La coopération franco-tunisienne 1 L’historique





télécharger 88.3 Kb.
titreLa coopération franco-tunisienne 1 L’historique
page2/5
date de publication06.02.2020
taille88.3 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5

1.2 Les différents aspects de la coopération


Il faut savoir qu’une coopération internationales entre deux pays à propos d’enseignement est gérée financièrement par le Ministère des Affaires Étrangères. Dans les pays étrangers, la France dispose dans chaque ambassade, d’un « service culturel ». Celui-ci génère, gère et accompagne des actions de coopération avec des attachés culturels, en général des professeurs de français détachés pour trois années. Les deux pays concernés se partagent les frais financiers : billets d’avion, coûts d’hébergement, frais divers de formation et de documentation, etc.

Le nouveau programme tunisien d’éducation technologique, appelé « éducation technique », est un enseignement obligatoire pendant les trois années de collège. Le programme a été rédigé à Tunis en 1992 par des inspecteurs et des formateurs tunisiens au cours d’une semaine de séminaire commun en présence d’experts, inspecteurs généraux et inspecteurs pédagogiques régionaux français. A partir de ce programme d’enseignement, les responsables tunisiens ont recensé leurs besoins pour :

- des compléments en formation technique (mécanique, électronique, économie et gestion, analyse de la valeur, analyse fonctionnelle) et en didactique et pédagogie (mes concepts, outils, méthode de la démarche de projet industriel, les formes nouvelles et diverses d’évaluation formative et sommative) à l’attention des 25 inspecteurs de l’enseignement technique et des 80 formateurs techniques (4 par région) ;

- une aide à la définition de plans de formation technique et pédagogique des 1500 professeurs d’éducation manuelle et technique en poste ayant besoin, selon leur spécialité d’origine, d’un recyclage voire une reconversion complète ;

- une aide à la constitution de la documentation technique, didactique et pédagogique pour la formation des inspecteurs, formateurs et professeurs dans les 21 centres régionaux de formation ;

- une aide à la définition d’un équipement type pour les laboratoires de technologie créés dans tous les collèges à l’occasion de cette réforme, puis à la formation des formateurs sur des techniques nouvelles (travail des matières plastiques et leur pliage, obtention de circuits imprimés, création de projets techniques en relation avec les besoins et les attentes de la société tunisienne, etc.)

La coopération en éducation technologique dont j’ai eu plus particulièrement la responsabilité, s’est déroulée entre 1992 et 1998. Elle a porté sur les quatre catégories de besoins ci-dessus. Chaque année une dizaine de « missions » de formation ont lieu soit en France soit en Tunisie. La durée moyenne de ces missions de formation était d’une semaine à quinze jours. Mais certaines d’entre-elles qui se sont déroulées en France ont eu lieu sur des périodes d’un mois à trois mois.

On peut distinguer deux périodes dans les échanges franco-tunisiens. La première a été celle où les inspecteurs et les formateurs se sont informés et formés sur les pratiques et les résultats de la démarche de projet technique. Ce sont en particulier les formateurs techniques et pédagogiques du Centre National de formation des professeurs de technologie de Montlignon qui sont intervenus avec l’aide d’experts extérieurs au Centre. Ces derniers ont pris part à l’échange pour la démarche de projet industriel, l’analyse de la valeur, l’analyse fonctionnelle, et d’autres part, des professeurs de technologie de collège désignés par la IA IPR essentiellement dans la région parisienne pour être en relation directe avec les élèves. La seconde période a été celle où à partir des besoins tunisiens exprimés nous avons aidé les responsables à analyser et à évaluer les premières applications de leur programme directement dans les centres régionaux tunisiens et dans les classes. Cette seconde phase a eu lieu plus particulièrement avec les formateurs de l’IUFM de Paris et les corps d’inspection générale et régionale français. Pour avoir assisté à la quasi totalité de la première et de la deuxième période, je peux témoigner de l’engagement des professeurs dans cette nouvelle stratégie de pédagogie de projet technique rompant avec des pratiques traditionnelles de cours dictés oralement avec un texte à recopier et à apprendre par cœur par les élèves. Plus encore, il faut noter l’enthousiasme des collégiens, notamment des jeunes filles qui découvraient des aspects nouveaux de la culture technique : l’éducation du consommateur dans le choix et l’utilisation d’objets techniques de la vie quotidienne, l’analyse du besoin pour la création, la justification et la critique des systèmes techniques ; l’éducation à la protection de l’environnement via l’existence et la cessation de vie de ces objets.

Durant ces six années de coopération, la France a peu participé à la formation continue des 1500 professeurs en poste pendant l’année scolaire. Ces derniers ont été systématiquement formés pendant une ou plusieurs années par les inspecteurs et les formateurs tunisiens à raison d’une journée obligatoire par semaine et en dehors de leur temps d’enseignement. Les experts français ont cependant ponctuellement participé à des formations de ces professeurs en poste pendant les universités d’été qui ont été créées à partir de 1992, en accompagnement de la refonte totale de leur système éducatif (formation professionnelle assurée par le ministère du travail, suppression des baccalauréats technologiques, etc.). Ces universités d’été se déroulent depuis 1992 pendant les vacances scolaires entre début juillet et fin août pour toutes les disciplines du primaire et du secondaire dans une université avec hébergement. Ces stages ont une durée d’une à deux semaines pour tous les professeurs désignés à tour de rôle chaque année. Il y a obligation de présence.

Ainsi peut-on conclure que les responsables du ministère de l’éducation tunisien, les inspecteurs et les formateurs ont eu le souci d’assurer une formation identique et homogène de tous les professeurs techniques chargés de l’éducation technique, sans aucune exception, notamment à la démarche de projet technique, ce qui les a préservé d’interprétations des formateurs, des professeurs et donc des élèves, car ces derniers ont un examen national en fin des études au collège, cette contrainte n’existant pas en France.

1   2   3   4   5

similaire:

La coopération franco-tunisienne 1 L’historique iconLa genèse de la coopération franco-allemande au début des années...
«couple» franco-allemand est le moteur de l’Europe; IL est moins trivial d’affirmer que ce «couple» est né en 19635

La coopération franco-tunisienne 1 L’historique iconLes relations bancaires franco-allemandes (1900-1970) : admiration,...

La coopération franco-tunisienne 1 L’historique iconL’émergence de la coopération industrielle, bancaire et commerciale...
«Georges Pompidou accorde en effet au facteur économique une place clef qui le conduit tout au long de son mandat à encourager le...

La coopération franco-tunisienne 1 L’historique iconIii. Relations Dcc / Service de Coopération et d’Action Culturelle...

La coopération franco-tunisienne 1 L’historique iconAgenda prévisionnel de Christine Lagarde Ministre de l’Economie,...
«Forum franco-italien» en présence de Franco frattini, ministre italien des Affaires Etrangères, à Bercy

La coopération franco-tunisienne 1 L’historique iconVétérinaires sans frontières Centre International de Coopération...

La coopération franco-tunisienne 1 L’historique iconCommission nationale de la coopération décentralisée
«correspondants pour la coopération décentralisée» désignés au sein de nombreux postes

La coopération franco-tunisienne 1 L’historique iconContexte historique Historique du Tabac

La coopération franco-tunisienne 1 L’historique iconCommission nationale de la coopération
«e-apd 2013» qui est à remplir par les conseils régionaux, les conseils généraux, les établissements publics de coopération intercommunale...

La coopération franco-tunisienne 1 L’historique iconProgramme de cofinancement de projets de partenariat pour le développement...
«Programme de cofinancement de projets de coopération dans les pays en développement présentés par des acteurs de la coopération...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com