Les sources du droit fiscal international





titreLes sources du droit fiscal international
page1/15
date de publication19.10.2017
taille0.5 Mb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15
LES SOURCES DU DROIT FISCAL INTERNATIONAL.
Donc voilà un peu tout ce que j’ai pu récupérer depuis ( !seulement !) hier (oui c’est bien super un jour avant l’exam, bref, au pire ça pourrait tjrs encore servir pour septembre),

je pense que ce sont tous des cours de l’année précédente, la plupart envoyé par Fabrice et Amira…et une partie sur dividendes de Hewane (cours de cette année).

…qqes cours de cette année de Saimir et moi exclus comme pas terribles ;) à trouver sur le site .

Donc si jamais il y a trop (je ne connais même pas le plan du cours) ou tu as des docs en plus qui manquent laisse-moi le savoir et envoie un mail à univ-paris1@web.de pour que je puisse le modifier si nécessaire.

(et pas que télécharger et s’en foutre,… merde, je suis déjà assez énervé par ces cours…!)

Bon courage et chance pour demain, Christian


  • Principe de la territorialité de l’impôt, lié directement à la souveraineté de l’Etat. La territorialité a un champ d’application général : IRPP, impôt sur les sociétés, taxes sur le chiffre d’affaire, impôt sur le capital. Ce principe doit être aménagé en fonction du développement des relations internationales pour les Etats et pour les personnes physiques.

Ex : des salariés envoyés à l’étranger par les Etats, des avocats consultant dans

différents pays.


  • Ces échanges internationaux présentent un double danger :

  • risque de double imposition subie par le contribuable qui va travailler à l’étranger.

  • risque d’évasion fiscale : les gains réalisés par un contribuable ne sont imposés nulle part. C’est le cas des paradis fiscaux. Lutte des administrations fiscales contre l’évasion.




  • Ces risques se manifestent pour toutes les catégories de prélèvements obligatoires. Se manifestent déjà pour les cotisations sociales, exigibles seulement dans l’Etat où le travail est effectué. Risque de double imposition atténué en matière de taxes sur le chiffre d’affaire, perçues dans l’Etat où le bien est consommé. La TVA est exigible dans le pays de consommation, ce qui exclu la double imposition mais pas l’évasion fiscale.




  • Depuis 1993, intégration du marché intérieur : les administrations fiscales des Etats membres sont inquiètes du manque de documents pour connaître des échanges de biens et services. Mise en place en 1993 d’un système particulier d’échange de renseignements : système déclaratoire d’échange de bien et de services, qui fonctionne assez mal.

Pour les impôts directs, la raison de ce risque tient à ce que les impôts directs peuvent faire l’objet d’un double rattachement dans l’espace :

  • rattachement personnel : tenant à la personne du contribuable, taxé au lieu de résidence. Rattachement subjectif.

  • rattachement objectif ou réel : tenant à la source du gain.




  • Cette double nature de l’IR est aussi présente en matière de fiscalité internationale. Impôt progressif prenant en compte la situation familiale du contribuable. Impôt à la fois réel, où le régime de détermination de la base imposable varie selon les cellules.

    • Impôt sur le capital, l’ISF ou les droits de succession ont deux rattachements :

  • domicile du défunt ou de l’héritier.

  • Lieu de situation de la fortune.




  • Pourquoi ces risques se sont-ils développés aujourd'hui ?

Développement des relations internationales. Cela doit être rapproché d’une comparaison des fiscalités au niveau national. La France suit un chemin aberrant parce que le niveau des prélèvements obligatoires a augmenté et qu’on ne parvient pas à le réduire. L’Etat ne parvient pas à diminuer ses dépenses. Situation catastrophique. Les Etats européens ont stoppé la croissance des prélèvements obligatoires, efforts considérables depuis 1998.

Quand on gagne beaucoup d’argent on cherche à délocaliser. Le législateur français ne se rend pas compte de la situation. La dette extérieure française est considérable.
4 problèmes au niveau des sources :

  • rôle et force juridique dans ces sources.

  • conditions d’application des sources internationales.

  • conflits de sources.

  • la responsabilité de l’Etat dans les cas où il ne respecte pas la hiérarchie des sources.


§1 : rôle et force obligatoire des sources.
Chaque source a un rôle différent.

  • La loi nationale établit des règles s’appliquant aux citoyens.




  • Les conventions bilatérales sont nombreuses (la France en a conclu 97) et ont pour rôle de répartir la matière imposable entre les Etats.

Une fois que l’Etat de rattachement a été déterminé, c’est cet Etat qui va appliquer ses règles fiscales d’imposition qui découlent de sa loi domestique.


  • Il existe aussi des conventions multilatérales qui jouent un certain rôle du point de vue fiscal. La CEDH est la plus connue. Ratifiée par la France en 1973, elle comporte deux textes ayant des incidences fiscales :

- l’article 6 dispose qu’une partie quelconque a droit à un procès équitable, ce qui est applicable en matière fiscale : quand un inspecteur adresse un redressement fiscal et que le juge refuse d’administrer le contestation, il y a privation d’un procès équitable. Infraction à

l’article 6.

- l’article 1 du Protocole n°1 : la propriété des biens est protégée par la Constitution. Quand un contribuable fait l’objet d’un impôt qui dépasse un certain montant, est-ce un abus de pouvoir de la part de l’Etat ? Ce n’est pas le cas en France, mais c’est le cas en Allemagne.


  • Dans les différents Etats la Constitution proclame des principes en matière fiscale :

- principe de légalité de l’impôt : seul le Parlement peut autoriser la perception de l’impôt.

- principe d’égalité devant l’impôt : le législateur ne peut traiter de façon dissemblable des situations similaires.

- principe de proportionnalité : la loi doit établir les prélèvements obligatoires proportionnellement à la base imposable. Ce principe est-il respecté lorsque l’impôt est progressif ?


  • Les textes internationaux ont la primauté par rapport aux textes nationaux, sauf la Constitution. Une loi ne peut pas déroger à une convention internationale conclue par la France. Principe posé de façon ferme à propos du Traité de Rome :

    • arrêt du 24/10/89, Conseil d'Etat, Nicolo

    • Même règle posée dans l’arrêt Cour de cassation du 24/05/75 Café J.Vabre.




  • Les traités et directives ont la primauté. Cette règle joue-t-elle pour les conventions internationales ?

Les traités bilatéraux l’emportent sur les loi internes mais seulement s’ils traitent la même question. La loi interne peut elle aussi fixer des critères de rattachement

Ex : article 4b CGI : une personne résidant en France sera imposée sur l’ensemble de ses revenus. 3 critères pour déterminer si une personne réside en France : foyer en France ; centre des activités professionnelles ; centre des intérêts économiques en France : large rattachement.


  • Les conventions internationales conclues par la France restreignent la portée de ce rattachement. Elles établissent une hiérarchie entre les 3 ( ?!) critères de rattachement :

  • critère du foyer : la personne est considérée être résidant en France même si le contre de ses intérêts économiques se trouve dans un autre Etat.

  • critère du centre des intérêts vitaux : il est retenu seulement si on échoue à déterminer le foyer. Si un contribuable a son foyer en Allemagne et le centre de ses intérêts économiques en France, l’Etat dans lequel il réside va être différent selon que l’on envisage le CGI ou la convention internationale. Selon le CGI il est résidant en France. Selon la convention, selon la hiérarchie des critères, il est résidant en Allemagne car il y a son foyer.




  • Place des conventions multilatérales ?

Cas type de la CEDH. Cette convention l’emporte-t-elle sur la loi domestique française ? Pour l’article 6, on considère qu’en vertu de la convention le contribuable a le droit à un procès équitable. Quand ce droit est violé par la France, elle est en infraction avec la convention et doit réparer les conséquences du préjudice causé. La loi française était incompatible avec la convention car ne prévoyait aucun recours du contribuable contre le montant de la sanction infligée. Le juge judiciaire peut écarter l’application d’une loi française en invoquant un texte hiérarchiquement supérieur : Cour de cassation, 29/04/97, Ferreira.

    • Cet arrêt vise l’article 6 de la CEDH et s’inspire de la jurisprudence de la CEDH.


§2 : les conditions d’application des traités internationaux.
Pour qu’une loi ou un texte soit applicable, il faut que la situation rentre dans le champ d’application. Même règle pour l’application des conventions. Mais double spécificité :

  • l’application d’une convention est-elle subsidiaire à l’application d’une loi domestique ?

  • l’article 55 de la Constitution prévoit la primauté des conventions sur les lois internes sous réserve de réciprocité.



  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

similaire:

Les sources du droit fiscal international iconChapitre 1 Les sources du droit social Application Les sources externes...

Les sources du droit fiscal international iconAnnuaire Français de Droit International
«la mer caspienne et le droit international : delimitation et gestion des ressources»

Les sources du droit fiscal international iconPublication de l’Académie de Strasbourg
...

Les sources du droit fiscal international iconLes sources du droit

Les sources du droit fiscal international iconLes Sources du Droit Administratif

Les sources du droit fiscal international iconLes sources du droit administratif

Les sources du droit fiscal international iconSection préliminaire : les sources émergeantes du droit du contrat

Les sources du droit fiscal international iconLe droit international des espaces : bilan de la reforme du droit...

Les sources du droit fiscal international iconChapitre 1 : L’impact du nouvel environnement international
«l’optimisation fiscal». Dans la description du fonctionnement de l’entreprise internationale, on s’intéressait beaucoup aux problèmes...

Les sources du droit fiscal international iconDéfinition : on appelle généralement die l’ensemble des principes...
«on appelle généralement die l’ensemble des principes & règles de droit interne, de droit international ou autre, qui ont pour objet...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com