Le mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion





télécharger 17.42 Kb.
titreLe mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion
date de publication15.12.2016
taille17.42 Kb.
typeRéunion
e.20-bal.com > documents > Réunion

LE MALI représenté par Mr Modibo OUATTARA

de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion

des Commissaires francophones du 08 Avril 2004



Le Mali est situé en Afrique Occidentale au sud du Sahara sur 1.240.190 km² avec une population de 11.677.000 habitants. Sa capitale est Bamako. Il est divisé en Huit (8) régions économiques plus le District et 703 communes. La langue officielle est le français.

Il est classé 164e au rang des pays pauvres avec un indicateur de développement humain de 0,386 et un PIB/ habitant égal à 797 US $, sans débouché sur la mer et fait frontière avec sept pays qui sont : L’ALGERIE, La MAURITANIE, Le SENEGAL, La GUINEE CONAKRY, Le NIGER, Le BURKINA FASSO et La CÔTE D’IVOIRE.

L’économie malienne est à vocation agropastorale occupant plus de 80% de la population active avec un développement de la culture du coton qui lui confère sa première place en Afrique (plus de 600 000 Tonnes en coton graines et 252 000 Tonnes en coton fibres).

Son sous-sol est riche mais peu exploité. Il est 3e producteur d’Or en Afrique grâce à ses multiples gisements à Morila / Siama/ Sadiola et Yatéla (60Tonnes). Kalana et Loulo qui viennent de démarrer apporteront un plus. Il exploite également du phosphate à Tilemsi et du sel gemme à Taoudenit (Nord du pays).

Pays laïque a situation politique caractérisée par une stabilité et surtout avec la signature d’un pacte au Nord en 1991 couronné d’une flamme de la paix organisée annuellement il est cité pour la réussite de sa démocratie : floraison de parties politiques (Une centaine environ) et le processus de décentralisation est en cours. L’exemplarité de sa stabilité politique dans la sous région vient d’être renforcé par la création d’un bureau du vérificateur général indépendant qui essayera de lutter contre la corruption et la délinquance financière.

Le Mali développe des échanges commerciaux avec l’Europe, l’Amérique et connaît surtout une croissance considérable avec les pays satellites de l’Asie. Le marché malien est inondé actuellement par des produits asiatiques à des prix très bas. Le secteur informel connaît un petit essor avec l’existence de certaines unités de transformation. Le Mali exporte beaucoup de cotons, des fruits et légumes, des peaux et cuirs et des produits finis et semi-finis.

En effet les ports concernés et pays de transit sont les suivants : Dakar/Lomé/Tema/Accra/Abidjan/Conakry/Nouakchott et Alger. Il faut signaler que la plus part des marchandises venant d’Alger et de Nouakchott rentrent souvent frauduleusement par le Nord. Ainsi avant le conflit Ivoirien, 80% de nos marchandises transitaient par le port d’Abidjan et les autres 20% par le biais de Dakar/Lomé/Tema et Conakry. Le fret transité par l’ Aéroport international de Bamako Senou est insignifiant.

Tous les conteneurs passent en général par les axes routiers Abidjan/Bamako, Lomé/Ouaga/Bamako, Tema/Ouaga/Bamako et Conakry/Bamako qui est en chantier. L’axe routier Dakar/Bamako bien qu’en cours de réalisation est moins utilisé.

Le trafic ferroviaire est assuré par TRANSRAIL SA depuis Octobre 2003. Cette nouvelle société formée par des capitaux Canadiens, Français, Sénégalais et Maliens promet de rénover totalement le matériel roulant ainsi que la voie ferrée (comportant de vieux ponts) qui date de l’époque coloniale. Avec la suppression de plusieurs petites gares, les trains deviennent plus rapides et plus efficaces que ceux des défuntes RCFS & RCFM.

La SOTERKO (SOciété de TERminal conteneur de KOrofina) cogérée par SDV-MALI et MAERSK LINE MALI (avec bureau de Douanes) est le lieu de stockage de tous les conteneurs acheminés par wagons.

En outre tous les conteneurs venant des ports d’Abidjan, Lomé, Tema et Conakry font l‘objet de dédouanement à la gare marchandise de Faladiè qui possède de grands magasins de stockage ainsi qu’un air de stationnement pour les camions, un parc conteneurs (équipé d’engins de manutentions et un pont bascule). Elle est gérée par SDV-MALI (Avec bureaux de Douane).

Par ailleurs une quantité notoire de conteneur viennent d’Asie et la plupart de ces cargaisons ne sont pas assurées car elles sont exploitées par les commerçants analphabètes qui ne sont même pas inscrits au registre du commerce et échappent donc aux fiscalités maliennes.

Les armateurs suivants : MAERSK SEA LAND / DELMAS / MSC / WAL/ SAF MARINE/ OTAL/ MESSINA/ PIL/ CMA-CGM et GRIMALDI LINE ont transporté des milliers de Conteneurs en BL Direct sur le Mali en 2003 salués par certains opérateurs économiques bien structurés mais d’autres trouvent que les coûts sont excessifs compte tenu de la continentalité de notre pays et préfèrent surtout les conteneurs de groupages. Un accroissement considérable sera observé dans les prochaines années avec la finition de l’axe routier Bamako/Conakry.

Les jeunes diplômés regroupés en GIE assurent le déchargement des conteneurs et camions.

EMBALL MALI et SOMEPAC sont les deux unités de confection d’emballages.

Les grands risques se situent sur le trafic ferroviaire Dakar / Bamako ou nous enregistrons beaucoup d’effraction sur les conteneurs à destination ( plombs non constatés à l’arrivée, paliers de crémones des portes endommagés). Les vols sont perpétrés dans différentes gares et /ou au cours du convoyage. En plus les déraillements sont fréquents en période hivernale à cause de la vétusté des rails. Nous pensons également qu’avec la persistance de la rébellion l’axe routier Abidjan / Bamako demeure aussi un grand risque. Les grandes collines (NAMAKARA/ BAFILO et ALIDJO ) sur les tronçons routiers Lomé / Bamako ou TEMA / Bamako constituent des risques non moins importants.

En définitif notre bureau a effectué 777 interventions en facultés de 2000 à 2003 qui sont les suivantes :

2000 2001 2002 2003 Total

*Voie Maritime -Marché français : 70 138 150 97 = 455

-Marché Etranger : 22 26 102 82 = 232
*Voie Terrestre -Marché Etranger : 14 6 18 = 38
*Voie Aérienne -Marché français : 5 6 8 5 = 24

-Marché Etranger : 2 2 17 7 = 28

113 178 277 209 777

Je vous remercie



les difficultés rencontrés dans l’exercices de nos fonctions





  • Mission dans des endroits trop éloignés à accès très difficile (Région de Kayes) : routes impraticables pendant l’hivernage. Souvent nous marchons à pied et/ou à dos d’ânes ou dans des pirogues pour aller expertiser les marchandises ;




  • Le Train est un grand handicap avec ses multiples déraillements (Une semaine entre Kayes et Bamako en période hivernale) ;




  • Certaines sociétés nous envoient des requêtes sans les documents de transport. Il sera très difficile de les retrouver sur place ;




  • Certains consignataires refusent de nous donner les documents à temps.




  • Le règlement des honoraires intervient souvent chez certains Assureurs trois (3) ou six (6) mois après transmission des dossiers ;




  • Certaines parties présentent lors du constat refusent de signer le Procès Verbal de constat contradictoire ;




  • L’obtention du PV d’accident de la Police ou de la Gendarmerie n’est pas chose facile. Des fois on peut mettre une année.




  • Certaines informations directes et plus sûres devrant être fournies par les chauffeurs et ou derniers transporteurs restent toujours sans réponses (mauvaise volonté et analphabétisme)

similaire:

Le mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion iconQuestion 2 : Comment les chocs d’offre et de demande affectent-ils la croissance ?
«Cela représente 338 euros bruts par an sur la fiche de paie d'un enseignant en fonction depuis 10 ans et 202,71 euros pour un infirmier...

Le mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion iconProces-verbal de reunion
«pot» délicieusement concocté par l’instance dirigeante, la réunion a débuté sous la présidence de Laurence Molines, qui ouvre la...

Le mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion iconRéunion générale M1 Mardi 09/09-George V 9h-10h

Le mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion iconCet effort de solidarité représente environ 250 € par famille et par an

Le mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion iconCompte rendu de mission à la fast (Université de Bamako, Mali)

Le mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion iconRéflexions du codev
«2015-05-11 codev – notes de la réunion» les questions posées aux élus lors de la réunion du 05 novembre 2015 et les réponses tels...

Le mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion iconDevoir à la maison : l’empire du Mali aux xiii° et xiv° siècles

Le mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion iconRéunion des Directeurs Délégués aux Formations Professionnelles et...

Le mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion icon"Nous définissons une relation d'agence comme un contrat par lequel...
«A cause de l’asymétrie d’information sur la compétence d’un expert, des coûts supplémentaires sont causés par le manque de confiance...

Le mali représenté par Mr Modibo ouattara de la Générale Malienne d’ Expertises à la Réunion iconAfrique Economie
«Le Mali ne peut se passer d'une saison de récoltes», a dit José Graziano da Silva, le directeur général de la fao






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com