Emmanuel roch





télécharger 0.94 Mb.
titreEmmanuel roch
page3/12
date de publication23.10.2017
taille0.94 Mb.
typeManuel
e.20-bal.com > documents > Manuel
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12
PARTIE II : LA TÉLÉMATIQUE ET LES EXISTANTS


1. La télématique
1.1 La télématique dans l’automobile
Description générale
La télématique désigne un ensemble de services, de nature ou d'origine informatique, fourni par l'intermédiaire d'un réseau de télécommunications (en-dehors de la téléphonie classique). Cette technologie associée à l’automobile permet à l’entreprise d’accompagner ses clients constructeurs et équipementiers dans leurs projets d’amélioration de l’interactivité entre le conducteur et son environnement pour la conception d’un véhicule “ intelligent”. La télématique est venue se greffer aux nombreux éléments de l'électronique embarquée, aujourd’hui, elle est devenue un sujet très en vogue dans l’univers des constructeurs automobiles. Il faut dire qu'en moyenne la part de l'électronique embarquée dans le coût total d'une automobile est de l'ordre de 20 à 25 %. Il atteint même 35 % pour certains véhicules haut de gamme. On parle de plus en plus de voiture communicante, avec des fonctions de guidage ou de véritables fonctions multimédia.
La voiture communicante n'est pas un concept nouveau mais la convergence de l'Internet, du téléphone mobile et de la reconnaissance de la parole pourrait le révolutionner. Les constructeurs sont en train de mettre au point des systèmes qui devraient permettre la démocratisation massive de la voiture communicante. L'automobiliste utilisera sa voix pour accéder aux services en ligne ; l'information sera alors reconnue par un logiciel de reconnaissance vocale embarqué au sein du véhicule. Ensuite, son message sera transmis au navigateur WAP également embarqué. Ce dernier accédera à l'Internet, grâce à un modem relié au téléphone mobile classique de l'automobiliste. Le concept de la voiture communicante a déjà fait ses preuves au Japon et aux Etats-Unis. En effet, près d'un million de Japonais circulent avec un système de navigation qui les prévient de l'état du trafic, grâce à des centaines de "web cam", placées aux carrefours des grandes villes. Aux États-Unis, l’entreprise Onstar (filiale de General Motors) possède plusieurs centaines de milliers de clients, avec un système de repérage satellite (GPS) et de connexion directe à un call center. Les abonnés d'Onstar sont localisés en cas de panne ou d'accident et peuvent se renseigner sur les stations de services les plus proches, ou même réserver des chambres d'hôtel près de l'endroit où ils se trouvent. L'accès direct à un call center s'effectue grâce à un bouton et une carte Sim intégrée au véhicule.
Un marché émergent :
Plusieurs constructeurs se montrent ambitieux sur le créneau de la voiture communicante, grâce à l'accès vocal à l'Internet. Prudents sur le nombre des premières séries reliées à l’Internet, la plupart des constructeurs, français ou américains, se déclarent convaincus de l'expansion du phénomène. Le schéma est connu : après un lancement sur des voitures de luxe, la technologie de l'accès vocal à l'Internet offrira des services à des véhicules de moyenne et de basse gamme. En ce sens, on peut simplement comparer ces systèmes de communication à une nouveauté technique, comme le système anti-blocage de roues ABS, ou " l'air bag". Cependant, les enjeux commerciaux dépassent le simple apport d'une nouvelle technologie. En effet, les contrats passés entre les constructeurs et les sociétés de communication, montrent que la voiture communicante offre des perspectives économiques et commerciales qui dépassent largement le simple apport d'une nouvelle technologie.
Les tendances en Europe : une très forte expansion à venir
Les voitures communicantes devraient arriver massivement sur le marché d'ici trois ou quatre ans. Cela tient à une évolution technologique : l'accès vocal à l'Internet sera une option qui devrait, à terme, être intégrée au prix total du véhicule. La voiture communicante sera donc accessible à tous les automobilistes. Les investissements des constructeurs européens restent modestes : les chiffres montrent bien que les enjeux commerciaux de la voiture communicante sont des enjeux encore secondaires.

Les constructeurs américains : vers une généralisation de l'accès vocal à l'Internet
À l'instar de l’Europe, les constructeurs américains espèrent connecter à moyen terme toutes leurs gammes de véhicules. Quelques voitures de luxe intègrent l'accès vocal à l'Internet, avant que la majorité des modèles ne suivent la nouveauté technologique, d'ici trois à quatre ans, selon les constructeurs Ford et GM. Aux Etats-Unis, un américain change en moyenne tous les trois ans de véhicule. Les constructeurs doivent fidéliser l’automobiliste. L’enjeu est là : que l’Internet soit accessible au sein du véhicule, ou via l’écran d’un PC, le but est de créer, grâce à lui, une relation plus soutenue et plus personnalisée avec le client. Grâce à l’Internet, le lien avec l’automobiliste peut être constamment maintenu.
L’avenir de la télématique
Vers l'Internet dans toutes les voitures. L'accès vocal à l'Internet se fera par reconnaissance et synthèse vocale. C'est une technologie légère qui rend les voitures communicantes pour un très faible coût.
Un nouveau métier pour les constructeurs ? Grâce à l'arrivée des voitures communicantes, les constructeurs devraient devenir des opérateurs de services. C'est le grand espoir suscité par l'avènement de l'accès vocal à l'Internet au sein des véhicules. Bénéficiant de leur légitimité professionnelle, en offrant des services efficaces liés à la route, les constructeurs pourraient se tailler une part conséquente sur ce nouveau marché de services. Cependant, cela pourrait être une grande déconvenue, en effet, les constructeurs qui vont offrir des services télématiques, seront en concurrence avec des services développés avant eux par des grandes marques de l'Internet, comme Voilà, déjà disponibles sur le Palm et le téléphone cellulaire.


  • Quelle sera la voiture de demain ?


Une voiture simplement connectée à un portail de services, ou un véhicule avec plus de cent chaînes multimédia à haute résolution ? La tendance qui se dessine est celle que l'on voit déjà avec la Xsara Windows CE. D'un côté, des "voitures bureaux" à haute résolution technologique, proposant de nombreux contenus multimédia ; de l'autre, des voitures connectées vocalement à un portail de services. En terme de contenu multimédia, des projets ambitieux sont menés. Avec une transmission à haut débit, la voiture multimédia de demain pourrait posséder plus de cent chaînes d’informations professionnelles, locales et touristiques qui lui seront transmises, lorsque l’automobiliste arrivera près d’un réseau local hertzien. BMW est intéressé, mais étant donné le coût prévisible de ces contenus, la tendance actuelle devrait être une offre de services plus ciblée et moins chère.


  • Des liens plus soutenus avec l'automobiliste et des partenariats commerciaux


Pour les constructeurs, les bénéfices de la voiture communicante se trouveront dans les liens plus soutenus, et peut-être quotidiens, qu'ils établiront avec l'automobiliste grâce à l'Internet. Par ailleurs, si les constructeurs réussissent à se tailler une place sur le marché des services liés à la route, ils pourront gagner de l'argent avec des partenariats commerciaux, comme les portails généralistes. C'est la stratégie que défendent PSA et Vivendi. L'idée est simple : proposer un maximum de services utiles à un minimum de prix, afin de capter le plus possible d'abonnés. La base client deviendra alors un argument clé pour négocier des partenariats commerciaux.


  • Vers une fin de la consommation par acquisition de biens


Si les services des voitures communicantes se développent autant que prévu, ils pourraient être à l'origine d'une nouvelle façon de concevoir l'automobile. Celle-ci serait considérée, non plus comme un bien que l'on achète et que l'on possède pendant un laps de temps, mais comme un objet de consommation que l'on paie chaque mois. Ce serait une forme de leasing, proposé à des taux très compétitifs, auquel s’ajouterait une redevance calculée en fonction des services que l’on utiliserait (dépannage, autoguidage, réservations, radio shopping…). La voiture serait “offerte” à l’automobiliste, en contrepartie de quoi il paierait une redevance mensuelle, liée en partie aux services qu’il utiliserait en la conduisant. C’est le modèle rêvé de wirelesscar, joint venture suédoise dans laquelle Electrolux, numéro un mondial de l’électroménager, a investi.

Les constructeurs devraient chercher à terme à gagner autrement de l'argent qu'avec des forfaits mensuels. Les constructeurs automobiles utiliseront le poids de leur base clients pour passer des partenariats commerciaux avec des compagnies d'assurance, des maisons de disques, des supermarchés, des radios.
Les choix et le positionnement de PSA
Selon le groupe PSA, la navigation ouvre la voie à de nouveaux services télématiques complémentaires.
Compte tenu de la vitesse avec laquelle les langages et les normes techniques de communication évoluent, les constructeurs recherchent pour leurs futures voitures un système ouvert, extensible à tous les nouveaux standards. PSA préfère utiliser la technologie GSM, mais ne se ferme pas au GPRS19.

Jamais l'univers des télécommunications n’a été aussi florissant. Internet et la téléphonie mobile explosent, la télévision numérique prend le relais. Dans cette nouvelle ère technologique, des produits et services inédits se développent, directement liés aux nouvelles capacités de communication et de traitement. La télématique, qui utilise les supports de télécommunications pour transférer ou échanger des données textuelles, visuelles ou sonores, est en pleine expansion. On peut désormais envoyer des photos ou des vidéos depuis son téléphone portable on encore communiquer par visioconférence depuis son salon. Ces nouvelles possibilités n’ont évidemment pas manqué d'intéresser les constructeurs, toujours désireux d'offrir à leurs clients les services les plus modernes. Ainsi, dans le secteur automobile, les applications télématiques se multiplient.

  • Favoriser le voyage

Après la radio, le véhicule adopte le guidage par satellite (GPS) et la téléphonie (GSM), pour mieux « dialoguer » avec le monde extérieur. « Dans le futur, la télématique automobile pourra aussi intégrer des services multimédia comme la télévision numérique à l'arrière du véhicule ou un équipement Wi­Fi. On peut également imaginer des systèmes permettant de recueillir directement de l'information concernant l'infrastructure routière (embouteillages, de travaux, zones à vitesse réduite). Le principal objectif de la télématique automobile vise à optimiser le voyage à bord du véhicule, au travers de services liés à la sécurité, en donnant des informations sur la circulation. Il est conditionné à la fois par le progrès des technologies et par le développement des marchés (infrastructures, attentes clients, y compris sur les prestations « loisirs » par exemple).

  • Navigation, sécurité et loisirs

Précurseurs en la matière, les États-Unis ont ainsi privilégié les prestations de sécurité (urgence, anti-vol...) et les services de type « conciergerie » (réservations d'hôtel, de restaurant...). Les Japonais, soumis à des engorgements de trafic très importants, ont quant à eux pris de l'avance sur la navigation et leur système VICS s'appuie sur un équipement de l'infrastructure unique au monde.
Depuis la fin des années 90, la télématique s’est développée en Europe autour d'offres sécuritaires (type appel d'urgence) et de service d'aide à la mobilité (info trafic). Aujourd'hui, si les clients sont encore peu nombreux, le marché de la télématique qui s'appuie sur la navigation, connaît une croissance importante, avec une démocratisation des systèmes qui n'équipent pas uniquement le haut de gamme.
Les besoins concernent le conducteur qui souhaite être guidé en 3D sur toutes les routes du monde ou les passagers qui pourraient télécharger instantanément des morceaux de musique préférés sur Internet, regarder la télévision pendant les longs trajets des vacances ou encore improviser une visioconférence avec leurs collègues ou amis.
Les services télématiques, qui se développent depuis quelques années, s'appuient essentiellement sur la navigation. En effet, selon Christian Le Roy, responsable politique produit chez Citroën, les clients achètent avant tout un système de guidage. Ainsi, grâce à l'offre RT3/NaviDrive, complètement intégrée, ils peuvent aussi bénéficier sur le même produit, des services télématiques développés par les marques.

Ces services automobiles d'un nouveau type s'intègrent parfaitement dans l'univers des prestations automobiles. Ces derniers permettent aux marques d'enrichir leurs gammes de services. De plus, avec les formules d'abonnements, les renouvellements et les mises à jour, ils représentent un bon moyen pour garder un contact régulier avec la clientèle et pour la fidéliser. Afin de répondre aux attentes de la clientèle en matière de sécurité, PSA propose l’appel d'urgence qui est le service emblématique de l'offre télématique du groupe.

  • L'offre la mieux adaptée


Les marques travaillent aujourd'hui sur le développement de nouvelles offres orientées sur la sécurité et le confort de l’automobiliste. Dorothée Stefanuto, en charge des offres de services télématiques chez Peugeot, travail sur le développement de deux axes prioritaires à savoir : l'optimisation de la sécurité et du temps de circulation. L’objectif étant de proposer prochainement un service d’info trafic permettant au RT3/NaviDrive d’optimiser le trajet et de rendre possible le téléchargement d'adresses (hôtels, restaurants, monuments à visiter...). Selon Armelle Bert, responsable des services télématiques chez Citroën, le marché des services télématiques est encore neuf. Pour conquérir la clientèle, le groupe proposera des "bouquets" de services à découvrir gratuitement les premiers mois.

  • Un partenariat commercial avec ViaMichelin

PSA Peugeot Citroën étend son offre de services aux conducteurs avec le lancement en France de l’information trafic qui sera disponible dans les deux gammes Peugeot et Citroën, en partenariat avec Via Michelin.

Ce nouveau service s’appuie sur la plate-forme télématique RT3 / Navidrive proposant déjà, dans une même offre, un système audio de qualité (radio lecteur laser), une localisation géographique précise (GPS) avec aide à la navigation, un téléphone embarqué (GSM) avec fonction main libre et reconnaissance vocale, et enfin, depuis 2003, l’appel d’urgence dont le développement se poursuit en Europe.

ViaMichelin récupère en amont les informations collectées auprès de différentes sources puis harmonise, agrège et intègre toutes ces données. Celles-ci sont ensuite transmises en temps réel à la plate-forme RT3 / Navidrive par ondes radio conformes au standard RDS-TMC (Radio Data System - Traffic Message Chanel). Le dispositif d’aide à la navigation est capable à tout moment, si le conducteur le souhaite, de prendre en compte ces informations pour proposer d’autres itinéraires et permettre ainsi d’améliorer les temps de parcours.

Depuis septembre 2005, cette nouvelle offre est incluse progressivement dans l’offre RT3 / Navidrive, accessible sur l’ensemble des gammes Peugeot et Citroën à l’exception de 107, C1, C2 et Xsara Picasso. Les clients disposant de systèmes antérieurs pourront bénéficier de ce nouveau service lors de la mise à jour cartographique de leur dispositif de navigation dans les réseaux des deux marques.

  • Vers la voiture de demain

En matière de prestations télématiques les possibilités sont multiples et ne cessent de s'élargir. Dans tous les domaines, ces aides à la mobilité, loisirs, doivent être explorées et évaluées par la DRIA (Direction de la Recherche et de l’Innovation Automobile) et l'entité en charge de l’innovation télématique (NCM). Au regard de ce que propose la concurrence et de ce qui se passe dans l'électronique grand public, PSA étudie ce qui pourrait à terme être intégré dans la voiture de demain. Il faut trier, choisir, et finalement privilégier les solutions qui s'intègrent légitimement et présentent un intérêt réel pour le client.

Les deux axes prioritaires sont l'optimisation de la sécurité et du temps de circulation.

1.2 La télématique au sein du groupe
Les services télématiques STEPE
La plate-forme télématique STEPE est un outil de communication entre un utilisateur qui intervient depuis un poste fixe, et des bases d’informations locales ou distantes. Cette plat-forme propose à l’utilisateur des services ainsi que des outils de gestion et d’administration.
Les véhicules équipés de ces plates-formes télématiques sont reliés en permanence au réseau de positionnement GPS, et sont capables de communiquer avec l’extérieur par le réseau GSM, soit en communication vocale soit par SMS. Ils offrent une meilleure qualité audio que les mobiles de poche (interface avec le système audio du véhicule) et l’affichage des messages se fait dans de bien meilleures conditions (écrans couleur de grande taille) ; par ailleurs, la sécurité et le confort d’utilisation sont mieux garantis.
Potentiellement, ces véhicules permettent au client d’accéder à un très grand nombre de services en ligne en les recevant directement au sein du véhicule et sous une forme adaptée à l’environnement automobile. On peut imaginer une structure correspondant au schéma ci-dessous :


Ce schéma fait clairement apparaître l’utilité sinon la nécessité d’une plate-forme d’intermédiation entre le monde des services (appel d’urgence localisé ou appel d’assistance localisé, information générale, financière ou sportive, information trafic et aide au guidage, service de réservation voyage ou spectacle, support technique du constructeur automobile lui-même) et l’ensemble des véhicules vendus par PSA en circulation sur la voie publique.

Cette solution garantit la pérennité de la fourniture des services aux clients, le constructeur faisant son affaire de la gestion de la diversité des véhicules, des matériels et des versions logicielles tout en garantissant une façade technique stable au monde des services.
Listing des services télématiques :


  1. Envoi d'adresse : Ce service permet d'envoyer au véhicule, l'adresse et les coordonnées d'un lieu géographique précis en fonction des demandes de l’utilisateur (personne, restaurant, hôtel, etc.).

  2. Télédiagnostic : Ce service permet de réceptionner des informations concernant l'état d’un véhicule (kilométrage, niveau de carburant…).

  3. Localisation : Ce service permet de réceptionner les coordonnées géographiques d'un véhicule.

  4. Texto : Ce service permet d'envoyer des messages textes à un véhicule.

  5. Configuration matérielle : Ce service permet de configurer à distance les paramètres de communication et d’activation du matériel embarqué (RT3).

  6. Déviation points : Ce service permet d'envoyer au véhicule des points de déviation suivant une position initiale renvoyée par le véhicule et une destination renseignée par un agent du centre d'appel selon le souhait de l’utilisateur.


1.3 Les objectifs du stage
Le contexte
La Direction des Systèmes d’Information définit l’architecture des systèmes d’information, assure la maîtrise d’œuvre des projets depuis la conception jusqu’au déploiement. Elle met en place l’infrastructure informatique et l’exploite, tout en maintenant une veille sur les technologies de l’information. Mon stage s’inscrit dans le cadre de la conception et du développement de site web pour les futurs services télématiques.


  • Ma mission


Le stage est rattaché à l’entité chargée de la mise en place des systèmes d’informations pour la gestion du Canal du Véhicule Communicant (CVCO). La télématique couvre tous les échanges d’informations entre le véhicule et le monde extérieur et plus particulièrement les services d’aide à la mobilité (info-trafic, guidage…). Pour tester et valider les futurs services télématiques, une plate-forme de traitement des messages a été élaborée (STEPE). L’objectif du stage consiste à élaborer et à enrichir les interfaces web d’accès à la plate-forme en simulant l’usage des futurs clients et en validant la qualité et l’intérêt technique auprès des entités de décision (Marques).


  • Les objectifs


Le stage doit permettre la mise en oeuvre d’interfaces web, autour de la plate-forme de traitement des messages télématiques, dans le respect des standards de la Direction des Systèmes d’Information (codage, mise en page, technologie, sécurité) et d’assurer les tests de fonctionnement (développement, tests, recette, industrialisation). Le sujet propose d’étudier les futurs services télématiques qui seront proposés aux clients de demain.

2. Architecture applicative de STEPE

2.1 Environnement matérielle et logicielle

Le tableau ci-dessous présente l’organisation des différentes machines constituant la plate-forme STEPE et leurs caractéristiques matérielles.


Environnement STEPE

Nom

Machine

Système d’exploitation

Caractéristiques

PYASQ1

SunFire V240

Sun Solaris 8


2x1.28 GHz, 8 Go RAM, disques 7 x 36 Go (total)

PYASQ2

SunFire V240

Sun Solaris 8


2x1.28 GHz, 2 Go RAM, disques 7 x 36 Go (total)


Description logicielle :


Environnement STEPE

Nom

Logiciels installés

PYASQ1

  • Sun Solaris 8

  • ORACLE 9.i

  • Webmethods 6.0.1 avec SP2

PYASQ2

  • Sun Solaris 8

  • ORACLE 9.i

  • Webmethods 6.0.1 avec SP2

  • Sun One Web Server 6.12
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Emmanuel roch iconCours de Monsieur Mouline par Michaël Roch cm de Stratégie et Qualité
«l’art de positionner ses troupes avant la bataille, d’établir des positions défendables et durables, donc choisir le terrain, le...

Emmanuel roch iconEmmanuel Kemel

Emmanuel roch iconEmmanuel spitz

Emmanuel roch iconEmmanuel constans

Emmanuel roch iconEmmanuel dockes

Emmanuel roch iconEmmanuel chene

Emmanuel roch iconEmmanuel Arnaud

Emmanuel roch iconEmmanuel Gaudez

Emmanuel roch iconEmmanuel champs

Emmanuel roch iconEmmanuel César & Bruno Richard






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com