Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont





télécharger 23.86 Kb.
titreLes valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont
date de publication04.01.2017
taille23.86 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > documents > Documentos
VALEURS MOBILIÈRES
Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont les deux principales sont les actions et les obligations, sont qualifiées de mobilières car on peut les échanger rapidement sur un marché.
1. Les principales valeurs mobilières

1.1 Actions et obligations

Une action est un titre de propriété sur une partie du capital de l'entreprise. Le détenteur d'une action devient donc actionnaire de l'entreprise ; il participe aux assemblées générales des actionnaires et élit, à cette occasion, le conseil d'administration de la société. L'actionnaire doit être informé périodiquement sur l'activité et les résultats de l'entreprise. L'actionnaire reçoit une fraction des bénéfices de l'entreprise, appelés dividendes. Si l'actionnaire possède 10% des actions, il reçoit 10% des bénéfices distribués. Comme les dividendes varient en fonction des résultats de l'entreprise et des choix de ses dirigeants (ceux-ci peuvent décider de distribuer les bénéfices aux actionnaires ou bien les conserver dans l'entreprise pour financer son développement), les actions sont des valeurs à revenus variables. Toutes les entreprises n'émettent pas des actions; il s'agit seulement des sociétés anonymes. En outre, seul un petit nombre de sociétés anonymes ont des actions qui sont cotées régulièrement et qui s'échangent à la Bourse. Comme propriétaire d'une partie du capital de l'entreprise, l’actionnaire accepte le risque d'une baisse des résultats de l'entreprise, voire même le risque de sa disparition. Dans ce dernier cas, la valeur des actions qu'il détient devient nulle car personne ne désire acheter.

Une obligation est un titre de créance à long terme émis par une entreprise, une institution publique ou l'Etat lorsqu' ils empruntent des fonds auprès des épargnants. Une obligation représente ainsi une dette de l'institution émettrice de l'emprunt. Le souscripteur, ou obligataire, devient son créancier. Un emprunt obligataire se compose d'une certaine quantité d'obligations ayant les mêmes caractéristiques. La durée d'un tel emprunt varie généralement de 7 à 15 ans. En attendant le remboursement de son prêt, prévu à l'échéance, le souscripteur est rémunéré par le versement régulier d'intérêts, déterminés lors de l'émission. Par exemple, une obligation émise à 5 000 euros avec un taux d'intérêt de 8 % donne des intérêts annuels de 400 euros (ceux-ci sont souvent nommés "coupons"). Les obligations sont des valeurs à revenu garanti, quel que soit le niveau des bénéfices de l'entreprise émettrice. L'achat d'une obligation présente donc moins de risque que l'achat d'une action.

1.2 Les caractéristiques des valeurs mobilières

Le choix des épargnants en faveur des actions ou des obligations prend en compte quatre critères : la sécurité, la rentabilité, la liquidité et la fiscalité. Investir en Bourse consiste alors à faire un arbitrage entre ces critères parfois opposés.

La sécurité de l'investissement dépend de la qualité de l'émetteur du titre. Certains émetteurs d'obligations présentent ainsi une sécurité absolue car ils ne font quasiment jamais faillite (emprunts d'État ou d'organismes publics, sauf depuis peu où se présente la crise de la dette souveraine. Certains Etats comme la Grèce pourraient ne pas pouvoir rembourser ?). À l'inverse, certaines entreprises constituent un risque important.

La rentabilité d'une action ou d'une obligation prend deux formes qui se complètent.

La première correspond au rendement boursier qui désigne le revenu d'une valeur mobilière rapporté au cours en vigueur de cette valeur.

rendement d'une obligation = intérêts versés / cours de l’obligation

Pour calculer ce rendement, il faut prendre en compte le cours de l'action ou de l'obligation tel qu'il apparaît à la Bourse au moment du calcul et non le cours nominal, c'est-à-dire le cours d'émission de l'action ou de l'obligation. Exemple : Une obligation de 5 000 €, au taux de 8%, a un cours de 4 000€. Son rendement est de 40 / 4 000 = 10%.

La deuxième composante de la rentabilité réside dans l'existence de plus-values. Ainsi, une action acheté 1 000€ et revendue 1 500€ permet d'obtenir une plus-value de 500€ alors que le rendement d'une telle action peut être nul (absence de dividendes). En définitive, les plus-values ou l'espoir de plus-values peuvent compenser l'absence ou la faiblesse des revenus des titres pour justifier un investissement sur les actions d'une société particulière. La spéculation consiste alors à anticiper (prévoir) une hausse en achetant un titre pour le revendre plus tard avec une plus-value lorsque la hausse se sera réalisée (on peut aussi spéculer à la baisse).

La liquidité correspond à la possibilité de se séparer rapidement d'une valeur mobilière sans risques ni pénalités (moins-value par exemple si le marché comprend peu d'acheteurs). Un marché boursier où le volume des transactions, c'est-à-dire le nombre de titres échangés est faible, correspond à un marché étroit.

La fiscalité de l'épargne concerne aussi les revenus tirés des valeurs mobilières. Toutefois, la fiscalité frappant les revenus boursiers fait souvent l'objet de mesures de politique économique selon que les autorités souhaitent pénaliser ou favoriser ces placements.
2. Les cours des valeurs mobilières

2.1 Comment se déterminent les cours boursiers ?

Le cours d'une action ou d'une obligation est le prix qui résulte de la confrontation de l'offre et de la demande pour ce titre sur le marché boursier (marché secondaire). La cotation désigne les opérations nécessaires à la fixation des cours de bourse (sociétés cotées seulement). Si les ordres de vente (offre) sont supérieurs aux ordres d'achat de titres, les cours son orientés à la baisse. La cotation permet de fixer le prix de telle sorte que le maximum d'acheteurs et de vendeurs soient satisfaits. Comme les acteurs et les vendeurs ne sont pas présents lors de la fixation, donnent des indications générales de prix aux sociétés de bourse qui sont chargées des négociations. Par exemple, un ordre de vente à cours limité signifie que l'opérateur ne peut plus vendre si le cours descend en dessous de la limite (un ordre d'achat de 10 actions Michelin à un cours limité de 1 000€ signifie que l'opérateur cesse d'acheter si le cours dépasse 1 000€). Il existe deux grandes techniques de cotation des valeurs mobilières.

- La cotation à la criée : présents physiquement sur le marché, les opérateurs confrontent oralement leurs ordres ; une sorte de commissaire-priseur détermine alors un cours d'équilibre (fixing), celui-ci pouvant évoluer au long de la journée boursière ; cette technique est aujourd'hui réservée aux marchés d'instruments financiers (MATIF par exemple) et aux marchés de faible volume d'échanges (marché hors-cote).

- La cotation en continu : la cotation est réalisée en temps réel grâce aux systèmes informatiques. Utilisé pour les transactions sur les principaux marchés, ce système de cotation assistée en continu (CAC) ou marché continu, permet une fixation en continu des cours (de 10 heures à 17 heures). Les opérateurs n'ont plus besoin d'être réunis ensemble car ils enregistrent, dans leurs propres locaux, les ordres des clients sur le système CAC.

2.2 Comment expliquer les variations des cours ?

La situation politique et économique, tant en France qu'au niveau international, joue un rôle important pour expliquer les fluctuations. Mais il existe aussi des facteurs spécifiques.

Commençons par les obligations. Les obligations sont très sensibles à l'évolution du taux d'inflation car la rémunération (fixe) comme la valeur nominale (reçue au moment du remboursement) risquent de connaître une diminution de pouvoir d'achat en cas d'inflation élevée. Dès lors, si le taux d'inflation augmente, les obligations auront tendance à voir leur cours baisser, car les détenteurs chercheront à s'en débarrasser.

Les obligations sont aussi très sensibles à l'évolution des taux d’intérêt. Prenons l'exemple d'une hausse des taux d'intérêt. Les nouveaux emprunts émis vont alors offrir aux épargnants une meilleure rémunération que les emprunts obligataires plus anciens. Les Anciennes obligations vont alors être moins demandées que les nouvelles sur le marché et leur cours va diminuer. Soit une obligation X émise à 5 000 € avec un taux de 8%. Les taux montent à 10%. On vend donc l'obligation X qui rapporte 400 € pour acheter une nouvelle obligation Y (s'il en existe une émise à 5 000 € elle rapportera 500 €). Le cours de l'obligation X baisse jusqu'à ce que son rendement soit de 10%. La nouvelle valeur de X sera 4 000 € car 400 / 4000 = 10%.

L'obligation X a vu son cours baisser de 1 000 €. On met ainsi en évidence un mécanisme général des cours boursiers (valable aussi pour les actions, par effet de contagion) :

hausse des taux => baisse des cours ; baisse des taux => hausse des cours

Les perspectives économiques de baisse des taux d'intérêt sont donc favorables à la Bourse tandis que les risques de hausse dépriment la Bourse. La valeur d'une action, quant à elle, est aussi liée à la situation de l'entreprise qui l'a émise. Une espérance de bénéfices élevés conduit à une hausse des cours car ces bons résultats entraîneront soit un dividende plus élevé, soit une croissance de l'entreprise (si les bénéfices sont mis en réserve et non distribués) facteur de plus-values (l'action représentera en effet une part plus importante de l'actif de l'entreprise). Deux indicateurs permettent, en plus du rendement, d'évaluer l'intérêt d'acheter ou de vendre une action d'une société cotée. Il s'agit d'abord de la capitalisation boursière de l'entreprise qui correspond à la multiplication du nombre d'actions par leur cours boursier. C'est ensuite le PER, ou price-earning ratio, qui permet lui aussi de comparer les sociétés d'un même secteur. Le PER rapporte le cours de l'action au bénéfice par action.

PER =Cours de l’action / bénéfice de l’action =capitalisation boursière / bénéfice total
3. Les nouveaux produits financiers

Le renouveau du marché boursier dans les années 80 s'est traduit par de nouvelles formes d'actions et d'obligations.

3.1 La diversification des valeurs mobilières

Alors que les obligations étaient traditionnellement des valeurs à revenus fixes, se sont développées des obligations à taux variables. Le taux d'intérêt varie par exemple avec les taux d'intérêt en vigueur, ce qui permet de protéger les émetteurs (qui redoutent une baisse des taux, une fois leur emprunt réalisé, car ils auraient réalisé une mauvaise affaire) et les souscripteurs (qui craignent une hausse, facteur de baisse des cours).

Certains produits financiers destinés à apporter des fonds propres aux entreprises sont proches des actions. Ainsi, les certificats d'investissement (CI) proviennent de la scission d'une partie des actions de la société (surtout les entreprises publiques) en deux titres distincts, le certificat d'investissement représentant les droits aux dividendes et un certificat de droit de vote dont l'actionnaire reste propriétaire. Le CI est donc une action sans droit de vote.

3.2 Sicav et FCP

Les sicav (sociétés d'investissement à capital variable) et les FCP (fonds communs de placement) font partie des OPCVM, c'est-à-dire les organismes de placements collectifs de valeurs mobilières. Il s'agit de portefeuilles collectifs de valeurs mobilières et de titres, gérés par des spécialistes (les "gérants") d'une grande institution financière (banque par exemple) et constitués par les fonds des épargnants. Les OPCVM ne sont pas de vrais "organismes", mais ils rassemblent des fonds d'épargnants, qui souhaitent profiter des avantages de la Bourse sans intervenir directement dans la gestion de leurs valeurs. Les gestionnaires utilisent alors ces fonds pour acheter des valeurs mobilières et des titres (bons du Trésor notamment) et constituer ainsi un portefeuille (un ensemble de titres) au nom de tous leurs clients.

3.3 Les sicav

Les sicav ont un statut juridique de sociétés. Mais le terme sicav sert aussi à désigner le nom du produit unique commercialisé par chacune de ces sociétés. On achète, par exemple, une ou plusieurs sicav "X" à la banque Y dont la société "sicav X" est une filiale. Les sicav ne sont pas des valeurs mobilières, mais des produits financiers auxquels les épargnants souscrivent. Elles ne sont ni des actions, ni des obligations mais des parts qu'un épargnant peut acheter ou vendre comme il le souhaite. Avec les fonds réunis dans la "société" (c'est une filiale sans salariés de l'institution financière ou bancaire), le gestionnaire de sicav achète des valeurs mobilières ou des titres. C'est lui qui gère le portefeuille à la place de ses clients. C'est la sicav qui détient les actions et les obligations. Quelle est la valeur d'une sicav puisqu'elle n'est pas cotée ? La valeur d'une sicav correspond à la valeur des titres qu'elle détient dans son portefeuille. Ainsi, lorsque tous les titres d'une sicav voient leurs cours augmenter de 10%, la part de la sicav augmente de 10%. La valeur de la sicav se calcule tous les jours, ce qui favorise sa liquidité. Cette valeur ne dépend donc pas des mouvements d'achats ou de ventes des parts de la sicav.

La valeur d'une sicav suit généralement les cours boursiers mais les sicav présentent une certaine sécurité de placement. Devant comprendre dans leur portefeuille une partie notable d'obligations, de bons de Trésor ou de liquidités (titres liquides du marché monétaire par exemple), les sicav ne peuvent pas fluctuer aussi fortement que les actions.

Les sicav sont en général spécialisées (sicav actions françaises, sicav marchés étrangers, etc.). Il existe ainsi des sicav dites monétaires car leur portefeuille est composé de valeurs et de titres à taux variables ou à échéance proche (une obligation arrivant à échéance voit son cours se rapprocher de sa valeur de remboursement), mais surtout de valeurs monétaires (bons du Trésor, billets de trésorerie), bref un ensemble de titres dont la valeur ne peut pas baisser. Les sicav monétaires offrent aujourd'hui une sécurité, une liquidité et une rentabilité (proche de la rémunération offerte sur le marché monétaire des titres à court terme) intéressante.

3.4 Les fonds communs de placement (FCP)

Les FCP sont des organismes de placement collectif organises juridiquement sous la forme d'une copropriété (et non d'une société). Ils fonctionnent sur le même principe que les sicav mais présentent quelques différences : ils sont d'une taille plus petite ; ils subissent moins de contraintes réglementaires et peuvent consacrer la totalité de leurs fonds à l'achat d'actions ; ils sont moins liquides (leur valeur est calculée deux fois par mois). Ils permettent aux épargnants de réaliser de meilleures performances (plus-values) que les sicav, mais ils présentent aussi davantage de risques. En effet, ils ne sont pas obligés de détenir une certaine part de leur portefeuille sous forme d'obligations, celles-ci fluctuant moins que les actions.

similaire:

Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont iconCours ea 202
«Bourse», l’émetteur n’intervient plus (sauf s’il souhaite racheter ses propres actions) puisque seules les offres et les demandes...

Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont iconSabrina le normand-caillèRE
«Droit et fiscalité du transfert temporaire de valeurs mobilières», Université Rennes I

Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont iconOpération économique consistant dans l’utilisation immédiate
«C°» est arbitraire : on décide de définir certaines opérations comme des investissements (achats de logements et grosses réparations...

Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont icon1. Présentez, brièvement, les objectifs recherchés par une entreprise...

Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont icon1. Présentez, brièvement, les objectifs recherchés par une entreprise...

Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont iconLa Bourse (2/3), avec Jacques Nikonoff
«Investissez en Bourse, achetez des actions et vous deviendrez riche, vous n’aurez plus besoin de travailler». Les amateurs, les...

Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont iconValeurs énonciative et représentative des "présentatifs"c’est, IL...
«n’importe quel groupe nominal déterminé subséquent, ils constituent une phrase» (Chevalier 1969, 82)

Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont iconLes défaillances du marché
«droit à polluer». Les entreprises peuvent, dans le cadre d’une bourse des droits à polluer, vendre et acheter librement ceux-ci...

Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont iconListe complète des valeurs ajoutées du Système Canalis

Les valeurs mobilières sont des titres achetés et vendus à la Bourse, appelée bourse des valeurs, en vue de réaliser un placement rentable. Ces valeurs, dont iconLa nouvelle macroéconomie classique
«les anticipations des agents se forment à partir de la moyenne pondérée des valeurs passées des variables»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com