Note de présentation géNÉrale





télécharger 182.25 Kb.
titreNote de présentation géNÉrale
page1/5
date de publication27.11.2019
taille182.25 Kb.
typeNote
e.20-bal.com > documents > Note
  1   2   3   4   5
LA PRÉPARATION AU MARIAGE

(
DES COUPLES NON CATÉCHISÉS)

DANS LE CONTEXTE DE LA NOUVELLE ÉVANGÉLISATION

Conférence des Évêques de France

Document du groupe de travail

Assemblée Plénière (avril 2014)

Conférence des Évêques de France

Groupe de travail (mars 2012 - mars 2014)
NOTE DE PRÉSENTATION GÉNÉRALE
Sur proposition de son Comité "Études et Projets", l’Assemblée Plénière - en mars 2012 - a décidé la constitution d’un groupe de travail sur le thème : "Proposer les sacrements de l’initiation chrétienne et préparer au mariage, dans le contexte de la Nouvelle Évangélisation". Vu l’ampleur et la complexité des chantiers concernés, le Conseil Permanent a demandé que le travail se limite à la préparation au mariage.
Au cours de l’Assemblée Plénière de novembre 2013, le groupe de travail a présenté quelques réflexions d’étape, accompagnées de deux témoignages d’expériences actuelles1. Durant cette même Assemblée, les évêques se sont retrouvés en carrefours, pour échanger sur deux questions :


  1. Quels éléments essentiels devraient apparaître dans une préparation au mariage, pour favoriser la rencontre avec le Christ et son Église ?




  1. Quels points de repère aimeriez-vous donner aux divers acteurs pastoraux concernés par cette préparation, pour les aider dans leur tâche ?


Un important travail de collecte de ces échanges a été opéré, qui a permis de les présenter, en les mettant en forme pour d’éventuelles utilisations, dans un des documents ci-dessous.
Compte tenu des travaux des prochains synodes romains sur la famille convoqués par le Pape François (2014-2015), bien qu’ils ne se limitent pas à la préparation au mariage, mais en intègrent le sujet (surtout 3.a.f.), le Conseil Permanent a souhaité que soit traitée surtout "la préparation des couples non catéchisés".
L’ensemble des rencontres du groupe de travail, des auditions auxquelles il a procédé2, des échanges qui ont eu lieu, conduisent au résultat suivant :


  • Une note de synthèse donne "des orientations et des points de repère" (pp. 5-7).

  • Un document reprend, en trois chapitres, les réflexions sur la préparation au mariage dans le contexte actuel, avec une attention aux couples non catéchisés (pp. 9-31).

  • En conclusion, sont énoncées des "conversions" que nous avons tous à vivre, tout particulièrement les acteurs pastoraux pour la préparation au mariage (pp. 33-34).


Pour l’avenir, il appartient à chaque évêque de prendre connaissance de cette réflexion et de voir, selon la situation locale, quelle utilisation pourra en être faite.
+ Jacques Benoit-Gonnin

avec le groupe de travail

5 mars 2014

Conférence des Évêques de France

Groupe de travail (mars 2012 - mars 2014)

NOTE DE SYNTHÈSE
Dans sa mission, l’Église annonce une Bonne Nouvelle : Dieu aime tous les êtres humains qu’Il appelle à partager sa Vie. L’Église travaille donc à favoriser et approfondir la rencontre avec Dieu qui « donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive »3. Tous les sacrements, et le sacrement de mariage pour sa part, sont des lieux privilégiés pour rencontrer ce Dieu-Amour, et grandir en communion avec Lui.

Pour que leur sens et leur vigueur, leurs implications et leur fécondité puissent mieux habiter la liberté et l’histoire de ceux qui les demandent, tous les sacrements réclament d’être préparés. Si, par le passé, cette préparation a pu se réduire au catéchisme (préparation lointaine) et au déroulement de la célébration même (préparation immédiate du sacrement à l’intérieur de la célébration), elle est aujourd’hui rendue d’autant plus nécessaire que des évolutions rapides et profondes marquent notre société, et impactent les esprits et les comportements, tandis que les relations des "demandeurs" se sont souvent beaucoup distendues et appauvries, avec l’Église.

Deux constats ont motivé nos réflexions. L’écart croissant entre la situation et les attentes des couples demandant à se marier à l’église ; le souhait des acteurs pastoraux de les aider à découvrir le mariage comme une Bonne Nouvelle inscrite dans l’intention créatrice de Dieu et la force du Ressuscité. Trop de malentendus et de frustrations en résultent de part et d’autre… malgré l’investissement considérable fait par les diocèses, paroisses et mouvements pour s’adapter.

En France, la Conférence des Évêques est déjà intervenue à plusieurs reprises. Ces interventions demeurent pertinentes :

  • Pour le contexte et les grandes orientations missionnaires : la "Lettre aux catholiques de France - Proposer la foi dans la société actuelle" (1996), et le "Texte National pour l’Orientation de la Catéchèse en France" (TNOC, 2006).

  • Pour la pastorale sacramentelle générale : "Repères en pastorale sacramentelle et liturgique" (1994) ;

  • Pour le mariage : "Pastorale du mariage - Orientations" (2002).

Rappelons également les points majeurs sur lesquels les "Repères en pastorale sacramentelle et liturgique" encourageaient les efforts des acteurs pastoraux : travailler l’accueil ; favoriser une progression dans le cheminement des futurs époux ; soigner la célébration du sacrement lui-même ; veiller sur ceux qui ont reçu le sacrement.

Diversement mis en œuvre dans les pratiques actuelles, ces repères méritent encore toute l’attention. La créativité pastorale peut encore les exploiter.

La progression dans le cheminement des futurs époux doit être particulièrement travaillée. Le "Texte National pour l’Orientation de la Catéchèse en France" en présente les "marqueurs" pour la catéchèse4, mais l’écart déjà relevé entre la "mentalité ambiante" et la "mentalité ecclésiale", exige qu’une "démarche de type catéchuménal" soit mise en œuvre, aujourd’hui, pour toute préparation sacramentelle un tant soit peu réaliste, responsable et soucieuse de servir "la joie de l’Évangile".

Très vite, le groupe de travail a constaté que la visée de la préparation au mariage ne va pas de soi et qu’elle mérite d’être précisée. Ce qui est fondamental et constitue la visée, de la préparation c’est d’aider les futurs époux à vivre leur vie et leur amour en chrétiens. Et « à l’origine du fait d’être chrétien, il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive5. L’engagement des époux, libre, fidèle, indissoluble et ouvert à la vie, peut alors devenir source d’un chemin de bonheur et de sainteté nourri par la victoire du Christ et la vie en Église.
Une telle visée a au moins deux conséquences :

  1. Elle doit favoriser autant qu’il est possible une rencontre avec le Christ ;

  2. Elle doit proposer un itinéraire qui soigne toutes les étapes du mariage, depuis sa préparation, jusqu’à la vie conjugale qui prolonge la célébration. À partir de la relation qu’ils vivent quand ils se présentent, la préparation devrait ainsi accompagner les fiancés sur un cheminement qui leur ferait désirer vivre, dans son plein déploiement, leur amour en Christ et en son Église.


Dans le contexte actuel, une telle visée réclame de prendre en compte plusieurs défis, ainsi que de mettre en œuvre des moyens particuliers.

      1. Il s’agit d’abord d’accueillir les fiancés tels qu’ils sont. Certes, les situations sont très diverses et des demandes sacramentelles peuvent être peu éclairées. Mais le devoir d’accueillir et de rejoindre celles et ceux qui viennent frapper à la porte des églises est un devoir primordial, faisant écho à l’appel du Christ d’aller annoncer la Bonne Nouvelle à toutes les nations (Mc 16,15).




      1. Présenter et développer une vision de l’être humain et une théologie chrétiennes qui rejoignent l’expérience déjà vécue par les "fiancés", et la mettent en contact avec le projet de bonheur et de sainteté signifié et "contenu" dans le mariage vécu en Christ. C’est tout le défi de ce qu’on appelle désormais la "théologie du corps" selon Jean-Paul II.




      1. Optimiser le temps disponible pour servir la liberté et le discernement des "fiancés", par un authentique cheminement, qui doit s’inscrire dans la durée minimum d’une année6. Même si l’impatience des fiancés est grande, il s’agit de présenter le temps comme un moyen de grandir dans l’amour, et de l’utiliser de manière à ce que les fiancés puissent mieux se déterminer et s’engager dans le mariage.




      1. Servir la rencontre et la vie avec le Christ. De tout temps, mais plus encore aujourd’hui où les repères chrétiens sont moins présents dans la vie sociale et moins connus dans l’itinéraire de la plupart des fiancés, il s’agit d’éveiller à une relation personnelle et ecclésiale avec le Sauveur (en requérant au minimum l’acceptation de s’engager dans "un cheminement de type catéchuménal"). La question de la sacramentalité est de nouveau posée, avec celle de l’importance des sacrements de l’initiation, et particulièrement du sacrement de la confirmation.




      1. Promouvoir un cheminement qui mette les "fiancés" eux-mêmes en capacité de discerner leur maturité pour engager leur amour dans la dynamique sacramentelle. C’est l’un des défis sur lesquels les "accueillants-formateurs" sont les plus démunis, malgré son importance. Pour y parvenir, la rencontre individuelle de chaque fiancé avec le ministre qui intervient dans la préparation, et qui certifie la qualité de la démarche dans le "dossier administratif", est une étape nécessaire et une vraie opportunité.



      1. Former les accueillants/accompagnateurs (prêtres, diacres, consacrés, couples laïcs), à frais nouveaux, dans des domaines divers, qui touchent autant leur propre expérience chrétienne personnelle et ecclésiale, que le mariage, sa sacramentalité, la vie conjugale et familiale, leur devenir…



Les travaux du groupe, les rencontres multiples, et les échanges en Assemblée ont tous été marqués par la conscience d’un énorme "chantier" à travailler, et la perception d’un grand dynamisme. Le mariage est toujours une bonne nouvelle où l’Église lit l’amour de Dieu, inscrit dans l’union et la communion des époux. Malgré les difficultés du temps, proposer de vivre la "vocation au mariage" comme un chemin de vie, de bonheur et de sainteté, à partir d’un amour qui déjà fait vivre les fiancés, demeure une belle ambition !
Puissent les documents qui suivent aider à la servir, « pour la gloire de Dieu et le salut du monde » !
PRÉSENTATION DÉVELOPPÉE DES ÉLÉMENTS RECUEILLIS
► En prolongement de la note de synthèse, le présent document veut :


    • recueillir l’héritage des expériences et documents déjà produits, et dont la pertinence demeure ;




    • tenir largement compte des nombreuses et riches réflexions partagées entre les évêques de France, lors de leur Assemblée de novembre 2013 ;




    • conserver ce qui a été perçu comme "novateur" et stimulant dans plusieurs expériences de préparation au mariage7 ;




    • viser plus spécialement les couples éloignés de la foi.


Il traite successivement de/du :
I - Quelques rappels sur la théologie catholique du mariage ;
II - Rôle de la liberté et de l’importance des discernements à opérer ;
III - Quelques points pastoraux et recommandations pour l’accompagnement des "fiancés".

► Il est accompagné, en conclusion, de l’énoncé de "conversions" nécessaires que nous avons tous à vivre, mais en particulier les acteurs pastoraux, pour un meilleur service du sacrement et des fidèles :


    • exprimant à ces divers acteurs l’estime et l’encouragement des évêques pour le travail effectué ;




    • réaffirmant l’ "ambition pastorale" de l’Église auprès de ceux qui veulent encore vivre leur amour en Jésus-Christ.


I – THÉOLOGIE DU MARIAGE - RAPPELS
Sur le mariage, les sources sont nombreuses. Qu’il suffise de rappeler, ici, la Constitution Pastorale "L'Église dans le monde de ce temps"8 (nn. 47-52) du Concile Vatican II, l’exhortation apostolique "Les tâches de la famille chrétienne dans le monde d’aujourd’hui"9 du Pape Jean-Paul II, le Catéchisme de l’Église Catholique (nn. 1601-1666) et les Préliminaires du Rituel romain de la célébration du mariage… sans oublier les références scripturaires !

Retenons quelques repères utiles.

Dieu est amour10. Il a créé l’homme « avec sagesse et par amour »11. Il l’a créé capable d’aimer et l’a appelé à atteindre sa plénitude en aimant. L’amour est donc la vocation innée, fondamentale et ultime de tout être humain. L’amour est "la patrie" de l’être humain.

La création de l’être humain, homme et femme, « à l’image et ressemblance de Dieu » 12 porte un appel à la rencontre, à la communion interpersonnelle libre, indéfectible, fidèle et féconde, où l’union de l’homme et de la femme dit l’origine divine de l’amour et donne à l’être humain la paix profonde à laquelle il aspire13. Ainsi, l’amour de l’homme et de la femme s’inscrit dans la volonté primordiale de Dieu de partager sa propre vie et de faire de l’être humain un collaborateur, « procréateur et gardien » de la création qu’Il lui a confiée14

Ainsi, l’amour dont s’aiment un homme et une femme venant demander à l’Église de "ritualiser" leur relation est déjà porteur d’une réalité divine qu’il faut savoir reconnaître, révéler et valoriser.

Pour autant, l’amour humain est marqué de cette blessure "originelle" qui n’en fait plus un miroir parfait et un chemin facile d’union et de cheminement, ni de communion à Dieu jusque dans l’éternité.

Pour restaurer l’intention divine et "réajuster" l’homme et la femme dans l’aventure de leur existence, Dieu a fait alliance avec Abraham, Israël… l’humanité. Il lui a envoyé son Fils unique pour sauver ce qui était perdu. Par sa venue dans le monde, sa mort et sa résurrection, le Christ-Jésus vient "épouser" l’humanité pour la sauver et la rétablir dans sa vocation et sa communion avec Dieu. Dans le mariage, l’homme et la femme choisissent d’accueillir et de laisser grandir, dans tout ce qu’ils sont et tout ce qu’ils vivent, la vie du Christ qui sera source de guérison, de croissance, de fécondité et de bonheur.

On comprend encore combien l’enracinement de cette relation au Christ et à l’Église, et son déploiement dans l’initiation chrétienne (baptême, confirmation et eucharistie), doivent être présentes, et même souvent aujourd’hui proposés clairement (pour la confirmation et l’eucharistie), pour que l’engagement d’amour puisse tenir toutes ses promesses.
Dans le contexte actuel, l’explicitation des quatre piliers mérite aussi une attention toute spéciale.

La liberté, la fidélité, l’indissolubilité et l’ouverture à la vie sont bien des "valeurs" structurantes et "porteuses"15, au moment de l’engagement et au-delà. Non seulement, parce que le défaut de l’un d’entre eux peut conduire à la déclaration de la nullité du mariage sacramentel, mais parce que ces piliers sont une base accessible, stimulante et éclairante pour des couples éloignés de la foi qui ne mesurent peut-être pas toute la grandeur de l’engagement qu’ils vont prendre. Ces piliers sont des "valeurs" parlantes encore pour les couples, quels qu’ils soient. C’est peut-être bien à travers eux que beaucoup pourront approcher le mystère sacramentel.
Ces brefs rappels, confrontés au contexte sociétal actuel, suffisent à dire le redoutable défi que doit relever, aujourd’hui plus encore, la préparation au sacrement de mariage et à la "vie conjugale chrétienne". Le Pape François le résume bien dans son exhortation La joie de l’Évangile : « Le mariage tend à être vu comme une simple forme de gratification affective qui peut se constituer de n’importe quelle façon et se modifier selon la sensibilité de chacun. Mais la contribution indispensable du mariage à la société dépasse le niveau de l’émotivité et des nécessités contingentes du couple. Comme l’enseignent les évêques français, elle ne naît pas du sentiment amoureux, par définition éphémère, mais de la profondeur de l’engagement pris par les époux qui acceptent d’entrer dans une union de vie totale »16.

  1   2   3   4   5

similaire:

Note de présentation géNÉrale icon1. Présentation générale

Note de présentation géNÉrale iconA/Présentation générale

Note de présentation géNÉrale iconPrésentation générale

Note de présentation géNÉrale iconPrésentation générale du cours

Note de présentation géNÉrale iconPresentation generale du cours

Note de présentation géNÉrale iconNote de présentation

Note de présentation géNÉrale iconNote de présentation

Note de présentation géNÉrale iconPrésentation générale des ingénieurs p. 04

Note de présentation géNÉrale iconPresentation generale 2 partie a choix du materiel 6

Note de présentation géNÉrale iconNote de présentation du dossier Emplois






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com