Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre





télécharger 29.36 Kb.
titreDeux chapitres centrés sur la notion de Guerre
date de publication20.05.2017
taille29.36 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > documents > Documentos
Thème 2 : La Guerre au XXème siècle


Le XXe s : le siècle des guerres

• Coexistence de toutes sortes de guerre : mondiales, coloniales, décolonisation, menaces nucléaire, limitée.

• Accélération des progrès techniques

(Nucléaire, électronique, 3e dimension)

• Les progrès sont tels qui peuvent produire

l’anéantissement le XXe est aussi le siècle de la

non guerre.
Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre
• Chap 1: Guerres mondiales et espoirs de paix

(10h-10h30): comprendre l’entrée dans la

guerre totale et le désir à posteriori de construire la paix

• Chap 2: De la Guerre froide à de nouvelles

conflictualités (6h30-7h): le maintien des

guerres (parfois sous d’autres formes) mais

aussi des réflexions et des actions autour de la

paix.
Chap 1: Guerres mondiales et espoirs de paix



  1. La Première Guerre mondiale : l’expérience combattante dans une guerre totale (3 heures)


La Première Guerre mondiale représente une étape essentielle dans la mutation de la guerre au XXe

siècle. Le regard est porté sur l’expérience combattante, significative d’un changement de degré et de

nature dans la violence, qui doit permettre de mener une approche du concept de guerre totale. Durant cet

affrontement marqué par la durée du conflit, par sa dimension industrielle et par une mortalité de masse, ce

sont les combattants qui paient le tribut le plus élevé tant sur le plan physique que sur le plan moral, même

si de récents travaux ont attiré l’attention sur les souffrances des populations civiles. A travers eux, c’est

toute la société qui est bouleversée, phénomène dont certains historiens ont depuis une vingtaine d’années

tenté de rendre compte à travers les concepts, certes discutés, de « brutalisation » (ou « ensauvagement »)

des sociétés européennes et de « banalisation » de la violence.

Problématique :

Comment la guerre totale transforme-t-elle l’expérience combattante ?

Quels sont les effets du conflit sur les populations et les sociétés ?

Les élèves : construiront sur le cahier sur une page A 4 : ensemble frises chronologiques vues sur le diaporama

  1. Une guerre totale :



  1. L’Echec d’une guerre courte :

L’attentat de Sarajevo (contre l’héritier de l’empire d’Autriche) le 28 juin 1914 cristallise les tensions qui opposent les grandes puissances en Europe et constitue le prétexte à une entrée en guerre souhaitée ou considérée comme inévitable par chacun des camps. La guerre déclarée par l’Autriche à la Serbie le 28 juillet 1914 se propage rapidement au reste de l’Europe.

Diapositive 1 : Belligérants été 1914

La mobilisation militaire se produit dans un climat de résignation de consensus et de patriotisme : notion Union Sacrée (union de toutes les forces politiques pour soutenir l’effort de guerre, les syndicats renoncent aux appels à la grève. En France 26 août 1914)

la Guerre de mouvement (stratégie militaire qui cherche à surprendre l’ennemi par des offensives qui rendent le front très mobile)

L’espoir d’une guerre courte est rapidement déçu. A L’ Est l’offensive russe est brisée (Tannenberg) diapo 2

A l’ouest l’avance allemande est stoppée lors de la bataille de la Marne. Le conflit s’enlise dans une guerre de position (stabilisation des lignes de front et mise en place d’un réseau de tranchées. Chaque camp cherche à rompre les lignes ennemies par des offensives combinant des bombardements massifs et des assauts de troupes) qui contribue à modifier l’expérience combattante des soldats. Il faudra attendre mars 1918 et la défection des Russes pour que les troupes allemandes revenues du front de l’Est puissent lancer une vaste offensive qui perce le front. En juillet 1918 les alliés renforcés par les américains et équipés de chars en grande quantité lancent la contre-offensive finale.

Diapo 3 (animation puis retour diapo 3)

Lorsqu’apparait Verdun : clic sur Verdun (animation puis retour diapo 3)

Sur le front l’intensité des combats est inégalée on pratiquera une guerre d’usure visant à tuer assez de soldats chez l’adversaire pour que son peuple vidé de son sang ne puisse plus fournir de nouveaux combattants, la guerre devient alors totale…Verdun de février à novembre 1916

  1. L’entrée dans une guerre totale : suite diaporama à partir diapo 3

Les belligérants qui n’envisageaient pas une guerre longue se retrouvent à la fin de l’année 1914 confrontés aux manques de munitions, la guerre à consommé d’énormes quantités de matériels dès les premières offensives, pour espérer vaincre, il faut mobiliser toutes les ressources de la population et de l’industrie. Dans chaque pays, les gouvernements établissent une économie dirigée et largement financée par des emprunts, l’industrie se convertit à la production militaire de masse, on cherche à perfectionner l’armement, les populations à l’arrière sont mobilisées pour approvisionner le front, les empires coloniaux sont requis pour fournir des combattants et des matières premières, l’on tente d’empêcher l’approvisionnement de l’ennemi en instaurant le blocus des côtes, on n’hésitera pas à détruire les navires transportant des civils (Lusitania), des armes à longue portée permettant de frapper à distance les villes de l’ennemi seront mises au point (« Pariser Kanonen » tire sur Paris de mars à août 1918, appelé la « Grosse Bertha » par les français).

La recherche de nouveaux alliés par les deux camps conduit à une extension du conflit.

La guerre totale est une formule due au général Ludendorff qui la définie en 1937 : « Dans cette guerre, il était difficile de distinguer où commençait la force armée proprement dite, où s’arrêtait celle du peuple. Peuple et armée ne faisaient qu’un. Le monde assistait, au sens propre du mot, à la guerre des peuples. »

  1. Une violence qui brutalise les hommes au front…



  1. Le franchissement des seuils conventionnels de la guerre :

Correction étude de documents distribués :
La puissance meurtrière des obus : une violence de guerre d’une ampleur sans précédent Le rôle de la science et de l’industrie dans la nouvelle puissance de feu qui s’exprime en 1914-1918.

  1. Du désarroi au traumatisme :

Document distribué : les effets des bombardements sur les combattants : gueules cassées et obusite. + extrait vidéo accompagnement : http://www.youtube.com/watch?v=SS1dO0JC2EE

Quelles nouvelles séquelles les blessés survivants des combats ont-ils endurés ?

La puissance des explosifs utilisés ainsi que le caractère massif des préparations d’artilleries développent de nouvelles pathologies comme l’obusite, traumatisme psychique avec une atteinte du système nerveux central provoquant des convulsions et des dérangements mentaux qui conduisaient les armées à traiter en centres psychiatriques des patients parfois irréversiblement atteints. Les médecins militaires vont être confrontés à ces nouvelles pathologies et tenter de mettre au point des techniques pour les soigner avec des résultats inégaux. La médecine militaire réussira aussi a traiter des blessures qui auraient entrainer la mort du soldat dans les conflits précédents mettant au point des techniques de chirurgie faciale pour traiter les victimes d’éclats d’obus au visages, les survivants seront appelés les « gueules cassées ». A la fin du conflit en plus des morts et disparus les sociétés des pays belligérants devront composer avec la présence de plusieurs millions de blessés invalides mutilés qui rappelleront durablement à chacun le souvenir indélébile du conflit (les « gueules cassées » se regroupent en 1921 dans l’Union des blessés de la face et de la tête par exemple) .

  1. sans épargner les civils :



  1. Les civils sont victimes de la guerre :

La frontière entre le monde des combattants et celui des civils est transgressée dès 1914 par les pratiques de cruauté de l’invasion allemande. Et même quand ils sont loin des zones de combats, les civils sont animés par une culture de guerre qui les transforme eux aussi. L’ampleur du deuil qui frappe le pays en 18 est une plaie ouverte au sein des sociétés européennes.

Livre bordas 1ère p. 86 doc n°1

Qui est l’auteur ? Comment les combattants justifient-ils les violences commises envers les civils : Crainte des « franc-tireurs ».

Pour aider le prof :

Dans les armées de la Révolution française un franc-tireur est un soldat de certains corps d'infanterie légers. Par extension, combattant ne faisant pas partie d'une armée régulière. L'appellation de franc-tireur employée pendant le siège de Sébastopol réapparaît pendant la guerre franco-allemande de 1870. Il s'agit de corps de volontaires plus ou moins importants qui se lèvent contre les troupes prussiennes. Le commandement allemand leur refusa la qualité de belligérant.

En août et septembre 1914 au début de la Première Guerre mondiale les allemands craignent à tord que se répètent les tirs embusqués dont avaient été victimes leurs troupes pendant la guerre de 1870 ils justifient ainsi leurs exactions qui en trois semaines firent des milliers de victimes parmi les civils, suspectés (à tort) d'être des francs-tireurs, amenés devant divers murs et fusillés par des pelotons d'exécution accomplissant de cette manière une justice expéditive au nom des lois de la guerre. 20 000 maisons furent également détruites, notamment 600 à Visé et 1 100 à Dinant en Wallonie, la région belge placée dans l'axe principal de l'invasion et qui subit le plus ces « atrocités ». L'étendue des massacres dans cette région de même que la manière dont les faits y ont été vécus et commémorés sont à l'origine d'une mémoire différente de la Première Guerre mondiale en Flandre et en Wallonie, ce que John Horne a également étudié. []

.Mais la leçon des événements dépasse le cadre wallon ou belge. Des milliers de victimes tombèrent également, dans les mêmes conditions, en France et en Flandre.

Portée : En Angleterre et aux États-Unis, en particulier, l'opinion publique fut motivée à la guerre par l'évocation de cette « barbarie allemande ». Le souvenir des tueries de 1914 allait provoquer en mai 1940 l'Exode fameux qui entraîna vers le sud des populations belges et françaises par millions. Celui-ci est un des éléments d'explication - parmi de nombreux autres et pas le plus important - de la défaite française dans la Bataille de France, principalement lors du franchissement de la Meuse à Sedan les 13 et 14 mai 1940. En effet les routes encombrées par les fuyards gênèrent parfois la montée en ligne des divisions françaises. Pendant la seconde guerre mondiale des groupes de résistants se baptisèrent Franc-tireur et partisans.

Retour diaporama diapositive 4

  1. le premier génocide du XX ème siècle :

Entrées en guerre aux côtés de l’Allemagne en novembre1914 les armées turques subissent plusieurs échecs face aux russes et aux britanniques. L'empire ottoman est envahi. L'armée turque perd 100.000 hommes. Elle bat en retraite et, exaspérée, multiplie les violences à l'égard des Arméniens dans les territoires qu'elle traverse. Les Russes, à leur tour, retournent en leur faveur les Arméniens de Turquie. Le 7 avril 1915, la ville de Van, à l'est de la Turquie, se soulève et proclame un gouvernement arménien autonome. En juin 1915, le ministre de l’intérieur Talaat Pacha ordonne la déportation vers le Sud de tous les Arméniens d’Anatolie, des centaines de milliers d’Arméniens notamment des femmes et des enfants sont jetés sur les routes pour être dirigés vers les régions désertiques de Mésopotamie les conditions de ces marches sont abominables les survivants sont abandonnés en plain désert : entre 650 et 800 000 victimes.

Doc bordas n°4 p.89 rapport du consul allemand d’Alep.

Pourquoi peut-on ici parler de génocide ? existence d’un plan général d’extermination car vise l’ensemble d’un groupe ethnique : les arméniens hommes mais aussi femmes et enfants.

Conclusion : La transformation des modes de combats et l’élargissement de leurs cibles ont profondément meurtri les sociétés européennes. La Première Guerre mondiale pose ainsi une lourde hypothèque sur le tout jeune XXe siècle.

Avec diapositive 5 : les effets durables du conflit…. Terres incultes

similaire:

Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre iconSolution de continuité entre les deux termes de la polarité : «guerre»
«guerre» = combat, violence physique, armée, en soi étrangère au droit, à la morale et à la Justice (acquis de la 1ère définition...

Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre iconLes centres de sante, une géographie rétro prospective
«J’ai la conviction que les centres de santé sont l’une des réponses. Mon objectif est de déployer les actions confortant la place...

Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre iconMémoires de Guerre, une adaptation de Pierre cardinal : on peut par...
«Le politique» (1944-1959), Jean lacouture (IL accompagne bien l’œuvre au programme avec des références précises aux chapitres du...

Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre iconLes centres de gestion de la fonction publique territoriale des Deux-Sèvres,...

Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre iconCours de M. Michel erpelding
«L’évolution de la notion de service public». Rédigez entièrement l’introduction et les transitions entre les parties. Prévoyez un...

Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre iconIntroduction, initiation complétée par d’autres enseignements. Non exhaustif
«l’eau bout à 100 °». Interrogation sur les termes, tous les politistes ne sont pas d’accord sur la définition de démocratie, les...

Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre iconA centres d’impulsion et inégalités de développement I – Les centres d’impulsion

Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre iconLa guerre au xxème s
«Continuation de la politique par d’autres moyens, Clausewitz, De la Guerre 1932 «La guerre est à lutte d’un peuple pour sa survie»...

Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre iconEt si France Info avait été là durant la première guerre mondiale...

Deux chapitres centrés sur la notion de Guerre iconCentres d’innovation sociétale
«Performance du transfert des savoirs», l’Initiative d’Excellence de l’Université de Bordeaux (IdEx Bordeaux) développe depuis 2012...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com