Rapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan)





télécharger 33.61 Kb.
titreRapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan)
date de publication22.10.2017
taille33.61 Kb.
typeRapport
e.20-bal.com > documents > Rapport
CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ECOLES / 2016

RAPPORT DU JURY 1er oral d’admission

« Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat »

Du 13 au 20 juin 2016 / ESPE de Rouen (site de Mont Saint Aignan)

17 jurys composés d’un Inspecteur de l’Education nationale et d’un Conseiller Pédagogique ou d’un professeur du second degré + 2 jurys spécifiques pour l’enseignement privé.

Nature de l’épreuve


  • la présentation du dossier par le candidat (vingt minutes). Le dossier n’est pas évalué en tant que tel.

Concernant les fondements scientifiques, sont attendus : la présentation des principaux acquis scientifiques qui permettent de comprendre le sujet retenu, mais aussi, selon la nature du sujet ou du cycle, les éclairages apportés par la connaissance des élèves et des mécanismes d’apprentissage.

La description d’une séquence doit permettre au candidat, quel que soit son parcours antérieur, de prouver sa maîtrise des procédés pédagogiques et didactiques courants : déterminer des objectifs, décrire les compétences attendues des élèves, envisager le déroulement d’une ou plusieurs séances d’enseignement, rechercher des supports d’enseignement (supports papier ou numériques), évaluer les acquis des élèves, prendre en compte leurs erreurs ou leurs difficultés.

Le jury relève la difficulté liée à la typologie du concours qui oblige le candidat à des descriptions fictives de séquences et séances qui, de ce fait, ont tendance à obérer l’approche réelle de la partie professionnelle.


  • un entretien avec le jury (quarante minutes).

Portant sur les aspects scientifiques, pédagogiques et didactiques du dossier et sur un élargissement et/ou un approfondissement dans le domaine considéré. Cet entretien peut, de plus, permettre au candidat de faire preuve d’une connaissance réfléchie des différentes théories du développement de l’enfant. Le positionnement d’enseignant garantissant les valeurs de la République est attendu.

Observations et remarques


  1. Le dossier :

Pour la grande majorité des candidats, le jury a pu constater que le dossier était un document construit avec rigueur. Par contre, le jury regrette dans certains cas l’absence de bibliographie, de sommaire, voire de pagination. Une page de garde précisant titre, cycle choisi, niveau de classe est appréciée. Certains dossiers sont constitués d’une partie théorique trop conséquente (9 pages sur 10), ce qui ne peut être perçu de façon positive. Un quart des dossiers est simplement agrafé, sans couverture, ce qui ne facilite ni la première approche, ni la lecture.

Le jury constate globalement que :

  • Le lien à établir entre la partie théorique et les éléments pédagogiques/didactiques reste souvent à renforcer : il est souvent fait état de « maîtrise encyclopédique de connaissances » supposées sans que le lien avec la mise en œuvre ne soit opéré.

  • Trop souvent l’économie du dossier obère toute tentative en matière d’entrée réflexive dans la didactique des apprentissages.

  • La conception même de la séquence interroge très souvent : cohérence, cadre rigide appuyé sur trois séances, volonté de traiter plusieurs points du programme en une seule séquence, conception démesurée du travail proposé aux élèves au sein d’une même séance. La séquence est trop peu située dans une progression. Dans un champ disciplinaire (arts visuels) 90% des séquences sont bâties sur un format de trois séances, ce qui ne répond à aucune logique didactique ou pédagogique.

  • La première partie du dossier ne doit pas mettre en exergue une maîtrise encyclopédique des connaissances du candidat. Il est attendu qu’il fasse état du choix de fondements réfléchis et que celui-ci étaye la seconde partie du dossier. Une analyse réflexive permettant de mettre en valeur la capacité du candidat à se projeter dans la posture d’enseignant est recherchée.

  • Les éléments pédagogiques sont cités dans les dossiers mais ne prennent pas réellement sens dans les séquences proposées.

  • L’introduction d’hypothèses de réalisations d’élèves dans le cadre des préparations de séances ne s’avère que rarement pertinente, celles-ci étant réalisées par des adultes et, de ce fait, "formalistes".

  • La connaissance des élèves et des mécanismes d’apprentissage est trop peu souvent évoquée.

  • Tout ce qui est abordé dans le dossier n’est pas toujours maîtrisé : les candidats doivent être en mesure de pouvoir expliciter ce qu’ils écrivent.

  • Il est à noter qu’une proportion importante de séquences proposées est issue de différents sites internet (edumoov, blogs d’enseignants) avec adaptations mais parfois sous forme d’une copie totale des documents. La provenance de ceux-ci n’assure en rien la caution scientifique.




  1. 1ère partie : Présentation



  • La grande majorité des candidats effectue un exposé de 20 minutes.

  • Comme lors de la session précédente, le jury regrette que de nombreux candidats aient adossé leur présentation sur une lecture du dossier en juxtaposant les deux parties attendues; l’appréciation a toujours été valorisée par une présentation qui a su montrer les exigences d’une transposition didactique articulant connaissances « scientifiques » et réalisation pédagogique, présentations orales orientées vers de réelles soutenances (enrichissements, regard critique, apports de la recherche…), « zoom » sur une séance avec analyse et perspectives d’évolution.

  • L’offre numérique est irrégulière ; lorsqu’elle est envisagée elle ne concerne généralement qu’une présentation des supports ou des documents analysés et n’offre ainsi aucune plus-value. Cette offre numérique reste, de plus, trop peu envisagée en termes d’utilisation pédagogique et/ou de développement de compétences pour les élèves.

  • Bien que les dossiers ne soient pas évalués, le jury apprécie que le candidat ait pris le soin de procéder à une relecture lui permettant en introduction de l’entretien de corriger ses erreurs, voire de fournir un erratum.

  • La qualité du dossier est souvent confirmée par celle de la présentation. Cette corrélation observée atteste du niveau de préparation, du souci d’appropriation de connaissances solides. Dans ces cas, la présentation s’appuie sur une argumentation, des compléments, voire une critique constructive si des constats ou des lectures sont venus interroger la proposition initiale depuis sa production.

  • Les candidats les plus « brillants » réussissent une présentation appuyée sur « un pas de côté » par rapport à ce qu’ils ont rédigé : apport d’une réflexion personnelle plus approfondie, ayant évolué en quelques mois, et capacité à transposer les propositions dans une classe.

  • Les candidats ayant pu effectuer des stages et mettre en œuvre leurs propositions ont très souvent une meilleure représentation et attestent de plus de réalisme, par une prise de recul et l’illustration effective des aspects théoriques. Cependant avoir mené la séance conduit certains candidats à présenter un simple compte-rendu, ce qui n’est pas dans l’esprit du concours.

  • Le jury rappelle que cette épreuve est aussi un exercice de communication qui demande préparation.

  • Certains candidats, ayant préparé des notes pour leur présentation, se sont trouvés déstabilisés lorsque celles-ci furent justement refusées par les membres du jury. Il est conseillé aux candidats de se référer au rapport de jury pour la session à venir ainsi qu’à une lecture attentive du cadre posé en concertation avec la DEC.




  1. 2ème partie : Entretien



  • Le jury a pu mesurer un investissement important des candidats dans l’échange souhaité. Globalement le rythme de cet échange a été jugé satisfaisant.

  • Le jury a souvent dû conduire les candidats à s’exprimer sur les références relatives aux aspects didactiques et pédagogiques en fonction des domaines d’enseignement, trop souvent absentes tant au sein du dossier que dans la présentation.

  • Les lectures complémentaires sont trop peu évoquées, les questionnements relatifs à la bibliographie révèlent trop souvent une absence de lecture sérieuse des ouvrages cités. La sitographie l’emporte de plus en plus sur la bibliographie, révélant ainsi une approche souvent superficielle.

  • Démarche didactique, démarche scientifique, démarche d’investigation… sont trop souvent inconnues des candidats.

  • Le jury a parfois pu constater un décalage flagrant lors de cet entretien entre la théorie, bien apprise, et la déclinaison envisageable pour la mise en œuvre dans la classe en tenant compte du développement de l’enfant et des démarches envisageables.

  • La connaissance des programmes et des compétences définies au Socle commun est majoritairement vérifiée. La capacité à situer la séquence dans une progression est beaucoup plus fragile, la place de la séquence dans la continuité des apprentissages sur l’ensemble des cycles n’étant que très peu envisagée par les candidats.

  • Le jury ne constate pas d’évolution depuis la dernière session concernant l’identification des différentes formes d’évaluation qui restent très formelles. Cette observation vaut toujours pour l’offre de différenciation. La majorité des candidats continuant à intégrer les mots dans leur séquence sans avoir réellement imaginé la mise en œuvre de ces étapes. La définition de « besoin des élèves » reste de ce fait très floue. Les variables didactiques ne sont qu’exceptionnellement envisagées. Les modalités d’évaluation et leurs enjeux, les stratégies d’apprentissage et la différenciation, sans être attendues comme maîtrisées par ces enseignants en éventuel devenir, ne sont que très rarement pensées.

  • La notion de compétence et le lien effectué par les candidats avec les objectifs restent à travailler. L’acquisition de compétences, en termes de capacités, d’attitude et de connaissances, réinvestissables de façon autonome n’est pas perçue par la majorité des candidats comme relevant d’une gestion transdisciplinaire. Le choix disciplinaire du dossier focalise la réflexion des étudiants sur cette entrée. De nombreuses confusions relatives au sens attaché aux termes de compétence et d’objectif sont trop souvent constatées.

  • Le jury apprécie que le candidat aborde l’entretien comme un échange dynamique et vivant, argumente son propos, rebondisse et envisage un réinvestissement de ce qui se dégage et se construit au fil de l’épreuve.

  • Il reste impératif d’être attentif à la qualité de la langue ; les fautes de français étant, pour le jury, rédhibitoires.

  • La grande majorité des candidats a fait preuve d’une tenue et d’une posture d’enseignant de bon augure.




  1. Ensemble de l’épreuve :

La posture, la tenue vestimentaire, la présentation générale sont conformes aux représentations de ce corps professionnel. L’attitude majoritairement très correcte des candidats vis-à-vis du jury a été soulignée.

Plus précisément, le jury a apprécié quand le candidat :

  • a une connaissance élargie du domaine choisi.

  • a des connaissances sur le développement de l’enfant et en tient compte dans la construction de sa séquence.

  • A pris du recul entre le temps de rédaction du dossier, voire de mise en œuvre, et le temps de l’entretien.

  • Fait preuve de réflexion et de réactivité lors de l’entretien, se positionnant ainsi comme futur professeur des écoles envisageant les adaptations nécessaires au contexte, au travail en équipe, aux réalités de la classe et des élèves.

  • Envisage la construction d’une séquence comme répondant à une réflexion didactique et pédagogique non formatée. Le nombre de séances la constituant étant à apprécier au regard de l’itinéraire pédagogique pensé.

  • Connaît et se réfère aux textes, notamment en ce qui concerne la Refondation de l’école, le socle commun de compétences et de culture et l’évolution des programmes en devenir.

  • Rend compte de séances réellement réalisées en classe. Certains candidats n’ont pas suivi de stage, d’autres n’ont jamais eu l’occasion de gérer un groupe d’élèves, même dans la classe d’un MAT, ce qui semble étonnant.

Les candidats ont été pénalisés quand :

  • Les valeurs de l’école, de l’égalité des chances et l’objectif de réussite de tous les élèves n’ont pas fait l’objet d’une attention particulière.

  • Le dossier et/ou l’entretien ne respectent pas les trois attendus : scientifique, didactique et pédagogique. La présentation d’une séquence sans aucun étayage scientifique ne peut par exemple être suffisante.

  • En arts visuels, l’activité artistique ne sert que de prétexte à un autre domaine d’apprentissage (géométrie, développement durable, écriture…)

  • Les sources ne sont pas citées.

  • Des confusions importantes, entre programmes de 2008 et progressions de 2012 notamment, ont été constatées.

  • Les notions scientifiques présentées ne sont pas comprises et ne permettent pas de faire lien de façon cohérente avec la séquence.

  • Les séquences proposées ne sont pas explicitement adossées sur des attendus des programmes.

  • Le niveau de culture générale est déficitaire et rend difficile l’approfondissement attendu dans la discipline.

  • La maîtrise du numérique est très insuffisante pour un professeur en devenir (cela a pu être le cas pour quelques candidats libres, en reconversion professionnelle ou du 3ème concours)

Concernant le concours privé, les jurys ont pu constater :

  • Les dossiers permettent des constats identiques ; néanmoins, certaines ressources documentaires ne sont pas identifiées. Un manque d’adéquation entre le sujet d’étude et les séances développées a souvent été constaté.

  • En ce qui concerne la présentation un grand déséquilibre a, là aussi, été mesuré entre les candidats qui ont eu la possibilité de « tester » leurs séances et ceux qui ont du rester dans le « déclaratif ». Cependant, pour les premiers, manque souvent l’analyse réflexive attendue, notamment relativement à l’évaluation. Aucune offre numérique.

  • En ce qui concerne l’entretien, très souvent les notions abordées dans le dossier sont méconnues ; une certaine pauvreté des lectures complémentaires en lien direct avec le dossier.



  1. Remarques à l’intention des partenaires :



  • Le jury relève à nouveau une organisation parfaite de la DEC offrant des conditions idéales dans le déroulement des épreuves et tient à remercier les personnels de surveillance pour leurs qualités relationnelles et de gestion logistique.

  • La répartition des jurys par thématique adoptée pour la seconde année, reste un élément facilitateur pour le travail des binômes (domaine de prédilection, concentration de la réflexion…)

  • Les dossiers furent disponibles chaque matin grâce à une nouvelle organisation fort bien pensée, facilitant leur étude préalable et installant une proximité très appréciée entre les membres du jury et l’équipe de la DEC.

  • Une définition précise, en accord avec les services de la DEC, concernant les outils et documents autorisés lors de la soutenance doit être à nouveau posée, l’information n’ayant pas circulé de façon optimale. Chaque candidat a droit à son dossier, éventuellement surligné mais sans notes. Les documents complémentaires pouvant être présentés sont obligatoirement référencés dans le corps du dossier ou les annexes.

  • 6 candidats par jour est une épreuve en soi pour tous les membres du jury tant le souci d’équité habite chacun et nécessite concentration et attention permanentes. La proposition d’une pause un peu plus importante dans la matinée et sur l’après-midi, émise lors du précédent rapport de jury, a été retenue et équilibre effectivement la journée.

  • Les jurys ont accueilli de nombreux observateurs sur cette session. Les difficultés constatées lors de la dernière session ne se sont pas reproduites ; le cadre, clairement énoncé depuis les réunions de préparation a été respecté : l’observateur est tenu à une discrétion absolue, tant pour le candidat que vis-à-vis du jury qui doit pouvoir mener son entretien sans effet parasite ; l’accord préalable du candidat quant à la présence d’un observateur est requis, celui-ci est maintenant obtenu en amont de l’épreuve.

  • La présence des professeurs du 2nd degré pour certains domaines a été appréciée pour le regard croisé qu’elle offre.
    Les professeurs du second degré ont souligné la qualité de cette épreuve ainsi que l’intérêt qu’ils avaient trouvé à vivre ces moments de partage professionnels.

  • Le jury considère que 20 à 30 minutes de lecture personnelle du dossier proposé, associées aux 20 minutes de présentation par le candidat, permettent à la fois une connaissance satisfaisante du thème abordé et, dans un même temps, de centrer l’entretien sur les aspects didactiques et pédagogiques comme le vœu en fût émis par Monsieur le président lors de la réunion plénière.

  • Il semble nécessaire de se rapprocher de l’ESPE en début d’année scolaire, sur la base du rapport de jury notamment, afin d’affiner les attendus du concours et de préciser les éléments de vocabulaire et les concepts liés aux aspects didactiques et pédagogiques. De trop nombreux candidats en arts visuels principalement se sont trouvés bloqués par une commande de leur formateur bloquant leur réflexion pédagogique, laquelle se révélait au cours de l’entretien.

Conclusion :

Le jury estime avoir bénéficié des conditions optimales en termes d’organisation de l’épreuve malgré les difficultés initiales qui ont pu être dépassées par le grand professionnalisme de chacun des acteurs.

L’impression de qualité globale des travaux et prestations des candidats ne doit pas masquer les attentes professionnelles dans le cadre d’un tel concours : les connaissances des candidats doivent être mises au service d’une problématique réelle et non seulement d’un centre d’intérêt personnel.

Le jury attend des candidats d’être en mesure d’élaborer leur pensée, de participer à un temps réflexif permettant à la fois de préciser et de clarifier le propos tout en favorisant l’analyse souhaitée pour un futur professeur des écoles.

Le jury, conscient de ne pas évaluer des professeurs des écoles ayant achevé leur formation, considère cependant qu’un candidat qui n'a pas préparé l’épreuve et/ou qui n'a pas pu avoir d'expérience sur le terrain est largement défavorisé.

L'ouverture d’esprit du candidat est valorisée, de plus il apparaît important de veiller à soigner la syntaxe utilisée dans l’exposé oral en n’oubliant pas qu’il s’agit d’un exposé et non d’un texte lu. Cette capacité de communication et d’échange reste un point fort des attentes du jury dans la perspective d’une posture d’enseignant ouvert sur les évolutions en cours.

CRPE 2016 / 1er oral d’admission / mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat


similaire:

Rapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan) iconPréparation à l’oral hec : rapport de jury 2012

Rapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan) iconOral admission hec

Rapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan) iconRapport du jury Certification complémentaire Option lve, session 2016 Académie nancy-metz

Rapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan) iconRapport annuel 2011
La mission du Fonds ? La mise en œuvre d’une politique publique de promotion d’insertion professionnelle et de maintien dans l’emploi...

Rapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan) iconRapport annuel 2011
«La mission du Fonds ? La mise en oeuvre d’une politique publique de promotion d’insertion professionnelle et de maintien dans l’emploi...

Rapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan) iconFormulaire à adresser en un exemplaire à
«compétences des guides-conférenciers, «mise en situation et pratique professionnelle», «langue vivante étrangère»

Rapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan) iconDécret n° 2016-288 du 10 mars 2016 portant diverses dispositions...

Rapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan) iconRapport d’activité du conseil syndical: juin 2016/juin 2017
«cahier chauffage» déposé à la loge, que Prochalor visionne lors de chacune de ses visites. En cas d’urgence: s’adresser directement...

Rapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan) iconConcours d’admission de 2014
«Economie», composée de deux parties : la note de synthèse et la réflexion argumentée et d’une partie «Droit», elle aussi composée...

Rapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat» Du 13 au 20 juin 2016 / espe de Rouen (site de Mont Saint Aignan) iconAcquisition de la competence 1
«Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com