Emmanuel roch





télécharger 0.94 Mb.
titreEmmanuel roch
page2/12
date de publication23.10.2017
taille0.94 Mb.
typeManuel
e.20-bal.com > documents > Manuel
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

Des sociétés de financement automobile fédérées par Banque PSA Finance. Elles proposent une gamme de services de financement aux concessionnaires et aux clients des marques Peugeot et Citroën ;

  • Une entreprise de transport et de logistique, GEFCO, numéro deux en France et parmi les dix premiers acteurs de ce marché en Europe ;

  • Un équipementier automobile, FAURECIA, leader européen sur ses principaux métiers. Faurecia développe et produit par exemple des planches de bord, des sièges, des systèmes d’échappement… Faurecia a pour clients les principaux constructeurs automobiles.


    Autres activités :


    • Deux-roues motorisés avec PMTC (Peugeot Motocycles) ;

    • Vente d’organes à d’autres constructeurs avec PCM (Peugeot Citroën Moteurs) ;

    • Conception et fabrication de biens d’équipement industriel avec PCI (Process Conception Ingénierie).


    L’ensemble de ces activités hors automobile représente un tiers de l’effectif total du Groupe.


      1. Un groupe international


    Les objectifs et les résultats du groupe en 2004
    En 2004, PSA Peugeot Citroën confirme sa place de 2ème constructeur avec une part de marché de 14,6 %. Il est également le 1er constructeur en Europe de Véhicules Utilitaires Légers (19 % du marché). 2004 a été une année de transition pour le groupe, marquée par des renouvellements importants en cours d’année des gammes Peugeot et Citroën (lancements de la 407, des nouvelles C5 et 607, et de la C4). Le recul de la part de marché du groupe par rapport à 2003 s’explique par cette transition mais aussi par la volonté de préserver la rentabilité dans un contexte commercial tendu.
    L’objectif pour le Groupe en Europe occidentale est d’atteindre 10 % de part de marché au minimum dans chacun des pays d’Europe, sauf pour l’Allemagne, marché très spécifique, de par la domination des constructeurs nationaux, où l’objectif est fixé à 6,5 %. Le Groupe a vendu 951 000 véhicules hors d’Europe de l’ouest, en progression de 16,3 % par rapport à 2003. Plus d’un quart des ventes ont été réalisés hors d’Europe occidentale.
    Part de marché du groupe dans les 16 principaux pays d’Europe




    L’objectif de 10 % de part de marché est déjà atteint dans 12 marchés sur 16 à fin 2004.
    Le groupe est 1er sur les marchés :

    - français (31,9 % de part de marché),

    - espagnol,

    - belge,

    - portugais,

    - danois.



    Dans son développement international, PSA PEUGEOT CITROËN a choisi de privilégier les marchés dans lesquels circulent et se vendent des véhicules de type européen afin d’y introduire des véhicules proches de ceux qui sont développés dans le cadre du plan produit Groupe.

    Les zones prioritaires de développement
    Les trois zones prioritaires définies dans le cadre du développement international du Groupe sont :


    • L’Europe Centrale et orientale. Après une croissance de 28 % en 2003, les ventes progressent de 1 % en 2004, soit 220 000 voitures, dans des marchés en baisse, devenus moins porteurs.




    • L’Amérique latine. Dans un contexte de reprise des marchés automobiles, les ventes du groupe se sont établies à 143 000 voitures, en progression forte de 31 %. Au Brésil, les ventes du groupe progressent de 12,5 %, soit une part de marché de 4,3 %. En Argentine, dans un marché qui reprend de la vigueur, le groupe a pratiquement doublé ses ventes à 33 000 unités avec une part de marché qui atteint 12,2 %.




    • La Chine. Dans un contexte de baisse des prix, de concurrence accrue et de ralentissement de la croissance du marché, les ventes du groupe, après avoir quasiment doublé entre 2001 et 2003, sont en baisse de 13 %, à 90 000 unités.


    Organisation du groupe



    Yann
    Delabrière


      1. Les axes stratégiques


    L’objectif principal du Groupe est la poursuite de la croissance interne. Ce choix fort de rester indépendant est celui d’une croissance qui ne repose pas sur des rachats et fusions, mais sur le développement de ses propres ressources et l’utilisation de ressources partagées dans le cadre de coopérations. Les ressources de l’entreprise résident dans « un savoir-faire unique » qui s’exprime dans la conception, la fabrication et la commercialisation du véhicule avec un impératif de qualité fort pour chacune de ces étapes.
    La poursuite de l’objectif de croissance interne s’appuie sur cinq axes stratégiques :
    1- Un plan-produit ambitieux et des produits à succès
    Le Groupe, pour faire face à la concurrence, et répondre aux besoins de la clientèle, doit mettre sur le marché le plus rapidement possible un grand nombre de véhicules. Ces véhicules doivent être attractifs, par leur style, leurs innovations, leurs prestations de sécurité et leur respect de l’environnement.
    Mettre des véhicules rapidement sur le marché permet :


    • de répondre au besoin croissant de nouveautés, en effet de plus en plus de consommateurs achètent des modèles récents, c’est une tendance qui se confirme ;

    • d’être présent sur de nouveaux segments (ex: Coupé Cabriolet avec la 206 et 307 CC).


    Le Groupe doit renouveler rapidement le cœur de son offre, à travers le développement homogène et complémentaire des gammes de Peugeot et Citroën, sur l’ensemble des segments, et en alternant les lancements des 2 marques.
    2- Une politique de plates-formes
    Le Groupe a mis en place trois plates-formes véhicules :


    • une pour les petits véhicules (lancement récent de C2, après C3 et C3 Pluriel) ;

    • une pour les véhicules de gamme "moyenne basse " (inaugurée par 307 et qui produit désormais C4) ;

    • une pour les véhicules de la catégorie « moyenne haute / haut de gamme » (inaugurée par C5 et qui produit la nouvelle 407).


    Trois plates-formes en coopération complètent le dispositif :


    • deux plates-formes de coopération avec Fiat ;

    • la plate-forme de coopération avec Toyota pour de petits véhicules d’entrée de gamme(107 et C1).


    La politique de plates-formes permet :


    • d’accélérer le rythme des lancements et d’élargir l’éventail de produits. Ce qui soutient le premier axe stratégique : le plan produit ;

    • d’accroître les volumes de production grâce à la communauté de pièces ;

    • d’augmenter les performances de développement des projets (coûts, réactivité).


    3- Des innovations majeures
    Le Groupe innove dans tous ses métiers, en privilégiant deux axes :
    L’environnement
    L’objectif est de réduire au maximum les émissions de CO2, c’est l’un des défis majeurs relevés par le groupe.
    Des solutions directement applicables :



    • Le Groupe est leader mondial sur la technologie diesel. Il démontre son avance technologique notamment avec le HDi et le Filtre A Particules (FAP), qui réduisent nettement les émissions de CO2 et de polluants (6 millions de véhicules HDi vendus);

    • le filtre à particules, dont 1 000 000 d’exemplaires sont déjà en circulation ;

    • le Stop & Start, adapté, à l’heure actuelle sur Citroën C3, système permettant la réduction de la consommation de carburant ;

    • la boîte automatique séquentielle pilotée (permet de conduire en mode auto ou mode manuel, grâce aux palettes sous le volant).


    Des solutions pour demain :


    • Le Groupe explore les véhicules hybrides dont la propulsion est assurée par deux sources d'énergie combinées : une motorisation thermique et une motorisation électrique.

    • Le Groupe participe à des programmes européens de recherche sur la pile à combustible. Le principe de la PAC : la production d’électricité à bord du véhicule, grâce à une réaction chimique. Il reste des obstacles à l’industrialisation, notamment le stockage de l’hydrogène.

    La sécurité :


    • primaire (active) : responsabiliser le conducteur et lui apporter un soutien afin de réduire les risques d’accident.

    • Les axes de recherche : les phares intelligents, l’aide au freinage d’urgence, la surveillance de trajectoire latérale.

    • secondaire (passive) : limiter les conséquences des accidents en agissant sur la structure et les équipements de sécurité du véhicule. Les axes de recherche : déformation progressive, airbags.

    • tertiaire : alerter les secours après l’accident, protéger les occupants du véhicule et les secourir. Le groupe poursuit le déploiement du poste télématique RT3 (véhicules Peugeot) et du Navidrive (véhicules Citroën) comportant des systèmes de téléphonie et de localisation par satellite dans l’ensemble des véhicules proposés sur le marché européen.


    4- Un dispositif industriel efficace
    Pour répondre à ses objectifs de croissance, PSA Peugeot Citroën dispose d'un outil industriel complet et performant qui a doublé sa production en 10 ans.

     

    La carte ci-dessous présente la répartition des usines terminales du Groupe. Une usine terminale est une usine d’où sortent des véhicules complets, prêts à être commercialisés. Elle rassemble les phases finales de fabrication des voitures : généralement emboutissage, ferrage, peinture et montage.

     

    Deux usines viennent s’ajouter à l’outil industriel existant pour accroître les capacités de production :


    • Kolin, République tchèque: en 2005, pour la production de la Citroën C1 et Peugeot 107 en coopération avec Toyota.

    • Trnava, Slovaquie: nouveau site d’assemblage pour compléter le dispositif industriel européen en 2006.



    5- Une politique de coopérations
    La politique de coopérations est aussi un axe stratégique, qui fait la spécificité du Groupe PSA. C’est le choix de rester indépendant, tout en privilégiant des partenariats durables avec d’autres grands constructeurs automobiles.
    Voici les principes de base d’une coopération pour le groupe :


    • ciblée : le périmètre, clairement défini, correspond à un besoin commun ;

    • fidèle : relation durable (ex : Renault, depuis plus de 30 ans) et un seul partenaire par domaine ;

    • équilibrée : on accepte de partager les responsabilités et les savoir-faire pour un échange gagnant-gagnant.


    Ces accords de coopérations permettent :


    • de réduire les coûts ;

    • de bénéficier pleinement d'effets volume par la mise en commun des moyens industriels ;

    • d’apprendre (cultures de fonctionnement, techniques, industrielles…).


    Les coopérations sont très importantes pour le Groupe, puisqu’à terme, les coopérations représenteront 20 % de l’activité. Six accords de coopération ont actuellement cours entre le Groupe et d’autres constructeurs automobiles. Trois portent sur la conception et la production de véhicules complets, les trois autres portent sur des organes.
    Les coopérations véhicules :


    • Fiat, pour la conception et la production de monospaces et de véhicules utilitaires légers.

    • Toyota, pour la conception et la production de petits véhicules, produits depuis mars 2005 à Kolin (République Tchèque).

    • Le Groupe a annoncé en 2005 une coopération avec Mitsubishi, pour la production annuelle au Japon de 30 000 véhicules 4X4 qui seront dotés de styles spécifiques pour Peugeot et pour Citroën.


    Les coopérations organes :


    • Renault : fabrication de boîtes de vitesses automatiques et de moteurs V6 essence (C5, 407, 607, 807 et C8).

    • Ford : développement et la production d'une famille de moteurs diesels : notamment les HDi 1.4 l, 1.6 l, 2 l et 2.7l.

    • BMW : pour le développement de moteurs essence de petite cylindrée. Production à la Française de Mécanique, fin 2005.


    2. Le site de Poissy
    2.1 Présentation

    L’activité du site

    Le site de Poissy regroupe différents secteurs d’activités qui emploie environ 12 000 personnes.

    Une usine terminale (9300 personnes)

    Ayant rejoint le groupe depuis 1978, l'usine terminale de Poissy est dédiée à la fabrication des véhicules de la plate-forme 1. Les Peugeot 206 et 1007 y sont aujourd'hui produites au rythme de 1 600 véhicules par jour. En 2004, la production s'est élevée à 305 000 véhicules.

    Autre particularité du site : son usine d'emboutis, dont 70 % de la production sont destinés aux autres usines du groupe.

    Grâce à d'importants investissements depuis 2000 (plus d'1 milliard d'€), le centre de production dispose d'un nouvel atelier de peintures hydrodiluables, d'une ligne de montage modernisée, de nouvelles presses et d'un atelier de ferrage intégralement rénové.

    Poissy formation groupe (92 personnes)

    La Formation Groupe PSA Peugeot Citroën pilote les activités de formation du Groupe (DRRH/DFCT/FOR). En 2003, elle a organisé 489 200 heures de formation, soit 20 % du plan global au niveau France. Ces heures ont été dispensées par les formateurs des Plateaux Formation Groupe: Plateau Formation Management (PFM), Plateau Formation INdustriel (PFIN), Plateau Formation Qualité et Ingénierie Automobile (PQIA) et Plateau Formation Systèmes d'Information (PFSI). L'organisation logistique de ces formations est faite par le Pôle Production Formation pour les Etablissements de la région parisienne (PPFE). La partie ORganisation et GEstion de la formation (ORGE) pilote l'animation du plan de formation et l'ensemble des obligations légales touchant à la formation.

    Poissy Pôle tertiaire (2 500 personnes)

    Nouveau pôle tertiaire du Groupe, ce site implanté à Poissy accueille des collaborateurs qui exercent leur métier dans les domaines de la gestion-finance, (DFCP), de la qualité (DQUA), des ressources humaines (DRRH), des achats (DA), de l'informatique (DSIN) et certains domaines de la production (DIFA).
    Centre technique de Carrières-sous-Poissy (450 personnes)

    Le Centre Technique de Carrières-sous-Poissy a pour mission de développer les projets véhicules en coopération avec d’autres constructeurs,  et de mettre en œuvre et d’exploiter les moyens d’essai de la filière GMP. Le site accueille  des collaborateurs des deux directions de l'amont technico-industriel : la DINQ et la DPTA.

    Processus de fabrication
    La fabrication d'une automobile relève d'une alchimie subtile entre les hommes, les process, les exigences de qualité et de respect de l'environnement, afin d'aboutir à ce qu'attend chaque client. On ne saurait "virtualiser" les milliers d'opérations et de savoir-faire qui concourent à la réalisation d'un des produits-phares de la mobilité dans le monde. En revanche, il est possible de présenter les grandes étapes de la production d'un véhicule.

    Emboutissage :
    C’est le début de la fabrication de la carrosserie des véhicules. Des rouleaux de tôles d’acier sont acheminés à l’emboutissage afin de leur faire prendre la forme de toutes les pièces qui constitueront la caisse des véhicules (cotés, plancher, ailes portières…).
    Ferrage :
    Les pièces de tôle issues de l’emboutissage poursuivent leur chemin vers le ferrage afin d’être assemblée afin de constituer « la caisse en blanc » prête pour la peinture. C’est dans cet atelier très robotisé que démarre véritablement la ligne de production.
    Peinture :
    À cette étape cruciale de la fabrication, on commence par appliquer une première couche anti-corrosion complétée par des cordons d’étanchéité. La seconde étape consiste à appliquer une couche dite « d’apprêt » sur laquelle on dépose une couche de laque qui donne la couleur au véhicule.
    Montage carrosserie :
    Une fois peinte et sèche, la caisse reçoit successivement tous les équipements du véhicule (sellerie, habillages, circuits électriques, vitrages…) ainsi que les éléments mécanique (moteur, boite de vitesses…)
    Contrôle :
    Cette dernière étape consiste, dans un premier temps, à faire un contrôle complet des équipements électroniques (réglages des phares, vérification du fonctionnement des voyants, systèmes d’alerte et de sécurité). Les véhicules déclarés conformes sont ensuite testés sur bancs de roulage puis sur pistes afin de vérifier le comportement de tous les organes mécaniques. À chacune de ces étapes, les défauts sont immédiatement corrigés et leur origine identifiées. Une fois contrôlés, les véhicules sont chargés sur des remorques ou des wagons de chemin de fer en fonction de leur destination.
    Plan du site de Poissy (78300)


    2.2 Organisation générale de la DSIN
    Organigramme de la DSIN



    Organisation de la DSIN

    La Direction des Systèmes d’INformation est une des directions qui composent la Direction Innovation et Qualité (DINQ). Elle a en charge l’ensemble des Systèmes d’Information du Groupe PSA Peugeot Citroën. Riche de 3 000 personnes, la DSIN est aujourd’hui présente sur 25 sites y compris à l'international, en Angleterre, en Argentine en Chine et au Brésil.
    L'informatique présente dans tous les métiers. Conception produit-process, production, commerce, gestion…la direction des systèmes d’information intervient dans tous les secteurs d’activité du groupe PSA Peugeot Citroën pour concevoir, développer et exploiter les systèmes d’information. De la mise en œuvre de solutions adaptées jusqu’à l’exploitation au quotidien des systèmes, les équipes ont pour objectif de satisfaire les utilisateurs et d’aider le Groupe à atteindre ses objectifs en proposant des produits et des services de qualité.
    Une organisation calquée sur celle du groupe :
    Afin de répondre au mieux aux attentes des différents métiers, la DSIN a adopté en mars 2000 une organisation en phase avec celle du groupe. Aujourd'hui, cinq entités Systèmes d’Information prennent en charge les différents métiers du groupe :




    SIPP (Système d’Information Produit Process) pour le monde de l’amont Technico Industriel.




    SIFA (Système d’Information Industriel fabrication) dédiée à l’informatique industrielle qui assure le fonctionnement de l’ensemble des systèmes d’information dans les usines.






    SIDM (Système d’Information Des Marques) qui a en charge l’informatique pour le monde du commerce, et donc principalement les projets des deux marques.


    SISF (Système d’Information Société de financement) qui s’occupe de l'informatique des sociétés de financement





    INSI (Infrastructure des Systèmes d’Information), en charge de l'infrastructure, couvre l’ensemble du domaine de l’exploitation et de la production informatique,

    SIGP (Système d’Information Gestion Finance) pour les applications liées à la gestion et au personnel.



    CSAP (Centre d’urbanisme et de compétences SAP) et CCEB (Centre de compétences E-Business), deux centres de compétence ont vocation à accompagner l’émergence de technologies nouvelles pour le groupe : SAP et E-Business.

    SGIN (Secrétariat général système d'information)  assure la maîtrise et la bonne destination des ressources financières consacrées par la DSIN au développement, à la maintenance et à l'exploitation des Systèmes d'Information et veille à la prise en compte du souci de leur efficience.

    AIQP (Audit Interne Qualité Process), Audit Interne et Qualité.

    Quelques chiffres :



    Budget de Fonctionnement 2005

      

    DSIN France + Filiales + Filiales commerciales

    750 millions €

    DSIN France

    670 millions €

    Investissements (plan 2005)

    64,8 millions €

    Effectifs DSIN (au budget 2005)

     

    France + filiales

    2 953 personnes

    France

    2 467 personnes

    Nombre de sites

           

    France

    17 sites

    France + étranger

    25 sites industriels + 37 filiales commerciales

    Messagerie

           

    Nombre de boites aux lettres

    78 000

    Intranet

           

    Nombre de sites répertoriés

    730 (dont 260 Teamroom)

    Nombre d'intranautes

    80 000

    Puissance CFAO et Calcul Scientifique

     

    Site principal

    Vélizy

    Sites secondaires

    La Garenne/Bessoncourt
    Sochaux/Poissy


    Nombre de tera-octets en ligne

    70

    Valeur du parc informatique DSIN

    491 millions €

    Valeur du parc informatique total

    617 millions €

    Coût informatique par voiture vendue

    170 €

    Les missions de la DSIN

    La DSIN, force de proposition, de réalisation et d'exploitation dans le domaine des systèmes d'information, est en charge des missions suivantes :

    • garantir la cohérence des architectures fonctionnelles et techniques qui composent les systèmes d'information du Groupe ;

    • assurer la bonne adéquation entre l'évolution des systèmes d'information et les objectifs du Groupe ;

    • rechercher en permanence, pour l'ensemble des systèmes d'information, le meilleur ratio performance coût ;

    • explorer et mettre en œuvre les innovations et notamment dans le domaine des technologies les plus pointues (Internet, maquette numérique, réalité virtuelle…) ;

    • améliorer la performance en conception produit pour réduire les délais ;

    • contribuer à la modernisation des procédés et à la souplesse de l’outil industriel ;

    • assurer la qualité des interfaces et des relations avec nos clients pour développer un véritable partenariat.

    2.3 Le service CVCO (Canal Véhicule COmmuniquant)
    Organisation du service
    Mon stage de fin d’études s’est déroulé au sein de l'entité SIDM/RDIM/CVCO (Système d'Information Des Marques / Réseaux de Distribution et Internet des Marques / Canal Véhicule Communiquant)
    La SIDM conçoit, réalise et assure la vie courante des systèmes d'informations destinés aux Marques Peugeot et Citroën. Son action couvre à la fois les activités d'organisation et d'assistance à la maîtrise d'ouvrage et celles de maîtrise d'oeuvre des systèmes d'informations.
    La SIDM se décompose en différents secteurs :


    • 1 pole pour les projets d'infrastructure des Filiales et le support des Marques (IFSM) ;

    • 1 pole pour accueillir les projets multi domaines du groupe (PMDG) : les projets touchant plusieurs métiers ;

    • 1 pole pour l'intégration technique et le suivi des applications (ITSA) ;

    • 1 pole regroupant les fonctions transversales de SIDM (POAI) : pilotage, or­ganisation, architecture, synthèse internationale ;

    • 5 pôles Métiers qui regroupent l'ensemble des compétences nécessaires à la conception, au développement et à la vie courante des applications pour les métiers des Marques :




    • Véhicule neuf et d'occasion (VNVO) : commandes et ventes de véhicules neufs et d'occasion ;

    • Logistique et commerce des pièces de rechange (LCPR) : saisie des commandes de pièce de rechange, gestion des approvisionnements en pièces de rechange ;

    • Après-vente (AGTD) : gestion de la garantie ;

    • Réseaux de Distribution et Internet des Marques (RDIM) : site Internet et Intranet, application en réseau ;

    • Relation Client et Bases Marketing (RCBM).


    La RDIM est une entité qui réalise la mission commune aux cinq pôles Métiers pour les domaines suivants :


    • Sites Internet grand public des Marques ;

    • Sites intranet des Marques ;

    • Service constructeur : portail ;

    • Applications distribuées dans les réseaux ;

    • Applications de formation pour les réseaux ;

    • Projet DMS ;

    • Canal du véhicule communicant & back-office télématique.


    Elle fournit également l'assistance informatique au réseau de distribution AC France (Citroën France) et assure la relation avec les représentants de ce dernier.
    L'organisation de la SIDM / RDIM est la suivante :


    • l'entité RDIM/IDM a en charge l'étude, le développement et la mise en oeuvre des systèmes d'information pour les sites Internet des Marques.

    • l'entité RDIM / CVCO a en charge l'étude, le développement et la mise en oeuvre des systèmes d'information pour le canal du véhicule communiquant


    Les activités du service
    CVCO est une petite entité qui a en charge le développement d’application dédiée à la télématique dans l’automobile. Ces applications communiquent avec les véhicules par l’intermédiaire d’un matériel embarquée appelé RT3 (Radio téléphone 3ème génération). Les services télématiques sont disponibles au sein même du véhicule équipé d’un RT3, mais également par l’intermédiaire d’interfaces web. Ces services sont orchestrés par l’EAI STEPE, ce dernier permet d’interconnecter les différents fournisseurs extérieurs participant à l’élaboration de la réponse.

    RT3 (NaviDrive)


    Les clients du service :


    • Les marques


    Les marques utilisent les compétences du service dans le cadre d’événements pour promouvoir ces services auprès de leurs clients.


    • Interp@rc


    Interp@rc est un outil de pilotage, d’analyse et de consultation dynamique de parc automobile sur Internet. L’entreprise souscrivant à ce service dispose en permanence des éléments nécessaires pour prendre les bonnes décisions et gérer efficacement son parc automobile. La gestion de flotte automobile se fait par l’intermédiaire d’interfaces web communiquant avec l’EAI STEPE.
    Dimensions humaines et managériales
    L'équipe de l’entité CVCO se compose de quatre personnes :


    • Emmanuel ROCH, responsable du service et chargé du projet SI Télématics ;

    • Cyril BOURBON, chef de projet STEPE (), en charge du développement des services télématiques ;

    • Sébastien BRON, prestataire Cap Gemini / Sogety Transiciel, réalise les développements sur l’EAI (Entreprise Application Integration) STEPE webmethods ;

    • Vincent PEYRACHE, Indépendant, en charge du développement sur l’EAI PESTE.


    Relations et intégration au sein de l'équipe :

    Mon intégration au sein d’une petite structure a été facilitée par l’excellent accueil qui m’a été immédiatement réservé. Limité à cinq personnes, j’ai pu rapidement identifier le rôle de chacun. Mon tuteur de stage, Cyril Bourbon, a largement favorisé mon adaptation et aidé à la compréhension du contexte global dans lequel j’allais évoluer.

    Par ailleurs, avant le début de mon stage, une formation m’a été proposée afin de me familiariser avec l’environnement technique. Cette formation d’une semaine, entièrement prise en charge par l’entreprise, m’a permis d’appréhender les bases du développement JAVA (framework LEGO) utilisé au sein du groupe.
    Enfin, pendant toute la durée du stage, j’ai pu évoluer au sein d’une ambiance agréable facilitant mon travail. De plus, j’ai bénéficié du soutien de Sébastien Bron toujours disponible pour me faire profiter de sa compétence et de son expérience.

  • 1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

    similaire:

    Emmanuel roch iconCours de Monsieur Mouline par Michaël Roch cm de Stratégie et Qualité
    «l’art de positionner ses troupes avant la bataille, d’établir des positions défendables et durables, donc choisir le terrain, le...

    Emmanuel roch iconEmmanuel Kemel

    Emmanuel roch iconEmmanuel spitz

    Emmanuel roch iconEmmanuel constans

    Emmanuel roch iconEmmanuel dockes

    Emmanuel roch iconEmmanuel chene

    Emmanuel roch iconEmmanuel Arnaud

    Emmanuel roch iconEmmanuel Gaudez

    Emmanuel roch iconEmmanuel champs

    Emmanuel roch iconEmmanuel César & Bruno Richard






    Tous droits réservés. Copyright © 2016
    contacts
    e.20-bal.com