généralement sept types de fonctions exercées par le titulaire du BTS EEC :
Fonction « Etude de faisabilité »
Dès le stade préliminaire où s’exprime l’intention de construire, alors même parfois qu’aucun site n’a pas encore été choisi et qu’en conséquence aucune étude n’a pu être réalisée, l’ordre de grandeur du coût de la construction envisagée est déjà nécessaire.
En effet, les premiers problèmes qui se posent au maître d’ouvrage public ou privé sont des problèmes d’investissements immobiliers où la fixation des dépenses de construction joue un grand rôle. Cette nécessité est encore plus évidente dans les projets de réhabilitation d’un bâti recevant une nouvelle destination.
L’utilisation de ratios statistiques permet une première estimation de l’ordre de grandeur demandé du coût de la construction envisagée.
Fonction « PROGRAMMATION »
Au fur et à mesure que les intentions du maître d’ouvrage public ou privé se précisent, et que son programme s’élabore (besoins quantitatifs, contraintes et exigences particulières), la notion d’ordre de grandeur de coût doit s’affiner et déboucher sur l’élaboration de « l’enveloppe financière » que le maître d’ouvrage public ou privé va décider d’affecter aux travaux.
Ce document financier doit prendre en compte tous les éléments du programme et particulièrement les éléments spécifiques, les contraintes, les adaptations au site, la technique de construction retenue, les charges extérieures au bâtiment, etc.
C’est un acte majeur dont dépend la réussite ou l’échec d’une opération d’investissement à caractère immobilier.
Il doit y avoir adéquation entre le programme et l’enveloppe financière affectée aux travaux qui devra s’intégrer dans le budget général de l’opération.
Fonction « ETUDES DE CONCEPTION »
Cette phase qui s’étend de la consultation des concepteurs jusqu’au début de la réalisation des travaux nécessite la mise en place de plusieurs actions parallèles :


  • La description technique des ouvrages,

  • L’élaboration des estimations prévisionnelles provisoires et définitives des travaux,

  • Le contrôle de l’évolution de ces estimations en vue de les maîtriser dans le respect de « l’enveloppe financière »,

  • L’établissement de l’offre de prix de l’entreprise de construction.

Au fur et à mesure que les intentions se précisent et que son programme de travaux s’élabore, la notion du coût probable doit pouvoir également s’affiner, de telle sorte que lorsque l’avant-projet retenu est approuvé par le maître d’ouvrage public ou privé, le coût prévisionnel des travaux puisse être fixé définitivement à l’intérieur d’une marge de tolérance raisonnable ou répondre aux exigences d’un prix plafond.
Comme dans les phases préliminaires, la notion de coût global (investissement, maintenance et exploitation à long terme), doit être prise en compte.
Fonction « TRAVAUX »
Le technicien EEC participe à la maîtrise des coûts de chantier et aide au maintien de respect de l’engagement initial en assurant un contrôle financier du suivi et de la réalisation.
Pour atteindre ces objectifs, il devra notamment, faire des états de situation, au regard des marchés approuvés, actualiser et réviser les prix, exploiter et analyser les résultats du chantier, établir les mémoires, etc.
Fonction « GESTION DE PATRIMOINE »
Le technicien EEC participe également à la gestion du patrimoine immobilier tant en matière d’évaluation au patrimoine immobilier qu’en matière de diagnostic de réhabilitation, d’établissement des coûts de travaux de maintenance, d’amélioration et d’entretien.
Fonction « ACTION COMMERCIALE »
Dans le cadre de ses activités, le technicien EEC cherchera à développer les relations et les démarches commerciales avec l’ensemble des acteurs de la filière.
Il devra également pouvoir assurer un véritable rôle de conseil auprès de ses interlocuteurs.
Fonction « COMMUNICATION »
En contact avec l’ensemble des acteurs de la filière ou pouvant exercer son activité chez les différents intervenants, le technicien EEC est une personne de communication.

En outre, il peut être amené à participer à des actions de formation et d’information :


  • Des personnes de l’entreprise, dans son secteur d’activité,

  • Des élèves, apprentis et stagiaires en formation initiale ou continue,

  • Des enseignants.

Débouchés professionnels
La diversité des missions pouvant être assurée par le titulaire du BTS EEC lui offre des débouchés professionnels très différents :
Soit en tant que salarié :


  • En entreprise de la construction,

  • En bureaux d’économistes de la construction,

  • En bureaux d’ingénierie,

  • En cabinets d’architectes,

  • En administrations et collectivités territoriales,

  • En cabinet d’assurance,

  • Dans d’autres structures (fabricants, fournisseurs,…),

Soit en tant que travailleur indépendant dans un cadre d’exercice libéral, après plusieurs années d’exercice professionnel salarié.
Compétences, initiative et responsabilité, et formation
Nature des compétences
L’intéressé possède des compétences dans les diverses techniques de la construction (gros œuvre et second œuvre) lui permettant l’exploitation des documents techniques nécessaires à l’accomplissement des missions qui sont les siennes.
Il étudie les caractéristiques des matériaux de l’ensemble des corps d’état et des équipements des corps d’état techniques : il étudie également la définition des ouvrages.
Chargé de déterminer le coût d’un projet, il est formé à l’analyse, à l’élaboration des quantités, à la constitution des prix et à la gestion financière des marchés de travaux.
Il est garant de la maîtrise des coûts, dans le respect des délais, de la qualité, de la règlementation, de la sécurité et de l’environnement.
En outre, ses connaissances lui permettent d’exercer son activité en relation avec tous les autres intervenants dans l’acte de construire.
Il doit appréhender le rôle des différents intervenants dans leur contexte afin de conduire son action en adéquation avec la dynamique de la filière.
Degrés d’initiative et de responsabilité
Il possède l’initiative de la recherche, de la comparaison, de l’interprétation des informations nécessaires à la réalisation d’objectifs définis et, dans ce cadre, assure les fonctions correspondantes de commandement, d’animation et de formation.
Compte tenu des fonctions exercées, il est amené à prendre des responsabilités à partir d’instructions permanentes nécessitant des adaptations.
Il peut représenter sa structure dans le cadre de missions définies auprès du maître d’ouvrage public ou privé, maître d’œuvre, administrations, entreprise de la construction, contractants, sous-traitants, représentants du personnel, organismes de prévention et organisations diverses.


Formation
En matière de connaissances de base et de comportement, le titulaire du BTS EEC :


  • Doit maîtriser les connaissances arithmétiques et géométriques fondamentales,

  • Doit maitriser les connaissances techniques et économiques fondamentales,

  • Doit avoir un esprit d’analyse et de synthèse, aussi bien pour transmettre des instructions opérationnelles que pour trouver des solutions pratiques et réalistes aux problèmes rencontrés.

  • Doit posséder des qualités de communication et de dialogue, être accueillant et réceptif, savoir travailler en équipe pluridisciplinaire et participer à la création et au maintien d’un climat relationnel profitable à tous.

  • Doit posséder les qualités qui lui permettent la prise de responsabilités,

  • Doit être ouvert et capable de s’adapter aux différentes situations, notamment aux méthodes des structures dans lesquelles il travaillera.


Au cours de cette formation des connaissances et comportement seront développés afin que le technicien EEC assure ses fonctions avec efficacité et en étroite relation avec tous les partenaires de l’acte de construire. Ultérieurement, le technicien EEC pourra se spécialiser dans un corps d’état particulier.


REGLEMENT D’EXAMEN




BTS
ETUDES ET ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION


Voies scolaires, apprentissage,
formation professionnelle,
continue dans les
établissements publics ou
privés, enseignement à
distance et candidats justifiant
de 3 ans d’expérience
professionnelle


Epreuves

Unités

Coef.

Forme
ponctuelle


Durée

Epreuves obligatoires













E.1 Français
Coefficient : 4


U.1

4

Ecrite

4h

E.2 Langue vivante étrangère 1
Coefficient : 2


U.2

2

Ecrite
Orale


2h
20 min**


E.3 Mathématiques et sciences physiques
Coefficient : 4


  • Sous-épreuve : Mathématiques

  • Sous-épreuve : Sciences physiques

U.31

U.32

2

2

Ecrite

Ecrite

2h

2h

E.4 Economie de la construction
Coefficient : 6


  • Sous-épreuve : Economie de la construction en maîtrise d’oeuvre

  • Sous-épreuve : Economie de la construction en entreprise

U.41

U.42

3

3

Ecrite

Ecrite

4h

4h

E.5 Etude des constructions
Coefficient : 6


  • Sous-épreuve : Etudes techniques



  • Sous-épreuve : Définition d’ouvrages

U.51

U.52

3

3

Ecrite

Ecrite

4h

4h

E.6 Epreuve professionnelle de synthèse
Coefficient : 7


  • Sous-épreuve : Projet

  • Sous-épreuve : Compte rendu d’activité en milieu professionnel




U.61

U.62


5

2


Orale

Orale


1h

30 min


Epreuve facultative













Langue vivante étrangère 2*

UF1

1

Orale

20 min**



*    la langue vivante choisie au titre de l’épreuve facultative est obligatoirement différente de celle choisie au titre de l’épreuve obligatoire.

**  l’oral est précédé de 20 minutes de préparation.


PERIODES de FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL


OBJECTIFS


Le candidat au brevet de technicien supérieur études et économie de la construction par la voie de l’alternance doit effectuer au rythme d’une semaine sur deux une période en milieu professionnel afin de compléter sa formation, sa connaissance de ce milieu et des exigences liées à l'exercice de l’emploi. Cette formation en milieu professionnel doit privilégier l'acquisition de compétences difficiles à développer en centre de formation. Ces périodes doivent aussi être l'occasion d'une sensibilisation à l’évolution technologique, la qualité, le coût global, l’environnement, la gestion de la sécurité et la protection de la santé.

ORGANISATION


  • Pour les stagiaires en contrat de professionnalisation, les certificats de stage sont remplacés par la photocopie du contrat de travail ou par une attestation de l’employeur confirmant le statut du candidat comme stagiaire dans son milieu professionnel.

  • La formation en milieu professionnel se déroule en France, dans un ou deux sites professionnels.

  • Afin d'assurer une cohérence dans la formation, l'équipe pédagogique du centre de formation doit veiller à informer les tuteurs entreprise des objectifs des différentes périodes de cette formation et plus particulièrement de leur importance dans la réalisation du compte rendu des activités en milieu professionnel, support partiel de l’épreuve E6.

  • Au fur et à mesure du déroulement de la formation en entreprise(s), le stagiaire rédige un compte rendu où sont évoqués les points suivants :

- présentation succincte de l’entité professionnelle d’accueil, conditions de déroulement du stage.

- exposé détaillé des principales tâches accomplies, de leurs aspects techniques et économiques, des réflexions et conclusions que le stagiaire a tirées de ses activités.

Il ne s'agit en aucun cas d'un mémoire, mais du compte rendu des activités menées par le stagiaire.

  • A ce compte rendu est joint un tableau récapitulatif des activités conduites pendant les différentes périodes et le degré de responsabilité du stagiaire dans leur réalisation. Ce tableau est renseigné par le tuteur.

  • La photocopie du contrat de travail et le tableau récapitulatif doivent être joints au compte rendu des activités en milieu professionnel. Le compte rendu doit être remis au service des examens un mois avant la date de l’épreuve.

  • Un candidat qui ne présente pas ces pièces ne peut pas être admis à subir cette sous-épreuve.

ORGANISATION de la SESSION d’EXAMEN

Le recteur fixe la (ou les) date(s) à laquelle (auxquelles) le certificat de stage, le certificat de « formation en milieu professionnel », les certificats de travail, le tableau récapitulatif, le compte rendu d'activités en milieu professionnel doivent être remis au service chargé de l'organisation de l'examen.

EPREUVE E.6 ---U.61 – U.62---
EPREUVE PROFESSIONNELLE DE SYNTHESE

Coefficient 7

1 FINALITES ET OBJECTIFS DE L’EPREUVE


Cette épreuve doit placer les candidats dans un contexte professionnel habituellement rencontré en économie de la construction. L’épreuve doit permettre un contrôle global des compétences (savoirs, savoir-faire) définies dans le référentiel de certification :

  • Analyse et synthèse des documents constitutifs d’un dossier et prise en compte du contexte dans lequel il se situe (économie de conception ou économie d’entreprise, phase de l’acte de bâtir concernée…) ;

  • Choix des solutions technologiques compatibles avec les exigences du dossier étudié ;

  • Etudes comparatives techniques et économiques en vue d’un choix de solutions constructives ;

- Adaptation de la mise à prix au cahier des charges ;

  • Réalisation des descriptions d’ouvrages à l’aide de documents contractuels (pièces écrites ou graphiques) ;

  • Utilisation d’outils de résolution adaptés (en estimation, en consultation d’entreprise…) ;

  • Utilisation de documents à jour et de règles techniques valides ;

  • Compréhension de la logique de fonctionnement d’un logiciel professionnel ;

  • Conduite d’une démarche de projet au sein d’une équipe, en toute autonomie ;

  • Rédaction d’un compte rendu d’activité en milieu professionnel ;

  • Exploitation des connaissances relatives à l’économie et la gestion d’entreprise…


2 SOUS-EPREUVE : PROJET U.61/Coeff 5

21 CONTENUS DE LA SOUS-EPREUVE


Cette sous-épreuve doit permettre de contrôler tout ou partie des savoir-faire suivants :

- s’informer ;

- dialoguer avec les parties concernées

- produire des documents exploitables ;

- utiliser les outils de communication ;

- animer un groupe ;

- décoder un dossier ;

- décomposer un ouvrage ;

- identifier un problème ou une situation ;

- analyser des propositions ou des résultats ;

- définir ;

- décrire ;

- déterminer des quantités d’ouvrages ;

- déterminer les besoins d’un chantier ;

- établir des estimations prévisionnelles ;

- établir des estimations de travaux ;

- établir des échéanciers financiers de travaux ;

- établir des facturations de travaux ;

- apprécier les valeurs intrinsèque et vénale ;

- apprécier les éléments locatifs ;

- établir ou exploiter une planification ;

- établir ou suivre une procédure de contrôle technique ;

- établir ou suivre une procédure de contrôle économique ;

- vérifier et compléter des statistiques et des données.

22 CRITERES DE L’EVALUATION


L’évaluation porte sur les travaux écrits, la soutenance orale et l’entretien. Cette évaluation est établie selon les critères définis dans le référentiel de certification, notamment :
- qualité de l’analyse de l’opération étudiée ;

- rigueur de la démarche adaptée

- mise en évidence des critères techniques et économiques qui ont permis de choisir les solutions proposées ;

- pertinence des solutions technologiques et économiques ;

- justification des hypothèses et des modèles de calcul économique retenus ;

- exactitude et la précision des résultats ;

- cohérence entre les différentes phases de l’opération étudiée ;

- respect de la réglementation en vigueur ;

- utilisation rationnelle des outils et des moyens ;

- clarté de l’expression orale ;

- rigueur et qualité des travaux présentés ;

- validité de l’argumentation ;

- pertinence des réponses apportées à des questions concernant les solutions technologiques et économiques relatives au dossier étudié et que le candidat a retenues.

23 FORMES DE L’EVALUATION : Forme ponctuelle (orale, durée 1 heure, coefficient 5)



231 Données :

  • Un dossier support tiré d’un cas réel, comportant :

- des plans ;

- des renseignements sur les conditions de l’opération :

- des documents techniques et économiques ;

- des renseignements sur les ressources mises à disposition ;

- les résultats partiels d’une étude, d’une préparation et/ou d’une exécution ;

- des contraintes de choix, de qualité, de sécurité.

  • Un questionnaire


Les études économiques représentent environ 60% du projet, les études techniques et leurs méthodes n’en représentent qu’au plus 40%.

Les questions posées aux candidats (partie commune ou partie individuelle) précisent clairement les limites du travail demandé, les résultats attendus et les critères particuliers d’évaluation. Pour chaque question, le contexte professionnel est précisé : économie en maîtrise d’œuvre ou économie en entreprise.
232 Déroulement de la soutenance du projet et de l’entretien avec la commission d’interrogation :

Présentation du dossier d’étude pendant une durée de 20 minutes sans intervention des membres de la commission :

-   chaque candidat présente individuellement le travail de l’équipe et sa partie individuelle. Il justifie la démarche et les options choisies, fait état des difficultés rencontrées et de la manière dont elles ont pu être surmontées.

Discussion avec la commission d’une durée de 40 minutes. Cette discussion a pour objectifs :

-   de préciser les points posant des problèmes dans le dossier d’étude ;

-   d’apprécier les capacités du candidat à répondre avec une argumentation pertinente aux questions posées par la commission d’interrogation concernant le dossier ;

-   d’inviter le candidat à prendre en compte dans sa réflexion l’expérience acquise, pendant la période de stage en milieu professionnel.

233 Commission d’interrogation :

Chaque commission d’interrogation est composée :

- d’un membre de la profession, spécialisé en études et économie de la construction ;

- d’un professeur chargé de l’enseignement de l’économie de la construction ;

- d’un professeur chargé de l’enseignement de l’étude des constructions.
234 Déroulement de l’épreuve :

Durée :

4 semaines (140 heures) après les épreuves écrites de l’examen.
Lieu :

Salle de projet de l’établissement ou du centre de formation.
Rythme de travail hebdomadaire :

Horaire normal dans la limite des heures d’ouverture de l’établissement ou du centre de formation.
Moyen :

Accès aux ressources de l’établissement ou du centre de formation (outils informatiques, CDI, outils de communication, téléphone, télécopie, internet…) et aux ressources extérieures (entreprises, cabinets, collectivités territoriales, bureaux d’études ou de contrôle…). Dans le cadre de recherche extérieure, le chef d’établissement, sur proposition du directeur de projet, autorise la sortie des candidats hors de l’établissement.
Forme :

Avant l’examen, les étudiants d’une même division se constituent en équipe de 3 candidats (2 par défaut suivant le nombre de candidats par division). Un tirage au sort détermine le thème d’étude pour chaque équipe. Une partie du thème est traité en commun. De plus chaque membre d’une même équipe tire au sort une étude relative au thème qu’il traite individuellement. En fin de projet, chaque équipe doit remettre un exemplaire des réponses à la partie commune et chaque candidat doit remettre un dossier personnel comportant les réponses à la partie individuelle.
Suivi :

Des directeurs de projet, qui sont les formateurs des enseignements technologiques et professionnels de la division, assurent le bon déroulement du travail de chaque équipe.
3 SOUS-EPREUVE : COMPTE RENDU D’ACTIVITE EN MILIEU PROFESSIONNEL U.62/coeff 2

31 CONTENUS DE LA SOUS-EPREUVE


Le rapport de stage ou d’activités professionnelles rend compte du vu et du vécu du candidat durant son séjour en milieu professionnel afin :

- de présenter le milieu professionnel ;

- d’exposer les principales tâches accomplies ;

- de formuler les réflexions et les conclusions suscitées.

Cette sous-épreuve a pour but d’évaluer tout ou partie des savoir-faire suivants :

- s’informer ;

- dialoguer avec les parties concernées ;

- produire des documents exploitables ;

- utiliser les outils de communication ;

- animer un groupe ;

- décoder un dossier ;

- identifier un problème ou une situation.

32 CRITERES DE L’EVALUATION


Cette évaluation est établie selon les critères définis dans le référentiel de certification, notamment :

- rigueur de la démarche adoptée pour présenter le compte rendu d’activité en milieu professionnel ;

- rigueur et la qualité des travaux présentés ;

- choix des points économiques et technologiques présentés ;

- pertinence des réponses apportées à des questions concernant le compte rendu d’activité en milieu professionnel ;

- qualité de l’expression orale.
33 FORMES DE L’EVALUATION Ponctuelle : orale, durée 30 minutes, coefficient 2

L’épreuve a pour support le compte rendu d’activité en milieu professionnel. Celui-ci permet au candidat de présenter les activités qu’il a effectuées durant son séjour en milieu professionnel et de développer les points économiques et techniques les plus intéressants auxquels il a été confronté.

331 Déroulement de l’épreuve :

Le candidat présente ses activités pendant une durée de 15 minutes, sans intervention de la commission d’interrogation. Puis au cours d’un dialogue de 15 minutes avec la commission d’interrogation, les questions relatives au compte rendu d’activité en milieu professionnel ont pour but de vérifier que le candidat est capable :

- de présenter l’objectif des tâches qui lui ont été confiées par rapport au déroulement de la mission économique réalisée ou à l’organisation générale d’un cabinet, d’une entreprise d’une administration ou d’une collectivité locale dont l’activité relève de l’économie de la construction ;

- de rendre compte clairement et succinctement d’un ou plusieurs point(s) technique(s) et économique(s) du compte rendu d’activité ;

- d’apporter des précisions sur certaines activités effectuées durant la période en milieu professionnel et non développées dans le compte rendu ;

- de s’exprimer avec clarté.

332 Commission d’interrogation :

Chaque commission d’interrogation est composée :

- d’un membre de la profession, spécialisé en études et économie de la construction ;

- d’un professeur génie civil chargé de l’enseignement de l’économie de la construction ;

- d’un professeur d’économie et gestion chargé de l’enseignement de l’économie de la construction.







Livret de suivi du stagiaire en Contrat Professionnalisation pasteur 2 2003 petit.bmplogo greta.png

similaire:

Domaine d’activité du titulaire du bts eec iconÂgé de vingt-huit ans, je suis titulaire d'une licence en histoire...

Domaine d’activité du titulaire du bts eec iconDomaine d’activité

Domaine d’activité du titulaire du bts eec iconFrançois dore le contentieux des cessions de contrats
«reprise pure et simple, par le cessionnaire, qui constitue son nouveau titulaire, de l’ensemble des droits et des obligations résultant...

Domaine d’activité du titulaire du bts eec iconBts : référentiels et sujets d’examen à télécharger ou commander par ordre alphabétique de bts

Domaine d’activité du titulaire du bts eec iconLaboratoire Tech-cico / Université de Technologie de Troyes
...

Domaine d’activité du titulaire du bts eec iconDe nouvelles techniques commerciales Les solidarités entre marchands
«arts» ou «hanse». L’activité professionnel s’exerce à partir du ma selon trois forme jusqu’à la Révolution française. Cette organisation...

Domaine d’activité du titulaire du bts eec iconNote : Lionel Couvreur
«marketing social» : IL ne s’agit pas du marketing qui serait social mais plutôt du marketing au service d’une activité se situant...

Domaine d’activité du titulaire du bts eec iconCommissaire aux comptes titulaire du mandat

Domaine d’activité du titulaire du bts eec iconRecherche Titulaire de l’hdr (Habilitation à Diriger des Recherches)

Domaine d’activité du titulaire du bts eec iconRecherche Titulaire de l’hdr (Habilitation à Diriger des Recherches)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com